Astronomie

Les Axions peuvent-ils échapper aux trous noirs ?

Les Axions peuvent-ils échapper aux trous noirs ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai lu sur les tachyons et les ondes gravitationnelles et aussi sur la matière exotique, vraiment rien ne peut échapper à un trou noir, les axions peuvent-ils s'échapper pour fournir un nouvel espoir ?


Une fois à l'intérieur d'un trou noir, toutes les directions mènent vers la singularité. Donc pour chaque particule, qu'elle soit sans masse ou non, voyagerait vers la singularité, et ne s'échapperait pas.

L'existence des axions n'a pas été prouvée, mais ils ne pourraient pas non plus s'échapper.


Toutes les théories ne peuvent pas expliquer le trou noir M87*

Tous ces trous noirs projettent des ombres sombres qui se distinguent les uns des autres par leur taille, mais seuls ceux qui tombent dans la bande grise sont compatibles avec les mesures EHT 2017 de M87*, et sur cette image, celle représentée en rouge en bas est trop petit pour être un modèle viable pour M87*. Crédit : Prashant Kocherlakota, Luciano Rezzolla (Goethe University Frankfurt et EHT Collaboration/Fiks Film 2021)

Comme l'a souligné pour la première fois l'astronome allemand Karl Schwarzschild, les trous noirs déforment l'espace-temps à un degré extrême en raison de leur extraordinaire concentration de masse, et chauffent la matière à proximité de sorte qu'elle commence à briller. Le physicien néo-zélandais Roy Kerr a montré que la rotation peut modifier la taille du trou noir et la géométrie de son environnement. Le «bord» d'un trou noir est connu sous le nom d'horizon des événements, la limite autour de la concentration de masse au-delà de laquelle la lumière et la matière ne peuvent s'échapper et qui rend le trou noir noir. Les trous noirs, prédit la théorie, peuvent être décrits par une poignée de propriétés : masse, spin et une variété de charges possibles.

En plus des trous noirs prédits à partir de la théorie de la relativité générale d'Einstein, on peut considérer ceux des modèles inspirés des théories des cordes, qui décrivent la matière et toutes les particules comme des modes de minuscules cordes vibrantes. Les théories des trous noirs inspirées des cordes prédisent l'existence d'un champ supplémentaire dans la description de la physique fondamentale, qui conduit à des modifications observables de la taille des trous noirs ainsi que de la courbure dans leur voisinage.

Les physiciens Dr Prashant Kocherlakota et le professeur Luciano Rezzolla de l'Institut de physique théorique de l'Université Goethe de Francfort, ont maintenant étudié pour la première fois comment les différentes théories correspondent aux données d'observation du trou noir M87* au centre de la galaxie Messier 87 L'image de M87*, prise en 2019 par la collaboration internationale Event Horizon Telescope (EHT), a été la première preuve expérimentale de l'existence réelle de trous noirs après la mesure des ondes gravitationnelles en 2015.

Le résultat de ces investigations : Les données de M87* sont en excellent accord avec les théories basées sur Einstein et dans une certaine mesure avec les théories basées sur les cordes. Le Dr Prashant Kocherlakota explique : « Avec les données enregistrées par la collaboration EHT, nous pouvons maintenant tester différentes théories de la physique avec des images de trous noirs. Actuellement, nous ne pouvons pas rejeter ces théories lors de la description de la taille de l'ombre de M87*, mais nos calculs contraignent le domaine de validité de ces modèles de trous noirs."

Le professeur Luciano Rezzolla déclare : « L'idée de trous noirs pour nous, physiciens théoriciens, est à la fois une source d'inquiétude et d'inspiration. Alors que nous sommes encore aux prises avec certaines des conséquences des trous noirs, comme l'horizon des événements ou la singularité nous semblons toujours désireux de trouver de nouvelles solutions de trous noirs également dans d'autres théories. Il est donc très important d'obtenir des résultats comme les nôtres, qui déterminent ce qui est plausible et ce qui ne l'est pas. C'était une première étape importante et nos contraintes seront améliorées au fur et à mesure des nouvelles des observations sont faites."

Dans la collaboration Event Horizon Telescope, des télescopes du monde entier sont interconnectés pour former un télescope géant virtuel avec une parabole aussi grande que la Terre elle-même. Avec la précision de ce télescope, un journal de New York pouvait être lu depuis un café de rue à Berlin.


Comment les jets de matière peuvent-ils échapper à un trou noir ?

L'attraction gravitationnelle d'un trou noir est si grande que rien ne peut s'en échapper, même pas la lumière (c'est ce qui les rend noirs).

J'ai également lu que c'est le consensus scientifique général selon lequel rien ne peut aller plus vite que la lumière (ou bien une loi est enfreinte ou quelque chose comme ça) & #8230.. cela ne signifie donc pas que les choses dans les jets s'échappent du noir les trous vont plus vite que la lumière ne peut aller, car la lumière ne peut pas sortir? — Nigel

Répondre: La matière que nous observons sous forme de jets émanant d'un trou noir ne provient pas réellement du trou noir lui-même. Les jets sont composés de matière qui s'échappe du disque d'accrétion qui entoure le trou noir. Bien que le mécanisme par lequel les jets sont produits ne soit pas complètement compris, le processus implique probablement l'accélération de la matière près des pôles du trou noir et une interaction avec le champ magnétique enchevêtré dans la région près des pôles du disque d'accrétion. Le matériau dans les jets est mesuré pour se déplacer à une vitesse inférieure à la vitesse de la lumière.


À la chasse

Les axions peuvent être générés par un photon rencontrant un proton virtuel (un que nous ne mesurons jamais) dans un champ magnétique et est connu sous le nom d'effet Primakoff. Et puisque les photons sont influencés par les champs électromagnétiques, si l'on obtient un champ magnétique très élevé et que l'on l'isole une fois, on peut éventuellement manipuler les collisions de photons et repérer les axions. On peut aussi exploiter le processus de leur transformation en photons RF en mettant en place une chambre à résonance dans la partie micro-onde du spectre en disposant d'un champ magnétique approprié (Duffy).

La première méthode est poursuivie par l'expérience Axion Dark Matter Experiment (ADMX), qui utilise son champ magnétique pour convertir les axions en photons d'ondes radio. Il a commencé en 1996 au Lawrence Livermore National Laboratory mais a depuis déménagé à l'Université de Washington à Seattle en 2010. Il recherche des masses d'axions autour de 5 micro-électrons-volts sur la base de certains des modèles mentionnés. Mais les travaux de Zoltan Fodor pourraient expliquer pourquoi l'équipe n'a rien trouvé, car il a découvert que la plage de masse est probablement de 50 à 1500 à la place (après avoir fait une approximation intelligente), et ADMX ne peut détecter que de 0,5 à 40. Il a trouvé ceci résultat après avoir testé ce facteur de température dans une simulation de l'Univers primitif et vu comment les axions étaient produits (Castelvecchi, Timmer).

Une autre expérience menée était le XENON100 situé aux Laboratori Nazionali del Gran Sasso. Il utilise un processus analogue comme l'effet photoélectrique pour rechercher des axions solaires. En tenant compte de la diffusion, de la combinaison de matière et du découplage, il devrait être possible de détecter le flux d'axions provenant du soleil. Pour détecter les WIMPs potentiels, un réservoir cylindrique de xénon liquide mesurant 0,3 mètre sur 0,3 mètre de diamètre est doté de photodétecteurs au-dessus et en dessous. Si l'axion est touché, les photodétecteurs pourront voir le signal et le comparer à la théorie (avril).

Pour ceux qui recherchent des options discrètes, plusieurs tests de laboratoire sont également en cours. L'une consiste à utiliser des horloges atomiques pour voir si les impulsions données par les atomes sont fluctuées par les particules d'axions interagissant avec les émissions. Un autre concerne les barres de Weber, tristement célèbres pour leur utilisation pour faire allusion aux ondes de gravité. Ils fibrent à une fréquence spécifique en fonction de l'interaction avec eux et les scientifiques connaissent le signal qu'un axion devrait produire si l'on frappait une barre de Weber. Mais peut-être le plus créatif implique des transformations de photon à axion à photon impliquant des champs magnétiques et un mur solide. Cela se passe comme ceci : les photons frappent un champ magnétique devant un mur solide, devenant des axions et traversant le mur en raison de leur faible interaction. Une fois à travers le mur, ils rencontrent un autre champ magnétique et redeviennent des photons, donc si l'on s'assure d'un conteneur étanche sans influence extérieure, alors si la lumière y est vue, les scientifiques pourraient avoir des axions sur les mains (Ouellette).

À l'aide d'une méthode cosmologique, B. Berenji et une équipe ont trouvé un moyen d'examiner les étoiles à neutrons à l'aide du télescope spatial Fermi et d'observer comment les champs magnétiques d'un neutron provoquent la décélération d'autres neutrons, provoquant une émission de rayons gamma de l'axion de l'ordre de 1MeV à 150 MeV via l'effet Primakoff. Ils ont spécifiquement choisi des étoiles à neutrons qui n'étaient pas des sources de rayons gamma connues pour augmenter les chances de trouver une signature unique dans les données. Leur chasse n'a pas abouti, mais a affiné les limites de ce que pourrait être la masse. Le champ magnétique des étoiles à neutrons peut également amener nos axions à se convertir en photons d'une bande étroite d'ondes radio émises, mais cela a également donné lieu à des confirmations (Berenji, Lee).

Une autre méthode utilisant le Fermi consistait à regarder NGC 175, une galaxie distante de 240 millions d'années-lumière. Au fur et à mesure que la lumière de la galaxie nous fait asseoir, elle rencontre des champs magnétiques qui devraient alors intégrer l'effet Primakoff et provoquer des émissions d'axions de rayons gamma et vice versa. Mais après une recherche de 6 ans, aucun signal de ce type n'a été trouvé (O’Neill).

Une approche encore plus proche implique notre Soleil. À l'intérieur de son noyau turbulent, nous avons des éléments de fusion qui peignent et libèrent les photons qui finissent par le quitter et nous atteindre. Bien que l'effet Primakoff, l'effet Compton (donne plus d'énergie aux photons via les collisions) et la diffusion des électrons via les champs magnétiques, les axions devraient être abondants en production ici. Le satellite XXM-Newton a recherché des signes de cette production sous forme de rayons X, qui sont de haute énergie et une partie du spectre pour laquelle il est facilement conçu. Cependant, il ne peut pas pointer directement vers le soleil et donc toute détection qu'il fait serait au mieux partielle. En tenant compte de cela, on ne trouve toujours aucune preuve de production d'axions dans le soleil (Roncadelli).

Mais un nouveau domaine de détection d'axions est en cours de développement en raison de la récente découverte des ondes de gravité, prédites pour la première fois par Einstein il y a plus de 100 ans. Asimina Arvanitaki (Institut Périmètre de physique théorique de l'Ontario) et Sara Dimopoulos (Université de Stanford) ont découvert que les axions devraient s'accrocher aux trous noirs car, lorsqu'ils tournent dans l'espace, ils s'accrochent également à la lumière dans ce que nous appelons la région de l'ergo. Et lorsque la lumière commence à bouger, elle peut entrer en collision pour former des axions, avec une certaine énergie tombant dans l'horizon des événements et une autre s'échappant du trou noir à une énergie plus élevée qu'auparavant. Maintenant, un tas de particules autour du trou noir agissent comme un piège, gardant ces photons piégés. Le processus se développe et finalement les axions commencent à s'accumuler via l'effet Primakoff. À leur tour, ils accumulent de l'énergie et du moment angulaire et ralentissent le trou noir jusqu'à ce que leurs propriétés orbitales reflètent celles d'une fonction d'onde d'hydrogène. En regardant les ondes de gravité, on trouverait la masse et la rotation des objets avant leur fusion et à partir de là, on pourrait trouver des indices pour les axions (Sokol).

Rien trouvé pour le moment, mais accrochez-vous. Regardez combien de temps il a fallu pour trouver des ondes de gravité. Ce n'est sûrement qu'une question de temps.


Réponses et réponses

eh bien, cela fait un moment que je n'ai pas lu ce genre de choses, mais je dirais que le principal problème avec les singularités était en fait le fait que nous devions dire qu'il y avait des trucs "infinis" là-bas. l'un des points de la théorie des cordes est de dire qu'il n'y a pas de dimension infiniment petite, donc vous n'avez pas besoin d'avoir une densité infinie.

la vitesse de sortie d'un trou noir dépend également de sa masse et de sa taille.
il faudrait donc savoir à quelle vitesse votre tachyon peut voyager.
Je ne sais pas, il pourrait voyager à 1,5 vitesse de la lumière et la vitesse d'échappement pourrait être de 1,66 vitesse de la lumière.


Comment détecter les trous noirs ?

Mouvement d'objet à proximité

En raison de leur parfaite absorption de la lumière, il est impossible de voir directement les trous noirs. Leur masse importante permet cependant d'observer leur influence sur les autres corps à proximité. Une analogie pourrait être le mouvement de l'air, nous ne pouvons pas voir le vent, mais parce que les feuilles bougent, nous sommes certains de son existence.

Les chercheurs ont commencé en 1998 à enregistrer le mouvement de 90 objets dans le voisinage de SGR A*. En appliquant les lois de Kepler, ces informations ont fourni des informations très précises sur l'emplacement et la masse du trou noir central de la Voie lactée.

Émissions de rayons X

M87 avec jet causé par le trou noir au centre de cette galaxie. Crédit : NASA, ESA.

La matière interstellaire qui est attirée vers un trou noir accélère. Plus il se rapproche, plus l'attraction gravitationnelle est élevée. Cette accélération le réchauffe, et avec une température suffisamment élevée ionise ses atomes. Une fois que la température atteint plusieurs millions de Kelvin, les atomes commencent à émettre des rayons X, qui peuvent être observés avec des télescopes à rayons X ou indirectement, via des émissions d'objets qu'ils excitent.

Typique pour un trou noir est que les jets de rayons X ne sont pas constants. Il n'y a tout simplement pas d'apport constant de matière. Les trous noirs se nourrissent de manière plus aléatoire et dépendent de la quantité de matière disponible dans leur ergosphère.

SGR A* l'est actuellement tout simplement parce que la majeure partie de la matière dans son voisinage a déjà été attirée et s'est épuisée. D'autres galaxies sont plus actives et montrent des rayons X intenses émettant depuis leur centre, un exemple célèbre est M87.

Lentille gravitationnelle

Comme tout corps avec une masse, les trous noirs ont plié le tissu de l'espace-temps. Comme ils emploient une masse énorme dans une très petite région, les effets des trous noirs à proximité sont très forts. La lentille gravitationnelle pourrait être utilisée pour déterminer les trous noirs, mais en raison de la très petite zone active des trous noirs stellaires, elle pourrait n'être réalisable qu'avec des trous noirs super massifs.


Une nouvelle méthode prédit quels trous noirs échappent à leurs galaxies

Tirez avec un fusil et le recul pourrait vous faire reculer. Fusionnez deux trous noirs dans un système binaire, et la perte d'élan donne un recul similaire - un "coup de pied" - au trou noir fusionné.

"Pour certains binaires, le coup de pied peut atteindre jusqu'à 5 000 kilomètres par seconde, ce qui est supérieur à la vitesse de fuite de la plupart des galaxies", a déclaré Vijay Varma, astrophysicien au California Institute of Technology et nouveau Klarman Fellow au Cornell University's College. des Arts et des Sciences.

Varma et ses collègues chercheurs ont développé une nouvelle méthode utilisant des mesures d'ondes gravitationnelles pour prédire quand un dernier trou noir restera dans sa galaxie hôte et quand il sera éjecté. De telles mesures pourraient fournir une pièce manquante cruciale du puzzle derrière l'origine des trous noirs lourds, a déclaré Varma, ainsi que des informations sur l'évolution des galaxies et des tests de relativité générale. Il est l'auteur principal de "Extracting the Gravitational Recoil from Black Hole Merger Signals", publié le 13 mars dans Physical Review Letters et co-écrit avec Maximiliano Isi et Sylvia Biscoveanu du Massachusetts Institute of Technology.

Cette simulation montre la fusion d'un trou noir de masse solaire 35 avec un trou noir de masse solaire 25, suivie du recul (coup de pied) du trou noir final. Le film est accéléré après la fusion pour mettre en évidence le coup de pied. Les flèches indiquent les spins (rotation) des trous noirs - ceux-ci interagissent avec le moment angulaire orbital (flèche rose), provoquant l'oscillation du plan orbital à mesure que le binaire évolue. Les orbes bleu et rouge indiquent les modèles d'ondes gravitationnelles générées lors de la collision. Crédit : Vijay Varma

Lorsque les trous noirs orbitent dans un système binaire, leurs ondes gravitationnelles emportent de l'énergie et du moment angulaire, ce qui provoque le rétrécissement du système binaire au fur et à mesure de sa spirale vers l'intérieur. Lorsqu'un système présente des asymétries, telles que des masses inégales, les ondes gravitationnelles ne sont pas émises de la même manière dans toutes les directions, ce qui entraîne une perte nette de quantité de mouvement linéaire, entraînant un recul. La majeure partie de ce recul se produit juste à côté de la fusion, ce qui peut entraîner un coup de pied suffisamment important pour extraire le trou noir nouvellement fusionné de sa galaxie hôte.

Les modèles des chercheurs sont basés sur des simulations de superordinateurs qui résolvent numériquement les équations de la relativité générale d'Einstein. Les simulations ont été effectuées dans le cadre d'un effort de recherche plus large dans le cadre de la collaboration Simulating eXtreme Spacetimes (SXS) qui comprend des groupes de recherche de Caltech et Cornell. Saul Teukolsky, professeur de physique Hans A. Bethe de Cornell, est le chef de groupe.

"Cette recherche montre comment les signaux des ondes gravitationnelles peuvent être utilisés pour en savoir plus sur les phénomènes astrophysiques de manière inattendue", a déclaré Teukolsky. « On pensait qu'il faudrait attendre plus d'une décennie pour que des détecteurs soient suffisamment sensibles pour faire ce genre de travail, mais cette recherche montre que nous pouvons en fait le faire maintenant - très excitant !

Alors que les signaux d'ondes gravitationnelles disponibles au public annoncés par LIGO et Virgo n'étaient pas assez forts pour une bonne mesure de recul, selon les auteurs, à mesure que ces détecteurs s'amélioreront au cours des prochaines années, cette méthode sera capable de mesurer de manière fiable le coup de pied.

La recherche a été rendue possible grâce au soutien de la National Science Foundation, de la NASA Hubble Fellowship et de la Sherman Fairchild Foundation.


Les trous noirs comme détecteurs de particules

Vue d'artiste d'un trou noir, entouré d'axions.

