Astronomie

Conseils sur le premier télescope (lunette vs réflecteur), lentille de Barlow

Conseils sur le premier télescope (lunette vs réflecteur), lentille de Barlow


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'envisage d'acheter mon premier télescope. Je reçois un réfracteur de 80 mm et un réflecteur de 114 mm pour la même gamme de prix. Quelle serait la meilleure option ? De plus, une lentille de Barlow résoudrait-elle les problèmes d'aberration chromatique avec une lunette f/5 ?


Le réfracteur sera meilleur pour l'observation à grand champ des champs d'étoiles et des grandes nébuleuses et galaxies. Pour les planètes et les DSO de taille petite à moyenne (également plus grande avec des oculaires de 2 "ou seulement des oculaires de 1,25" avec un faible grossissement et un grand champ de vision apparent) (nébuleuses, galaxies et amas d'étoiles), le réflecteur aura un avantage en raison de son ouverture. Le seul inconvénient du réflecteur est la collimation. Le réflecteur sera égal à un réfracteur de 90-95m.

Les réflecteurs rapides (faible nombre f) souffriront de coma (f5 sera ok) et les réfracteurs rapides souffriront d'aberration chromatique (à f5 ce sera un problème pour les planètes, la lune et les étoiles plus brillantes). Certains trouvent que l'aberration chromatique est un problème, d'autres non.

Réponse courte:

Si votre objectif est d'observer de très grandes nébuleuses, des amas ouverts et des champs d'étoiles, alors je conseillerais le réfracteur.

Pour les planètes, les objets du ciel profond, y compris les nébuleuses planétaires, les amas globulaires, tous les objets du ciel profond de petite et moyenne taille et les plus grandes nébuleuses et galaxies (si le réflecteur est f6 ou inférieur).

Si le réflecteur est f8 ou plus, il sera plus difficile de trouver des objets et d'observer les plus gros objets du ciel profond.


De plus, un objectif de Barlow résoudrait les problèmes d'aberration chromatique avec un réfracteur f/5.

Je suppose qu'en théorie, ils le pourraient, mais ils devraient être conçus pour le faire. En pratique, leur qualité varie considérablement et soit n'ont pas d'effet sur l'aberration chromatique, soit l'aggravent.

Quelle serait la meilleure option ?

Il n'y a pas de manière objective de répondre à cette question. Basé simplement sur le prix par unité carrée d'ouverture, un réflecteur est plus économique, et donc meilleur. Mais si vous recherchez un télescope qui ne nécessite pas de collimation, un réfracteur pourrait être le meilleur. Vous devez également tenir compte de la portabilité des modèles spécifiques que vous envisagez. Enfin, que voudriez-vous voir avec votre télescope ? Un réfracteur haut de gamme avec optique de correction est, en théorie, meilleur qu'un réflecteur similaire pour une imagerie de haute qualité des planètes. En fin de compte, le meilleur télescope est celui que vous utilisez régulièrement sans vous sentir dépassé.


Le schéma optique n'a pas d'importance pour les débutants. Tout ce dont vous avez besoin est un design bien utilisé par la communauté, afin que vous ne rencontriez pas de problème d'"image floue" avec la portée "noname". Je vous recommande d'utiliser les soi-disant "listes blanches" de télescopes. Beaucoup d'entre eux existent, beaucoup d'entre eux sont connectés à des communautés vivantes. Je n'en défends aucun en particulier.

La lentille de Barlow ne résout rien sauf l'allongement de la distance focale du rayon lumineux de condensation. Vous perdez l'angle de vue mais gagnez un "grossissement sale" et perdez plus de luminosité en raison de deux surfaces supplémentaires pour la lumière.

Ne tombez pas dans le prix. Craquez pour un design éprouvé mettant l'accent sur le "plug-n-view".


Premier conseil de portée, réfracteur 4 & 34 vs réflecteur 5 & 34 ou 6 & 34

J'ai commencé à m'intéresser à l'astronomie environ un an, j'ai rejoint un club local dans l'espoir d'avoir accès à l'observatoire et d'utiliser un 12" Meade LX200 SCT mais pas de chance, j'ai donc décidé de prêter un de leurs télescopes, c'était un 8" Sky Watcher et 8" Orion, les deux sont sur une monture dobsonienne, je les ai eu pendant plus de 5 mois à l'état brut.

L'optique est excellente, la facilité d'utilisation était excellente, cependant, la taille est énorme pour se déplacer depuis/vers un site de ciel plus sombre, de sorte qu'il était presque impossible de trouver un objet et de le garder au point autre que la lune, Jupiter et Vénus.

Ensuite, j'ai décidé d'acheter des jumelles, j'ai eu Celestron SkyMaster 15x70, je pouvais voir plus d'objets avec celle-ci, même en utilisant mes mains nues comme monture. Plus tard, je suis allé avec un camarade du club tester une lunette de 80 mm sur monture équatoriale, l'expérience était bien meilleure en termes d'utilisation de la monture et de vue depuis la lunette. Nous avons tous les deux essayé d'aligner les deux télescopes, la lunette de 80 mm et la dob de 8" sur le même objet. La dob de 8" a échoué prématurément à s'aligner sur l'objet de la lunette de 80 mm.

Maintenant, j'ai peut-être envie d'aller acheter une nouvelle lunette, j'ai demandé conseil aux membres du club, le seul conseil était de commencer avec un dob 6"-8".

J'ai cherché sur Internet, lu de nombreux livres, en particulier celui de Terence Dickinson, Backyard Astronomer's Guide et j'arrive à la liste de portées suivante pour commencer :

1- Lunette achromatique de 80mm à 100mm, dans cette gamme, Celestron Omni XLT 102mm sur une monture CG-4 correspond à mon budget

2- Réflecteur newtonien 6", dans cette gamme Orion AstroView 6 sur monture EQ3 correspond à mon budget et à mes besoins de portabilité

3- Le tube optique SkyWatcher de 130 mm sur une monture CG-4 est un peu plus que mon budget

J'ai vérifié d'autres marques, designs et gammes d'Orion, Celestron, Meade et SkyWatcher, aucun d'entre eux n'est même proche de mon budget

Maintenant, mon intérêt est purement visuel d'observer partiellement la lune et les planètes, principalement pour les objets plus brillants du ciel profond ou tout objet qui se trouve dans le champ de vision, je sais que pour ce cas, l'ouverture est un facteur définitif, je passerai à l'astrophotographie plus tard une fois que je suis sûr de connaître le ciel nocturne et d'utiliser la monture équatoriale.

Je veux aussi ajouter, je voulais opter pour Orion AstroView 6 car il comprend une lunette à axe polaire et 2 oculaires, cependant, je pense que la monture est très adéquate pour le tube optique (le tube optique est de 9,1 livres) le support de mout jusqu'à 12 livres qui laissent une petite fenêtre pour une future mise à niveau et une astrophotographie. CG-4 supporte plus de poids, cependant, la lunette polaire est supplémentaire et j'ai peur que le réfracteur de 4" ne montre pas assez de détails sur les objets du ciel profond les plus lumineux même si la monture supporte jusqu'à 20 livres, ce qui est idéal pour une future astrophotographie, c'est-à-dire que je peux même ajouter un ENSEMBLE DE TUBE OPTIQUE C8-A XLT (CGE) ou même de meilleures optiques comme l'ASSEMBLAGE DE TUBE OPTIQUE EDGEHD 8 à l'avenir sans le coût supplémentaire de la monture

N'importe qui peut m'aider à décider lequel choisir.

Édité par aalmanni, 08 août 2015 - 00:28.

#2 Michael Covington

J'aime l'idée du réflecteur de 6 pouces. Vous ne le dépasserez pas pendant longtemps. Pour un montant comparable, vous pourriez obtenir un Schmidt-Cassegrain ou un Maksutov-Cassegrain d'occasion non informatisé de 5 à 8 pouces.

#3 Michael Covington

Un réfracteur de 4 pouces est lourd.

#4 DivisionParZéro

J'ai acheté un Orion Starblast EQ 4.5 pour l'utiliser avec mon fils, mais pas mal pour moi. Je n'avais jamais eu de télescope auparavant, c'était donc mon premier. J'en suis assez content pour une utilisation observationnelle. Le miroir est assez bon, à mon avis et les deux oculaires fournis avec le mien ont fourni une bonne paire de grossissements pour l'utilisation.

Ce n'est pas très cher non plus.

#5 Bête

quelques questions d'abord. Qu'entendez-vous par garder un objet au point ? La vue devient-elle floue ou est-ce qu'elle s'éloigne de la vue. La dob que vous avez utilisée était-elle stable, dans le sens où le tube est resté là où vous l'avez pointé ou a-t-il bougé un peu lorsque vous l'avez relâché. Les télescopes prêtés ont tendance à présenter des dysfonctionnements mineurs en raison des abus involontaires qu'ils ont dû subir. Le 80 mm équatorial, avait-il une horloge pour garder l'objet centré ou était-il déplacé à la main ?

Où es-tu Situé? facilite la recherche d'alternatives.

#6 Muse du ciel

J'aime le Celestron Omni XLT 102, comme beaucoup d'autres, et aussi l'Orion AstroView 6. L'AstroView équatoriale est le même que le CG-4, et en noir. Le newtonien 6" f/5 peut être préféré pour les observations du ciel profond, et par rapport à celui du réfracteur, mais l'Omni XLT 150 de Celestron est le newtonien 6" f/5.

. a un porte-oculaire de 2", si jamais vous voulez essayer un oculaire de 2" à l'avenir. Un porte-oculaire de 1,25" n'en permettra pas un.

#7 tomykay12

Deuxième vote pour le Celestron Omni 150 xlt. La monture CG4 avec laquelle il est livré transportera à l'avenir de nombreuses autres lunettes de bonne taille, et la lunette elle-même produit de belles vues nettes. Dans mon cas, l'un d'entre eux était un bon choix pendant que j'étudiais le monde des réfracteurs, qui peut être un endroit intimidant et déroutant pour un novice. Profitez du voyage, tk

#8 Eric63

3ème pour le réflecteur Omni 150. Mais ma préférence personnelle serait d'acheter l'OTA séparément et d'obtenir une monture Alt Az comme le Versago II ou le skywatcher AZ4. Je n'aime pas les montures eq.

#9 Muse du ciel

Voici le tube optique Omni XLT 6" f/5 de Celestron.

. et ces montures alt-azimutales tout à fait capables à considérer.

Incidemment, un CG-4 pourrait avoir du mal à accueillir un C8 Schmidt-Cassegrain.

#10 bobzeq25

N'importe lequel des télescopes que vous regardez devrait vous donner beaucoup de plaisir. Le réfracteur sera plus facile à vivre, je pourrais le privilégier comme première lunette. "Le meilleur télescope est celui que vous utiliserez le plus souvent."

Vous avez mentionné l'astrophotographie à quelques reprises. Les télescopes que vous regardez prendront également des photos de la Lune et des planètes. Aucun d'entre eux ne fera très bien les DSO, pour cela vous avez besoin d'un télescope plus petit sur une meilleure monture. Malheureusement, les configurations pour la photographie visuelle et l'astrophotographie des DSO sont très différentes. Pour les DSO d'imagerie, dans votre budget, j'envisagerais d'acheter un tracker de caméra et d'utiliser une caméra existante.

Edité par bobzeq25, 08 août 2015 - 11:01.

#11 Jim78154

Celui que vous ignorez peut-être est un ancien Celestron 8 "SCT. Ils sont peu coûteux et si vous pouvez en trouver un qui a été bien entretenu, ils sont une bonne affaire et s'intègrent bien dans ce que vous voulez faire. Faites très attention aux revêtements de ces derniers. L'inconvénient est qu'ils ont besoin d'une monture un peu plus lourde que les lunettes que vous avez mentionnées. Le prix des montures augmente de façon exponentielle avec leur capacité de charge. Demandez-moi comment je le sais.

#12 aalmanni

Les réponses aux questions de Ranger 4 (Beast):

Qu'entendez-vous par garder un objet au point ? La vue devient-elle floue ou est-ce qu'elle s'éloigne de la vue.

les vues sont très nettes et claires, cependant, lorsque la terre tourne (disons 5 pour un oculaire à fort grossissement), je suis bombé, mettre le scop à nu n'aidera pas non plus

La dob que vous avez utilisée était-elle stable, dans le sens où le tube est resté là où vous l'avez pointé ou a-t-il bougé un peu lorsque vous l'avez relâché.
La monture est très stable, aucun problème

Les télescopes prêtés ont tendance à présenter des dysfonctionnements mineurs en raison des abus involontaires qu'ils ont dû subir.