(Phys.org) -- Des particules jusqu'alors inconnues pourraient être détectées alors qu'elles s'accumulent autour des trous noirs, selon des scientifiques de l'Université de technologie de Vienne.

Trouver de nouvelles particules nécessite généralement des énergies élevées, c'est pourquoi d'énormes accélérateurs ont été construits, qui peuvent accélérer les particules à presque la vitesse de la lumière. Mais il existe d'autres moyens créatifs de trouver de nouvelles particules : à l'Université de technologie de Vienne, des scientifiques ont présenté une méthode pour prouver l'existence d'hypothétiques « “axions”". Ces axions pourraient s'accumuler autour d'un trou noir et en extraire de l'énergie. Ce processus pourrait émettre des ondes de gravité, qui pourraient ensuite être mesurées.

Les axions  sont des particules hypothétiques de très faible masse. Selon Einstein, la masse est directement liée à l'énergie, et donc très peu d'énergie est nécessaire pour produire des axions. « L'existence des axions n'est pas prouvée, mais elle est considérée comme tout à fait probable », explique Daniel Grumiller. Avec Gabriela Mocanu, il a calculé à l'Université de technologie de Vienne (Institut de physique théorique) comment les axions pouvaient être détectés.

Particules astronomiquement grosses

En physique quantique, chaque particule est décrite comme une onde. La longueur d'onde correspond à l'énergie de la particule. Les particules lourdes ont de petites longueurs d'onde, mais les axions de faible énergie peuvent avoir des longueurs d'onde de plusieurs kilomètres. Les résultats de Grumiller et Mocanu, basés sur les travaux d'Asmina Arvanitaki et de Sergei Dubovsky (États-Unis/Russie), montrent que les axions peuvent encercler un trou noir, de la même manière que les électrons entourent le noyau d'un atome.Au lieu de la force électromagnétique, qui lie les électrons et le noyau, c'est la force gravitationnelle qui agit entre les axions et le trou noir.

Cependant, il existe une différence très importante entre les électrons dans un atome et les axions autour d'un trou noir : les électrons sont des fermions – ce qui signifie que deux d'entre eux ne peuvent jamais être dans le même état. Les axions par contre sont des bosons, beaucoup d'entre eux peuvent occuper le même état quantique en même temps. Ils peuvent créer un “boson-nuage” entourant le trou noir. Ce nuage aspire en permanence l'énergie du trou noir et le nombre d'axions dans le nuage augmente.

Un tel nuage n'est pas forcément stable. « Tout comme un tas de sable meuble, qui peut soudainement glisser, déclenché par un seul grain de sable supplémentaire, ce nuage de boson peut s'effondrer soudainement », explique Daniel Grumiller. Ce qui est excitant avec un tel effondrement, c'est que cette “bose-nova” pourrait être mesurée. Cet événement ferait vibrer l'espace et le temps et émettrait des ondes de gravité. Des détecteurs d'ondes de gravité ont déjà été développés, en 2016, ils devraient atteindre une précision à laquelle les ondes de gravité devraient être détectées sans ambiguïté. Les nouveaux calculs à Vienne montrent que ces ondes de gravité peuvent non seulement nous fournir de nouvelles informations sur l'astronomie, mais aussi nous en dire plus sur de nouveaux types de particules.


Une nouvelle théorie époustouflante relie les trous noirs, la matière noire et les ondes gravitationnelles

Les dernières années ont été incroyables pour les découvertes en physique. Les scientifiques ont repéré le boson de Higgs, une particule qu'ils chassaient depuis près de 50 ans, en 2012, et les ondes gravitationnelles, qui ont été théorisées il y a 100 ans, en 2016. Cette année, ils devraient prendre une photo d'un trou noir. . Alors, pensaient certains théoriciens, pourquoi ne pas combiner toutes les idées de physique les plus folles en une seule, un turducken de physique ? Et si, par exemple, nous essayions de repérer la matière noire rayonnant des trous noirs à travers leurs ondes gravitationnelles ?

Ce n'est vraiment pas si étrange qu'une idée. Maintenant que les scientifiques ont détecté des ondes gravitationnelles, des ondulations dans l'espace-temps engendrées par les événements physiques les plus violents, ils veulent utiliser leur découverte pour faire de vraies observations physiques. Ils pensent avoir un moyen de repérer de toutes nouvelles particules qui pourraient constituer la matière noire, une substance inconnue qui représente plus de 80 % de toute la gravité de l'univers.

"L'idée de base est que nous essayons d'utiliser les trous noirs" les objets les plus denses et les plus compacts de l'univers, pour rechercher de nouveaux types de particules", Masha Baryakhtar, chercheuse postdoctorale au Perimeter Institute for Theoretical Physics au Canada, a déclaré Gizmodo. Surtout une particule : “L'axion. Les gens le recherchent depuis 40 ans.”

Les trous noirs sont les gouffres de l'univers, si puissants que la lumière ne peut pas échapper à leur attraction une fois qu'elle y est entrée. Ils ont des champs gravitationnels si puissants qu'ils produisent des ondes gravitationnelles lorsqu'ils entrent en collision les uns avec les autres. La matière noire n'est peut-être pas constituée de particules (points de masse et d'énergie), mais si c'était le cas, nous pourrions l'observer sous forme d'axions, des particules environ un quintillion (un milliard de milliards) de fois plus légères qu'un électron, accrochées aux trous noirs. Maintenant que vous comprenez tous les termes, voici comment fonctionne la théorie.

Baryakhtar et ses coéquipiers pensent que les trous noirs sont plus que des pièges à ours pour la lumière, mais des noyaux au centre d'une sorte d'atome gravitationnel. Les axions seraient les électrons, pour ainsi dire. Si vous connaissez déjà les trous noirs, vous savez qu'ils ont des disques de gaz incroyablement chauds et à haute énergie en orbite, produits par la friction entre les particules accélérée par la gravité du trou noir. Cette théorie ignore ce genre de choses, car les axions n'interagiraient pas par friction.

En gardant l'analogie avec l'atome, les axions peuvent sauter autour du trou noir, gagnant et perdant de l'énergie de la même manière que les électrons. Mais les électrons interagissent via l'électromagnétisme, ils laissent donc échapper des ondes électromagnétiques ou des ondes lumineuses. Les axions interagissent via la gravité, ils laissent donc échapper des ondes gravitationnelles. Mais comme je l'ai dit plus tôt, les axions sont minuscules. Contrairement à un petit atome, le trou noir de ces "atomes de gravité" tourne, surchargeant l'espace qui l'entoure et le poussant à produire plus d'axions. Malgré la masse minuscule de l'axion, ce processus dit de superradiance pourrait générer 10^80 axions, le même nombre d'atomes dans tout l'univers, autour d'un seul trou noir. es-tu encore avec moi? Crazy Spinning blob fait beaucoup de choses folles.

Le plus fou de tous, nous devrions être capables d'entendre un bourdonnement d'ondes gravitationnelles provenant de ces axions se déplaçant et libérant des ondes gravitationnelles dans nos détecteurs, de la même manière que vous voyez les raies spectrales se détacher des électrons dans les atomes en cours de chimie. "Vous voyez cela à une fréquence particulière qui serait à peu près le double de la masse de l'axion", a déclaré Baryakhtar.

Il existe actuellement des détecteurs d'ondes gravitationnelles géants dispersés dans le monde, un appelé LIGO (Laser Interferometer Gravitational Wave Observatory) dans l'État de Washington, un autre LIGO en Louisiane et un autre appelé Virgo en Italie. Ceux-ci sont suffisamment sensibles pour détecter les ondes gravitationnelles et, avec des améliorations, pour détecter les axions et prouver que leur théorie est exacte. Les scientifiques auraient essentiellement besoin d'enregistrer des données, de les lire et de régler leur analyse comme une radio pour capter le signal à la bonne fréquence.

L'équipe pense également pouvoir détecter cet effet de superradiance en mesurant les spins dans des ensembles de trous noirs en collision. Si les trous noirs produisent vraiment des axions, les scientifiques verraient très peu de trous noirs à rotation rapide dans les collisions, car les effets de superradiance ralentiraient certains des trous noirs en collision et créeraient un effet visible dans les données, selon la recherche publiée ce mois-ci. dans la revue Examen physique D. Les spins des trous noirs auraient un motif spécifique que nous devrions pouvoir repérer dans les données du détecteur d'ondes gravitationnelles.

D'autres scientifiques ont été immédiatement enthousiasmés par cet article. « Je suis toujours très enthousiaste à l'idée de découvrir de nouvelles façons de détecter ma particule d'animal de compagnie préférée, l'axion ! Aussi, SUPERRADIANCE!” Dr Chanda Prescod-Weinstein, la lutteuse axionique de l'Université de Washington, a déclaré à Gizmodo dans un e-mail. « C'est tellement cool, et je n'ai pas lu un article qui parlait de [superradiance] depuis des années. C'était donc vraiment amusant de voir la superradiance et les axions dans un seul article.”

Il y a quelques inconvénients, comme il y en a avec toute théorie. Ces atomes de trous noirs théorisés devraient produire des axions d'une certaine masse, mais cette masse n'est pas idéale pour que l'axion soit une particule de matière noire, a déclaré Prescod-Weinstein. De plus, la deuxième idée de détection, celle qui examine la vitesse de rotation des trous noirs en collision, pourrait ne pas fonctionner. "Ils disent [dans l'article] qu'ils ne tiennent pas compte de l'influence potentielle d'un autre trou noir" dans la paire en collision, le Dr Lionel London, chercheur associé à la Cardiff University School of Physics and Astronomy spécialisé dans les ondes gravitationnelles modélisation, a déclaré Gizmodo. "Si cela s'avère être un effet significatif et qu'ils ne l'incluent pas, cela pourrait jeter le doute sur leurs résultats." Mais il y a de l'espoir. « Il y a de bonnes raisons de croire que l'effet d'un compagnon [trou noir] ne sera pas important.

Quand verrions-nous ce genre d'événements? Pour l'instant, les détecteurs d'ondes gravitationnelles LIGO et Virgo ne sont probablement pas prêts. "Avec la sensibilité actuelle, nous sommes sur le point de détecter les axions", a déclaré Baryakhtar. "Mais LIGO continuera d'améliorer ses instruments et à la sensibilité de conception, nous pourrions voir jusqu'à 1000 de ces signaux axioniques arriver", a-t-elle déclaré. Des milliers de bourdonnements de ces atomes de trous noirs.

Donc, si vous en êtes arrivé à ce point de l'histoire et que vous ne comprenez toujours pas ce qui se passe, un récapitulatif : nous avons ces détecteurs d'ondes gravitationnelles qui coûtent des centaines de millions de dollars chacun, qui sont bons pour repérer des choses vraiment folles qui se passent dans l'univers. Les théoriciens ont trouvé un moyen intéressant de les utiliser pour résoudre l'un des plus importants mystères interstellaires : qu'est-ce que c'est que la matière noire ? Comme pour la plupart des nouvelles idées en physique théorique, c'est quelque chose de cool à penser et n'est pas encore prêt pour le grand moment.

"Je pense que l'échelle de temps est toujours une préoccupation, mais nous ne faisons que commencer avec les découvertes LIGO", a déclaré Prescod-Weinstein. “Alors, qui sait ce qui vous attend au cours des 10 prochaines années.”


Pourquoi vous n'échapperez jamais à un trou noir

"Ils disent 'Un océan plat est un océan de problèmes. Et un océan de vagues. peut aussi être un problème.' Donc, c'est comme cet équilibre. Vous savez, c'est cette grande façon de penser orientale, vous savez, ils pensent qu'ils vous ont trompé, et puis, ils l'ont fait. -Nigel Tufnel

Les trous noirs* sont parmi les objets les plus déroutants de tout l'Univers. Des objets si denses, où la gravitation est si forte, que rien, même pas léger, peut y échapper.

Crédit d'image : impression d'artiste du MIT.

Mais il y a un certain nombre de choses très contre-intuitives qui se produisent lorsque vous vous approchez de l'horizon des événements d'un trou noir, et un très, très bonne raison pour laquelle une fois que vous l'avez traversé, vous pouvez ne jamais sortir! Peu importe le type de trou noir que vous aviez, même si vous aviez un vaisseau spatial capable d'accélérer dans n'importe quelle direction à une vitesse arbitrairement élevée.

Il s'avère que la Relativité Générale est une maîtresse très dure, en particulier lorsqu'il s'agit de trous noirs. Cela va encore plus loin que cela, remarquez, et tout cela est dû à la façon dont un trou noir déforme l'espace-temps.

Lorsque vous êtes très loin d'un trou noir, l'espace-temps est moins courbé. En fait, lorsque vous êtes très loin d'un trou noir, sa gravité est indiscernable de toute autre masse, qu'il s'agisse d'une étoile à neutrons, d'une étoile ordinaire ou simplement d'un nuage de gaz diffus.

La seule différence est qu'au lieu d'un nuage de gaz, d'une étoile ou d'une étoile à neutrons, il y aura une sphère complètement noire au centre, à partir de laquelle aucune lumière ne sera visible. (D'où le "noir" dans le surnom de "trous noirs".)

Crédit image : Astronomy/Roen Kelly, récupéré auprès de David Darling.

Cette sphère, connue sous le nom d'horizon des événements, n'est pas une entité physique, mais plutôt une région de l'espace - d'une certaine taille - d'où aucune lumière ne peut s'échapper. De très loin, il semble avoir la taille qu'il est en réalité, comme on peut s'y attendre.

Crédit image : Université Cornell.

Pour un trou noir la masse de la Terre, ce serait une sphère d'environ 1 cm de rayon, tandis que pour un trou noir la masse du Soleil, la sphère serait plus proche de 3 km de rayon, jusqu'à un trou noir supermassif - comme celui au centre de notre galaxie - qui aurait plutôt la taille d'une orbite planétaire !

De loin, la géométrie fonctionne exactement comme vous vous en doutez. Mais pendant que vous voyagez, dans votre vaisseau spatial parfaitement équipé et indestructible, vous commencez à remarquer quelque chose d'étrange à l'approche de ce trou noir. Contrairement à tous les autres objets auxquels vous êtes habitué, où ils semblent s'agrandir visuellement proportionnellement à la distance qui vous en sépare, ce trou noir semble s'agrandir beaucoup plus rapidement que prévu.

Crédit image : Ute Kraus, groupe d'enseignement de la physique Kraus, Universitat Hildesheim.

Avec le temps, l'horizon des événements devrait avoir la taille de la pleine lune dans le ciel, c'est en fait plus de quatre fois aussi grand que ça ! La raison, bien sûr, est que l'espace-temps se courbe de plus en plus à mesure que vous vous approchez du trou noir, et donc les "lignes de lumière" que vous pouvez voir depuis les étoiles de l'Univers qui vous entourent sont déformées de manière désastreuse. de forme.

Inversement, la zone apparente du trou noir semble croître et croître de façon spectaculaire au fil du temps, vous n'êtes qu'à quelques (peut-être 10) rayons de Schwarzschild, le trou noir a atteint une taille si apparente qu'il bloque presque tout le vue de face de votre vaisseau spatial.

Crédit image : Andrew Hamilton, qui a de superbes visuels sur jila.colorado.edu.

Alors que vous commencez à vous rapprocher de plus en plus de l'horizon des événements, vous remarquez que la vue de face de votre vaisseau spatial devient entièrement noir, et que même la direction arrière, qui fait face un moyen du trou noir, commence à être subsumé par l'obscurité. L'intégralité de l'Univers qui est visible pour vous commence à se refermer dans un cercle qui rétrécit derrière vous.

Encore une fois, cela est dû à la façon dont les chemins de lumière provenant de divers points se déplacent dans cet espace-temps fortement courbé. Pour ceux d'entre vous (les férus de physique) qui veulent une analogie qualitative, cela commence à ressembler beaucoup aux lignes de champ électrique lorsque vous rapprochez une charge ponctuelle d'une sphère conductrice.

Crédit image : J. Belcher au MIT.

À ce stade, n'ayant pas encore franchi l'horizon des événements, vous pouvez encore sortir. Si vous fournissez suffisamment d'accélération loin de l'horizon des événements, vous pourriez échapper à sa gravité et faire revenir l'Univers dans votre espace-temps plat en toute sécurité (asymptotiquement). Vos capteurs gravitationnels peuvent vous dire qu'il y a un gradient descendant défini vers le centre de l'obscurité et loin des régions où vous pouvez encore voir la lumière des étoiles.

Mais si vous continuez votre chute vers l'horizon des événements, vous finirez par voir la lumière des étoiles se comprimer en un petit point derrière vous, changeant de couleur en bleu en raison du décalage vers le bleu gravitationnel. Au dernier moment avant de traverser l'horizon des événements, ce point deviendra rouge, blanc, puis bleu, à mesure que les arrière-plans cosmiques des micro-ondes et de la radio se déplaceront dans la partie visible du spectre pour votre dernier aperçu de l'extérieur. Univers.

Crédit image : ZetaPrints.com.

Et alors. noirceur. Rien. De l'intérieur de l'horizon des événements, aucune lumière de l'univers extérieur ne frappe votre vaisseau spatial. Vous pensez maintenant à vos fabuleux moteurs de vaisseaux spatiaux et à la façon de sortir. Vous vous souvenez dans quelle direction se trouvait la singularité, et bien sûr, il y a un gradient gravitationnel descendant vers cette direction.

Mais vos capteurs vous disent quelque chose d'encore plus bizarre : il y a un gradient gravitationnel qui est en descente, vers une singularité, dans tout directions! La pente semble même descendre vers la singularité juste derrière vous, dans la direction que vous saviez opposée à la singularité ! Comment est-ce possible?

Parce que tu es à l'intérieur l'horizon des événements, et même tout faisceau lumineux (que vous ne pourriez jamais attraper) que vous émettez maintenant finirait par tomber vers la singularité que vous êtes trop profonde dans la gorge du trou noir ! Le pire c'est que toute accélération vous ferez vous rapprocher de la singularité à un rythme plus rapide le moyen de maximiser votre temps de survie à ce stade est de ne même pas essayer pour échapper à! La singularité est là dans toutes les directions, et peu importe où vous regardez, tout est en descente à partir d'ici.

Comme je l'ai dit, la relativité générale est une maîtresse dure, en particulier lorsqu'il s'agit de trous noirs.

(* -- Tout cela est fait pour un trou noir non rotatif ou de Schwarzschild. D'autres formes de trous noirs sont similaires, mais légèrement différentes et beaucoup plus compliquées, quantitativement.)

Plus comme ça

Je peux voir le titre maintenant

Beau compte, mais je ne peux pas m'empêcher d'essayer de prendre quelques lentes. . .

changement de couleur dans le bleu en raison du décalage vers le bleu gravitationnel.

Êtes-vous sûr qu'il y aura un décalage vers le bleu même si je suis en chute libre alors que je traverse l'horizon ? Si j'accélère pour rester un observateur de référence, alors je verrai un décalage vers le bleu - mais si je tombe librement dedans, alors la seule chose que je remarquerais serait les effets de marée (qui peuvent être arbitrairement petits pour un temps suffisamment grand trou noir).

De l'intérieur de l'horizon des événements, aucune lumière de l'univers extérieur ne frappe votre vaisseau spatial.

À moins que je manque quelque chose, cette affirmation n'est pas tout à fait juste non plus. Regardez un diagramme conforme de Penrose d'un trou noir. Il est évident que les rayons nuls coupent toujours la ligne d'univers d'un observateur en chute à l'intérieur de l'horizon des événements. Il me semble que nous pouvons toujours voir ce qui se passe dans (une partie) du monde extérieur même lorsque nous sommes à l'intérieur (jusqu'à ce que nous nous écrasions, bien sûr).

Et même si je suppose que vous avez raison, l'accélération réduira mon temps proprement dit, cela me permettrait de voir davantage le monde extérieur (décalé en bleu, bien sûr) avant de m'écraser.

Ethan, tu dis "Pour un trou noir la masse de la Terre, ce serait une sphère d'environ 1 cm de rayon, alors que pour un trou noir la masse du Soleil, la sphère serait plus proche de 3 km de rayon. " Y a-t-il une masse minimale nécessaire pour former une singularité ? Des trous noirs de 1 cm peuvent-ils se former dans la nature ?

Wesley, ce que vous demandez s'appelle un trou noir quantique, et théoriquement, ils auraient pu être créés pendant le Big Bang, lorsque les forces titanesques impliquées auraient pu comprimer n'importe quelle masse de taille dans un trou noir. Cependant, à mesure que les trous noirs « s'évaporent » lentement sous l'effet du rayonnement de Hawking, ils finissent par rétrécir, et les plus petits rétrécissent plus rapidement. Ainsi, un petit trou noir aurait probablement disparu maintenant, plus de 14 milliards d'années plus tard. Sinon, je pense qu'il faut une étoile deux fois plus grosse que notre soleil pour faire un trou noir.

Cela mérite peut-être de mentionner que ce n'est totalement noir, comme vous le dites, que si vous êtes la seule chose à tomber dans le trou noir. Si quelque chose émettant de la lumière tombe devant vous, vous le verrez, au moins jusqu'à ce que vous vous approchiez de la singularité centrale.

Quelque chose que je n'ai pas vraiment apprécié jusqu'à récemment, c'est que lorsque vous commencez ce voyage, l'horizon des événements est à une distance infinie. Vous l'atteignez en un temps fini parce que lorsque vous tombez dedans, vous gagnez en élan et les distances de référence sont contractées par Lorentz de telle sorte que vous parcourez une distance propre infinie en un temps propre fini. (Du point de vue d'un observateur distant, vous auriez toujours à parcourir une distance infinie, mais votre vitesse croissante vous accorde l'avantage d'un facteur de dilatation du temps divergent, c'est ainsi qu'il comprend que vous atteindrez l'horizon en un temps fini propre sur votre horloge même si cela prend un temps infini sur la sienne.) Je dis cela parce que je pense que l'imagerie est vive mais je ne l'ai jamais entendue utilisée dans une description populaire.

La lumière tombant derrière vous ne deviendrait-elle pas décalée vers le rouge ? La lumière une fois que vous avez dépassé l'horizon des événements d'un objet plus proche que l'infini serait encore, pendant un certain temps, visible pour vous, c'est juste que l'univers deviendrait PLUS PETIT (plutôt que 15 milliards d'années-lumière, il tomberait à 5 milliards, puis 1Md, puis 1 année-lumière, puis 1 mètre, puisque plus rien ne vous serait "visible" plus loin, et visible également en retour).

Bien que les géodésiques des surfaces très incurvées puissent garantir que cette vision « évidente » du monde plat ne tient pas.Entièrement à l'intérieur de l'horizon, là où toutes les géodésiques mènent vers la singularité, il n'y aurait d'autre source de lumière que d'autre chose à l'intérieur de ce volume. Et de sorte que, s'il émettait, il reculerait rapidement et donc se déplacerait vers le rouge.

Mais il n'y aurait rien de disponible en dehors de la plage des géodésiques (maintenant fermées), donc "noires".

La pente semble même descendre vers la singularité juste derrière vous, dans la direction que vous saviez opposée à la singularité ! Comment est-ce possible?

Parce que vous êtes à l'intérieur de l'horizon des événements. "

Je suis moi aussi troublé par l'affirmation joyeuse selon laquelle l'Univers derrière vous est un glissement bleu vers l'infini. Si vous êtes en chute libre, il ne devrait y avoir aucun changement, de toute façon (je pense). Pourriez-vous détailler ?

"Parce que vous êtes à l'intérieur de l'horizon des événements, et même tout faisceau lumineux (que vous ne pourriez jamais attraper) que vous émettez maintenant finirait par tomber vers la singularité que vous êtes trop profondément dans la gorge du trou noir ! Le pire, c'est que toute accélération que vous faites vous rapprochera plus rapidement de la singularité, le moyen de maximiser votre temps de survie à ce stade est de ne même pas essayer de vous échapper ! La singularité est là dans toutes les directions, et peu importe où vous regardez, tout est en descente à partir d'ici. "

Je ne comprends pas comment la dilatation du temps se comporterait en s'approchant de près de la singularité. N'est-il pas vrai qu'un corps ne serait jamais capable d'atteindre la singularité, en raison de la nature du temps changeant en fonction de la vitesse de la lumière ? Dans ce cas, rien autour de vous ne changerait pendant que vous tombiez, puisque le temps changerait aussi, rendant les choses plutôt normales.

Sur une autre note, je crois (corrigez-moi s'il vous plaît) la théorie de Hawking sur l'évaporation des trous noirs a été révisée. Voir les écrits de Leonard Susskind sur le sujet, à savoir The Black Hole Wars.

J'ai lu le reste du paragraphe, mais je ne vois pas comment cela pourrait affecter les gradients de gravité.

N'est-il pas vrai qu'un corps ne serait jamais capable d'atteindre la singularité, en raison de la nature du temps changeant en fonction de la vitesse de la lumière ?

Pour un observateur restant loin de l'horizon des événements, il faut à un corps en chute un temps infini pour atteindre l'horizon des événements. Dans le cadre du corps en chute, cela prend un temps fini. Explication mathématique : la transformation de coordonnées (en particulier la coordonnée temporelle) entre les deux images explose à l'horizon des événements.

Je suis moins sûr du blueshifting que d'autres ont commenté. Je comprends l'argument selon lequel, étant donné que votre vitesse approche de c (en supposant que vous n'ayez fait aucune tentative de ralentissement) à l'approche de l'horizon des événements, cela devrait produire un décalage vers le rouge. OTOH, ces photons gagnent également de l'énergie à mesure qu'ils tombent vers l'intérieur, ce qui serait la source du décalage vers le bleu mentionné dans le message original. Je n'ai pas fait le calcul, donc je ne sais pas si un effet l'emporte sur l'autre ou s'ils s'annulent exactement.

"Je ne comprends pas comment la dilatation du temps se comporterait en s'approchant de près de la singularité"

A partir du POV du fallee (oui, j'ai fait un mot cromulent !), il n'y a pas de dilatation temporelle.

De l'extérieur, au-delà de l'horizon des événements, aucune singularité ne peut être vue.

Quand on parle de science extrême, il faut être TRÈS précis dans ses définitions !

re: 11, alors vous auriez dû dire ce que vous vouliez élaborer. La raison du « parce que » ? La raison pour laquelle les lignes de gravité se penchent toutes vers la singularité ? Quelle?

"cela devrait produire un décalage vers le rouge. OTOH, ces photons gagnent également de l'énergie lorsqu'ils tombent vers l'intérieur, ce qui serait la source du décalage vers le bleu mentionné dans le message original"

Énergétiquement, un photon « tombant » vers vous gagnera de l'énergie du champ gravitationnel et sera décalé vers le bleu (puisque c'est la seule façon pour un photon d'exprimer une énergie cinétique plus élevée). Cependant, vous accélérez loin de la source, donc redshift.

Eh bien, étant donné qu'Ethan peut réellement faire les calculs, je le croirais sur parole tant qu'il avait noté la confusion au sujet de la bagarre ici. Blueshift pour un corps n'accélérant pas dans/près de l'horizon des événements verrait un blueshifting.

Mais si vous êtes en chute libre, vous accélérez.

Alors ça change les choses ?

Qu'en est-il de quelque chose "plus loin" dans le trou qui émet ? Est-ce aussi un décalage vers le rouge, ou cette discussion ne traite-t-elle pas des signaux d'aide d'autres astronomes condamnés, tombant à leur perte? Est-ce là que nous nous confondons ici?

Ce que je ne comprends pas, ou plutôt ce que je ne comprends vraiment pas, c'est pourquoi le rayonnement de Hawking est-il si spécial qu'il peut « échapper » au trou noir, là où rien d'autre ne le peut ? Aussi, pourquoi ne pouvons-nous pas détecter le rayonnement de Hawking ? Il semble que ce serait un moyen très simple de trouver des trous noirs.

Pourquoi un trou noir devrait-il être un véritable objet ponctuel, et pas seulement un espace normal, comme l'œil d'un ouragan qui est une région où le temps est généralement calme, et autour duquel circulent toutes les pressions et densités. Nous ne tombons pas directement dans le soleil alors pourquoi cela devrait-il être le cas pour la lumière et un trou noir ? Juste une zone de transit de traitement de matière à rotation rapide régulière, comme tout autre tourbillon / tornade tourbillonnant.

Marty @16 : Si je comprends bien, le rayonnement de Hawking est lié aux particules virtuelles. L'énergie et le temps obéissent à une relation d'incertitude similaire à celle de la position et de la quantité de mouvement, de sorte que l'on peut créer temporairement une paire particule-antiparticule tant qu'elles s'annihilent dans un intervalle de temps inversement proportionnel à l'énergie de la particule. L'astuce est que près de l'horizon des événements d'un trou noir, l'une de ces particules virtuelles peut s'échapper tandis que l'autre est aspirée dans l'horizon des événements. Résultat : la particule virtuelle échappée est maintenant une particule réelle, et la masse du trou noir est d'autant plus faible. La probabilité qu'une particule virtuelle s'échappe est inversement liée à la masse du trou noir, donc les trous noirs de masse stellaire ne disparaîtront pas par cette voie (au moins sur des échelles de temps raisonnables).

Chelle @16 : La raison pour laquelle votre analogie ne fonctionne pas est que le maintien d'une orbite juste en dehors de l'horizon des événements nécessite une vitesse supérieure à c, ce qui n'est pas autorisé. Une fois que vous tombez dans le rayon de l'orbite circulaire la plus interne (qui s'avère être de 1,5 rayon de Schwarzschild), vous êtes voué à tomber dans le trou noir si vous ne disposez pas d'un système de propulsion suffisamment puissant. Il est vrai que la singularité n'a pas besoin d'être un point (je crois que pour les trous noirs en rotation la solution est un anneau plutôt qu'un point). Il y a également eu des spéculations sur le fait que les trous noirs seraient des trous de ver, mais jusqu'à présent, ce n'est que pure spéculation.

Généralement correct- : -Si les photons (lumière) n'ont pas de masse comme le croient de nombreux domaines de la physique, alors vous ne seriez pas capable de voir tout en voyageant à la vitesse de la lumière, et encore moins de voir la lumière provenant de l'extérieur du navire tout en entrant dans l'horizon uniforme. (Je soupçonne qu'il serait presque impossible ou difficile à voir en voyageant même près de la vitesse de la lumière.)

Parce que les photons n'ont pas de masse, ce ne sera pas comme laisser tomber une balle de baseball en se déplaçant dans une voiture (ou même le vaisseau spatial) où la balle « semblerait » tomber directement sur le sol de la voiture ou du vaisseau. Une balle a une masse, et se déplace en perspective de son observation. Les photons n'ont pas de masse et ne suivraient donc pas cette même règle de physique. Et pour cette raison, en termes simples et en supposant que vous le puissiez : si vous vous déplacez à ou plus vite que la lumière, la lumière ne pourra pas atteindre vos yeux pour que vous puissiez voir quoi que ce soit.

Cela serait particulièrement vrai pour la lumière provenant de l'extérieur du navire si elle utilise une sorte de "déformation à bulles" comme dans * toux * la théorie de Star Trek autour du navire. Désolé pour la référence Star Trek, mais leur théorie est valable si une méthode similaire est utilisée. Cela signifie que la lumière produite à l'intérieur du navire resterait dans une perspective observable pour toute autre personne dans le navire. Par conséquent, si tel était le cas, on ne pouvait voir que des choses de l'intérieur du navire. Cependant, s'il était possible de voyager à ou plus vite que la lumière et qu'aucune méthode de "déformation" à bulles n'était utilisée, vous ne seriez pas non plus en mesure de voir à l'extérieur ou à l'intérieur du navire. Il ferait parfaitement noir.

Je peux en quelque sorte saisir le concept particule/anti particule. Est-ce que les particules qui parviennent à s'échapper sont si peu nombreuses que nous ne pouvons pas détecter le rayonnement ? On dirait que ce que vous dites, c'est que plus le trou noir est grand, plus la quantité de rayonnement de Hawking qu'il émet est faible.

"On dirait que ce que vous dites, c'est que plus le trou noir est grand, plus la quantité de rayonnement de Hawking qu'il émet est faible."

La "surface" est plus courbée, il y a donc plus de chance de capturer l'un des deux sans l'autre.

Entropiquement, la surface de l'horizon des événements définit l'entropie du trou noir (inversement), donc plus la sphère qu'il fait est petite, plus il a d'entropie, plus sa "température" est élevée et plus il rayonne d'énergie ( loi de Stéphan).

Étrange façon de penser, mais c'est une excellente démonstration d'utilisation d'une conséquence d'une théorie scientifique pour « prouver » cette théorie (prouver dans le sens ancien de « test »).

"Ce que je ne comprends pas, ou plutôt ce que je ne comprends vraiment pas, c'est pourquoi le rayonnement de Hawking est-il si spécial qu'il peut " échapper " au trou noir, là où rien d'autre ne le peut ? "

Tout ce qui est en dehors de l'horizon des événements peut s'échapper, tout ce qui est à l'intérieur ne le peut pas.

Le rayonnement de Hawking n'est pas différent.

C'est une conséquence de cette caractéristique des particules virtuelles.

S'ils apparaissent SUR l'horizon des événements (le centre d'action est sur ce plan géométrique), alors l'un est à l'intérieur de l'horizon des événements et l'autre est en dehors de l'horizon des événements.

L'un ne peut pas sortir, l'autre peut.

Si celui qui *peut* sortir entre à la place, alors il ne rayonne pas du tout.

Si celui qui *peut* sortir va dans une direction différente, alors le partenaire ne peut pas y arriver et la paire virtuelle ne peut pas s'annihiler.

Et donc ce partenaire chanceux est réel et peut aller n'importe où.

Il n'a jamais été à l'intérieur de l'horizon des événements.

Son partenaire n'a pas eu cette chance.

Est-ce que les particules qui parviennent à s'échapper sont si peu nombreuses que nous ne pouvons pas détecter le rayonnement ?

Si par "peu" vous entendez par rapport à d'autres sources possibles de telles particules, alors oui, c'est pourquoi nous ne pouvons pas détecter le rayonnement de Hawking. Je n'ai pas calculé les chiffres pour voir quel type d'expérience serait nécessaire pour obtenir des statistiques suffisamment bonnes à ce sujet (Ethan aurait peut-être une meilleure idée), mais pour les trous noirs de masse stellaire, les besoins en ressources (en termes de zone de détection et de temps) sont susceptibles d'être bien au-delà de ce qui est actuellement réalisable.

Oui, le taux d'émission de rayonnement de Hawking diminue à mesure que la masse du trou noir augmente. Il existe une gamme étroite de trous noirs quantiques que nous pourrions être en mesure de détecter - ceux qui viennent de terminer leur évaporation maintenant - mais tout ce qui est plus petit que cela aura déjà disparu, et tout ce qui est beaucoup plus grand que cela n'émettra pas assez être détectable. Et cela suppose que de tels trous noirs existent réellement à l'heure actuelle, nous n'avons aucune preuve pour ou contre cette proposition.

Je ne peux même pas me rapprocher de la compréhension de la physique, mais ce qu'il décrit ressemble étrangement à certaines des maisons de mes parents !

La raison pour laquelle votre analogie ne fonctionne pas est que le maintien d'une orbite juste en dehors de l'horizon des événements nécessite une vitesse supérieure à c, ce qui n'est pas autorisé.

Qui a dit que les photons ne peuvent pas être simplement écrasés dans les rayons gamma dans cette zone de pression juste à l'extérieur de l'horizon des événements, générant ces bulles qui sont en haut et en bas de notre Voie lactée. Il n'y aurait pas besoin d'avoir quelque chose dans l'horizon des événements, juste un espace vide régulier. Il n'y a aucune logique à ce que des choses tombent directement dans un trou de gravité, tout est toujours circule autour.

En complément de mon post précédent : j'aimerais ajouter un commentaire pour ceux qui pensent que les photons ont une masse :
Peu importe qu'ils le fassent ou non. Si vous dépassez ou allez à ou près de la même vitesse que les photons "lumière", alors les photons ne frapperont jamais vos yeux (les frapperont correctement à des vitesses proches/même) car vous voyez des objets dans votre vaisseau ou la lumière des étoiles comme bien. Cela est vrai, que les photons aient ou non une masse et que la balle tombe à l'intérieur d'un vaisseau en mouvement, l'analogie que j'ai utilisée.

Je ne suis pas physicien, donc ces questions peuvent sembler simples, mais je suis curieux. Les trous noirs émettent des jets de rayonnement à partir de leurs centres. Ces jets sont-ils figés dans leur rapport à l'horizon des événements ? Si tel est le cas, cela signifie-t-il qu'un trou noir peut être approché sous différents angles, ce qui signifierait des différences dans les effets attendus sur l'observateur ? Et si, par exemple, je m'approche d'un trou noir par derrière ? Si j'avais un vaisseau capable de combler la distance entre nous et un trou noir, alors je pourrais certainement tracer une trajectoire au-delà - pas à travers, naturellement - et ensuite l'approcher sous cet angle. Qu'est-ce qui, le cas échéant, serait différent ? Le jet de rayonnement serait-il dirigé vers moi, ou s'éloignerait-il de moi, au point où il ne serait pas détectable ?