Le 8" Orion était bien meilleur que le 8" Skywatcher

Le 80 mm équatorial, avait-il une horloge pour garder l'objet centré ou était-il déplacé à la main ?

Oui il avait un lecteur d'horloge, même, je pouvais déplacer M31 et saturne par exemple manuellement en moins d'une minute

Où es-tu Situé? facilite la recherche d'alternatives.

Réponses pour Viking 1 (Sky Muse) :

Je sais qu'Orion EQ3 avec AstroView 6 est le même que CG-4 avec différentes peintures, cependant, CG-4 est évalué jusqu'à 20 livres, EQ3 est jusqu'à 12 livres, avec un tube d'Orion à 9,1 livres, je serai parti avec moins de 3 livres pour une expansion future, d'autre part, aucun des tubes de la série Omni XLT ne pèse plus de 12 livres, j'aurai donc près de 8 livres ou plus pour une future expansion

J'ai également vu que le tube optique C8 ou l'équivalent d'autres marques pèse environ 12 à 16 livres, peut-être 18 à son maximum. ce qui laisse 4 à 8 livres pour une future expam=ntion, en fait Celestron - EdgeHD 800 Optical Tube ne pèse que 14 livres et il est très lourd par rapport à ses concurrents

Réponses pour Vostok1 (Jim78154)

Je ne cherche pas d'occasion, dans le passé, j'ai vu Meade ETX-125, c'était trop cher pour une lunette de 10 ans (presque 600 dollars canadiens), la série Omni XLT ou Astroview 6 sont dans cette gamme après impôt et ils sont neufs

Réponses pour Apollo (bobzeq25)

Je peux faire de l'astrophotographie de base, mais pas professionnelle, car cela nécessite des équipements de pointe que je ne peux pas me permettre maintenant

En résumé, j'ai 3 voix pour Omni XLT 150, 1 pour Omni XLT 102, pas pour les autres, cela me fait me sentir mieux avec les réflecteurs cependant, j'ai peur qu'il ait besoin de collimations et d'entretien si souvent.

#13 Muse du ciel

Oui, il y a plus d'entretien impliqué avec un réflecteur qu'un réfracteur, mais vous constaterez bientôt que ce n'est pas aussi mauvais que vous l'aviez d'abord pensé. Alors que les réfracteurs sont relativement sans entretien, il existe d'autres conceptions qui nécessitent un entretien minimal : les Cassegrains corrigés (Maksutov et Schmidt).

Compte tenu de votre budget, vous pouvez opter pour le réfracteur Celestron Omni 102 XLT/CG-4 ou le réflecteur Omni XLT 150 XLT/CG-4. Si vous envisagez d'acheter un Schmidt-Cassegrain 8" à l'avenir, j'achèterais le réfracteur 4", et pour mieux le compléter.

Plus tard, lorsque les fonds le permettent, vous pouvez obtenir une lunette polaire et un moteur (à un ou deux axes) pour le CG-4. J'ai les deux pour mon CG-4, mais je ne fais que du visuel.

#14 Bob le bombardier

Compte tenu de votre budget, vous pouvez opter pour le réfracteur Celestron Omni 102 XLT/CG-4 ou le réflecteur Omni XLT 150 XLT/CG-4. Si vous envisagez d'acheter un Schmidt-Cassegrain 8" à l'avenir, j'achèterais le réfracteur 4", et pour mieux le compléter.

Les deux portées obtiennent des critiques bonnes à excellentes. Le CG-4 vous offre une flexibilité pour les futures OTA.

Maintenant, mon intérêt est purement visuel, en partie pour l'observation de la lune et des planètes, principalement pour les objets plus brillants du ciel profond ou tout objet qui se trouve dans le champ de vision.

Pour les ciels sombres et les nuits claires, le réflecteur. Dans mon jardin pollué par la lumière, le réfracteur a plus de sens. YMMV

#15 GaryCurran

Tout d'abord, je voudrais dissiper quelques idées fausses.

L'Orion EQ-3 et le Celestron CG-4 sont loin d'être la même monture, croyez-moi ! L'Orion est fabriqué en aluminium, est très léger et est à sa limite avec le réflecteur newtonien de 6 ". Le CG-4 avec le réfracteur de 102 mm est le meilleur choix entre les deux.

Ensuite, plusieurs personnes ici ont suggéré le Celestron XLT-150, qui coûte 549 USD. Je suppose que votre budget est de 500 $ US.

Passer l'Orion, complètement. Les supports CG-4 ont des pieds en acier de 1,75 ", qui sont très robustes, et l'EQ-3 a des pieds en aluminium qui glissent de haut en bas, et ne sont tout simplement pas très bons. Je sais, j'en avais un. Comme le prix est un objet, je vais vous dire d'acheter le CG-4, car il résistera à tout ce que vous voulez faire.

Ensuite, vous avez parlé d'avoir des difficultés à garder la cible dans votre champ de vision avec le Dobson. Je suppose que si vous n'êtes pas habitué à regarder à travers le télescope, c'est probablement assez facile à faire. Bien que le CG-4 ne soit pas livré avec une lunette d'alignement polaire, cela n'a pas vraiment d'importance, car vous auriez de toute façon besoin d'acheter un moteur et d'autres accessoires. En fait, après une période d'environ 16 ans, je viens de me remettre à ça et j'ai acheté ce que je considère comme une installation d'astrophotographie « d'entrée de gamme », sans compter les appareils photo, et cela m'a coûté environ 2 400 $ USD ! Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas faire des AP de base avec le SLT102 ou le XLT150 sur la monture CG4, mais vous devrez y investir quelques centaines de dollars de plus.

D'accord, donc ce que je voulais dire, c'est qu'en ce moment, vous n'avez pas besoin d'avoir une lunette d'alignement polaire. Retirez simplement les couvercles avant et arrière de l'emplacement de la lunette d'alignement polaire, recherchez le trou et lorsque vous voyez Polaris, placez-le au centre du trou. Pour une utilisation VISUELLE, c'est tout ce dont vous avez besoin.

Maintenant, peu importe laquelle de ces portées vous obtenez, une fois que vous arrivez à la cible, elle va toujours se déplacer à travers votre champ de vision, c'est parfaitement normal. Mais, maintenant, la monture pointant vers Polaris, vous pourrez simplement utiliser le R.A. ou la commande de ralenti Ascension droite pour garder la cible en vue, et vous devrez peut-être, de temps en temps, ajuster la commande de ralenti de l'axe Dec, ou Declination.

Le SLT-102 devrait facilement accepter un appareil photo sur un anneau en T et un adaptateur d'appareil photo pour entrer dans le tube de mise au point de 1,25", ce qui signifie que vous pouvez capturer des images époustouflantes de la lune, et peut-être même de certaines planètes. l'utilisation d'un oculaire dans l'adaptateur pour appareil photo, ce qu'on appelle la « photographie afocale » vous permettra d'obtenir de plus en plus de gros plans, mais il est difficile de maintenir la cible en place. Pour quelque chose comme ça, vous feriez mieux de faire de la vidéo et d'empiler les résultats dans quelque chose comme Autostaakert 2 ou RegiStax 6.

Vous n'avez pas non plus de budget, du moins à ma connaissance, pour les oculaires. Étant donné que le SLT-102 n'est livré qu'avec un oculaire de 25 mm, cela va limiter votre visionnement. Étant donné que le grossissement de l'objet passe par la sélection de l'oculaire, si vous voulez voir des objets à différents grossissements, vous aurez besoin de différents oculaires et/ou d'une lentille de Barlow. Deux oculaires supplémentaires et un Barlow devraient vous aider à démarrer. Je recommanderais ce qui suit :

Il s'agit d'un Plossl de 32 mm, pour une visualisation à grand champ, et vous donnera un grossissement inférieur au 25 mm inclus.

Voici un Celestron 9mm Plossl.

Enfin, vous aurez besoin d'une lentille de Barlow 2X.

Maintenant, plus le nombre est petit, ou plus la « distance focale » est courte, plus le grossissement est important, donc sur le SLT-102, qui a une distance focale de 1000 mm, un 25 mm vous donnera un grossissement de 40 x. Pour déterminer le grossissement, vous divisez la distance focale du télescope par la distance focale de l'oculaire, donc 1000/25=40. L'oculaire plus large de 32 mm vous donnera une puissance d'environ 31 et l'oculaire de 9 mm vous donnera un grossissement d'environ 111.

Ainsi, lorsque vous ajoutez le Barlow, vous aurez des distances focales et des grossissements équivalents comme suit :

31, avec l'EP 32mm, pas de Barlow.

40 puissance, avec le 25mm EP, pas de Barlow.

Puissance de 62,5 avec l'EP 32 mm ET la Barlow. (EP équivalent est de 16 mm)

80 puissance avec le 25mm EP ET le Barlow. (EP équivalent est le 12,5 mm)

111 puissance avec l'EP 9mm et pas de Barlow.

222 puissance avec le 9MM EP ET le Barlow. (EP équivalent est le 4,5 mm)

Vous obtiendrez une puissance de 166 sans Barlow et de 333 avec la Barlow.

Maintenant, parlons de quelque chose qui est lié à cela. Il existe une règle qui dit que dans des conditions de vision optimales, pas de pollution lumineuse, pas de brume, pas de turbulence de l'air, ou quelque chose comme ça, la nuit de visionnement parfaite, vous pouvez obtenir 100 puissances par pouce d'ouverture. Cela signifie que le 4" SLT-102 est « CAPABLE » de fournir jusqu'à 400 de puissance. Ne vous y attendez pas. La réalité s'installe, la vie arrive, et si vous êtes chanceux, 50-60 puissance par pouce de grossissement sur une 'bonne' nuit, encore moins d'autres fois.

Différences entre le ReFractor et le ReFLector.

Pour 50 $ de plus, vous pouvez acheter le XLT-150. Il a une ouverture de 6", contre l'ouverture de 4" pour le réfracteur, et comme vous l'avez dit, les règles d'ouverture pour l'astronomie visuelle. Tous ces chiffres de grossissement ci-dessus sortent directement de la fenêtre, car le XLT-150 a une distance focale de 750 mm, pas la distance focale de 1000 mm sur laquelle j'ai calculé les grossissements. Comme il s'agit de la distance focale du télescope divisée par la distance focale de l'oculaire, vous n'obtiendrez pas un grossissement aussi élevé avec le XLT-150.

Ensuite, sur une monture EQ, les Newtoniens sont une vraie douleur dans le dos. Pourquoi pensez-vous que John Dobson a conçu une monture Dobson ? C'est beaucoup plus facile à utiliser.Vous voyez où se trouvent le porte-oculaire et l'oculaire sur le XLT-150 ?

C'est dans votre « Position d'origine ». Mais, puisqu'il s'agit d'une monture équatoriale allemande, l'axe de la monture tourne pour pointer le télescope dans différentes directions, et vous pourriez, en théorie, vous retrouver avec l'oculaire de l'autre côté, sur le dessus, pointant vers le sol, ou toutes sortes de positions inconfortables. Pour les personnes qui photographient avec ces télescopes, cela n'a pas d'importance, la caméra ne s'en soucie pas, mais essayer d'aligner les choses, un bon moyen de laisser votre cou vous faire savoir le lendemain matin que vous n'êtes pas censé plier ça chemin.

Maintenant, vous POUVEZ desserrer les bagues et faire pivoter le télescope dans les bagues pour ramener l'oculaire et le chercheur dans une position plus facile à utiliser, et comme il s'agit d'une lunette visuelle, cela n'aura pas beaucoup d'importance, tant que le la monture ne bouge pas trop.

D'autre part, le SLT-102 vous permet simplement de desserrer la Star Diagonal dans le porte-oculaire et de la faire pivoter, de sorte que l'oculaire pointe à un angle facile à utiliser et que vous ne faites pas pivoter la lunette ou quoi que ce soit. autre.

Vous pouvez aussi regarder dans nos petites annonces, mais pour moins de 500 $, avec une monture, vous ne trouverez pas grand-chose.

Ma recommandation, le SLT-102.

Édité par GaryCurran, 08 août 2015 - 19:36.

#16 Bête

Je suis avec GaryCurran sur celui-ci. En passant en revue les expériences que vous avez déjà eues, le package Celestron Omni XLT 102 va vous rendre plus heureux que le XLT 150. Normalement, pour quelqu'un qui trouve le dob 8 "encombrant, je recommanderais un dob 6", qui est plus léger. Étant donné que la partie de poussée d'un dob ne va pas à l'aise avec vous, le réfracteur est un meilleur ajustement. Un réflecteur monté à l'équateur est, comme Gary l'a déjà dit, un vrai PITA, étant donné les positions très inconfortables du porte-oculaire (vous pouvez vous voir allongé sur le sol et debout sur la pointe des pieds pour l'objet suivant).

Une alternative au celestron est le modèle Skywatcher : Evostar 102 sur EQ3-2. Il s'agit du même télescope, monture et trépied mais avec quelques accessoires supplémentaires comme 2 oculaires et une diagonale de 2". Puisque vous venez du Canada, je vous suggère de rechercher cette version. Je crois que la sélection de produits Skywatcher est plus grande au Canada que aux Etats-Unis.

Maintenant, si vous pouvez me pardonner mes pinailleries, je devrais corriger Gary sur une chose. À savoir, les montures eq3 et CG4, c'est-à-dire les montures et non les trépieds, sont une seule et même chose, juste une couleur et un nom différents. La différence entre la version Orion et Celestron est le trépied. Ce trépied va déterminer la charge que le combo monture/trépied peut transporter. Étant donné que le trépied est généralement le maillon faible, c'est à lui de décider combien vous pouvez mettre sur la monture. C'est là que se situe la différence de charge utile.

#17 GaryCurran

Ahhhh, Bête, tu es Belle.

Aalmanni, Beast a raison, la monture réelle et le trépied sont deux choses différentes. Je n'aime pas le TRÉPIED sur l'Orion EQ-3.

Maintenant, ce qui est amusant, c'est que l'Orion SkyView Pro est beaucoup plus proche du CG-4 que ce qu'ils appellent l'AstroView, qui s'appelait autrefois l'EQ-3 (ce que j'avais l'habitude d'avoir, et je vais attestent encore que c'est de la merde)

Orion vend le SkyView Pro pour 400 $, B&H vend le Celestron CG-4 pour 300 $, exactement la même monture, sauf qu'une est blanche, une est noire et que le couvercle de la lunette d'alignement polaire est légèrement différent. À l'heure actuelle, High Point Scientific a le CG-4 en vente pour 260 $.

La seule autre recommandation que je pourrais faire, et c'est 100 $ de plus, mais cela en vaudrait la peine si vous économisez et lésinez un peu pour y arriver, serait le Celestron XLT-120. Avec dix-huit millimètres d'ouverture supplémentaires, cela devrait vous donner plus de capacité de collecte. Non, cela ne vous donnera toujours pas la collecte de lumière d'un triton de 130 ou 150 mm, mais les réfracteurs ont toujours été les télescopes les plus chers pour l'ouverture

Bon sang, vous pouvez acheter un 6" Celestron Schmidt-Cassegrain OTA pour 400 $, mais un achromate de 157 mm, même pas un Apo, coûte 750 $ pour un achromat premium. Donc, oui, vous paierez toujours plus pour un réfracteur, et je suppose qu'il y a une raison pour cela.

Édité par GaryCurran, 09 août 2015 - 20:35.

#18 Meadeball

Ayant été dans le passe-temps pendant près de 40 ans, je peux affirmer sans réserve qu'un newtonien de 6 pouces est une lunette que vous pouvez utiliser pour le reste de votre vie. C'est la combinaison optimale d'une ouverture suffisante pour effectuer un travail sérieux et d'une légèreté suffisante pour saisir et partir. J'ai passé la majeure partie de mon adolescence et jusqu'à la vingtaine avec un newtonien (Criterion RV-6) de 6 pouces. Et je suis entièrement d'accord avec les recommandations CG-4 vs EQ3. Mon oscilloscope actuel est un Celestron Omni 102 XLT sur le CG-4. J'aimerais ajouter que non seulement les pieds du trépied sont en acier, ils sont inoxydable acier. Donc pas de soucis de rouille ! La CG-4, à mon avis, est l'une des meilleures montures équatoriales de poids moyen sur le marché aujourd'hui. Il est solide comme le roc avec mon 102 monté dessus. J'entends que ça peut pousser les choses quand vous avez un 150 dessus. Je ne saurais pas.

Je ne pense pas que vous vous tromperiez avec le réfracteur de 4 pouces ou le réflecteur de 6 pouces. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients, et c'est vraiment une question de préférence personnelle. le 6 pouces sera un peu mieux sur les DSO, le réfracteur excelle dans la visualisation planétaire mais ne fait pas trop mal sur les DSO pour sa taille. L'une des raisons pour lesquelles j'aime le réfracteur par rapport au réfracteur est que le réfracteur a un meilleur contraste d'image et des images d'étoiles plus nettes - ce qui est important pour moi parce que j'aime diviser les doubles. Bonne chance!

Édité par Meadeball, 09 août 2015 - 11:51.

#19 aeajr

Bonjour,

J'ai commencé à m'intéresser à l'astronomie environ un an, j'ai rejoint un club local dans l'espoir d'avoir accès à l'observatoire et d'utiliser un 12" Meade LX200 SCT mais pas de chance, j'ai donc décidé de prêter un de leurs télescopes, c'était un 8" Sky Watcher et 8" Orion, les deux sont sur une monture dobsonienne, je les ai eu pendant plus de 5 mois à l'état brut.

L'optique est excellente, la facilité d'utilisation était excellente, cependant, la taille est énorme pour se déplacer depuis/vers un site de ciel plus sombre, de sorte qu'il était presque impossible de trouver un objet et de le garder au point autre que la lune, Jupiter et Vénus.

Ensuite, j'ai décidé d'acheter des jumelles, j'ai eu Celestron SkyMaster 15x70, je pouvais voir plus d'objets avec celle-ci, même en utilisant mes mains nues comme monture. Plus tard, je suis allé avec un camarade du club tester une lunette de 80 mm sur monture équatoriale, l'expérience était bien meilleure en termes d'utilisation de la monture et de vue depuis la lunette. Nous avons tous les deux essayé d'aligner les deux télescopes, la lunette de 80 mm et la dob de 8" sur le même objet. La dob de 8" a échoué prématurément à s'aligner sur l'objet de la lunette de 80 mm.

Maintenant, j'ai peut-être envie d'aller acheter une nouvelle lunette, j'ai demandé conseil aux membres du club, le seul conseil était de commencer avec un dob 6"-8".

J'ai cherché sur Internet, lu de nombreux livres, en particulier celui de Terence Dickinson, Backyard Astronomer's Guide et j'arrive à la liste de portées suivante pour commencer :

1- Lunette achromatique de 80mm à 100mm, dans cette gamme, Celestron Omni XLT 102mm sur une monture CG-4 correspond à mon budget

2- Réflecteur newtonien 6", dans cette gamme Orion AstroView 6 sur monture EQ3 correspond à mon budget et à mes besoins de portabilité

3- Le tube optique SkyWatcher de 130 mm sur une monture CG-4 est un peu plus que mon budget

J'ai vérifié d'autres marques, designs et gammes d'Orion, Celestron, Meade et SkyWatcher, aucun d'entre eux n'est même proche de mon budget

Maintenant, mon intérêt est purement visuel partiellement pour la lune et les planètes, principalement pour les objets plus brillants du ciel profond ou tout objet qui se trouve dans le champ de vision, je sais que pour ce cas, l'ouverture est un facteur définitif, je passerai à l'astrophotographie plus tard une fois que je serai sûr de connaître le ciel nocturne et utilisation de la monture équatoriale.

Je veux aussi ajouter, je voulais opter pour Orion AstroView 6 car il comprend une lunette à axe polaire et 2 oculaires, cependant, je pense que la monture est très adéquate pour le tube optique (le tube optique est de 9,1 livres) le support de mout jusqu'à 12 livres qui laissent une petite fenêtre pour une future mise à niveau et une astrophotographie. CG-4 supporte plus de poids, cependant, la lunette polaire est supplémentaire et j'ai peur que la lunette de 4" ne montre pas assez de détails sur les objets du ciel profond les plus lumineux, même si la monture supporte jusqu'à 20 livres, ce qui est idéal pour une future astrophotographie, c'est-à-dire que je peux même ajouter un ENSEMBLE DE TUBE OPTIQUE C8-A XLT (CGE) ou même de meilleures optiques comme l'ASSEMBLAGE DE TUBE OPTIQUE EDGEHD 8 à l'avenir sans le coût supplémentaire de la monture

N'importe qui peut m'aider à décider lequel choisir.

Merci

Comment ça, le Dob n'a pas réussi à s'aligner prématurément sur l'objet ? Je ne comprends pas.

Mis à part le fait que le Dob 8" était grand et encombrant, il semble que vous l'aimiez. Alors pourquoi ne pas opter pour un Dob plus léger? Pourquoi ne pas opter pour un Dob 6". L'Orion XT6 est bien dans votre budget et pèse 10 livres de moins que le XT8

Si vous avez aimé la lunette de 80 mm, avez-vous pensé à la lunette Meade EXT 80 GoTo ? Petit, léger, 230 $ sur Amazon.

Je viens de prendre livraison de l'un d'entre eux. Bref FL donc ça va avoir un peu de CA mais ça ne me gêne pas. Convient également aux AP légers. Le support est très solide et stable, mais est spécialement conçu pour la ligne EXT.

Ou l'EXT 90 qui est une portée Mak GoTo - également dans votre budget - 369 $

Les EXT suivront les objets, ou vous pouvez les utiliser manuellement, comme le Dobson, en laissant l'ordinateur éteint.

Vous pouvez opter pour l'un des EXT maintenant et ajouter un Dob plus tard en tant que "grand" champ d'application.

Édité par aeajr, 08 août 2015 - 22:58.

#20 aalmanni

Très grand Merci GaryCurran pour votre longue explication complète sur les portées et les oculaires, j'aurais aimé trouver CloudyNights avant, vous m'avez donné d'excellentes informations, je me pencherai sur le problème des oculaires, plus tard sur le moteur et/ou la lunette d'axe polaire car mon objectif est maintenant pour l'observation visuelle et mieux connaître le ciel.

Ma prochaine question hypothétique, au cas où je déciderais de mettre à niveau le tube optique pour l'astrophotographie, le CG-4 gérera-t-il une lunette de 8" en supposant que le poids total du tube optique/caméra et des accessoires associés ne dépasse pas la valeur nominale de la monture . Théoriquement mount devrait gérer 100% de sa charge utile. Cependant, la réalité n'est pas la même (je sais que puisque je travaille avec des réseaux informatiques), autrement dit, toute recommandation de rapport charge utile/taux de montage que nous ne devrions pas dépasser, environ par exemple 75% de la note totale de la monture ? Bien sûr, la mise à niveau de la monture pour l'astrophotographie professionnelle est un must, comme l'a mentionné GaryCurran, que je considérerai plus tard.

Merci Beast pour vos précisions sur les montures CG-4 / EQ-3

Merci Meadeball pour vos commentaires sur le réfracteur pour diviser les étoiles doubles

Merci Bomber Bob pour vos recommandations

Maintenant, je me sens plus confiant sur ce dont j'ai besoin.

#21 aalmanni

Merci aeajr, avec le dob de 8 ", nous n'avons pas pu localiser et voir un amas d'étoiles assez brillant, cependant, le 80 mm l'a clairement montré même si les deux ont commencé à recueillir de la rosée.

Et pour la lunette ETX ou GO TO, ce ne sont pas mes options même si elles sont beaucoup moins chères, car je veux apprendre la monture équatoriale et trouver un objet dans le ciel. Je peux les considérer au cas où je voyage à l'étranger pour leur portabilité

#22 GaryCurran

Je suis heureux que les informations que je vous ai données aient été utiles.

Pour l'astrophotographie, la règle de base est de ne pas dépasser 50-60% de la capacité totale de la monture. Donc, si la monture tient 20 livres, 10-12 livres est le maximum que vous voulez. Plus il y a de capacité, mieux c'est. Pour l'astrophotographie, il y a d'autres considérations, et le CG-4 ne les satisfait pas.

Premièrement, pour les clichés lunaires, ceux-ci sont assez faciles, car la lune est normalement très brillante. Vous pouvez les photographier à 1/250e, 1/500e de seconde à une cote ISO relativement «normale», 100 ou 200 ISO.

Cette photo a été prise au 1/160e de seconde à 100 ISO. J'aurais probablement dû la ralentir au 1/125e. Mais, pour les DSO, ou objets de l'espace lointain, ils sont si peu éclairés que nous devons prendre des photos individuelles dans une plage de 1 à 2 minutes, voire, dans certains cas, des expositions de 5 minutes, voire de dix minutes. J'ai vu des photos où le photographe prend des poses de 15 minutes, et plusieurs d'entre elles. Que diriez-vous d'un total de 8 heures de données ?