Crédit image: Andrew Hamilton, qui a de superbes visuels ici.

Les vidéos de ce site ne montrent pas que l'univers extérieur disparaît lorsque vous traversez l'horizon des événements. L'un d'eux a la légende "Remarquez que vous ne pouvez pas dire quand vous passez à travers l'horizon."

Tout cet article n'est-il pas de la pure spéculation ? Puisque rien ne peut s'échapper d'un trou noir, comment pouvons-nous ou toute autre entité sensible savoir ce qui se passe à l'intérieur ?

Nous savons que le TEMPS ralentit dans un champ de gravité. Une horloge sur Mars tourne légèrement plus vite qu'une horloge sur Terre par exemple. Et nos satellites GPS corrigent cela.

Il est tout à fait possible qu'à l'intérieur de l'horizon des événements d'un trou noir, le TEMPS s'arrête complètement.

« Les trous noirs émettent des jets de rayonnement à partir de leurs centres.

Non, les jets ne sont pas émis depuis le centre. Les jets sont formés par la matière entrant dans le trou noir. Lorsque la matière est aspirée, d'énormes forces de marée font qu'une partie de la matière est éjectée aux pôles avec une énergie énorme. Cela ne vient pas de l'intérieur, mais plutôt de l'extérieur de l'horizon des événements.

Ethan, une question d'un non-expert. La spaghettification à proximité de la singularité du trou noir, combinée au confinement des quarks, ne devrait-elle pas créer un jet de hadrons sans fin ?

Si le vaisseau spatial indestructible était équipé d'une chaîne de remorquage indestructible connectée à un vaisseau à l'extérieur du trou noir, pourrait-il être retiré ?

non, le deuxième navire sera tiré avec le premier navire s'ils sont connectés. à moins que le moteur de remorquage ne soit alimenté par un autre trou noir de plus grande taille. etc.

1) Le message est incorrect - vous pouvez voir l'univers extérieur une fois que vous avez traversé l'horizon des événements

2) En outre, il propage l'erreur "plus vous luttez, moins vous avez de temps". Ceci est *uniquement* vrai si vous tombez du repos à l'horizon des événements. Si vous traversez l'horizon avec n'importe quelle vitesse, vous pouvez tirer vos roquettes pour maximiser le temps que vous passez avant de toucher la singularité.

http://xxx.lanl.gov/abs/0705.1029
No Way Back : Maximiser le temps de survie sous l'horizon des événements de Schwarzschild

Geraint F. Lewis, Juliana Kwan
(Soumis le 8 mai 2007 (v1), dernière révision le 15 mai 2007 (cette version, v2))
On sait depuis longtemps qu'une fois que vous avez franchi l'horizon des événements d'un trou noir, votre destin repose sur la singularité centrale, indépendamment de ce que vous faites. De plus, votre disparition se produira dans un laps de temps limité. Dans cet article, l'utilisation de roquettes pour prolonger le temps avant la collision avec la singularité centrale est examinée. En général, l'utilisation de telles roquettes peut augmenter votre temps restant, mais seulement jusqu'à une valeur maximale, cela est en contradiction avec l'affirmation « plus vous luttez, moins vous avez de temps » qui est parfois discutée en relation avec les trous noirs . Les équations dérivées sont simples à résoudre numériquement et le cadre peut être utilisé comme outil d'enseignement de la relativité générale.

"Il n'y a aucune logique à ce que des choses tombent directement dans un trou de gravité, tout circule toujours autour. "

Bien sûr, il ne tomberait pas « directement dedans », il « circulerait ». mais une fois au-delà de l'horizon des événements, quelle que soit la vitesse à laquelle il ira, son orbite serait une spirale vers l'intérieur (vers le bas ?).

C'est une courbure de l'espace-temps, qui ne fait que se déformer à mesure que vous vous rapprochez du centre de masse. Cela ne ressemble en rien à un ouragan.

« Cet article entier n'est-il pas de la pure spéculation ? Puisque rien ne peut s'échapper d'un trou noir, comment pouvons-nous ou toute autre entité sensible savoir ce qui se passe à l'intérieur ?

Ouais! Ce sont des mathématiques très amusantes faites avec la théorie qui a prédit de nombreuses propriétés que nous sommes capables de voir, et décrivant la géométrie et les effets que les mathématiques décrivent. Ça craint que si la théorie est juste, alors nous ne pourrons jamais la tester. C'est dommage qu'il soit probablement vrai que nous ne pouvons pas tester l'intérieur des trous noirs si la théorie est fausse.

>> Comment pouvons-nous ou toute autre entité sensible savoir ce qui se passe à l'intérieur ?"

Trouvez-en un et tombez dedans - ce n'est pas parce que vous ne pouvez pas communiquer avec le monde extérieur que vous ne pouvez pas vivre ce qui se passe.

@30 Oh, d'accord. Je comprends. Merci!

Étant donné que les systèmes solaires et les galaxies tournent TOUS (n'est-ce pas), il semblerait que les trous noirs des étoiles effondrés et le centre des trous noirs des galaxies tourneraient TOUS.

Et oui, j'ai lu votre note de bas de page "(* -- Tout cela est fait pour un trou noir non rotatif ou de Schwarzschild. D'autres formes de trous noirs sont similaires, mais légèrement différentes, et beaucoup plus compliquées, quantitativement.)"

Mais il me semble que les trous noirs en rotation sont extrêmement différents. Au mieux que je puisse suivre, il semble que toute la matière et l'énergie traversent l'horizon des événements (d'un trou noir en rotation) tangentiellement plutôt que perpendiculairement à l'horizon des événements (comme avec un trou noir non rotatif). De plus, il semble que toute la matière et l'énergie traversant l'horizon des événements d'un trou noir en rotation ont été accélérées à des vitesses relativites et tourneront avec le trou noir et autour du trou noir pendant plusieurs ou plusieurs rotations avant de traverser l'horizon des événements. Par conséquent, l'effet de marée déchirant les planètes ou les astronautes serait beaucoup plus important. etc. Ce qui signifie que la structure de tout objet classique aura été déchirée et ainsi traverser l'horizon des événements sera un événement quantique.

Donc, plus je comprends ou pense comprendre, il semble que les trous noirs rotatifs soient très différents des trous noirs non rotatifs. (par exemple, le glissement relativiste et le cadre à l'horizon des événements et les singularités de l'anneau plutôt que le point). Mais le plus important, je ne peux penser à aucune situation physique qui mène à un trou noir non tournant.

Des descriptions physiques aussi simples d'un trou noir non rotatif « Alors que vous commencez à vous rapprocher de plus en plus de l'horizon des événements, vous remarquez que la vue avant de votre vaisseau spatial devient entièrement noire, et que même la direction arrière, qui fait face à du trou noir, commence à être subsumé par les ténèbres." semblent totalement faux pour toute situation physique plausible.Parce que toutes les situations physiquement plausibles tournent, l'avant du vaisseau spatial se déplacera tangentiellement vers l'horizon des événements du trou noir PAS perpendiculairement vers l'horizon des événements. Ainsi, traverser un horizon d'événements de trou noir physique plausible sera un événement plus dynamique (par exemple, relativitique, marémotrice et quantique) que traverser un Schwarzchild (horizon d'événements non rotatif).

Si je comprends mal, merci de me renseigner. Merci beaucoup.

Bien sûr, il ne tomberait pas « directement dedans », il « circulerait ». mais une fois au-delà de l'horizon des événements, quelle que soit la vitesse à laquelle il ira, son orbite serait une spirale vers l'intérieur (vers le bas ?).
C'est une courbure de l'espace-temps, qui ne fait que se déformer à mesure que vous vous rapprochez du centre de masse. Cela ne ressemble en rien à un ouragan.

Je pense que vous avez subi un lavage de cerveau et que vous avez perdu un peu de bon sens sur la façon dont les choses physiques fonctionnent dans la réalité. Si vous avez des choses qui tournent à la pression la plus élevée, vous formez un anneau tout comme vous auriez 2 arches qui seraient pressées l'une contre l'autre, une telle structure empêcherait tout le reste d'entrer dans le noyau et maintiendrait la pression à l'extérieur, juste comme le fait un ouragan, la structure opposée d'un objet de type hémisphère de Magdebourg. Une fois la construction brisée, vous obtenez une supernova. Pensez à la façon dont vous ne pouvez pas casser un œuf à cause de sa coquille dure, la pression est perpendiculaire. La zone de pression juste à l'extérieur de l'horizon des événements d'un «trou noir» formerait une coquille. les gens ont besoin de réfléchir un instant, au lieu de regarder cet objet ponctuel qui aspire tout jusqu'à son cœur, c'est contre toute logique, ce n'est que dans votre tête que vous pouvez proposer un objet de type fantasme, pas dans la vraie vie. Disons que si un BH est réel, comme décrit, que sa lentille de gravité aurait un point focal où toute la lumière groupée génère un immense point chaud qui serait en contraste avec le point froid que serait le BH quand il aspire toute cette chaleur (légère) du point de vue de la gravité, regardez le noyau des galaxies et ce que vous voyez sont des points brûlants comme la façon dont vous allumeriez un feu en utilisant la friction avec un morceau de bois et un fil, rien de tel que ce type de BH , s'il te plaît.

Parfois, vous vous vérifiez vraiment comment les choses fonctionnent vraiment physiquement. Ce que vous avez écrit ci-dessus n'a vraiment pas sa place sur un blog scientifique.

il y a un bon article sur wiki sur la rotation des trous noirs

pense que cela répondra à quelques-unes de vos questions. Et vérifiez la métrique Kerr et la métrique Ker-Newman comme solutions.

il y a un bon article sur wiki sur la rotation des trous noirs

pense que cela répondra à quelques-unes de vos questions. Et vérifiez la métrique Kerr et la métrique Ker-Newman comme solutions.

Article informatif bien écrit.

J'ai subi un lavage de cerveau ? Eh bien, cela a du sens. Je me demandais à quoi servait la partie avec les sangles et les pinces à œil. Cela semble plutôt suspect maintenant. Ils m'ont dégoûté de Beethoven, tu sais.

J'ai une objection philosophique à toute spéculation sur ce qui se passe au-delà de l'horizon des événements. Avec une extrême certitude, nous n'avons aucune donnée, et à moins que tout ce que nous savons soit faux, nous ne le ferons jamais.

>>J'ai une objection philosophique à toute spéculation sur ce qui se passe au-delà de l'horizon des événements. Avec une extrême certitude, nous n'avons aucune donnée, et à moins que tout ce que nous savons soit faux, nous ne le ferons jamais.

C'est faux - vous pouvez le découvrir - il suffit de sauter dedans et de voir si les modèles mathématiques tiennent ou échouent.

"Mais il me semble que les trous noirs en rotation sont extrêmement différents"

Ils sont extrêmement différents. Ou du moins les mathématiques de leur physique le sont. Ils peuvent même être toroïdaux et dépourvus de toute singularité cachée.

Mais les tenseurs que vous devez faire et les opérations sur eux sont VRAIMENT difficiles.

Et pour être massivement différent, vous avez besoin de beaucoup de rotation.

Il y a une étoile (une variable) qui tourne si vite qu'elle perd son atmosphère régulièrement (la raison de sa variabilité). Je ne me souviens pas de l'ID par cœur, car c'est quelque chose comme ND1304355. Ou un autre crud sans mémoire comme ça.

"Il est tout à fait possible qu'à l'intérieur de l'horizon des événements d'un trou noir, le TEMPS s'arrête complètement."

À partir du point de vue d'un observateur regardant une horloge tomber, le temps s'arrêtera à l'approche de ce que vous voyez comme l'horizon des événements.

Ensuite, un peu comme cette tortue grecque classique courant la flèche, elle n'atteint jamais réellement cet horizon.

Encore plus étrange, vous pouvez accélérer le temps sur cette horloge autant que vous le pouvez en vous rapprochant du trou noir et le ralentir en vous éloignant.

« J'aimerais ajouter un commentaire pour ceux qui pensent que les photons ont une masse : »

Ils ont une masse tant qu'ils existent.

"Peu importe qu'ils le fassent ou non."

Donc croire ou non à la masse de photons n'a rien à voir avec votre message. Alors pourquoi avez-vous utilisé cet ouvre-porte ?

"Si vous dépassez ou allez à la même vitesse ou à peu près à la même vitesse que les photons "lumière", alors les photons n'atteindront jamais vos yeux"

Depuis votre POV, voyageant à la vitesse de la lumière, la lumière des autres objets va TOUJOURS à la vitesse de la lumière.

Cependant, étant donné que votre trajectoire spatio-temporelle à la vitesse de la lumière se produit sur une distance perçue nulle, en prenant un temps perçu nul, il n'y a aucune chance que quoi que ce soit vous frappe réellement pour être détecté avant d'atteindre votre destination.

Ce que vous avez écrit ci-dessus n'a vraiment pas sa place sur un blog scientifique.

Pourquoi pas, êtes-vous sûr à 100% que le noyau d'une galaxie est un trou noir, et non une zone de transition comme un ouragan ? Jetez un œil à l'image liée ci-dessous, et celle de la profondeur de la fosse dans l'espace-temps ci-dessus, et dites-moi ce qui a le plus de sens scientifiquement.

@44 - CB
Haha, la technique Ludovico est tellement dépassée en matière de contrôle mental, un peu de sensationnalisme suffit amplement pour faire couler la dopamine :D

"Pourquoi pas, êtes-vous sûr à 100% que le noyau d'une galaxie est un trou noir"

Les chances que ce soit autre chose sont si proches de zéro qu'on peut le voir par temps clair.

Êtes-vous certain à 100% que vos idées ne sont pas plantées là par une sonde extraterrestre dans votre cerveau ?

Eh bien, c'était il y a quelque temps, voyez-vous.

Maintenant, si vous voulez bien me pardonner, mon lavage de cerveau m'oblige à poser une question ou deux : dans cette idée de « galaxie = ouragan », qu'est-ce qui fait que la « force descendante » contre le « courant ascendant » au centre forme? La gravité fait cela dans un ouragan, mais dans une galaxie, la gravité est "vers l'intérieur". Et comment fonctionne cette idée de « tourner tout en l'air » lorsque le mur de l'œil, la partie la plus rapide de l'ouragan, ne bloque pas l'air et que c'est à l'intérieur du mur que se trouve le plus grand courant ascendant ? Il semble que l'idée ne fonctionne même pas dans les ouragans, encore moins dans d'autres types de tourbillons ou d'objets en rotation.

Et est-ce que votre preuve est vraiment juste que les ouragans et les grandes galaxies spirales se ressemblent un peu ? Pratique, mais il y a plus que quelques différences importantes.

Je pense que vous voudrez peut-être réfléchir au pouvoir de lavage de cerveau de l'ego. Et aussi des super-amis.

« Êtes-vous certain à 100 % que vos idées ne sont pas plantées là par une sonde extraterrestre dans votre cerveau ? »

J'ai déjà pensé que Superfriends - le seul autre endroit où j'ai entendu cette idée de "la filature crée des champs de force impénétrables (ou tout ce dont l'intrigue a besoin aujourd'hui)" - a été créée par des extraterrestres afin de paralyser l'esprit des plus grands de la terre. super-héros.

« Et est-ce que votre preuve est vraiment que les ouragans et les grandes galaxies spirales se ressemblent un peu ? »

Bien que leur causalité soit complètement différente.

Le mouvement des bras spiraux est le résultat du mouvement des ondes de densité, et la naissance puis la mort qui en résultent font que les bras semblent tourner.

Les bras tournent plus vite que les étoiles.

"Le mouvement des bras spiraux est le résultat du mouvement des ondes de densité, et la naissance puis la mort qui en résulte font que les bras semblent tourner."

Et les ouragans sont alimentés par la convection et l'effet Coriolis.

Mais je suppose que ce qui a le plus de sens scientifique, c'est ce qui est aussi la réponse la plus superficielle de la similitude visuelle qui ignore les mécanismes sous-jacents. Si je n'avais pas subi de lavage de cerveau, j'aurais réalisé que "comment" n'a pas d'importance. Ça craint parce que ça semble tellement plus facile dans l'autre sens, sans avoir à comprendre quoi que ce soit. :(

qu'est-ce qui fait que la "force vers le bas" contrecarre le "courant ascendant" au centre et permet à un œil de se former ? La gravité fait cela dans un ouragan, mais dans une galaxie, la gravité est "vers l'intérieur".

non non la gravité n'est pas (seulement) vers l'intérieur, le noyau d'une galaxie est le centre de masse, mais vous devez le regarder comme une plaque géante. Regardez notre sol comme un point dans le système et qu'il envoie ses flèches de gravité dans toutes les directions, également directement dans l'espace perpendiculairement à la forme plate de la Voie lactée, la gravité d'une galaxie n'est pas seulement vers l'intérieur. Maintenant, regardez aussi le champ de plasma géant qu'est une galaxie (champ magnétique interplanétaire) par rapport à l'univers ouvert qui est froid, là vous avez vos différences de pression, entre le chaud et le froid. Vous pouvez regarder une galaxie comme deux ouragans collés l'un à l'autre, et la force centrifuge qui fait s'étirer une galaxie, de la même manière qu'un ouragan s'étend autour de son noyau.

Et comment fonctionne cette idée de « tourner tout en l'air » lorsque le mur de l'œil, la partie la plus rapide de l'ouragan, ne bloque pas l'air et que c'est à l'intérieur du mur que se trouve le plus grand courant ascendant ? Il semble que l'idée ne fonctionne même pas dans les ouragans, encore moins dans d'autres types de tourbillons ou d'objets en rotation.

Oui c'est le cas, le noyau de la galaxie / de l'ouragan est l'endroit où le plasma / l'air chaud peuvent projeter dans l'espace c'est le point faible ou on pourrait dire le point focal (œil), autour duquel tout tourne, regardez à nouveau comment la gravité se propage partout / plaque, mais le plus faible est dans le noyau, donc tout peut jaillir, c'est tout le contraire d'un trou noir.

« Êtes-vous certain à 100 % que vos idées ne sont pas plantées là par une sonde extraterrestre dans votre cerveau ? »

J'ai déjà pensé que Superfriends - le seul autre endroit où j'ai entendu cette idée de "la filature crée des champs de force impénétrables (ou tout ce dont l'intrigue a besoin aujourd'hui)" - a été créée par des extraterrestres afin de paralyser l'esprit des plus grands de la terre. super-héros.

Ha-ha, c'est l'inverse autour du trou noir est en effet une idée extraterrestre pour paralyser l'esprit des plus grands scientifiques de la terre (indice) et des super-héros, c'est ainsi que les plans fonctionnent, vous ne comprenez pas, mais je suis un Super-Vilain alias Dr. Doom et ce type de BH s ** t ne fonctionne pas sur moi :D

"Regardez notre sol comme un point dans le système et qu'il envoie ses flèches de gravité dans toutes les directions, également directement dans l'espace perpendiculairement à la forme plate de la Voie lactée, la gravité d'une galaxie n'est pas seulement vers l'intérieur."