Le CG-4, même avec l'entraînement par moteur en option, n'est pas à la hauteur de la tâche à accomplir. Aujourd'hui, il est presque obligatoire d'avoir un télescope « GoTo » et une sorte de capacité « Autoguidage ». Une monture informatisée pour vous amener là où vous voulez être et vous y maintenir, et le système d'autoguidage pour vous garder directement sur la cible. Pour le neuf, attendez-vous à dépenser entre 1 150 et 1 200 $ !

Je l'ai acheté car il était moins cher que celui que je voulais.

J'aurais dû m'en tenir à ma première pensée et rester avec l'iOptron, même si j'ai abandonné 3 livres de capacité de charge utile. Le Celestron AVX est un bon support d'entrée de gamme, et il est utilisable, mais j'aurais préféré le ZEQ25GT.

Ainsi, comme je l'ai dit précédemment, environ 50 à 60% de la capacité nominale devrait être votre charge utile maximale. Cela comprend votre assemblage de tube optique, votre OTA, votre caméra, votre lunette de visée/guide, votre caméra de guidage automatique, votre pare-buée/réchauffeur et tout autre équipement nécessaire. Environ 15 livres au total pour l'AVX ou la ZEQ25GT.

Ensuite, vous avez besoin d'un AutoGuider. Il s'agit d'un appareil qui se branche sur la monture pour envoyer de très petits signaux de correction en fonction de ce que la caméra d'autoguidage voit. Cela nécessite, généralement, au minimum, un ordinateur portable.

J'ai acheté ce pack, et il me convient bien sur deux télescopes différents.

Voici un télescope Celestron 8" Schmidt-Cassegrain, pesant environ 12,5 livres. Avec l'appareil photo et tout le reste, attendez-vous à ce qu'il pèse entre 15 et 16 livres, juste à la limite de l'une ou l'autre de ces deux montures.

En investissant 500 $ supplémentaires, le Celestron CGEM serait un bon achat et vous donnerait plus de marge, pour ainsi dire.

À partir de là, vous pouvez passer à l'iOptron iEQ45, à 1 850 $.

Rappelez-vous comment, au tout début de ce fil, vous avez dit que vous saviez que « Aperture était important ? » Pour l'observation visuelle, je ne serais pas plus d'accord. Mais, maintenant, on parle d''Astrophotographie', et ce n'est plus le cas. La chose la plus importante pour AP n'est pas l'ouverture, c'est la monture. Votre œil peut rafraîchir l'image qu'il envoie au cerveau environ 25 fois par seconde. Cela ne laisse pas vraiment beaucoup de temps aux photons qui ont parcouru tous ces millions d'années-lumière pour s'enregistrer. La lune est si brillante que vous n'avez pas à vous en soucier, et les planètes sont assez brillantes, de la même manière. Mais, les DSO sont plusieurs ordres de gradateur de luminosité. Nous devons donc augmenter le nombre de photons qui atteignent le « capteur ». Puisque notre propre capteur interne, notre œil, ne peut pas être ralenti, nous utilisons un capteur de caméra. C'était à l'origine du film, aujourd'hui, c'est presque toujours un capteur électronique. Comme je peux attendre une, deux, cinq ou dix minutes pour accumuler suffisamment de photons avant de convertir les données en image, je ne suis pas contraint de la même manière que je le serais pour des applications visuelles.

Une autre considération est FOV, ou Field of View. Plus la distance focale de votre télescope est longue, plus le champ de vision est petit. Pour le démontrer, considérons la « cible », M31, également appelée la galaxie d'Andromède.

Ainsi, cette image particulière est prise avec un réfracteur apochromatique ED de 80 mm et 545 mm de focale.

Cette image, cependant, a été prise avec un Meade Schmidt-Cassegrain de 8". Comme vous le remarquerez, vous ne pouvez voir que le noyau central de la galaxie, et non la galaxie entière.

Voici la nébuleuse de l'haltère, un objet assez petit, tourné avec un télescope APO de 80 mm. La photo a été recadrée.

Cette image a été prise avec un télescope Ritchey Chrétien de 8". Il n'a qu'une distance focale de 1625 mm.

Ainsi, vous pouvez voir que différents télescopes produiront différentes images et différents grossissements, en fonction de la distance focale du télescope, de la taille du capteur de la caméra et d'autres critères. Cependant, le temps passé à collecter les données est souvent beaucoup plus long que tout ce que vous ferez de visuel, dans les « heures », littéralement, ou dans certains cas, les jours ! Pour cela, la monture, c'est la stabilité et la qualité de l'électronique, c'est là que tout se résume.

Aujourd'hui, j'oserais dire, que nos montures sont en fait plus efficaces, et à un prix inférieur, que les montures "professionnelles" des années 40 à 60. Maintenant, je ne parle pas des Celestron ou des iOptrons, mais certaines des montures haut de gamme, montées en permanence sur une jetée dans un observatoire domestique, auront un meilleur contrôle, un suivi plus précis et des fonctionnalités que si un astronome du début Les années 60 le verraient, moins de 60 ans plus tard, ses yeux aimeraient ce crapaud écrasé ! Zut, même les astronomes amateurs de la fin du 20e siècle offriraient de l'argent pour emporter le matériel à la maison, et bien plus que ce que vous ou moi paierons pour le nôtre.

Donc, les choses ont parcouru un long chemin, mais nous devons toujours garder à l'esprit que pour l'astrophotographie, la monture est roi, pas l'ouverture. Votre CG-4, si c'est ce que vous obtenez, ne sera pas assez bon pour l'astrophotographie.


Réfracteur apochromatique ou grand objectif de caméra

Je cherche à acheter mon premier télescope et j'ai une question. Fondamentalement, je suis un photographe passionné et j'ai un objectif de 600 mm décent, donc un réfracteur apochromatique serait un mauvais investissement comme premier télescope. Serait-il trop similaire à l'objectif de mon appareil photo, et aurais-je donc intérêt à regarder un dob newtonien ?

#2 Brian Carter

C'est donc un site de télescope. Obtenez un télescope!

En fait, ça dépend. Qu'est-ce qui vous intéresse de faire avec cette portée ? Voulez-vous faire de l'astrophotographie ou êtes-vous intéressé par l'utilisation visuelle, ou les deux ?

#3 chariot

Haha. Je connais. Ce que je veux dire, c'est que le réfracteur apochromatique serait similaire à un long objectif de caméra. Je suis intéressé à voir la plupart des aspects du ciel nocturne, c'est-à-dire les dso, les planètes, etc. L'astrophotographie est quelque chose que j'aimerais faire aussi. Je me demande, puisque j'ai déjà un objectif d'appareil photo de 600 mm, un réfracteur apochromatique de 80 mm me donnerait-il beaucoup plus, ou serait-il assez similaire à l'objectif d'appareil photo que je possède déjà ?

Si le réfracteur était similaire à l'objectif de mon appareil photo, j'investirai plutôt dans un newtonien.

#4 Abhat

Vous pouvez convertir votre objectif de caméra existant en réfracteur APO à l'aide de cet accessoire ou faire de même en utilisant le bricolage en utilisant une diagonale collée aux capuchons arrière de l'objectif. Vous devrez également attacher un viseur à l'objectif et acheter quelques oculaires. C'est un projet faisable qui semble simple en théorie mais difficile à exécuter. Vous devrez également ouvrir grand l'ouverture de l'objectif en mode manuel pour faire entrer toute la lumière.

Si vous recherchez un réfracteur à usage visuel, une lunette de 70-80 mm peut être achetée pour 300-400 $ d'occasion. J'aime mon réfracteur les jours d'hiver froids et aussi quand je suis en fuite.

Si vous regardez strictement visuel, alors un Dob serait une meilleure option. Je pense que le Tamron 600 mm a une ouverture de 95 mm et de nombreux éléments en verre. Un Dob 8"-10" recueillera beaucoup plus de lumière et vous montrera beaucoup plus qu'un objectif d'appareil photo.

#5 chariot

Cet attachement est génial. Curieusement, c'est le Tamron 150-600mm que j'ai déjà. Je suis juste préoccupé par le fait que l'achat d'un réfracteur tel que

Lunette apochromatique Skywatcher Evostar-80ED DS-PRO 80 mm f/600 OTA Noir

ne me donnerait pas de bien meilleures vues/photos que mon tamron le ferait sur une longue exposition.Si tel est le cas, je voudrais quelque chose de différent peut-être comme un dob ou un cst

#6 Brian Carter

Je ne connais pas grand-chose aux objectifs d'appareil photo, mais je sais que le vôtre serait considéré comme un objectif à très grand champ en astrophotographie. Ce n'est pas une mauvaise chose, ce sont mes photos préférées. Mais la plupart des choses dans le ciel sont minuscules et vous avez besoin de beaucoup de distance focale pour obtenir de bonnes photos. J'ai fait un peu de photographie planétaire lorsque Saturne et Vénus étaient en place avec un cassegrain Schmidt de 6". Pas exactement fait pour le travail, mais j'ai obtenu de bons résultats. J'ai trouvé que j'avais besoin d'une distance focale effective de 3000 mm+ pour obtenir l'échelle d'image que je voulais La plupart des objets du ciel profond sont plus gros que Jupiter, mais pas énormes.

un télescope fonctionne en collectant suffisamment de lumière pour agrandir beaucoup les choses. Une règle générale est que le grossissement maximum pour une lunette donnée est de 50x par pouce d'ouverture. Ce n'est pas une règle absolue, mais il est bon de garder à l'esprit lors de l'évaluation de ce dont vous avez besoin pour faire le travail que vous voulez faire. Une autre règle, pour moi, est qu'il me faut au moins 150x, mais idéalement 200x pour profiter des planètes. Pour moi, cela fait d'un réflecteur 6-8" ou d'un réfracteur 4"+ le point de départ idéal pour voir les planètes.

Pour tout autre chose que les planètes et la lune, plus le verre est large, mieux c'est. Pour le ciel profond, les télescopes de 8" sont encore petits, mais un bon début.

Ces ouvertures que je mentionne sont mes lignes directrices personnelles, mais elles ne sont pas quelque chose sur quoi se concentrer de trop près. Les gens auront leurs propres lignes directrices, mais en gros, elles seront probablement similaires.

Alors ma réponse à votre question : si vous vous intéressez à l'astronomie visuelle, je ne pense pas que l'objectif de votre appareil photo soit un bon choix. Vous feriez probablement mieux de commencer avec un newtonien bon marché de 8 ". L'objectif de votre appareil photo sera idéal pour commencer l'astrophotographie, obtenez une bonne monture et vous êtes prêt à partir. À un moment donné dans le futur, ces deux utilisations peuvent commencer à coïncident, et puis il y a d'excellents choix qui peuvent servir à la fois visuels et photos.

Si vous envisagez une portée visuelle dédiée plus large, qu'aviez-vous en tête ? J'ai mentionné un dob de 8", mais ce n'est qu'une des nombreuses options.

#7 chariot

Merci beaucoup pour cette information. Je pense que je ferais peut-être mieux d'aller voir la société d'astronomie locale pour voir si je pouvais essayer quelques types différents. Le problème pour moi est que je veux que chaque case soit cochée. Planètes, DSO et autres. Ensuite, il y a l'ouverture et la longue focale. J'aimerais pouvoir attacher une caméra mais ce serait aussi bon pour l'astronomie visuelle. J'aime aussi l'aberration non chromatique. j'aimerais qu'il soit raisonnablement portable aussi.

J'ai l'impression que certains compromis peuvent être nécessaires. Est-ce un newtonien et un dob juste différent en fonction de la monture. Dobs étant montés au sol avec le truc de rotation et d'inclinaison? y a-t-il peu de différence dans leur capacité de visualisation?

Chariot #8

Aussi, ai-je raison de penser qu'une focale de 3000 mm est un télescope de 3 mètres de long ? Cela semble monstrueux, ou est-ce que je me trompe?

#9 Brian Carter

Aussi, ai-je raison de penser qu'une focale de 3000 mm est un télescope de 3 mètres de long ? Cela semble monstrueux, ou est-ce que je me trompe?

On dirait qu'un cassegrain Schmidt est dans votre avenir !

Il s'agit d'une conception optique pliée afin que vous obteniez un tube court mais toujours F/10. Un 8" aura une focale de 2 mètres mais n'aura qu'environ 15" de long, taille très pratique. Vous pouvez ajouter un objectif Barlow devant votre appareil photo et disposer d'un "objectif" de 4000 mm pour la photographie de qualité.