Um perpendiculaire au plan de la galaxie mais pointant toujours vers la galaxie est « vers l'intérieur ».

Non ce n'est pas le cas, la paroi oculaire est forcément perméable. C'est la force descendante du cyclone secondaire qui se forme au-dessus de l'ouragan qui exerce une force descendante poussant l'œil. Sans cela, l'œil ne se formerait pas.

"Vous pouvez regarder une galaxie comme deux ouragans collés l'un à l'autre, et la force centrifuge qui fait s'étirer une galaxie, de la même manière qu'un ouragan s'étend autour de son noyau."

Et quand vous faites cela et voyez ce qui est prédit par cela, et les mécanismes requis, et vous ne trouvez ni l'un ni l'autre. Cela ne correspond pas du tout à la réalité. Cela ressemble superficiellement à une image fixe d'une galaxie si vous ne regardez pas très attentivement.

"regardez comment la gravité est répartie partout / plaque, mais le plus faible est dans le noyau"

MDR! Essayez de regarder la réalité un jour, mec, au lieu de votre imagination sur la façon dont elle pourrait être basée sur le « ressemble à un ouragan, non ? » observation.

"Je suis un Super-Vilain alias Dr. Doom"

Dr. Doom a été vaincu par Squirrel Girl, donc. ouais, ça sonne bien.

Essayez de regarder la réalité un jour

Je le fais, peut-être devriez-vous faire de même, au lieu de rêver de trous noirs. Voici une image infrarouge d'un ouragan : http://tinyurl.com/hurricane-infrared

"Les images d'aujourd'hui du puissant ouragan Igor ont montré la forme parfaite de la tempête et les eaux océaniques chaudes qui l'entourent qui la maintiennent alimentée. Les données infrarouges de la NASA ont également révélé une énorme différence de 170 degrés entre les sommets froids des nuages ​​​​de l'ouragan Igor et les températures chaudes de la surface de la mer l'alimenter ci-dessous."

En vous concentrant sur la simplicité de la gravité, vous perdez la complexité ou la réalité hors de vue.

Je veux dire "regarde" comme au-delà du plus superficiel, pas "Regarde, une spirale ! Toutes les spirales sont les mêmes ! Derp !" Et même cette brève description et l'image elle-même montrent au moins 4 choses qui montrent qu'il n'y a absolument pas plus de lien entre les deux que "Derp ! Une spirale !" Je suppose que les tournesols sont aussi des ouragans.

Saviez-vous que le Dr Doom était un médecin autoproclamé sans véritables références ? Ça sonne à propos.

Chelle aime mélanger la physique, se concentrer sur un aspect qu'il trouve pertinent et ignorer absolument tout le reste qu'il trouve gênant ou qu'il ne comprend pas complètement. Alors vous le laissez simplement explorer ses fantaisies, parce que des arguments scientifiques solides ne fonctionneront pas vraiment avec lui.

Je n'ai pas l'intention d'écrire de longs essais sur les raisons pour lesquelles les ouragans et les galaxies ne peuvent pas être comparés.

Mais j'écrirai qu'il y a un autre vortex en spirale qui se forme chaque fois que vous tirez la chasse d'eau. Pourquoi être si obsédé par les ouragans, alors que la mécanique des toilettes décrit tellement mieux les galaxies.

Hm, oui, cela fonctionne beaucoup mieux comme analogie. Et puisque l'analogie == fait, je suppose que cela signifie que nous pouvons nous attendre à ce que les trous noirs "sauvegardent" occasionnellement et que ce qui y a été aspiré auparavant recrache partout sur le sol juste au moment où vous êtes sur le point de partir pour le travail et oh Dieu l'odeur -- l'odeur !

Je suppose que les tournesols sont aussi des ouragans.

Oui, c'est pourquoi les tournesols de Vincent van Gogh sont des œuvres si extraordinaires. d'ailleurs dans celui-ci, vous pouvez voir le docteur jeter un coup d'œil au coin de la rue :
http://en.wikipedia.org/wiki/File:Vincent_Willem_van_Gogh_128.jpg

Quoi qu'il en soit, dans tous les cas c'est une question d'organisation les graines dans l'assiette de tournesol doivent être nourries en évoluant dans les objets qu'elles sont, les molécules d'eau dans les toilettes doivent s'écouler, l'air chaud doit sortir, pour une galaxie, c'est le plasma de l'ensemble qui est arraché en rayons gamma et rayons X.

d'ailleurs je dois me proclamer médecin car je suis celui qui vous enseigne et tous les autres qui ne voient pas la lumière, une leçon ici. car sinon nous serons tous condamnés.

Chelle aime mélanger la physique, se concentrant sur un aspect qu'il trouve pertinent, .

. et ne tenant absolument pas compte de tout ce qu'il trouve gênant ou ne comprend pas complètement.

Ce n'est pas correct, qu'est-ce qu'il y a de difficile à comprendre sur le concept de trou noir. Il en va de même pour la gravité, c'est une force entre le point A et le point B. Mais dans le cas de l'utilisation d'un trou noir comme noyau d'une galaxie, vous éliminez de nombreuses autres dynamiques sous-jacentes.

il y a un autre vortex en spirale qui se forme chaque fois que vous tirez la chasse d'eau.

C'est en effet aussi un bon exemple, une structure où la matière cherche la sortie dans un mouvement en spirale, et la sortie n'est dans tous les cas pas un trou noir.

Pourquoi être si obsédé par les ouragans, alors que la mécanique des toilettes décrit tellement mieux les galaxies.

Cela ne fait aucune différence pour moi, j'aurais pu évoquer cet exemple de moment cinétique et d'écoulement secondaire, mais dans ce cas il n'y a pas d'effet de coriolis à cause de l'orientation de la plomberie, donc un ouragan est un événement dans un espace ouvert plus naturel réglage.

"Ce n'est pas correct, qu'est-ce qu'il y a de difficile à comprendre sur le concept de trou noir. Il en va de même pour la gravité, c'est une force entre le point A et le point B."

bien. voyez, ce n'est pas vraiment correct. Comme vous le savez sûrement, la gravité est la quantité de courbure de l'espace-temps. Pour citer Wheeler : « La matière indique à l'espace comment se courber, et l'espace indique à la matière comment se déplacer. Et c'est beaucoup plus difficile à comprendre vraiment que l'approche newtonienne de deux corps s'attirant.

Je dis que vous ne tenez pas compte de ce que vous n'aimez pas parce que vous l'aimez. Vous ignorez les preuves, l'observation expérimentale. Et dans mon livre, ce n'est pas ainsi que les scientifiques travailleraient. Je n'ai aucune objection à ce que vous croyiez en l'univers plasma. C'est ton droit. Mais à part de jolies images, pensez aux causes et aux effets, puis pensez aux preuves expérimentales. S'il n'y en a pas, désolé... mais ça ne tient tout simplement pas l'eau.

Dans votre modèle d'ouragan... que font les étoiles au centre de notre orbite galactique ? L'œil du cyclone n'est-il pas censé être calme ? Utilisez la relativité ou utilisez le newton, peu importe, vous tracez les rotations et vous obtenez une masse immense au centre. Qu'est-ce que c'est? Bien.. vous ne croyez pas aux trous noirs, alors qu'est-ce que c'est ? Tout le discours sur Coriolis et les pressions n'a aucune pertinence ici. Mécanique simple. qu'y a-t-il au centre qui fait que les étoiles se précipitent autour de lui ? Merci si vous pouvez répondre.

Bel article mais quelques cheveux à couper, ce que j'ai fait dans un court article le prendre comme, comment l'appelez-vous, à droite, "lien-amour", il il:
http://www.science20.com/alpha_meme/riding_long_train_down_black_hole-9…

Qu'y a-t-il au centre qui fait que les étoiles se précipitent autour de lui ?

Rien de spécial, c'est l'interaction de toutes les particules, le magnétisme, la thermodynamique (à l'intérieur du plasma chaud contre l'extérieur de l'espace vide froid), ainsi que l'augmentation de la gravité vers le centre, qui provoquent la génération d'une spirale. Le central surface est plus spécifique car c'est l'endroit où se produit le plus de friction et où la matière / énergie est libérée dans l'espace (rayons X gamma et amp).

Quoi qu'il en soit, Victor Von Doom ne serait pas le Dr Doom s'il n'avait pas évoqué du Doom Metal et un autre exemple éducatif pour prouver son point de vue, regardez ce clip et comment une fosse circulaire se forme de nulle part :

Tout est une question d'interaction, il n'y a pas besoin d'un seul centre point autour duquel tout tourne, comme un trou noir, il tourne plus ou moins sur lui-même, tout comme le font un ouragan, ou bien d'autres tourbillons.

"il n'y a pas besoin d'un point central autour duquel tout tourne, comme un trou noir, il tourne plus ou moins autour de lui-même"

Haha.. OMG.. vous êtes sérieux n'est-ce pas.. Mais voyez ici, IL Y A un point central. Et ce n'est pas une chose inventée, c'est OBSERVÉ avec des télescopes.

Et puisque vous aimez lier youtube.. le voici

Votre modèle n'est pas d'accord avec l'observation. Désolé docteur Doom. Pas de plasma hautement énergisé ou autre. Tout cela apparaîtrait dans les télescopes et autres équipements de mesure... mais ce n'est pas le cas. Donc comme je l'ai dit avant. Si ce n'est pas en accord avec l'observation, ce n'est même pas une théorie... c'est de la rêverie.

Haha.. OMG.. vous êtes sérieux n'est-ce pas.. Mais voyez ici, IL Y A un point central. Et ce n'est pas une chose inventée, c'est OBSERVÉ avec des télescopes.

Oui, bien sûr, si vous utilisez un microscope pour étudier les gouttes d'eau et d'air (molécules) qui volent à l'intérieur d'un ouragan, vous obtiendrez également des observations cycliques assez intéressantes qui seront très similaires à ces vagues images.

Et n'est-ce pas une coïncidence très heureuse que nous puissions regarder de notre petite planète directement au cœur de la forêt (une galaxie avec 200-400 milliards d'autres étoiles), sans avoir notre vue bloquée par trois autres (étoiles). Un picomètre à gauche, à droite, en haut ou en bas, et nous n'aurions rien vu, quelle chance peut-on être.

"Oui, [les tournesols sont des ouragans]"

Bwa ha ha ha ! Oh mon Dieu, c'est riche. À part le fait que les deux soient une spirale, il n'y a littéralement rien de similaire entre eux. Les mécanismes sont totalement différents. Les tournesols ne tournent pas. Ils poussent vers l'extérieur d'une manière qui optimise l'utilisation de l'hormone de croissance. Il n'y a pas de cyclone secondaire créant un « œil ». Il n'y a aucune implication de l'effet Coriolis (comme dans la galaxie).

Je pourrais parler toute la journée de cette incroyable révélation de stupidité.

Qu'il suffise de dire : vous êtes exactement comme les imbéciles de l'univers électrique. Vous voulez déclarer que tout dans l'univers est le résultat d'un seul phénomène, mais vous ne comprenez même pas ce phénomène au niveau le plus élémentaire, encore moins le reste de l'univers, et ne peut donc même pas commencer à comprendre pourquoi il n'explique pas ce que vous voulez qu'il fasse.

La seule chose que vous devez enseigner est comment faire une observation superficielle de similitude et ne jamais prendre la peine d'aller au-delà est une folie.

Mais je pense que la plupart d'entre nous le savaient déjà. Merci pour rien. mais rigole ! =D

Vous ne lisez pas ce que j'écris, et non, je ne veux pas déclarer que tout dans l'univers est le résultat d'un seul phénomène.

Quand j'ai dit que la spirale d'un tournesol était semblable à celle d'une galaxie, j'ai dit que c'était à cause d'un organisationnel raison, comme tu dis : "Ils poussent vers l'extérieur d'une manière qui optimise l'utilisation de l'hormone de croissance."

Vous riez pour les mauvaises raisons, de toute façon un rire est un rire, alors je suppose que tout va bien, ça me fait même sourire : )

Ce blog reçoit toujours de telles manivelles amusantes dans les commentaires.

La "raison organisationnelle" pour laquelle un tournesol a une spirale ne ressemble en rien à la raison pour laquelle un ouragan a une spirale qui ne ressemble en rien à la raison pour laquelle une galaxie a une spirale - la spirale dans une galaxie spirale n'est même pas le résultat du mouvement de son parties constitutives!

De plus, la spirale d'un tournesol ne ressemble pas du tout à une galaxie. Dans un tournesol, vous pouvez trouver au moins 3 ensembles différents de spirales portant chacun une relation avec la séquence de Fibonacci. Faites cela avec une galaxie, et vous aurez peut-être fait une observation utile.

Bien qu'il ne soit pas du tout surprenant que le nombre d'or apparaisse quelque part, cela n'implique toujours aucune similitude entre les mécanismes sous-jacents.

Les tournesols ne ressemblent que superficiellement aux galaxies et il n'y a aucune implication significative de l'un à l'autre. Idem avec les ouragans. Vous pouvez dire que je vous ai mal compris en disant le premier, mais il ne fait aucun doute que vous avez revendiqué le dernier - alors je me moque de vous pour toutes les bonnes raisons.

Les botanistes ont montré que les plantes poussent à partir d'un seul petit groupe de cellules juste à l'extrémité de toute plante en croissance, appelée méristème. Il y a un méristème séparé à l'extrémité de chaque branche ou rameau où de nouvelles cellules se forment. Une fois formées, elles grossissent, mais de nouvelles cellules ne se forment qu'à ces points de croissance. Les cellules situées plus tôt dans la tige se développent et le point de croissance s'élève. De plus, ces cellules se développent en spirale, comme si la tige se tourne d'un angle puis une nouvelle cellule apparaît, tournant à nouveau, puis une autre nouvelle cellule est formée.

Donc les étoiles orbitent (tour) le centre de la galaxie de la même manière que les planètes tournent (tour) le Soleil, mais dans ce cas, les étoiles elles-mêmes contribuent au champ gravitationnel global de la galaxie. Comme ils orbitent dans un disque (tour), il y a parfois des "ondes" de gravité qui se propagent à travers ce disque. Cela peut provoquer un embouteillage galactique, faisant s'accumuler la matière à ces positions et s'étirer entre les vagues. Parce que les étoiles sont relativement petites, elles ne sont pas beaucoup affectées par ces embouteillages. Mais les nuages ​​de gaz peuvent être énormes, des milliards de kilomètres de diamètre, et lorsqu'ils heurtent les embouteillages, ils peuvent entrer en collision. Cela peut faire s'effondrer certains des nuages. Lorsque les nuages ​​s'effondrent, ils forment des étoiles. Les étoiles les plus brillantes illumineront les nuages, les rendant visibles.

Maintenant, comment pensez-vous que la gravité se propage à travers une galaxie ? Ne serait-ce pas étape par étape, et tour par tour comme à chaque fois neuf tournant des étoiles se forment et la gravité se concentre, donc d'une certaine manière, c'est très similaire à la façon dont les cellules se développent sur une plante, étape par étape après chaque tour, formant un disque en spirale, évoluant pendant de nombreuses années de quelques cellules à la structure géante qu'elle est devenue.

Pour les ouragans le Docteur vous prescrit ce clip :
http://www.youtube.com/watch?v=4f45jA5UxB0

Voyez comme c'est comme une galaxie. tout petit événement peut déclencher un tourbillon initial (tour) comme un diable de poussière, une première vague, pour devenir plus tard un groupe de tourbillons (tour) qui se renforce et se transforme en une spirale géante (tour).

Pour l'ouragan le mouvement au dessus de l'eau chaude joue un rôle décisif, maintenant ne pensez-vous pas que les nuages ​​de poussière qui se transforment en étoiles émettant du plasma et de la chaleur n'est pas quelque chose d'assez similaire, ou une fleur qui a évolué pendant l'été, aspirant toute cette chaleur.

d'ailleurs avez-vous lu sur cette page Wiki :

Des résultats récents suggèrent que l'orientation de l'axe de rotation des galaxies spirales n'est pas le fruit du hasard, mais qu'elles sont plutôt alignées préférentiellement le long de la surface des vides cosmiques. C'est-à-dire que les galaxies spirales ont tendance à être orientées à un angle d'inclinaison élevé par rapport à la structure à grande échelle de l'environnement. Ils ont été décrits comme s'alignant comme des "perles sur une ficelle", avec leur axe de rotation suivant les filaments autour des bords des vides.

Et vérifiez cela, et pensez à quel point les graines de tournesol sont limitées à certaines positions pour s'organiser, car elles ont également besoin d'un certain vide entre les deux pour évoluer dans les graines qu'elles sont, sinon elles seraient devenues une graine géante, presque comme un noix de coco.

Lorsque les géodésiques dépassent un point minimum hyperbolique, le tracé des filaments (ligne d'univers) sur les surfaces de révolution est montré dans le croquis ci-joint représentant trois possibilités.

Les filaments (lignes d'univers) sont enroulés le long des géodésiques (courbure géodésique nulle dans R^3) à un angle w par rapport à l'axe, variant le long de l'axe. Il existe trois types de géodésiques : A retour, B cas très particulier de trou noir piégé, et C le shoot-through après virage local.

Le rayon lorsque les filaments touchent Rmin finalement en A et B suivant la direction circonférentielle est une constante de Clairaut, Rmin = tout rayon* sin(w) pour les cas A (géodésiques de retour) B ( trou noir en rotation asymptotique des géodésiques n'atteignant jamais Rmin comme piège et cas C (s'échappant après quelques courbures de la lumière)].

Pour moi, il semble que les trois possibilités doivent exister dans le monde physique réel. Tout comme nous ne pouvons pas, à mon humble avis, dire qu'un ensemble de conditions ne peut pas exister qui permette de s'échapper de près d'un trou noir est impossible comme en C, nous ne pouvons pas non plus dire que le retour et le retour en arrière sont impossibles comme cela se produit définitivement en C si cette simple analogie supposé valide. Tous trois sont des cas particuliers où le niveau d'énergie et l'orientation de l'injection varient.

Narasimham GL
17 mai 2012

En effet. Pourquoi tout ce tapage ? Vous aviez tout à fait tort dans votre caractérisation des motifs en spirale, mais vous vous embêtez d'avoir été appelé dessus.

Un *SCIENTIFIQUE* s'attend à être qualifié de mal, et s'attend même à ce qu'il se trompe (le scepticisme, c'est ce qu'on appelle. voir le groupe OPERA pour un exemple).