Ce n'est pas une portée facile pour l'astrophotographie. À F/10, les expositions sont longues, ce qui signifie que vous avez besoin d'une monture lourde, probablement quelque chose de similaire à un CGEM (1200 $). Ne laissez pas cela vous dissuader cependant, vous pouvez grandir dans la portée. Utilisez-le visuellement pendant un certain temps et apprenez les tenants et aboutissants des astrophotos avec votre équipement existant sur une monture plus petite. Les compétences seront transférables.

Un SCT n'est pas vraiment une portée idéale pour quoi que ce soit, mais c'est le meilleur si vous voulez tout faire. Beaucoup d'accessoires et de réducteurs de focale pour la photographie, c'est beaucoup d'ouverture dans un petit boîtier, il ne fait tout simplement pas bien les grands champs et ce n'est pas aussi optiquement idéal qu'un réfracteur ou un Newt. Mais ce sont des portées très respectables, je les aime vraiment parce qu'elles sont pratiques et nécessitent peu d'entretien. Un bon outil touche-à-tout.

#10 Brian Carter

Et oui, un dobson est la monture (facile, intuitive, très basse technologie) avec une lunette newtonienne au-dessus. Vous pouvez monter une lunette sur une monture équatoriale et faire un excellent travail visuel ou photo, mais comme les tritons sont gros, vous avez besoin d'une grosse monture coûteuse. Le Dob est juste le moyen le moins cher d'obtenir une grande lunette.

Je trouve les dobs idéaux pour une utilisation visuelle, je les adore et je pense qu'ils sont la portée parfaite pour moi. Mais ils ne sont pas pour tout le monde, j'espère que quelqu'un dira pourquoi un autre design est parfait pour eux.

Édité par Brian Carter, 04 octobre 2015 - 17:39.

#11 chariot

c'est vrai je comprends et merci encore Je vais maintenant sur amazon pour rechercher des SCT :-)

Édité par trolleytom, le 04 octobre 2015 - 17:42.

#12 Kendahl

Normalement, une personne qui pose des questions sur un objectif d'appareil photo de 600 mm par rapport à une lunette de 600 mm pour l'astrophotographie serait invitée à acheter la lunette car elle sera moins chère pour la même qualité. Puisque vous avez déjà l'objectif, c'est un point discutable. Si votre objectif est l'astrophotographie, la prochaine étape est une monture équatoriale décente. En astrophotographie à longue exposition, la monture est plus importante que l'objectif ou le télescope. Fondamentalement, vous avez besoin de quelque chose avec des moteurs, donc il suit, et un port ST-4, de sorte qu'il accepte les signaux d'autoguidage. Un bon support de démarrage serait l'Advanced VX de Celestron. Explore Scientific vend des montures Bresser, avec des spécifications similaires, pour moins d'argent que l'AVX. Avant d'en acheter un, je demanderais conseil sur le forum des montures.

Pour l'observation visuelle, la meilleure affaire est un Dobson. Il a deux avantages. Pour une ouverture donnée, c'est le moins cher. L'oculaire reste dans une position confortable pendant que vous observez. Le prochain choix serait un Schmidt-Cassegrain sur une monture alt-azimut. La gamme Celestron NexStar en est un bon exemple.

#13 Scott Watson

En pratique, la plus grande différence est la taille. Le télescope sera également optimisé grand ouvert, l'objectif de la caméra moins. Enfin, l'objectif de la caméra aura une distance de mise au point minimale beaucoup plus courte.

#14 Tony Flandre

Je ne connais pas grand-chose aux objectifs d'appareil photo, mais je sais que le vôtre serait considéré comme un objectif à très grand champ en astrophotographie.

Non, un objectif 600 mm n'est en aucun cas un grand-angle, pas même l'astrophotographie. Avec un reflex numérique plein format qui donnera un champ de vision d'environ 2 x 3 degrés, ce qui serait idéal pour de nombreux objets du ciel profond plus gros et un peu petit pour les très gros comme la galaxie d'Andromède ou l'Amérique du Nord Nébuleuse.

Mais pour l'astrophotographie du ciel profond, deux choses sont primordiales : un ciel sombre et une très bonne monture. Dans un ciel de banlieue typique, la pollution lumineuse embue le cadre avant que vous n'ayez collecté suffisamment de photons pour obtenir des images décentes des galaxies et des nébuleuses. Et un objectif de 600 mm est suffisamment long pour que vous ayez besoin d'une monture vraiment stable avec un suivi très précis. Monter sur le dos d'un télescope de bonne taille monté sur l'équateur serait probablement le meilleur pari.

La photographie planétaire est une discipline totalement différente, nécessitant un équipement différent. Aucun objectif d'appareil photo normal, ni même un télescope normal, ne donnera un grossissement suffisant pour des images planétaires de première classe avec un reflex numérique. Pour cela, vous avez besoin soit d'un capteur avec des pixels plus petits, soit d'une sorte de grossissement auxiliaire.

Pour l'observation visuelle, la distance focale est presque sans importance, car vous pouvez augmenter le grossissement de manière arbitraire en utilisant différents oculaires. Dans ce cas, ce qui compte, c'est l'ouverture. Les télescopes sont en fait mesurés par l'ouverture, contrairement aux objectifs des caméras, qui sont mesurés par la distance focale. Ainsi, un téléobjectif 600 mm f/6 est exactement la même chose qu'un réfracteur astronomique 100 mm f/6.

Pour des images visuelles impressionnantes, il est sage d'utiliser une lunette d'au moins 8 pouces d'ouverture.

#15 ron2k_1

Le problème pour moi est que je veux que chaque case soit cochée. Planètes, DSO et autres. Ensuite, il y a l'ouverture et la longue focale. J'aimerais pouvoir attacher une caméra mais ce serait aussi bon pour l'astronomie visuelle. J'aime aussi l'aberration non chromatique. j'aimerais qu'il soit raisonnablement portable aussi.

D'accord. Voici votre problème. Aucune portée UN ne pourra encore le faire. Cette portée n'a pas encore été inventée. Celui qui propose un design qui peut tout faire, il sera très riche !

Pour imagerie Objets du système solaire: Vous avez besoin d'une longue focale. Les ciels sombres ne sont pas nécessaires pour l'imagerie planétaire. Mais vous avez besoin de beaucoup d'espace entre l'ouverture et le volet focal. Les Schmidth Cassegrains sont les meilleurs de cette catégorie, car la lumière est courbée plusieurs fois dans la lunette sans que le tube optique ne soit long. Vous découvrirez que pour l'imagerie planétaire, le rapport "F" est la clé pour des images nettes. Vous modifiez le rapport focal de votre télescope à l'aide de lentilles de barlow. La formule actuelle selon ce fil

finalFNo = pixelsize(microns) * 5

Mais j'ai découvert que beaucoup préféraient un multiplicateur de 6. Donc, par exemple dans mon cas. J'ai une webcam CCD avec une taille de pixel de 3,2 microns. Pour moi une image à la distance focale optimale, j'ai besoin d'un télescope qui a un rapport focal de F19 (3,2 microns x 6). Mon Celestron C9.25 est un F10, j'ai donc besoin d'un barlow 2X pour en faire un F20, c'est aussi proche que possible du résultat de la formule. J'ai aussi un CCD pour ciel profond de 5,6 microns. Si j'utilise cette chose monstrueuse pour l'imagerie planétaire, j'ai besoin d'un télescope avec un rapport F de 34. Pour cette caméra, j'aurais besoin d'une barlow 3X sur mon C9.25 3.5X serait idéal mais ceux-ci n'existent pas. L'ouverture est également nécessaire. La règle de base pour l'imagerie planétaire est que vous avez besoin d'au moins 8 pouces, mais il y a de bonnes images avec 6, donc c'est aussi faisable.

Pour imager le soleil, vous aurez besoin soit d'un filtre solaire qui couvre TOUTE l'ouverture de votre lunette, soit d'une lunette solaire dédiée comme le PST ou le Lunt.

Pour l'imagerie des objets du ciel profond: Ici, vous avez besoin de tout un tas de facteurs :

4. Distance focale courte (max 6, si vous êtes débutant)

5. Caméra très sensible (le CCD est la convention)

7. Beau temps (plus vous exposez une image en mauvais temps, plus l'image est délavée)

8. Bon guidage (une lunette de guidage est fortement recommandée pour les DSO)

12. De bons outils coûteux aident toujours (PixInsight, Photoshop, ordinateur portable haut de gamme pour le traitement)

14. Bon alignement des planètes et des galaxies lorsque votre chat ne s'est pas gratté le cou ou que votre chien ne lui a pas léché les couilles. Parfois, cela se résume simplement à de la chance pour obtenir de bonnes expositions utilisables.

Pour observer: L'ouverture est reine ! Plus il y a d'ouverture - plus vous en verrez, mieux vous le verrez et plus vous aurez mal au dos en l'installant. Le choix commun ici est un dobson, car il peut faire à la fois des DSO et des planètes assez facilement pour le meilleur rapport qualité-prix que vous y investissez. Vous pouvez également utiliser des réfracteurs pour l'observation et cela donnera une vue imprenable sur les DSO et les objets planétaires à proximité. Si vous achetez un dob, ne vous laissez pas prendre par l'engouement pour l'ouverture, vous le regretterez si vous découvrez que vous n'avez pas la place pour cela, vous pouvez l'installer vous-même, il ne peut pas rentrer dans votre voiture, trop encombrante à mettre en place donc vous finissez par la laisser au garage sans l'utiliser.

EDIT : Désolé, la taille en pixels de mon Orion Starshoot Pro est de 7,8 et non de 5,6. Mon Philips SPC900NC mesure 5,6 microns. Donc, avec mon Orion, j'aurais besoin d'un télescope F47. Une telle portée n'existe pas, mais une barlow 5X peut y aller, mais l'image peut alors être super délavée à cause de tout ce grossissement.


Un guide pour choisir les meilleurs oculaires de télescope

Les éléments optiques de oculaires vous permettent de focaliser la lumière collectée par un télescope, afin que vous puissiez observer une vue nette de l'objet ou de la zone vers laquelle pointe le télescope. Cela peut sembler être un petit maillon de la chaîne, mais cela a un effet important sur le système optique de votre télescope, et trouver des oculaires appropriés augmentera considérablement son potentiel.

Avec autant d'options parmi lesquelles choisir, choisir le bon ensemble d'oculaires pour vous et votre télescope peut sembler un peu délicat. Ce guide offre un aperçu et des explications sur les différents types d'oculaires, les spécifications et comment tout cela s'articule pour optimiser vos séances d'astronomie et d'astrophotographie !

Distance focale et grossissement

La distance focale est une spécification importante à prendre en compte lors de la détermination du grossissement, également appelé puissance, d'un oculaire et du télescope avec lequel il est utilisé. La formule suivante vous aidera à déterminer le grossissement en fonction des spécifications de votre oculaire et de votre télescope :

  • Un oculaire de 20 mm sur un télescope de 2000 mm (2000/20) vous donne une puissance de 100 (100x), ce qui fait que les objets apparaissent 100 fois plus près de vous à travers le télescope qu'ils n'apparaissent à votre œil nu.

Champ de vision : apparent et vrai

Le champ de vision apparent (AFOV) d'un oculaire est exprimé en degrés (°). C'est la quantité de ciel qui est vue bord à bord à travers l'oculaire seul. La gamme AFOV d'étroite (25° - 30°) à un très grand angle (80° ou plus).

Le véritable champ de vision d'un oculaire est l'angle du ciel vu à travers l'oculaire lorsqu'il est fixé au télescope. Le vrai champ peut être calculé à l'aide de la formule suivante :

Champ vrai = Champ apparent / Grossissement

Par exemple, supposons que vous ayez un télescope Schmidt-Cassegrain de 8 pouces avec une distance focale de 2000 mm et un oculaire de 20 mm avec un champ apparent de 50°. Le grossissement serait de 2000 mm / 20 mm = 100x. Le vrai champ serait de 50100, ou 0,5° - environ le même diamètre apparent que la pleine lune.

Soulagement des yeux et verres correcteurs

Le relief oculaire fait référence à la distance entre votre œil et la lentille de l'oculaire lorsque l'image est nette. Le dégagement oculaire est traditionnellement proportionnel à la distance focale : plus la distance focale est courte, plus le dégagement oculaire est court. Cependant, certaines des conceptions d'oculaires les plus modernes offrent soulagement des yeux longs quelle que soit la distance focale, ce qui est particulièrement bénéfique pour ceux qui portent des lunettes. Si vous aimez garder vos lunettes tout en utilisant un télescope, le dégagement oculaire d'un oculaire est une spécification importante à considérer (nous vous recommandons de regarder oculaires à dégagement oculaire long ).