Pourtant, vous, cependant, êtes incapable d'accepter que vous ayez peut-être tort.

C'est pourquoi vous n'êtes pas un scientifique.

Eh bien, parmi beaucoup d'autres raisons.

Je ne prétends pas être un *astro* scientifique/physicien. néanmoins Dr.Doom je suis.

Je ne suis venu ici que pour poser des questions et je ne me laisserai pas repousser comme ça. Cela ne veut pas dire que je ne peux pas accepter que je puisse me tromper. Mais là encore, vous êtes le clairvoyant qui dit à propos d'un trou noir au centre de notre galaxie :

"Les chances que ce soit autre chose sont si proches de zéro qu'on peut le voir par temps clair.

A mes yeux, la preuve n'est pas assez bonne pour dire qu'il y a 50/50% de chance sur un mécanisme de type ouragan. Je suppose que vous êtes plus un vrai croyant que le sceptique que je suis.

"Je ne suis venu ici que pour poser des questions"

Non, tu es venu colporter tes idées. Vous avez bavardé sur votre "nouveau papier" et sur la façon dont nous serons tous abasourdis et chagrinés lorsque votre opus dei sera publié.

Vous n'étiez pas là uniquement pour poser des questions.

Vous étiez ici pour lisser votre propre importance en public.

"Cela ne veut pas dire que je ne peux pas accepter que je puisse me tromper."

Oh, je suis d'accord que *en théorie* vous pourriez accepter que vous vous trompez. Cependant (*en pratique* vous ne pouvez pas. Tant que cela reste un cas hypothétique, vous êtes prêt à dire que vous pouvez accepter que vous avez tort. Juste quand il s'agit d'un exemple, vous êtes incapable.

"A mes yeux, la preuve est loin d'être assez bonne pour dire qu'il y a 50/50% de chance sur un mécanisme de type ouragan"

Je n'ai ABSOLUMENT AUCUNE IDEE de ce dont vous parlez ici.

Un mécanisme de type ouragan pour quoi ?

Qui dit "50-50" à part toi ici en ce moment ?

Si vous ne croyez pas qu'il existe des preuves d'une chance de 50-50, alors PERSONNE NE LE FAIT.

Non, tu es venu colporter tes idées.

Vous n'étiez pas là uniquement pour poser des questions.

Vous étiez ici pour lisser votre propre importance en public.

Cela me rend encore plus sceptique quant à vos capacités visionnaires, croyez-le ou non, mais je viens ici pour apprendre. S'il n'y avait rien d'intéressant ici et/ou des gens intéressants, je ne traînerais pas. J'ai appris plein de nouvelles choses au cours de cette discussion, je pense que les autres qui ont rejoint ont peut-être aussi appris une chose ou deux, peut-être que je me trompe. Je suis nouveau sur beaucoup de ces choses, mais j'aime provoquer, suivre mon intuition et trouver les meilleurs arguments que je peux trouver, de cette façon, les réponses que j'obtiens sont celles que je recherche .

Un mécanisme de type ouragan pour quoi ?

Es-tu sérieux? Heureusement pour vous, ce blog vous donne l'opportunité de remonter dans le temps sans avoir besoin de la machine à remonter le temps de Dr. Doom, vous pouvez donc simplement aller jusqu'au poste 16 et trouver votre réponse juste là.

"Pour l'ouragan, le mouvement au-dessus de l'eau chaude joue un rôle décisif, maintenant ne pensez-vous pas que les nuages ​​de poussière qui se transforment en étoiles émettant du plasma et de la chaleur ne sont pas quelque chose d'assez similaire, ou une fleur qui a évolué pendant l'été, en suçant toute cette chaleur."

Au sens métaphorique, bien sûr. Sinon, non, absolument pas, comme le montrent amplement tous ces liens. La forme d'une fleur n'a rien à voir avec la convection, la fleur transforme l'énergie du soleil en énergie chimique et la chimie est ce qui contrôle l'apparence de la fleur. Si vous essayez d'utiliser la convection pour décrire une fleur, vous n'obtenez pas la bonne réponse. Si vous essayez d'utiliser des réactions chimiques pour obtenir un ouragan, vous n'obtenez pas la bonne réponse. Si vous vous débarrassez de la terre et de sa gravité et que vous utilisez uniquement la gravité mutuelle des molécules d'air dans un ouragan, vous n'aurez pas d'ouragan, peu importe le nombre de choses chaudes que vous mettez dans l'air pour tenter de simuler le rôle de l'océan. De même, si vous essayez de modéliser la galaxie à la suite d'une convection ou de produits chimiques, une fois de plus, vous n'obtenez pas la bonne réponse.

Ce serait bien si vous vouliez être le Dr Metaphor, soulignant la beauté de l'univers où les choses se ressemblent (vaguement) à tant d'échelles. Les atomes sont comme de minuscules univers insulaires, comme des galaxies ! C'est vrai. Jusqu'à ce que vous décidiez de traiter cette analogie comme s'il s'agissait d'une réalité physique, puis elle s'effondre complètement. Et c'est ce que vous faites -- prétendre que cette similitude analogue signifie que le même mécanismes et donc les mêmes résultats spécifiques sont en jeu.

Les mécanismes qui créent un ouragan n'ont aucun sens dans le contexte galactique. Il n'y a pas de champ de gravité uniforme pour créer des forces de convection, pas de cadre rotatif fixe pour créer des forces de Coriolis. Plus tôt, vous avez dit que toute rotation créerait un mur oculaire, mais c'est une erreur flagrante à la fois en général et pour expliquer comment les murs oculaires se forment dans un ouragan, où cela dépend d'une interaction spécifique entre la gravité terrestre et la convection. Dès que vous essayez d'appliquer cela à la galaxie, vous vous heurtez à de simples preuves d'observation.

Donc, vous savez, c'est bien que vous ayez eu une "intuition", mais une partie de la suivre consiste à se rendre compte quand cela ne fonctionne pas et ensuite essayer autre chose. Il ne s'agit pas de "vraie croyance", mais de ce qui fonctionne et il ne faut pas longtemps pour voir que ce n'est pas le cas.

En ce qui concerne votre rejet de la vue gravitationnelle de la galaxie que votre propre lien dang explique et des trous noirs, tout ce que j'ai à ajouter est ceci, M. "Visionary": http://www.youtube.com/watch? v=iMDTcMD6pOw

"Je n'ai ABSOLUMENT AUCUNE IDEE de ce dont vous parlez ici.

Un mécanisme de type ouragan pour quoi ?"

Il veut dire que la galaxie est alimentée par convection et qu'un mur oculaire semblable à un ouragan devrait se former au centre galactique.

Oui. Je suis d'accord, c'est pare-balles.

"croyez-le ou non mais je viens ici pour apprendre"

Sinon, si tu étais ici pour apprendre, tu apprendrais. Alors que vous préférez bavarder sur vos idées non cuites et insistez sur le fait qu'elles ont raison.

« Un mécanisme de type ouragan pour quoi ? »

Oui. Et puisque vous ne pouviez toujours pas répondre, je suppose que VOUS ne savez pas non plus de quoi vous parlez ici.

Non, tu es venu te lisser.

Sinon, si tu étais ici pour apprendre, tu apprendrais. Alors que vous préférez bavarder sur vos idées non cuites et insistez sur le fait qu'elles ont raison.

Donc, juste parce que je ne caresse pas ton ego, tu deviens irritable.

Personne ici n'a caressé mon ego et je ne m'attends pas à ce que quelqu'un le fasse, vous semblez être le seul ici qui a besoin d'exprimer dans quel état je suis, ou pourquoi je fais les choses que je fais. ça n'a aucun sens, à part le fait qu'apparemment tu veux m'irriter, alors tu ne m'as laissé d'autre choix que de dire GFY. De toute façon, suis-je irritable ? Non, je voulais juste clarifier quelque chose.

Je sais que personne n'a caressé votre ego (enfin, un troller l'a fait, mais ça ne compte pas).

Cela, cependant, n'a aucune incidence sur la raison pour laquelle vous êtes venu ici.

Un mot plus vrai n'a jamais été dit par vous. Vos idées d'animaux n'ont aucun sens. Votre actuel l'est doublement.

Oui. Vous l'avez dit très clairement.

"Je suppose que vous êtes plus un vrai croyant que le sceptique que je suis."
* Il y a une différence entre être sceptique et être un imbécile. Aucune personne à l'esprit scientifique ne peut être un vrai croyant ni être sceptique sans raison.

« Je ne suis venu ici que pour poser des questions.
* C'est un bon début, alors posez une question raisonnée ET ENSUITE écoutez la réponse. Vous avez posé une question @16 Eric Lund @17 a répondu à votre question sur les ouragans. Eric donne des explications scientifiques argumentées. Pourtant, dans @ 76, vous vous émerveillez toujours des ouragans. Revenez en arrière et lisez la réponse @ 17 et si vous ne la comprenez pas, faites un petit effort pour comprendre (par exemple, recherchez le wiki ou faites quelque chose de positif).

"Cela ne veut pas dire que je ne peux pas accepter que je puisse me tromper."
* Soyons clairs. Si vous avez l'esprit scientifique, vous vous tromperez le plus souvent. Vous avez une hypothèse (même une hypothèse d'apprentissage en tant que profane) puis vous recherchez dans la littérature (même le wiki suffit) et vous trouvez que vous avez mal compris, vous vous êtes trompé. C'est une bonne nouvelle, (non, vous n'aimez pas avoir tort) mais nous sommes heureux de voir nos meilleures hypothèses brisées, car nous apprenons quelque chose sur la nature, le monde, nous-mêmes (par exemple nos préjugés)

« Je viens ici pour apprendre.
* Alors ne vous vantez pas des ouragans, des incendies par friction et des graines d'un tournesol. Croyez-le ou non, la théorie des trous noirs est bien au-delà de ces observations primitives.

Écoutez, apprenez et apportez quelque chose à la table. C'est à vous.

"Croyez-le ou non, la théorie des trous noirs est bien au-delà de ces observations primitives."

Bien sûr, la théorie BH est bien au-delà de cela. maintenant, vous n'avez besoin que d'une preuve valable.

Certains d'entre vous semblent plutôt être membres d'une secte BH, avec votre propre inquisiteur qui aime faire de fausses accusations. C'est trop louche pour moi.

p.s. pas "Wow" en tant que membre ici, mais "Wow" comme dans .. vous avez VRAIMENT perdu vos billes quelque part en cours de route.

J'avoue que ça devient confus.

Parfois, je le prends dans le mauvais sens et des tirs amis (qui ne sont jamais plus amicaux que les tirs ennemis, vraiment. Souvent, beaucoup plus proches, donc pire. Meh).

Notez comment Chelle veut des preuves, mais nie qu'il y ait un besoin de preuves pour leur théorie de l'univers des ouragans, c'est "juste une explication possible".

Je me demande s'il est possible de voyager dans le temps en utilisant une cassette vidéo et de très petits aimants. Utiliser un certain type de barrière dense comme le PLOMB. Énorme boule de plomb pour être exact. Et en utilisant un petit aimant que vous pouvez à peine voir.

Notez comment Chelle veut des preuves, mais nie qu'il y ait un besoin de preuves pour leur théorie de l'univers des ouragans, c'est "juste une explication possible".

Encore une fausse affirmation. où ai-je nié qu'il y ait besoin de preuve ?

Je pense juste qu'il est très probable qu'une galaxie spirale soit un phénomène entraîné par la dynamique rotative des étoiles individuelles, la thermodynamique globale et la distribution de la gravité à travers la structure/le réseau/le système. Pas exactement la même chose qu'un ouragan, mais similaire.

d'ailleurs ce n'est pas "leur théorie de l'univers des ouragans" comme dans un groupe sectaire opposé, je dis juste ce que tout le monde peut observer, alors pourquoi faut-il aller chercher un trou noir alors qu'il n'y en a apparemment pas besoin ? C'est comme partir à la recherche d'un tueur et inventer de nombreuses théories/intrigues sur le « pourquoi ? » et comment?" quelqu'un l'a fait, alors que personne n'a été tué (preuve 4 rien). Cela semble n'avoir pas beaucoup de sens, à moins que vous n'aimiez inventer des histoires. tout comme Agatha Christie l'a fait, ou si vous êtes un prédicateur qui aime parler de quelque chose d'incroyable pour attirer un peu l'attention.

Et où ai-je avancé que c'est un "théorie de l'univers". une seule rivière est pleine de remous et de tourbillons, ce ne sont que des phénomènes de base qui se produisent tout le temps, ils ne sont qu'une partie qui composent tout le système, cela ne fait pas de la rivière un univers en spirale.

"Encore une autre fausse affirmation. Où ai-je nié qu'il y ait besoin de preuve ?"

Bien sûr, la théorie BH est bien au-delà de cela. maintenant, vous n'avez besoin que d'une preuve valable.
Publié par : Chelle | 18 mai 2012 15:27

Pourquoi pas, êtes-vous sûr à 100% que le noyau d'une galaxie est un trou noir, et non une zone de transition comme un ouragan ?

Publié par : chelle | 14 mai 2012 08:58

"Je pense juste qu'il est très probable qu'une galaxie spirale soit un phénomène entraîné par la dynamique rotative des étoiles individuelles."

. et pourtant quiconque ne partage pas votre point de vue (presque tous) que vous appelez "lavé de cerveau" ou "membre d'une secte".. etc. Cela, pour moi, en dit long sur vos intentions et vos manières. C'est une chose d'avoir un débat houleux, bien sûr Wow et moi en avons eu quelques-uns.Mais tout va bien à la fin parce que nous sommes assez humains pour admettre que nous avons fait une erreur (c'est-à-dire mon commentaire sur le plasma n'étant pas une forme de matière, que j'ai repris. Ou le sien à propos de mon explication du rayonnement de Hawking). Pourtant, vous ne semblez jamais accepter que vous avez tort. Non pas que vous pourriez l'être, mais que vous l'êtes. OKPuis j'ai écrit dans #86 un super article pour toi, et j'ai vraiment pensé que ça te ferait réfléchir un peu, mais que fais-tu ? .. Vous l'appelez membre d'une secte. Vous vous présentez comme une personne grossière et ignorante. Je ne suis pas sûr que vous vouliez être pris pour un, mais c'est ce que vous font vos derniers messages.

". Alors pourquoi faut-il aller chercher un trou noir alors qu'il n'y en a apparemment pas besoin ?"

Apparemment?? Vous voyez Chelle, vous êtes parmi les scientifiques ici (aussi bien professionnels qu'amateurs). Pour ma part, je ne suis pas un professionnel. Et je l'admets ouvertement. Mais mon amour pour la science est authentique. Et il y a un certain fonctionnement de la science. Vous présentez une réclamation, vous offrez des preuves, et si elles sont valides, alors c'est une bonne réclamation ou théorie (pas besoin de prédictions pour les besoins de ce commentaire). Pourtant, vous prétendez et prétendez sans aucune preuve (désolé, mais une vidéo de personnes sautant sur un concert de métal n'est aucune preuve de quoi que ce soit lié au sujet de la cosmologie), et lorsque des personnes qui sont bien plus intelligentes que vous dans ce domaine (comme CB , ou Wow ou OKAlors) vous dites honnêtement et poliment que ce n'est pas le cas au lieu de dire "merci" pour m'avoir expliqué quelque chose de nouveau, vous les insultez et vous leur mordez la tête. Ce n'est pas de la science, ce n'est pas un débat. C'est votre ego qui passe avant votre cerveau. Et c'est enfantin et insensé.

Je comprends parfaitement, croyez-le ou non, quel type de personne vous êtes. Vous vous en tenez à la cosmologie du plasma et à d'autres théories du crack, simplement parce que vous avez un faible pour la théorie du complot. Peu importe s'il y a du vrai, mais tant que c'est quelqu'un de petit contre un établissement, vous obtenez votre coup de pied. Cela vous excite. Peut-être que si vous consacriez 30% de votre temps libre à l'étude de la physique, ce que vous prétendez être faux, vous feriez peut-être mieux à la fin. Qui sait, vous pourriez même découvrir quelque chose de nouveau. La cosmologie du plasma est fausse, non pas à cause d'une théorie du complot extraterrestre, mais parce que sa physique est fausse. Personne ne nie qu'il y ait du plasma dans l'univers ou notre galaxie. À votre avis, que voient les télescopes à rayons X ? Le fait est que la gravité domine en tant que force à grande échelle, pas l'électromagnétisme. Mais ne me croyez pas sur parole. Ne prenez celui de personne. Étudiez-vous! Je l'ai fait, et c'est pourquoi je peux dire que la cosmologie du plasma est fausse. Pourtant, il me semble que vous êtes trop paresseux pour prendre les livres et étudier pendant quelques mois. Vous voyez des ennemis tout autour, mais c'est votre manque de connaissances qui est votre plus grand ennemi.

Il y a des données en ligne pour tout ce dont nous parlons ici. Du rayonnement EM à la force de gravité à la température, etc. tout le monde peut vérifier tout le monde. Alors pourquoi ne pas prendre les données et les intégrer à votre théorie ? Avez-vous peur du résultat ou manquez-vous de connaissances pour le faire? Si vous n'aimez pas la méthodologie de la science, très bien. personne ne vous oblige à être sur un blog scientifique. Mais vous n'êtes qu'une étape pour que les gens ici vous ignorent complètement, parce que vous n'apportez vraiment rien à la table. C'est à vous.

Je demande dans ces deux exemples à chaque fois la preuve d'un trou noir, maintenant où puis-je nier qu'une hypothèse d'« ouragan » ait besoin d'une preuve ? Nulle part. Je suis très favorable à ce que chaque théorie soit prouvée, c'est aussi pourquoi je demandais dans ces deux cas.

Alors, quel était en fait votre point avec vos deux derniers messages, en plus de prouver votre propre fausse affirmation ? Peut-être que prouver comment vous pouvez faire paraître quelqu'un stupide, en omettant délibérément une partie du texte, eh bien, vous avez échoué.

Vous voyez des ennemis tout autour, mais c'est votre manque de connaissances qui est votre plus grand ennemi.

Ne faites jamais la faute dans la vie de penser que quelqu'un d'autre est comme vous, parce qu'il ou elle fait quelque chose de similaire à quelque chose que vous avez fait. Par exemple, allez sur le sujet C'est censé faire mal d'y penser !, et vérifiez les connaissances que j'apporte là-bas, et réfléchissez une seconde à pourquoi personne n'attaque ces faits critiques.

"Ne faites jamais la faute dans la vie de penser que quelqu'un d'autre est comme vous."

Je ne sais pas... surtout si vous insinuez que je pense que vous et moi sommes semblables. Je ne vois pas d'ennemis ici, vous si.