Oculaires 2 mm - 4,9 mm

Ceux-ci fournissent des grossissements très élevés et fonctionnent mieux sur une longue focale réfracteurs et Schmidt-Cassegrains . À moins que vous n'ayez des conditions de vision très stables, cette plage produira plus que probablement un grossissement trop important pour les autres types de télescopes.

Oculaires 5 mm - 6,9 mm

Ceux-ci font de bons détails planétaires et des oculaires à double étoile pour les télescopes à longue focale et fonctionneront de manière satisfaisante dans les télescopes à focale plus courte avec des conditions de vision stables.

Oculaires 7 mm - 9,9 mm

Oculaires à fort grossissement idéaux pour les télescopes à focale plus courte et servent de bonnes unités de détail planétaire, double étoile et lunaire.

Oculaires 10 mm - 13,9 mm

Bon à utiliser sur toutes les distances focales et offre d'excellentes capacités d'assombrissement de l'arrière-plan pour l'étude de la nébuleuse planétaire, des petites galaxies, des détails planétaires et des détails lunaires.

Oculaires 14 mm - 17,9 mm

Un excellent grossissement de milieu de gamme pour toutes les distances focales et aide à résoudre les amas globulaires, les détails des galaxies et à repérer les nébuleuses planétaires.

Oculaires 18 mm - 24,9 mm

Fonctionne bien sur les télescopes à longue focale pour montrer des objets à grand champ et étendus. Les télescopes à focale plus courte bénéficieront d'un grand grossissement à moyen terme des amas de galaxies et des grands amas ouverts.

Oculaires 25 mm - 30,9 mm

Des distances focales plus longues sont bonnes pour les grandes nébuleuses et les amas ouverts. Les distances focales plus courtes sont idéales pour les grands objets tels que la nébuleuse d'Orion, les vues du disque lunaire complet, les grands amas ouverts, etc. Il fait également de bons oculaires "localisateurs" dans toutes les distances focales.

Oculaires 31 mm - 39,9 mm

Ceux-ci sont bien adaptés aux télescopes à focale plus courte pour des vues étendues et de grands champs étoilés.

Oculaires 40 mm

Ceux-ci sont exclusivement le domaine des télescopes à focale plus courte. Cette plage de grossissement est superbe pour montrer de grandes vues étoilées ainsi que des nébuleuses étendues avec des champs d'étoiles, etc.

Comment l'élève de sortie est lié au pouvoir

La pupille de sortie fait référence à la taille du faisceau de rayons lumineux sortant de l'oculaire. La taille de la pupille de sortie (en pouces) peut être calculée par :

Pour que tous les rayons lumineux pénètrent dans votre pupille, la pupille de sortie doit être plus petite que la pupille de votre œil. Les yeux entièrement adaptés à l'obscurité d'un jeune peuvent avoir des pupilles de 7 mm de large. En vieillissant, le diamètre maximal de la pupille diminue. Pour les adultes d'âge moyen, le maximum pratique est plus proche de 5 mm.
À l'autre extrémité de l'échelle, des grossissements qui donnent une pupille de sortie de l'ordre de 0,5 mm à 1,0 mm, un grossissement à vide commence à s'installer, en fonction de la qualité de votre télescope et de vos yeux. En d'autres termes, ce grossissement commence à dégrader l'image que vous voyez.

De combien d'oculaires ai-je vraiment besoin

Bien qu'il n'y ait pas de nombre spécifique d'oculaires que vous devriez posséder, avec quelques oculaires de télescope différents, vous avez de meilleures chances d'atteindre la puissance optimale pour l'objet particulier que vous observez, compte tenu des conditions du ciel à ce moment-là. Habituellement, vous voudrez commencer avec une faible puissance (c'est-à-dire une longue focale d'oculaire, telle que 25 mm ou 30 mm) pour obtenir l'objet dans le champ de vision du télescope. Ensuite, vous voudrez peut-être essayer un oculaire légèrement plus puissant (distance focale plus courte, peut-être 18 mm ou 15 mm) et voir si la vue est meilleure. Si c'est le cas, remplacez-le par un oculaire encore plus puissant, etc., jusqu'à ce que vous atteigniez ce "point idéal" où la luminosité de l'image, l'échelle de l'image et la quantité de détails visibles se combinent pour former la vue la plus agréable.

Qu'en est-il des lentilles de Barlow ?

Vous pouvez également choisir un oculaire à longue focale avec un dégagement oculaire confortable et utiliser des amplificateurs d'image pour augmenter la puissance, comme un Lentille de Barlow . Une Barlow augmente la distance focale effective d'un objectif, augmentant le grossissement. L'idée est que deux oculaires et un Barlow vous donneront la flexibilité de grossissement de quatre oculaires, et donneront des grossissements plus élevés avec des oculaires moins puissants.

L'utilisation de différents oculaires peut considérablement augmenter la polyvalence et la fonctionnalité de n'importe quel télescope.

Conseils de base à suivre lors de l'achat d'oculaires

Tenez compte de la distance focale de votre ou de vos télescopes pour vous assurer que l'oculaire fournira un grossissement approprié pour répondre à vos besoins.

Si vous portez des lunettes lorsque vous utilisez un télescope, faites attention aux spécifications de dégagement oculaire des différents oculaires, car un dégagement oculaire important peut améliorer le confort et la facilité d'utilisation lorsque vous portez des verres correcteurs.

En fonction de vos objectifs d'observation, tenez compte du champ de vision apparent de vos choix d'oculaires.

Si la polyvalence est primordiale, envisagez un oculaire zoom ou lentille de Barlow pour augmenter le nombre de grossissements possibles à utiliser.


FAQ des acheteurs de télescopes - Quatrième partie

D'accord, à la demande générale, voici un glossaire des termes d'astronomie courants rencontrés en astronomie amateur.

Monture azimutale
C'est ce à quoi vous pensez quand vous pensez à un trépied. Il permet un mouvement dans deux directions : parallèle au sol (azimut) et perpendiculaire au sol (altitude).C'est très utile pour les observations terrestres, car c'est une façon très naturelle d'observer. (Remarque : les télescopes Dobson sont montés de cette façon)

Ouverture
Le diamètre de l'objectif.

Barlow
Une lentille de Barlow est un appareil qui a pour effet d'augmenter le grossissement. Pour ce faire, il allonge la distance focale effective du télescope que vous utilisez. Ainsi un 2x Barlow doublera le grossissement, un 3x le triplera. Les barlows avaient une mauvaise réputation, due en grande partie à la vente de produits de mauvaise qualité. Les Barlows modernes sont de haute qualité et un bon choix pour élargir votre collection d'oculaires. Vous devez garder le Barlow à l'esprit lors de l'achat d'oculaires - acheter un 3 mm, 6 mm, 12 mm et un 24 mm et un 2x Barlow est une idée très stupide. La seule utilisation que vous obtenez du Barlow est de changer le 3 mm en 1,5 mm (ce qui vous donnera probablement un grossissement supérieur à celui utilisable de toute façon). En revanche, un 6mm, 9mm, 15mm et 24mm serait très bien complété par un 2x Barlow.

Télescope binoculaire
Un ensemble de télescopes Dobson montés de manière à ce que leurs oculaires forment une vue binoculaire 3D du ciel.

catadioptrique
L'un des nombreux modèles de télescopes de compromis, utilisant à la fois une lentille et des miroirs. Les exemples sont le Schmidt-Cassegrain et le Maksutov-Cassegrain. Parce que le chemin lumineux est plié deux fois, le télescope est très compact. Ceux-ci sont assez chers. Des photos peuvent être vues dans les publicités de n'importe quel numéro d'un magazine d'astronomie populaire : le Meade 2080 et le Celestron C-8 sont des exemples de Schmidt-Cassegrain, le Celestron C-90 et Questar sont des exemples de Maksutov-Cassegrain.

Aberration chromatique
Dans les télescopes réfracteurs, qui utilisent des lentilles pour courber la lumière, différentes longueurs d'onde de la lumière se courbent à différents angles. Cela signifie que les étoiles que vous voyez auront généralement un anneau bleu/violet autour d'elles, car cette lumière est plus courbée que le reste du spectre. Il n'est pas du tout présent dans les réflecteurs, ni de manière significative en catadioptrique. Différents verres et cristaux (notamment la fluorite) sont parfois utilisés pour compenser l'aberration. De tels télescopes sont appelés "achromat" ou "apochromat" si la correction est presque parfaite.

Collimation
Cela fait référence à la précision avec laquelle les optiques pointent l'une vers l'autre. Si un télescope n'est pas en collimation, vous n'obtiendrez pas une image aussi claire que vous le devriez. Les réfracteurs ont généralement des optiques fixes, vous n'avez donc pas besoin de les collimater. Les réflecteurs et catadioptriques ont généralement des vis que vous tournez pour collimater. (Cela ne prend que quelques minutes à faire, c'est très facile).

Coma
Cela fait référence au flou des objets au bord du champ de vision, le plus courant dans les télescopes newtoniens à focale courte (à f/10 et plus, les newtoniens sont très bien corrigés pour le coma).

Dobson
Nommé en l'honneur de John Dobson des San Francisco Sidewalk Astronomers (qui préfère appeler ces « télescopes de trottoir »), il s'agit d'une conception qui permet de très grandes ouvertures à des prix très abordables. Le compromis est qu'ils sont montés sur des montures altazimutales au lieu de montures équatoriales, ce qui les rend essentiellement inutiles pour l'astrophotographie, mais une alternative peu coûteuse si vous prévoyez uniquement de faire un travail visuel. Ce sont des seaux légers. Si vous envisagez de construire votre propre télescope, vous voudrez peut-être envisager un Dobson. Remarque : ce design est désormais le design n°1 vu dans de nombreuses soirées de stars.

Équatorial
Une monture équatoriale est réglée sur la latitude actuelle et est alignée polaire (pointée vers le pôle Nord dans l'hémisphère nord, le pôle Sud dans l'hémisphère sud) et se déplace ensuite uniquement en ascension droite et en déclinaison. Cela peut prendre un certain temps pour s'y habituer, mais offre le merveilleux effet secondaire de pouvoir suivre les objets astronomiques que vous regardez lorsqu'ils se déplacent dans le ciel (ce qui est un mouvement très visible à des grossissements télescopiques) en se déplaçant dans une seule direction (Ascension droite). La plupart des montures équatoriales sont livrées avec des moteurs qui s'en chargent pour vous.

Sortie Élève
Cela fait référence à la largeur du faisceau de lumière sortant de l'oculaire et est égal à l'ouverture divisée par le grossissement. S'il est plus grand que la taille de votre pupille dans l'obscurité (7 mm quand vous êtes jeune, 5 ou 6 mm quand vous avez plus de 40 ans, en règle générale) vous ne profiterez pas de toute la lumière disponible - effectivement, vous serez en utilisant un télescope à ouverture plus petite que vous n'en avez.

Oculaire
C'est la chose que vous examinez réellement. Presque tous les télescopes séparent le tube optique (le télescope proprement dit) de l'oculaire. Essentiellement, le télescope fait une très petite image de ce vers quoi il est pointé. L'oculaire agit comme une loupe pour vous permettre de voir l'image plus grande qu'elle ne le serait autrement. Le grossissement est la distance focale du télescope divisée par la distance focale de l'oculaire. Les oculaires sont décrits par le diamètre du canon, toujours exprimé en pouces (0,965", 1,25" et 2" sont les tailles d'usage courant) et la distance focale toujours exprimée en millimètres (4 mm - 40 mm est la plage habituelle). les oculaires à distance focale sont également appelés à haute puissance, les longues focales sont à faible puissance.

Le champ visuel apparent (exprimé en degrés) et le relief oculaire (exprimé en millimètres) sont également importants avec les oculaires. Le champ apparent fait référence à la taille du cercle d'espace que vous voyez dans un oculaire. Plus c'est gros, mieux c'est. Le dégagement oculaire est une mesure de la distance à laquelle vous pouvez avoir votre œil et toujours voir de l'oculaire. Si vous portez des lunettes pour corriger l'astigmatisme, vous aurez besoin d'un dégagement oculaire assez long (le bouton de mise au point corrigera presque tous les problèmes de vision sauf l'astigmatisme).

Il existe plusieurs types de conceptions d'oculaires. Les plus populaires sont Kellner (peu coûteux, le plus populaire pour les télescopes bon marché, un dégagement oculaire court et des champs de vision étroits. Bon à éviter si vous pouvez vous permettre mieux) Orthoscopique (bon compromis prix/performance) Erfle (champ de vision large, cher) Plossl (peut-être le meilleur oculaire polyvalent. Certaines versions modérément chères disponibles) et Ultra Wide (très cher, presque le double du nombre de lentilles car d'autres conceptions entraînent une perte de lumière plus importante dans l'oculaire, de grandes pupilles de sortie. Peut coûter plus cher qu'un petit Ce n'est pas un bon endroit pour dépenser votre argent quand vous débutez).

Vous ne voulez vraiment pas acheter beaucoup d'oculaires de 0,965" - ils ne sont généralement pas aussi bien fabriqués que ceux de 1,25", et si vous achetez un télescope plus gros, il n'acceptera probablement pas vos oculaires de 0,965". Vous pouvez acheter un adaptateur pour vous permettre d'utiliser 1,25" dans votre porte-oculaire .965". Cela en vaut probablement la peine.

Portée du Finder
Le chercheur est un télescope de faible puissance fixé au télescope que vous utilisez. Parce que la plupart des télescopes montrent une si petite partie du ciel, il est pratiquement impossible de localiser quoi que ce soit simplement en regardant à travers eux. Vous regardez donc à travers le viseur pour centrer l'objet que vous voulez (le viseur a un réticule) et vous pouvez ensuite utiliser votre vrai télescope dessus.

Notez que vous pouvez ignorer toutes les affirmations concernant les grands viseurs. Vous ne vous en souciez presque certainement pas. Tout ce dont vous avez besoin est de pouvoir pointer votre télescope principal vers quelque chose dans le ciel. La taille du viseur n'a d'importance que lorsque vous parcourez des étoiles assez sombres (où la plus grande ouverture vous permet de voir des étoiles plus sombres). Ce ne sera pas un problème pour vous pendant un bon moment (voire jamais).

Beaucoup de gens utilisent un viseur Telrad, qui est simplement une LED rouge sur laquelle vous pouvez viser - vous n'avez absolument pas plus d'ouverture que votre œil nu. Les portées de recherche sont généralement annoncées comme 8x50 (ou tel). Le huit fait référence au grossissement, le 50 à l'ouverture en millimètres - tout comme les jumelles.

Distance focale
C'est la longueur du chemin lumineux, de l'objectif au plan focal. Le grossissement est la distance focale du télescope divisée par la distance focale de l'oculaire. Voir aussi rapport focal.

Plan focal
Le plan sur lequel le télescope (ou l'oculaire) se concentre. Lorsque vous tournez le bouton de mise au point du télescope, vous déplacez l'oculaire d'avant en arrière jusqu'à ce que les deux plans focaux coïncident.

Rapport focal
Également appelé « vitesse » du télescope, le rapport focal est le rapport de la distance focale à l'ouverture, et est toujours exprimé en nombre f/nombre. Ainsi un télescope de 8" avec une focale de 2000 mm vaut f/10 (car 8" vaut 200 mm, et 2000 / 200 = 10). Un télescope f/10 est "plus lent" qu'un f/4.

Les télescopes rapides donnent des images plus larges et plus lumineuses avec un oculaire donné que les plus lents (mais notez qu'à un grossissement donné, les images sont - en supposant une optique identique - exactement les mêmes : ce que vous voyez à travers un télescope af/6,3 avec un oculaire de 12 mm est identique en largeur et luminosité à ce que vous verriez avec un télescope af/10 avec un oculaire de 19 mm).

En général, plus le télescope est lent, plus il tolère les erreurs optiques dans l'objectif et l'oculaire. Un télescope de f/10 est assez indulgent, f/6,3 beaucoup moins.

Focuseur
C'est la chose qui tient l'oculaire. Il se déplace vers l'intérieur et l'extérieur pour que vous puissiez faire la mise au point du télescope. Il est toujours inclus avec le télescope lorsque vous en achetez un. La taille, presque toujours 0,965", 1,25" ou 2", fait référence au diamètre du canon des oculaires qu'il accepte.

Support de fourche
Une monture à fourche est un type de monture où le télescope est tenu par deux bras et oscille entre eux. Une monture de fourche peut être alt-azimut ou équatoriale (grâce à l'utilisation d'une cale). Les montures à fourche sont le plus souvent utilisées avec les télescopes Schmidt-Cassegrain et sont presque toujours équatoriales.

Mont équatorial allemand
La première monture équatoriale conçue et toujours la plus courante pour les réflecteurs et réfracteurs de petite à moyenne taille. Contrairement à la fourche équatoriale, l'équatorial allemand convient aux télescopes avec des tubes courts ou longs (bien que, s'il est mal conçu, un long tube peut heurter le trépied, empêchant la visualisation au zénith). Ils sont généralement conçus avec des contrepoids mobiles, ce qui les rend faciles à équilibrer, mais lourds et encombrants.

Le tube du télescope est relié à un axe (l'axe ou l'axe de déclinaison) qui tourne dans un boîtier qui à son tour est relié à angle droit à un autre axe (l'axe polaire). L'axe polaire est pointé vers le pôle céleste (comme toute autre monture équatoriale). Un contrepoids, nécessaire à l'équilibre, est placé à l'autre extrémité de l'arbre de déclinaison.

Le suivi d'un objet au-delà du zénith nécessite que le télescope soit tourné (à la fois l'ascension droite et la déclinaison tournées de 180 degrés), ce qui inverse le champ de vision. Pas tellement un problème pour l'astronomie visuelle, mais une limitation pour l'astrophotographie.

Seau léger
Terme d'argot courant pour une grande ouverture. Le remède contre la 'Fièvre d'ouverture'.

Maksutov-Cassegrain
Voir catadioptrique.

Méridien
Une ligne nord/sud imaginaire passant par le zénith.

Newtonien
Voir réflecteur.

Objectif
C'est la chose qui recueille la lumière du ciel et plie la lumière dans un cône. Dans un réfracteur c'est la grande lentille qui pointe vers le ciel, dans un réflecteur c'est le grand miroir au fond du tube. Le travail de l'objectif est de créer un cône de lumière qui se concentre étroitement sur un seul point focal.

Tube optique
C'est le télescope proprement dit. C'est le tube qui tient l'objectif. Les autres éléments sont des accessoires, tels que la monture, le trépied et les oculaires. Lors de la lecture des annonces, notez que parfois les tubes optiques sont vendus seuls. Vous devrez sortir et acheter (ou construire) une monture pour eux avant de pouvoir les utiliser.

Réflecteur
Un réflecteur est un télescope qui utilise un miroir comme objectif. Le type le plus courant est le réflecteur newtonien, qui a un miroir au fond d'un tube qui focalise la lumière dans un cône qui est dévié par un miroir "secondaire" plat (qui est monté près du sommet du tube dans quelque chose appelé un "araignée") par un trou sur le côté. C'est là que vous mettez l'oculaire. Les avantages de la conception newtonienne sont nombreux : il n'y a qu'une seule surface optique sur un miroir, contre deux sur une lentille, il est donc moins coûteux de faire en sorte qu'une partie du chemin lumineux soit perpendiculaire à la longueur du tube, donc il peut être un peu plus court qu'un réfracteur similaire, vous pouvez l'obtenir dans des ouvertures beaucoup plus grandes qu'un réfracteur, et il n'y a pas d'aberration chromatique.

Réfracteur
C'est ce que vous considérez généralement comme un télescope - il a une lentille à une extrémité et vous regardez directement à travers l'autre. Ceci est parfois appelé un télescope « galiléen », car il est de la même conception que Galileo a utilisé (bien qu'à proprement parler, un télescope galiléen soit un type spécifique de réfracteur - un avec un objectif simple double convexe et un simple double objectif -lentille oculaire concave.

Ascension droite
Voir déclinaison.

Schmidt-Cassegrain
Voir catadioptrique.

Abération sphérique
Un problème où une lentille ou un miroir dans un télescope n'est pas formé correctement, de sorte que la lumière du centre est focalisée à un endroit différent de la lumière des bords. Vous ne devriez jamais avoir à vous soucier de cela. Cela n'apparaît que dans les télescopes vraiment bon marché.

Longue-vue
Un petit télescope, toujours un réfracteur ou catadioptrique, généralement utilisé pour l'observation terrestre. D'une utilité limitée pour l'astronomie, bien que beaucoup soient commercialisés en tant que tels. Probablement le mauvais choix à moins que vous ne vouliez l'utiliser également pour l'observation des oiseaux, ou comme téléobjectif puissant sur un appareil photo reflex.

Coin
C'est la chose à laquelle un télescope Schmidt-Cassegrain monté sur fourche s'attachera, pour le connecter au trépied. Vous voulez qu'il soit solide.

Lecteur de vers
C'est le type de lecteur avec la plupart des télescopes, s'ils sont livrés avec un lecteur. C'est une conduite très précise et fluide. Cependant, en raison d'imperfections dans le processus de fabrication, il y aura des erreurs périodiques qui se produiront au même point dans chaque cycle de vis sans fin (généralement environ 8 minutes). Pour y faire face, les télescopes haut de gamme sont équipés d'entraînements qui compensent les défauts mécaniques.

Zénith
Le ciel juste au-dessus. Un objet « transite » lorsque sa ligne d'ascension droite franchit le zénith.


D'abord. AVANT d'acheter un télescope !

De nombreux astronomes amateurs expérimentés vous diront que la meilleure façon de se lancer dans l'astronomie est d'abord d'apprendre certaines des constellations de base, puis d'utiliser une paire de jumelles pour trouver vos premiers objets astronomiques. Il est important d'apprendre les bases pour trouver votre chemin dans le ciel (vous aurez besoin de ces compétences pour trouver des objets à l'aide d'un télescope). Les jumelles peuvent vraiment montrer un certain nombre de vues intéressantes dans le ciel nocturne. Une bonne paire de jumelles coûtera souvent moins cher qu'un télescope en fait, si votre budget ne permet de dépenser qu'environ 100 $, il vaut peut-être mieux acheter une bonne paire de jumelles et un bon livre de démarrage plutôt qu'un télescope. La plupart des astronomes amateurs expérimentés s'accordent à dire que "se lancer" avec un télescope sophistiqué et coûteux sans avoir d'abord appris les bases n'est pas la meilleure façon de s'impliquer. L'astronomie est un passe-temps fascinant, mais ce n'est pas pour tout le monde. Si vous dépensez 1000 $ pour un télescope sophistiqué et que vous découvrez plus tard que vous n'êtes pas vraiment dedans, vous aurez gaspillé une somme d'argent considérable. Les jumelles sont un excellent moyen d'avoir un avant-goût de ce que l'astronomie d'arrière-cour peut offrir. Une autre excellente façon de débuter en astronomie est de visiter un club d'astronomie local (la plupart des grandes villes ont une sorte de club). Les clubs ont souvent des télescopes prêtés, ou au minimum, il y aura des membres qui se feront un plaisir de vous montrer un certain nombre de télescopes. Les jumelles peuvent être un bon premier pas, mais elles ne montreront aucun détail sur les planètes (et des détails limités sur la Lune). Si vous en avez une paire maintenant, essayez-les !


Meilleur choix pour un jeune (10 ans et plus): Télescope Dobson Orion SkyQuest XT4.5 Classic

Cette lunette est un excellent choix pour une personne plus jeune (10 ans et plus) et pour ceux qui peuvent dépenser environ 260 $. Voici pourquoi:

  1. Simple à utiliser : il suffit de le transporter à l'extérieur, de le poser au sol et vous êtes prêt à observer. La lunette entièrement assemblée ne pèse que 18 livres.
  2. Assez puissant pour fournir des images satisfaisantes de nombreux objets. Cette lunette montrera beaucoup plus que le premier télescope typique avec lequel la plupart des gens commencent (un réfracteur de 60 mm).
  3. Cette lunette est livrée avec deux très bons oculaires parfaitement adaptés à cette lunette (fournissant 36x et 91x), il n'y a rien de plus à acheter !
  4. Chercheur : ce télescope utilise un chercheur optique (la plupart des autres dans cette gamme de prix utilisent un "Red Dot Finder"). Le chercheur optique est un meilleur choix pour les cieux qui ont une bonne quantité de pollution lumineuse.
  5. Construction de qualité : Orion est une entreprise spécialisée dans les télescopes, cette lunette a été conçue par des personnes qui utilisent réellement des télescopes.
  6. Critiques : Cette lunette a reçu d'excellentes critiques de la part de la presse astronomique.
  7. Excellent rapport qualité-prix : il s'agit d'un excellent télescope polyvalent qui surpassera probablement les télescopes de taille similaire que vous pourriez trouver dans les grands magasins. Orion fournit des accessoires de qualité sur cette portée où les portées des grands magasins ajoutent plusieurs articles pratiquement sans valeur (les portées des grands magasins revendiquent souvent un grossissement faussement élevé pour la portée).
  8. Coût : environ 270 $, frais de port compris.