"Par exemple, allez sur le sujet C'est censé faire mal d'y penser !, et vérifiez les connaissances que j'apporte là-bas, et réfléchissez une seconde à pourquoi personne ne s'attaque à ces faits critiques."

Vos connaissances et faits critiques? Quels pourraient être ceux-ci dans votre message là-bas? Tout ce que je vois, c'est encore votre théorie du complot sur la façon dont le LHC va tous nous tuer. Et Markk vous a gentiment répondu en expliquant pourquoi cela n'arrivera pas. Mais bien sûr, vous n'êtes pas d'accord. Je n'ai vu personne sous ce sujet qui est d'accord avec vous. Désolé mec.

"Je demande dans ces deux exemples à chaque fois la preuve d'un trou noir"

Oui, vous en exigez une preuve.

â Tout ce que je vois, c'est encore votre théorie du complot sur la façon dont le LHC va tous nous tuer.

De nouveau?? Je n'ai pas dit que c'était un théorie du complot c'est quelque chose que vous aimez imaginer. Je ne dis pas non plus qu'il nous tuera tous. Je souligne seulement que les événements du Grand collisionneur de hadrons dépassent de loin tout cadre de référence que nous avons en ce qui concerne la fréquence et densité dans un espace très restreint.

â Et Markk vous a gentiment répondu en expliquant pourquoi cela n'arrivera pas. Mais bien sûr, vous n'êtes pas d'accord.

Bien sûr, Markk évoque l'exemple d'un processeur d'ordinateur au silicium, tandis que je soulignais :

"Un éclair peut se déplacer à une vitesse de 220 000 km/h et atteindre des températures avoisinant les 30 000 °C, suffisamment chaudes pour fondre le sable de silice en verre."

entre les fulgarités formées par la foudre frappant le sol, vous savez que le même sable dont sont faits les ordinateurs, peut atteindre près de 5 mètres de profondeur.

"Et en comparaison, le LHC écrase des ions plomb lourds à une vitesse proche de la vitesse de la lumière, générant des températures de plus de 1,6 billion de degrés Celsius, 100 000 fois plus chaudes que le centre du Soleil."

â Je n'ai vu personne sous ce sujet qui est d'accord avec vous.

Vous n'avez vu personne non plus en désaccord, et je n'ai plus rien entendu de Markk, devinez pourquoi ? . et c'est mon point, j'étudie et vérifie les faits.

Oui, vous en exigez une preuve.

Enfin, nous arrivons quelque part.

"Je ne dis pas non plus que cela nous tuera tous"

alors qu'est-ce que tu dis? Vous utilisez certainement des mots comme combustion, et sous-entendez . "pourrait secouer beaucoup plus dans le vide et ses environs".. Alors, que dites-vous qu'il va se passer?

"entre les fulgarités formées par la foudre frappant le sol, vous savez que le même sable dont sont faits les ordinateurs, peut fonctionner à près de 5 mètres de profondeur."
. et cela est pertinent pour quoi que ce soit sur ce sujet ou ce comment?

« Et je n'ai plus rien entendu de Markk, devinez pourquoi ?
Hmmm.. parce qu'il pense que tu es un peu folle ?

"Vous n'avez vu personne non plus en désaccord"

Non, nous voyons tout le monde en désaccord avec vous.

"Je n'ai pas dit que c'était une théorie du complot, c'est quelque chose que vous aimez imaginer."

Ensuite, vous devrez expliquer en détail chaque affirmation que vous faites parce que tout ce que vous avez dit implique exactement cela.

@101, 102 - Sinisa Lazarek & Wow

â Alors, que dites-vous qu'il va se passer?
â Ensuite, vous devrez expliquer en détail chaque affirmation que vous faites parce que tout ce que vous avez dit implique exactement cela.

Ce que je veux dire, c'est que le rapport de sécurité ne prend pas la fréquence et densité dans un espace très limité en compte, ni ne regarde le néant dans lequel tout se passe. Ils prétendent que rien ne se passera parce que tout est égal aux énergies des Rayons Cosmiques, et ce n'est qu'une partie de la vérité. C'est comme avec cette image que j'ai postée plus tôt .

. et en disant, faites un tour et rien ne se passera, tout est sûr. Mais au moment où vous augmentez le la fréquence et densité à un endroit du tissu, vous commencez à tout chauffer à ce point spécifique, des étincelles commencent à se développer et la matière environnante facilement inflammable peut commencer à brûler.

Il ne s'agit pas pour moi de dire que cela arrivera, il s'agit des personnes qui sont responsables des évaluations de sécurité, qui négligent certains facteurs cachés possibles lorsqu'elles disent qu'il n'y a rien, et donc elles prétendent que rien peut arriver, ce qui est peut-être beaucoup trop optimiste. C'est aussi la contradiction cachée contre laquelle Alan Turing a mis en garde Wittgenstein.

â "des fulgarités se sont formées. 5 mètres de profondeur."
. et cela est pertinent pour quoi que ce soit sur ce sujet ou ce comment?

Que la comparaison de 'Markk' était inutile, car il y a des courants de foudre qui rendent ce dont il parlait complètement futile.

Vous devez vous exprimer avec précision. Et lorsque vous introduisez une déclaration, sauvegardez-la.

"Mon point est que le rapport de sécurité ne prend pas en compte la fréquence et la densité dans un espace très limité",

Quel rapport de sécurité ? Où? Lien plz, ou citation de la phrase, sinon je pourrais être enclin à croire que vous inventez des choses. De plus, quelle est la température qu'ils prétendent, et la température que vous prétendez ?

"Mais au moment où vous augmentez la fréquence et la densité à un endroit du tissu, vous commencez à tout chauffer à ce point spécifique, et des étincelles commencent à se développer, et la matière environnante facilement inflammable peut commencer à brûler."

Savez-vous ce qu'est la chaleur ? Et des étincelles ? Matière environnante inflammable ? Encore une fois, soyez précis dans vos termes, sinon vous avez l'air d'un cinglé. Qu'est-ce qu'une matière facilement inflammable à l'intérieur du LHC par opposition à une matière ininflammable. Qu'est-ce qu'une flamme à l'intérieur du faisceau de protons ? Peux-tu expliquer? Parce que ce que vous avez écrit n'a aucun sens dans le monde réel.

"Il ne s'agit pas pour moi de dire que cela arrivera, il s'agit des personnes qui sont responsables des évaluations de sécurité, qui négligent certains facteurs cachés possibles lorsqu'elles disent qu'il n'y a rien",

Bien. Cela me ressemble beaucoup à une théorie du complot. Ou du moins vous prétendez avoir une meilleure compréhension de tout cela que les scientifiques travaillant au LHC. Mais s'ils ont une emprise, alors ils conspirent et ne le rendent pas public. Alors qu'est-ce que c'est ?

Voici un lien vers le rapport de sécurité, les numéros que vous pouvez rechercher vous-même :
http://cern.ch/lsag/LSAG-Report.pdf

â Bien. Cela me ressemble beaucoup à une théorie du complot. Ou du moins vous prétendez avoir une meilleure compréhension de tout cela que les scientifiques travaillant au LHC. Mais s'ils ont une emprise, alors ils conspirent et ne le rendent pas public. Alors qu'est-ce que c'est ?

Conspirer : élaborer ensemble des plans secrets pour commettre un acte illégal ou préjudiciable.

Le fait est qu'ils savent que fréquences et densités d'ampli sont 10 milliards de fois plus élevées dans leur laboratoire que dans la nature, mais ils ont choisi de l'ignorer, car ils pensent que la distance entre les collisions/interactions est séparée des galaxies, comme l'a souligné « Markk ». Une telle façon de penser implique qu'ils ignorent le fait que le vide/néant n'est pas simplement rien.

En tant que risque, ils aiment se concentrer sur les trous noirs créés par un seul coup, mais ce n'est pas à mon humble avis le problème, c'est le bombardement / secouage continu des choses pendant très longtemps à un endroit spécifique que je trouve inquiétant .

Toute matière est constituée de particules élémentaires qui ont des modèles vibrationnels, et ces particules interagissent les unes avec les autres. Or, lorsque ces particules se retrouvent dans un bain de néant qui se secoue de hautes énergies, il n'est pas impensable qu'à un moment donné ces organismes soient perturbés dans leur dynamique, les faisant se décomposer (combuster) et libérer un beaucoup d'énergie. Ainsi, tout un tas de protons pourraient commencer à éclabousser d'un seul coup, comme s'ils étaient entrés en collision à des fréquences élevées et à des densités élevées, et cette éruption soudaine d'énergie aurait le même effet dans le néant, que les premières collisions qui l'ont déclenchée off, et une chaîne d'événements pourrait être déclenchée.

C'est pourquoi j'ai également fait allusion à l'expérience de la double fente, où les photons peuvent détecter la deuxième fente qui se trouve à quelques millimètres, ou des galaxies distantes comme certains voudraient le dire.

". Or, lorsque ces particules se retrouvent dans un bain de néant qui se secoue de hautes énergies, il n'est pas impensable qu'à un moment donné ces organismes soient perturbés dans leur dynamique, provoquant leur décomposition (combustion). "

il est inutile de discuter de physique avec vous. totalement inutile.

@105 Chelle
Je dois vous féliciter pour votre inquiétude supérieure et singulière. concernant le LHC.

" Ainsi, tout un tas de protons pourraient commencer à éclabousser d'un seul coup, comme s'ils étaient entrés en collision à des fréquences élevées et des densités élevées, et cette éruption soudaine d'énergie aurait le même effet dans le néant, que les premières collisions qui ont commencé et une chaîne d'événements pourrait être déclenchée." Oui, oui et je suppose que vous voulez dire déclencher un autre Big Bang.

Eh bien, laissez-moi vous assurer de haute autorité, que votre inquiétude n'est pas tout à fait suffisante.

Non, il n'y a pas de théorie du complot. Pardon.
Le LHC ne fera pas non plus le Big Bang. Il n'est pas assez puissant pour qu'il agite ainsi le néant quantique.

Mais il existe d'autres civilisations avancées dans votre galaxie et d'autres. Et le plus avancé d'entre eux a récemment lancé un autre Big Bang. Désolé de le dire, ça commence et se termine toujours de la même façon.

Quoi qu'il en soit, cette vague superinflationniste se propage vers la planète Terre au moment où nous parlons.

Non, il ne voyage pas à la vitesse de la lumière, il est supraluminique. Pour être techniquement correct, il se dirige vers la Terre.

Non, je ne suis pas libre d'identifier la galaxie et le système stellaire d'origine cataclysmique.

Mais la fin devrait atteindre la planète Terre dans à peine 5 261 ans. Donc, l'humain fait ses plans en conséquence.

Non, vous ne pouvez pas espérer le dépasser.

Alors ma digne Chelle, l'acte est fait, vos jours inquiétants sont terminés.

il est inutile de discuter de physique avec vous. totalement inutile.

Comment pensez-vous qu'une bougie est allumée?

Les six derniers messages sont manquants. Qu'est-il arrivé?

Je lis actuellement la biographie du Dr Einstein par Walter Isaacson et j'ai trouvé amusant la façon dont le médecin utilise des trains, des jongleurs sur un bateau et des ascenseurs pour construire des expériences de pensée, qu'il élabore ensuite avec ses amis dans des théories telles que Spécial et Général. Relativement. Mais quand j'en trouve un, c'est totalement inutile. Je ne pense pas que ce soit juste de ta part de le dire.

d'ailleurs, j'ai fouillé dans mon fichier cache et j'ai trouvé le commentaire qui manquait :
http://tinyurl.com/missing-comments-pdf

"Mais quand j'en trouve un, c'est totalement inutile."

Oui. C'est parce qu'une analogie peut être appropriée ou non.

Vous en choisissez dans la catégorie "pas".

Bien sûr, j'adore les cueillir des fruits défendus :)

Quoi qu'il en soit, une question/déclaration légèrement différente, pourquoi votre trou noir chéri serait-il toujours capable d'émettre de la gravité, alors qu'il ne peut plus émettre de lumière, ne devrait-il pas être totalement paralysé tout comme votre maître l'est ? Je sais que la lumière est de l'énergie et que la gravité est plutôt une manifestation de la masse, mais ces ondes de gravité doivent toujours être envoyées, et Einstein dit que la gravité n'est pas quelque chose qui se produit instantanément, elle doit se déplacer à la vitesse de la lumière, donc le modèle de la Relativité Générale. Alors qui peut dire qu'un BH ne devrait pas empêcher l'émission de ses propres gravitons, ce serait logique, non ?

"Pourquoi ton trou noir chéri serait-il encore capable d'émettre de la gravité"

Ce n'est pas le cas. Ce n'est pas nécessaire non plus. La relativité générale a la gravité déformant l'espace-temps pour un. L'espace existe toujours, le temps aussi.

"Je sais que la lumière est de l'énergie, et la gravité est plutôt une manifestation de la masse"

Seulement dans la même mesure que "la gravité est une forme de locomotion", c'est-à-dire "tu peux tomber".

"Et Einstein dit que la gravité n'est pas quelque chose qui se produit instantanément"

WTF ? Vous ne comprenez VRAIMENT pas beaucoup plus que je ne le pensais. Les informations sur le changement d'état d'un corps ne sont pas transmises plus rapidement que la lumière.

S'il vous plaît, votre problème semble être que vos horribles incompréhensions de ce que dit la science n'ont pas de sens pour vous, donc la science doit avoir tort.

Considérez d'abord si votre compréhension de la science est erronée.

Wow, vous en dites beaucoup, mais vous ne répondez pas à mon point/question : qu'un trou noir ne peut pas exister car il perdrait sa propriété d'émettre de la gravité tout comme il perd sa capacité à émettre de la lumière. Il y a un paradoxe, qu'un BH ne peut pas devenir un BH, car ce ne serait plus quelque chose qui peut émettre des gravitons et donc de la gravité. Comment pourrait-il courber l'espace alors qu'il n'a plus aucune prise sur l'espace ? C'est comme avoir un aimant incroyablement puissant qui attire toute la matière, mais à un moment donné, il devient si fort qu'il ne peut plus attirer, que ce n'est plus un aimant mais une chose impuissante, une bulle qui éclate. Pourquoi l'horizon des événements (rien, pas même la lumière, ne peut s'échapper de l'intérieur de l'horizon des événements) n'aurait-il coupé la gravité ? Pourriez-vous répondre à cela, avec des preuves, non.

cela devrait l'expliquer. Mais sur une note de côté, vous traitez les gravitons comme ils sont des choses "de fait" quand ils ne sont rien d'autre. Nous ne pouvons pas les observer, les détecter.. encore. Je n'ai aucune idée s'ils existent ou de leurs propriétés.. etc. Nous ne savons même pas si la gravité peut être quantifiée.. Le graviton est une unité "peut-être" de gravité quantique. Ce n'est pas une particule. S'il existe, c'est un champ quantique d'une certaine "valeur". Et bien sûr, ce n'est que spéculation. Donc, utiliser les gravitons comme "si/alors" pour les trous noirs n'est pas une bonne idée.

Mais l'article ci-dessus devrait expliquer clairement votre question.

Je suis d'accord avec ce que vous dites, bien que la différence entre GR et QM plutôt triviale néanmoins correcte.

. et merci pour le lien mais je suis un peu sceptique quant à son explication, il dit :

" les particules virtuelles ne sont pas confinées à l'intérieur des cônes de lumière : elles peuvent aller plus vite que la lumière !"

Avec tout le respect que je vous dois, mais je ne pense pas qu'il soit une vraie source valable.

Petite correction, ce type est très intéressant et une source valable. Mais les points qu'il avance me semblent ouverts à beaucoup de spéculations et de discussions.

« Mais les points qu'il avance me semblent ouverts à beaucoup de spéculations.

Ne comprends pas à quoi tu fais référence. S'il s'agit de particules virtuelles, alors je suggère de lire la FAQ des particules virtuelles. Ils sont "virtuels" pour une raison. On ne peut pas transmettre d'informations par particules virtuelles donc pas de paradoxe EPR.

Chelle
Permettez-moi d'essayer un raisonnement différent.

Considérons un trou noir d'une certaine masse dans un horizon des événements, en rotation, en rotation, chargé, magnétique (ou pas, pas, pas, pas)

Considérons d'abord le rayonnement électromagnétique (c'est-à-dire la lumière émise par ce trou noir). Oui, « Le rayonnement Hawking est un rayonnement du corps noir qui devrait être émis par les trous noirs, en raison d'effets quantiques à proximité de l'horizon des événements. »

Considérons maintenant un objet non trou noir, un morceau de charbon dans un incendie."La couleur de la flamme dépend de plusieurs facteurs, le plus important étant généralement le rayonnement du corps noir et l'émission de bandes spectrales" wikipedia.

Maintenant qu'un objet non trou noir ressemble davantage à une étoile, son spectre de couleurs (qui est un phénomène de surface) suit plus parfaitement le spectre de rayonnement du corps noir.

Ainsi, le spectre électromagnétique d'une étoile (de n'importe quel type) par rapport à un trou noir n'est pas si différent, les deux sont un spectre de rayonnement du corps noir déterminé principalement par la température de surface de l'objet,

Bien sûr, vous pouvez mettre beaucoup de réflexions complexes dans les trous noirs, mais pas thermodynamiquement. Maintenant, les mécanismes peuvent différer, mais la pensée thermodynamique ne dépend pas du fait que l'objet soit constitué de molécules ou d'atomes individuels ou d'une sorte de soupe de quarks et de gluons.

------
Considérons maintenant la gravitation émise si vous voulez (c'est-à-dire les gravitons) d'une étoile par rapport à un trou noir.

La gravité irradie des gravitons hypothétiques (hypothétiques car nous ne les avons encore jamais détectés directement). Nous ne connaissons donc pas le mécanisme de la gravitation au sens où nous comprenons les mécanismes de l'électromagnétisme.

Mais nous comprenons le mécanisme de mécanique quantique par lequel un corps noir émettrait n'importe quel type de particule (c'est-à-dire photon, électron, quark, neutrino, graviton, gravitino, quelle que soit la particule que nous pouvons inventer la particule de matière noire) Et ce mécanisme est le mécanisme quantique particules virtuelles. Une particule et une antiparticule sont créées à l'horizon des événements, etc.

Désormais, toutes les particules (pas seulement les photons) ont un spectre de rayonnement de corps noir. C'est juste que des particules massives comme des électrons aux basses températures de surface d'un trou noir, le spectre d'énergie du corps noir n'est pas assez élevé pour créer de très nombreux électrons et paires d'antiélectrons, car vous avez besoin de 2 x 0,511 MeV pour créer une paire électron/positon. Ainsi, peu de particules massives sont créées.

Or le graviton est sans masse comme le photon. Mais les gravitons transportent de l'énergie et ont un spectre de rayonnement de corps noir comme n'importe quelle autre particule.

Donc d'abord, les gravitons sortent d'un trou noir (à l'horizon des événements), par le mécanisme exact (production de paires virtuelles en mécanique quantique à l'horizon des événements, etc. etc.) et avec le même spectre d'énergie (spectre de rayonnement du corps noir) de tout particule.

Mais d'autres facteurs déterminent combien? Combien de?

Combien de gravitons sortent ? Je veux dire que nous connaissons le spectre, mais connaissons-nous la force de gravité ? 100 photons sur 1 000 000 de photons dans un laps de temps donné ? Maintenant, nous devons penser de manière relativiste.

De notre point de vue, oui ici sur terre, le temps s'est arrêté à l'horizon des événements d'un trou noir. Donc, dans un sens observationnel, pour nous sur terre, toute cette masse n'est jamais engloutie à travers l'horizon des événements d'un trou noir (et encore moins dans le gosier d'une singularité de trous noirs). Donc pour nous (de notre point de vue sans horizon des événements) toute la masse du trou noir est À l'horizon des événements. (c'est-à-dire la dilatation du temps)

Alors maintenant, nous savons deux choses
1) les gravitons hypothétiques ont un spectre de corps noir
2) il y a suffisamment de gravitons hypothétiques pour nous communiquer la masse du trou noir sur terre. Ainsi avec nos télescopes et nos calculs (étant donnés suffisamment de détails d'observation des orbites) nous pouvons déterminer la masse du trou noir au centre de notre Voie lactée.

Je m'en remets à tous les experts dans leurs corrections à mes détails ou à mon explication globale.

Merci pour le lien supplémentaire sur Virtual Particles . Ce à quoi cela ressemble, c'est que vous finissez par vous heurter au conflit entre GR et QM. De nombreuses discussions ont déjà eu lieu sur ce sujet, je vais en rester là. en tant que j'ai besoin de beaucoup de rattrapage à faire.

Merci pour votre explication étendue. cette partie que j'aime le plus :

"Bien sûr, vous pouvez mettre beaucoup de pensée complexe dans les trous noirs, mais pas thermodynamiquement. Maintenant, les mécanismes peuvent différer, mais la pensée thermodynamique ne dépend pas du fait que l'objet soit composé de molécules ou d'atomes individuels ou d'une sorte de soupe de quarks et de gluons. "

Ici, vous avez aussi beaucoup d'extrémités ouvertes, la température et la thermodynamique ne se présentent pas sous une seule forme ou forme (et si cela était causé par le frottement dans la matière noire, à la limite du phénomène BH qui serait en le centre de notre Voie lactée, et cela serait dû à un effet semblable à un ouragan impliquant beaucoup de thermodynamique). C'est comme les complications entre GR et QM, vous avez aussi une différence entre une température statistique vs advection et des gradients de pression. muy complicado (pour moi).

d'ailleurs j'ai vu quelque part qu'il y a même un livre (la guerre des trous noirs) sur l'entropie. soupir.

Ma conclusion est qu'il est temps pour le Dr Doom de faire une pause :D

Pourriez-vous expliquer la différence entre entrer en spirale dans un trou noir (non rotatif et sans charge) et y tomber directement ? Je trouve des descriptions très différentes d'un voyage dans un trou noir dans diverses discussions sur le Web, et je soupçonne que c'est parce que les physiciens qui répondent à la question ne précisent pas clairement quelles sont les hypothèses. Votre description décrit ce que nous verrions (c'est-à-dire toute l'histoire de l'univers comme un petit point au-dessus de notre tête) si nous devions tirer furieusement nos rétro-fusées et planer juste au-dessus de l'horizon. Si on n'arrivait pas à tenir et qu'on glissait juste au-delà de l'horizon, vous dites qu'on ne verrait rien ! Pourrions-nous même voir nos pieds (en supposant que nous pointons les pieds d'abord vers le trou noir, et en supposant que nous tenions des lampes de poche entre nos orteils) ? Une lumière provenant de l'intérieur du trou noir pourrait-elle atteindre nos yeux après avoir dépassé l'horizon ?

Cependant, d'autres experts disent que nous verrions l'univers extérieur comme une bande étroite autour de notre tête alors que nous nous approchions et glissions au-delà de l'horizon. Je me demande si l'écart est dû au fait qu'ils supposent que nous sommes en chute libre dans le trou à partir d'une orbite presque circulaire, et vous supposez que nous descendons tout droit.

Peut-être que je peux rendre ma question encore plus dramatique :

Supposons que ces rétrofusées extrêmement puissantes sur notre dos soient capables de nous maintenir le dos et la tête au-dessus de l'horizon, mais que nos pieds s'enfoncent en dessous (une sorte de surplace, pour ainsi dire). Pouvons-nous voir nos pieds? Les accélérations arracheraient-elles nos pieds de notre corps à l'horizon (même pour un très grand trou noir) si nos pieds glissaient à l'intérieur mais que notre tête restait immobile à l'extérieur ? (Une question purement hypothétique, bien sûr).

Bien sûr, mon scénario est ridicule (notre voyageur de l'espace "marchant l'eau" à moitié dedans, à moitié dehors) mais, nous pourrions concevoir une expérience de pensée un peu plus plausible en considérant un fil à plomb avec une très longue longe. Que se passe-t-il lorsque le fil à plomb passe à l'horizon mais que le vaisseau spatial tenant l'attache est ancré à une distance sûre ? Maintenant, réduisez la longueur de l'attache à zéro . . Et si nous essayions d'enrouler l'attache ?

Voici un site universitaire qui suggère que nous verrions tout l'avenir de l'univers compressé en une mince bande (pas un point) au fur et à mesure que nous passerions au-dessus de l'horizon (voir mes questions ci-dessus).
http://jila.colorado.edu/

Pour parler scientifiquement d'un trou noir, il faut d'abord en trouver un, tout le reste est de la science-fiction. Il y a quelques conseils et suggestions mais rien de concret. Je suppose que votre référence: "nous verrions tout l'avenir de l'univers compressé dans une bande mince" - tout est dit, ceux qui aiment parler de BH sont souvent déconnectés de la réalité et aiment inventer des trucs, tout comme certains les gens qui aiment fantasmer sur les extraterrestres. Je me demande quel pourrait être le prochain sujet de mode Sci-Fi.

Steve, il n'y a pas de mur de démarcation solide de l'horizon des événements.

Le vaisseau spatial devrait soit avoir un morceau de ficelle extrêmement long, soit se trouver dans l'horizon des événements (à partir du point de vue d'un autre soleil) lui-même.

Si le vaisseau spatial s'approche suffisamment pour que sa chaîne dépasse l'horizon des événements à partir du PDV de ce vaisseau spatial, alors laisser le fil à plomb tomber au-delà de cet horizon des événements briserait la chaîne et le poids serait perdu.

Si le vaisseau spatial se rapprochait encore, l'horizon des événements qu'ils voient recule également (mais pas autant qu'ils se sont déplacés).

Ce serait la même chose dans le cas de votre routard près de l'horizon des événements. En effet, dans ce cas, les forces de marée déchireraient probablement n'importe quel être humain.

Je crains que vos requêtes ne soient simplement des hypothèses mal informées sur ce qu'est l'horizon des événements et ne soient problématiques que lorsqu'elles sont basées sur cette fausse prémisse.

Wow, je pense que vous avez raison, bien sûr, qu'une tentative de planer juste au-dessus de l'horizon arracherait les pieds du routard de son corps, mais je pense qu'il est trompeur d'attribuer cela aux forces "de marée" pour planer exigerait une montée énorme accélération (force) juste pour rester en place, comme la Reine Rouge qui court avec Alice mais n'arrive nulle part. La raison pour laquelle le backbacker doit accélérer autant juste pour rester en place est que ses pieds, étant plus proches de l'horizon, sont devenus incroyablement lourds (infiniment lourds, en fait, juste à l'horizon). Ce ne sont pas des forces de marée comme nous les pensons normalement. Les forces de marée sont l'étirement différentiel (accélération) que notre routard connaîtrait s'il renonçait à essayer de lutter contre l'attraction et se laissait tomber librement à travers l'horizon. Au départ, s'il ne ressentait rien si le trou noir était assez grand, mais assez tôt, il s'enfoncera assez loin dans le trou pour subir les forces de marée.

La question qui m'intrigue vraiment est de savoir comment résoudre l'écart entre le "point au-dessus de notre tête" et "l'anneau autour de notre tête" comme description alternative de ce que nous verrions en passant l'horizon (le premier est le point de vue de ce blogueur Ethan et ce dernier la vue sur http://jila.colorado.edu/

De plus, j'aimerais encore avoir un aperçu de la question : une lumière émise à l'intérieur ou à l'extérieur de l'horizon pourrait-elle atteindre nos yeux une fois que nous sommes tombés sous l'horizon (pouvions-nous voir nos orteils) ?

Mercredi, la NASA a lancé son réseau de télescopes spectroscopiques nucléaires (NuSTAR) dans l'espace, sa mission est de dévoiler les secrets des trous noirs enfouis et d'autres objets exotiques. - http://www.nasa.gov/mission_pages/nustar/news/nustar20120613.html

Je suppose que cela pourrait commencer à répondre à certaines de vos questions dans un avenir proche, ou dans mon cas en tant que sceptique du trou noir. ce pourrait être l'expérience Michelson-Morley qui met fin à tout ce mambo-jambo BH.

Toute cette épreuve est si effrayante. Pensez-y. Trou noir! Quoi de neuf? À quoi ça ressemble? S'il existe quelque chose appelé âme ou énergie vitale après votre mort, que se passe-t-il si vous mourez dans un trou noir ? C'est un truc de fou je vous dis. Je le crois. Mais c'est effrayant. Petite terre. Salut.

il y a beaucoup de personnes nommées wow on ici

Théories Théories Théories. Personne ne sait si les trous noirs existent même. Prouve le. L'homme ne fait que jouer à Dieu, prétendant connaître l'Inconnaissable.

Nous savons que les galaxies et les étoiles émettent une énorme quantité d'énergie thermique et lumineuse. Elle voyage sur de très longues distances, mais cette énergie est invisible à moins qu'elle n'entre en collision avec des particules denses comme l'atmosphère terrestre. Cette énergie invisible est partout dans l'univers.
Mais à mon avis, les trous noirs ne sont pas une boule de masse très énorme, comme on le suppose de nos jours, mais c'est une zone de basse pression de cette énergie invisible et ils sont comme un tourbillon d'énergie. Ils aspirent les corps célestes et les jettent dans l'autre sens après les avoir convertis en énergie et en gaz. Ces gaz forment à nouveau de nouveaux corps et le cycle continue.

« L'homme ne fait que jouer à Dieu, prétendant connaître l'Inconnaissable.

"une tentative de planer juste au-dessus de l'horizon arracherait les pieds du routard de son corps, mais je pense qu'il est trompeur d'attribuer cela aux forces "de marée""

Je n'avais certainement pas l'intention que cela se présente comme si je disais que c'était des forces de marée.

Si le passage de l'horizon des événements signifiait que vous ne pouviez jamais revenir, même un petit peu (par exemple, la largeur d'une molécule), cela signifierait que le survol juste au-dessus vous permettrait de trouver précisément où se trouvait l'horizon des événements.

Parce que cela ne reviendrait jamais, même si cela faisait partie de vous. Même son champ électrique qui l'attachait au reste d'entre vous ne pouvait pas sortir.

SI la géométrie de l'horizon des événements signifiait ne jamais sortir du tout.

Et je veux dire *précisément* aussi. Vous seriez capable de dire à l'échelle de la planche, indépendamment de ce que dit ce principe d'incertitude étouffant !

Deux conséquences contre-factuelles ridicules pour une supposition ?

J'appellerais ça deux putains de bons steaks au cœur de cette idée !

TOUTES les formulations de l'horizon des événements ont été celles qui supposaient que vous vouliez partir comme dans "laisser le potentiel bien", mais nous n'avons pas besoin de donner assez d'énergie pour sortir de l'orbite terrestre pour tomber, disons, dans l'orbite gravitationnelle de la lune. bien.

Considérez l'horizon des événements comme étant « À quelle distance dois-je m'approcher pour que je ne puisse plus revenir *ici* » et demandez-le de plus en plus près du trou noir.

La valeur change en fonction de votre distance de départ pour "ici".

Mais il atteint assez rapidement la même valeur que si "ici" était "à l'infini".

"(infiniment lourd, en fait, juste à l'horizon)"

g n'est pas infini à l'horizon des événements d'un trou noir. Cependant, ce serait une façon d'avoir le rayon de Shwartzchild égal à l'horizon des événements à n'importe quelle distance du trou noir.

Et étant physiquement impossible, une autre indication de la raison pour laquelle ces deux-là sont un peu brisés en tant qu'idée.

Les forces de marée (le changement de g sur r) d'un grand trou noir supermassif pourraient vous permettre de passer facilement. Vivant. Si un peu seul.

Ne pourriez-vous pas utiliser l'effet de fronde de la gravité du trou noir avec votre système de propulsion pour échapper à la gravité du trou noir ?

Vous ne pouvez pas échapper à un trou noir même à la vitesse de la lumière, ce qui nécessiterait une énergie infinie.

Bien que la définition de l'évasion change légèrement. Les équations considèrent "l'évasion" comme "suffisamment d'énergie pour finalement atteindre l'infini" car il n'y a plus de liaison gravitationnelle.

Par exemple. vous ne pouvez pas « échapper » à la terre en sautant, vous avez besoin d'une vitesse de 11 kps pour le faire, mais vous POUVEZ quitter temporairement la surface en sautant, et vous pouvez vous rendre sur la lune avec une vitesse inférieure à la vitesse de « fuite ».

Je ne crois pas ce que dit cette personne, mais ce que je dis, je sais que vous ne pouvez pas échapper à un trou noir, mais quoi que cette personne dise, je ne le croirai jamais, d'autant plus que c'est un blog scientifique. opinions différents

Et une opinion peut être fausse.

Donc, si votre opinion est fausse, mais que vous l'avez quand même et que vous refusez de changer d'opinion, en quoi est-ce une bonne chose ?

Je me rends compte que je n'étais pas clair dans #137.

Vous ne pouvez pas échapper au trou noir si vous passez son horizon des événements (à cet endroit à partir duquel vous mesurez).

La lumière passant un rayon inférieur au Schwartzchild (sérieusement, pouvons-nous le renommer ? Ce n'est pas un nom facile à taper, peu importe l'orthographe. ) Le rayon sera incapable d'atteindre l'infini même s'il avait une énergie positive nette (par exemple aurait pu aller à l'infini s'il n'avait pas traversé un trou noir).

Il serait dévié du "chemin rectiligne" par gravité et tournerait, ressembler à une fronde est possible, mais il ne peut pas s'échapper aux mêmes endroits qu'il aurait pu gérer s'il avait pris un chemin différent. Donc pas, en fait, une fronde.

Comme Ethan le fait remarquer sans trop de calculs désagréables, parce que l'horizon des événements nominal modifie les courbes semblables à la lumière de sorte que l'univers entier n'est plus disponible. Juste en dehors de ça ? L'infini (et au-delà) sont encore des trajectoires post-apogées possibles.

Salut!
Nous recherchons de l'aide pour notre physique et nous nous demandons simplement si maintenant, qu'arrivera-t-il si vous entrez dans un blak hol? s'il vous plait aidez !!

Il semble que les jets qui tirent d'un trou noir seraient l'énergie expulsée alors que tout l'espace à l'intérieur de la matière aspirée est écrasé en un morceau de matière absolument solide sans aucun espace à l'intérieur.
La densité nécessite de l'espace pour exister, donc un morceau de quelque chose sans espace serait infiniment dense ? Mais, cela ne me semble pas juste.
Si je prends un atome d'hydrogène et que je retire tout l'espace et que je le compresse en un seul morceau de matière sans aucun espace, cela ne finira-t-il pas par convertir toute la masse en énergie. Si c'est le cas, il n'y aurait pas de masse ajoutée à la singularité. À moins que toute l'énergie ne s'échappe. À ce stade, une partie de l'énergie serait reconvertie en masse et rejoindrait la singularité, augmentant sa masse.
Ce n'est pas que la somme du tout soit inférieure à certaines de ses parties, mais qu'une grande partie de l'énergie s'échappe peut-être à mesure qu'elle s'approche de l'horizon des événements. Donc, beaucoup moins a été ajouté que ce que vous pensez.
J'adore ce truc et j'envisage sérieusement de retourner à l'école pour jouer avec les secrets de l'univers !
Je m'excuse pour toute ignorance potentielle ici.

J'ai oublié d'ajouter. il semble que rien ne puisse traverser l'horizon des événements dans son intégralité à cause des forces violentes à l'œuvre juste avant de passer. Une partie de vous serait projetée sous forme d'énergie et une partie de vous la traverserait. Vous ne voudriez rien voir parce que vous n'êtes plus tout à fait vous-même.

Il n'y a pas de force violente à l'horizon des événements, Kevin.

Les forces sont les mêmes que celles que vous obtiendriez avec n'importe quel champ gravitationnel de cette force, donc l'horizon des événements d'un très grand trou noir est entièrement praticable en tout confort.

Les forces de marée et de cisaillement sont les seules choses qui pourraient vous déchirer, et elles sont juste assez grandes pour déchirer même la chair humaine spongieuse sur de très petits trous noirs.

Un trou noir n'a rien de magique.

Je n'ai jamais vu de trou noir et j'en ai toujours voulu.

hmm..et si j'allais au trou noir et essayais de m'échapper.

IMPRESSIONNANT.
je veux essayer.
HAHAHAHA

ou peut-être que le truc "Dot" est un noyau ou un truc... qui explose toujours

très peu de gens comprennent la raison pour laquelle nous ne pouvons pas nous échapper d'un trou noir.
le coupable n'est pas la gravité, comme on pourrait s'y attendre !
la courbure de la dimension temporelle est si immense que, pour revenir d'un horizon d'événements mortels de trous noirs, vous DEVEZ simplement RETOURNER DANS LE TEMPS. et comme il est impossible de renverser la flèche du temps, nous ne pouvons en aucun cas sortir d'un trou noir.

Faire un don

ScienceBlogs est l'endroit où les scientifiques communiquent directement avec le public. Nous faisons partie de Science 2.0, une organisation à but non lucratif d'enseignement scientifique opérant en vertu de la section 501(c)(3) de l'Internal Revenue Code. Veuillez faire un don déductible des impôts si vous appréciez la communication scientifique indépendante, la collaboration, la participation et le libre accès.

Vous pouvez également faire vos achats en utilisant Amazon Smile et même si vous ne payez rien de plus, nous obtenons un petit quelque chose.