Il y a d'autres choses à savoir :

  1. Ce n'est pas une portée qui localisera les objets pour vous. Si vous achetez cette lunette pour un enfant, vous aurez probablement encore besoin de l'aider à l'installer les premières fois que vous l'utiliserez.
  2. Cette portée est principalement destinée à l'astronomie.
  3. Cette lunette (associée à votre appareil photo numérique et à un adaptateur) peut vous permettre de prendre de belles photos de la Lune.
  4. Cette lunette n'est pas livrée avec (et ne peut pas utiliser) de trépied. La base repose directement sur le sol.
  5. Vous devrez peut-être collimater (aligner) l'optique de temps en temps. Ceci est normal pour tout télescope à réflecteur newtonien et le manuel d'instructions vous guidera tout au long de cette tâche. Les manuels d'instructions d'Orion sont très bien écrits par des professionnels qui connaissent les télescopes et savent également utiliser correctement la langue anglaise (le manuel n'est PAS un manuel de type "traduction en chinois" de mauvaise qualité).
  6. Ne dirigez JAMAIS ce télescope (ou tout autre) vers le Soleil à moins d'avoir le bon filtre et de savoir comment l'utiliser. La cécité peut entraîner .

En bout de ligne : Cette lunette est un excellent choix pour un jeune débutant en astronomie. Si vous voulez vraiment le SkyQuest XT6 (la portée en haut de cette page) mais que vous n'avez pas les fonds pour cette unité, cette portée est une excellente alternative. Il est livré avec deux très bons oculaires et un chercheur optique (en gros, il est livré avec tout ce dont vous avez besoin dès la sortie de la boîte). Les capacités de ce télescope sont considérablement supérieures à celles du réfracteur commun de 60 mm qui est souvent présenté comme un "premier" télescope.


Lentille de Barlow vs distance focale du tube

Si une lentille de Barlow augmente la distance focale effective d'un tube de télescope, quelle est la différence entre une lunette 114/500 avec une lunette 2x Barlow et une lunette 114/1000 ? En supposant un bon objectif de Barlow, bien sûr.

#2 ks__observer

Pour le visuel absolument rien.

S'il s'agit d'un réflecteur 114, plus le FL est long, mieux c'est car les réflecteurs rapides peuvent avoir des problèmes de coma, et les réflecteurs FL plus longs sont plus faciles à focaliser.

Pour les réfracteurs, s'il s'agit d'un a chromat, un FL plus long aura moins d'aberration chromatique.

Édité par ks__observer, 22 juillet 2018 - 05:32.

#3 Jon Isaacs

Si une lentille de Barlow augmente la distance focale effective d'un tube de télescope, quelle est la différence entre une lunette 114/500 avec une lunette 2x Barlow et une lunette 114/1000 ? En supposant un bon objectif de Barlow, bien sûr.

Il y a deux façons de penser à un Barlow. Vous pouvez considérer cela comme une augmentation de la distance focale du télescope ou comme une diminution de la distance focale de l'oculaire. Les deux ont leurs avantages.

Dans votre exemple, une lunette de 114 mm avec une distance focale de 500 mm a un rapport focal de F/4,4. La seule lunette F4.4 de 114 mm couramment disponible est une newtonienne. Un newtonien F/4.4 présente beaucoup de coma, les étoiles éloignées du centre du champ ont de petites queues en forme de comète. Un 114mm x 1000mm est F/8,8 et a 1/8ème de la coma.

En termes d'aberrations comme la coma dans un réflecteur et l'aberration chromatique est celle d'un réfracteur, des aberrations de l'objectif ou du miroir, il vaut mieux penser au 2x Barlow comme à la réduction de moitié de la distance focale de l'oculaire.

Un 114 mm x 500 mm avec un 2x Barlow et un oculaire de 20 mm est vraiment un 114 mm x 500 mm avec un oculaire de 10 mm.

Dans ce cas précis, le 114 mm x 500 mm versus le 114 mm x 1000 mm, il faut être prudent. Un newtonien standard avec une distance focale de 1000 mm mesure environ 1000 mm de long. Il existe des télescopes "Jones-Bird" qui sont essentiellement un miroir de focale de 500 mm avec un correcteur de type Barlow 2x dans le porte-oculaire.

Je recommande d'éviter ceux-ci, ils ne sont pas bons.. vous pouvez les identifier car le tube est court, beaucoup plus court que la distance focale ne l'implique.

#4 Eddgie

Si une lentille de Barlow augmente la distance focale effective d'un tube de télescope, quelle est la différence entre une lunette 114/500 avec une lunette 2x Barlow et une lunette 114/1000 ? En supposant un bon objectif de Barlow, bien sûr.

Il y a deux façons de répondre à votre question. Le premier est de savoir comment ils diffèrent dans la conception. La seconde est la façon dont ils diffèrent en termes de performances.

Plus précisément, voici la réponse basée sur deux télescopes couramment disponibles, le réflecteur 114 mm f/5 et le modèle de distance focale 114 mm 1000 mm.

Ces étendues se ressemblent, mais elles diffèrent de deux manières différentes. Le réflecteur 114/f/5 aura généralement un miroir fabriqué différemment de celui qui a une distance focale de 114 mm et 1000 mm. La lunette de focale de 1000 mm est composée d'un miroir sphérique. Lorsqu'un miroir est sphérique, la courbe est exactement ce que son nom suggère, c'est-à-dire qu'il est meulé et poli pour avoir la forme d'un arc de cercle. Une fois terminé de cette façon, ce miroir aura une grave aberration sphérique. C'est à ce moment-là que la lumière provenant de l'extérieur du miroir atteignant le plan focal atteint la focale à une distance différente de la lumière qui se réfléchit sur le miroir plus près du centre. Cette condition fait que le télescope a un faible contraste.

Dans ce type de périmètre, il existe une correcteur de sous-ouverture et ce correcteur applique la correction nécessaire pour équilibrer l'aberration sphérique. Dans le cas du 114mm/1000, le correcteur a également été réalisé avec des courbes qui modifient la pente du cône lumineux, de sorte que le rapport focal du miroir est doublé.

Comme il est bon marché de fabriquer ce genre de miroir et que les éléments optiques du correcteur sont peu coûteux, cela permet une fabrication moins chère.

Le miroir utilisé dans la vraie lunette f/4.5 aura généralement une parabole pour une figure sur le miroir. Cela aide les rayons provenant de l'extérieur du champ à se concentrer au même point que l'intérieur du champ. Il faut beaucoup plus de temps pour meuler et polir le miroir à cette forme complexe il coûtait donc plus cher de construire cette conception (bien que maintenant une grande partie de cela se fasse avec des machines contrôlées par ordinateur).

La prochaine façon dont ils diffèrent est la performance. La lunette f/5 permettra à l'observateur d'obtenir un champ vrai beaucoup plus large que le modèle 1000mm. Même avec l'oculaire le plus long de 1,25", un Plossl de 40 mm, la lunette de 1000 mm ne serait pas en mesure de fournir un champ d'une puissance aussi faible et aussi large que la lunette de 500 mm utilisant un oculaire à champ large de 24 mm.

Il y a une autre différence cependant mais je veux faire très attention à ce que ce ne soit presque certainement pas le cas pour les portées communes de 114 mm / 1000. Dans un newtonien, la taille du miroir secondaire est importante, et généralement, plus le télescope est rapide, plus le miroir secondaire doit être grand (en pourcentage d'ouverture) pour que le cône se focalise à l'extérieur du tube du télescope. Dans une lunette rapide, ce miroir doit être proche du primaire et assez grand pour que le cône de lumière sorte à un point au-dessus du porte-oculaire pour que l'oculaire puisse atteindre la mise au point. Ce grand miroir secondaire réduit le contraste du système.

Avec le genre de télescope utilisant le Barlow intégré, le miroir secondaire pouvez être fait un peu plus loin du primaire et un peu plus petit et captent toujours la plupart des rayons lumineux. Cela signifie que le plan focal serait trop proche du tube pour permettre l'utilisation d'un porte-oculaire standard. Si vous construisez un Barlow/correcteur dans la lunette, cela étend le plan focal plus qu'il ne le ferait autrement. Le miroir secondaire plus petit permettrait un meilleur contraste. C'est cependant la théorie et les portées de focale communes de 114 mm à 1000 mm ne sont probablement pas vraiment conçues dans cet esprit, mais je n'en ai jamais démonté une pour la mesurer. En théorie, cela vous permettrait d'obtenir de meilleures performances planétaires dans un tube physique qui n'était que légèrement plus long que le type de télescope standard f/5. Je doute que les télescopes 114 mm/1000 que vous voyez vendus aujourd'hui soient réellement conçus pour exploiter cette capacité, mais je ne sais pas que ce soit le cas. Peut-être qu'ils le sont. Vous devrez mesurer la taille des miroirs secondaires dans chacun pour savoir avec certitude s'il a été optimisé de cette façon.

Ainsi, bien qu'en pratique, ils ne diffèrent peut-être pas, mais le potentiel pour le type de lunette avec le correcteur intégré qui a été correctement optimisé serait en théorie permettre une portée qui pourrait avoir un miroir secondaire légèrement plus petit, qui offre un contraste légèrement meilleur. En pratique, la conception utilise probablement la même taille secondaire que son homologue plus rapide et ne diffère que par la présence du correcteur de sous-ouverture, mais la conception a le potentiel de rendre un télescope physiquement plus court sans perdre le contraste en devant utiliser un miroir secondaire plus grand .

La plupart diraient de ne pas acheter un télescope de ce type (appelé conception Jones-Bird) car la raison pour laquelle ils sont généralement fabriqués est de permettre la commercialisation d'un télescope bon marché à "haute puissance" qui, malheureusement, leur permet de vendre un beaucoup de télescopes bon marché qui ne sont souvent pas fabriqués selon des normes très élevées, mais les réflecteurs rapides de 114 mm ne sont peut-être pas beaucoup mieux.

En théorie cependant, cela permettrait un miroir secondaire légèrement plus petit que ce qui serait autrement nécessaire, mais je doute que cela soit réellement fait dans la pratique sur les télescopes Jones-Bird standard à faible coût sur le marché aujourd'hui.


Caractéristiques et avantages

Bonne visibilité

Pour un télescope pour enfant, le FirstScope offre une visibilité décente sur les corps locaux et certains DSO (Deep Sky Object). Comme il existe un miroir sphérique avec une distance focale de 300 mm, une puissance élevée exagère l'aberration sphérique et la qualité de visualisation sera floue. La meilleure qualité de visionnement sera vue avec une vision grand angle à faible puissance.

Votre enfant pourra localiser la lune et voir son disque et se loger dans ses cratères et sa surface montagneuse. Si vous pouvez trouver Saturne et Jupiter et les voir dans de bonnes conditions atmosphériques, vous pourrez voir ses satellites et éventuellement certaines de ses caractéristiques. Uranus et Pluton ressembleront à des points brillants à travers l'oculaire.

Atteindre plus loin dans l'espace permet la visibilité de M45 Les Pléiades, M42 Nébuleuse d'Orion, M16 Nébuleuse de l'Aigle et quelques autres DSO, y compris des amas d'étoiles ouvertes et quelques étoiles doubles proches. Alors que le FirstScope a une magnitude limite de 11,9, les objets que vous pouvez trouver et identifier à travers le scope seront visibles mais n'auront pas le facteur wow. Vous aurez besoin d'une plus grande ouverture pour cela et probablement d'un chercheur pour les "trouver" plus facilement.

Support de table Dobson

Le support simple le rend très facile à utiliser pour un enfant. Avec un mouvement d'altitude (haut et bas) et d'azimut (côté à côté), il est simple et rapide de mettre le tube optique en place. L'écrou de blocage maintient le tube en position et peut être légèrement desserré pour effectuer de petits ajustements afin de maintenir un objet dans le champ de vision.

Le support est votre support de bras de fourche simple standard et il est livré entièrement assemblé hors de la boîte. La seule chose que vous devez faire pour voir est d'installer un oculaire. La base est probablement en mélamine avec une couche supérieure en stratifié, il est donc préférable de ne pas la laisser à l'extérieur exposée aux intempéries car elle peut se déformer. De toute évidence, la conception de la table est très pratique car elle peut être placée sur n'importe quelle surface plane et sécurisée pour une visualisation stable.

Portable et léger

Lorsque vous sortez avec votre grand télescope pour des soirées d'observation des étoiles, amenez les enfants avec leur FirstScope. Le Dobson de table est petit et léger et son transport n'est pas un problème. La longueur du tube est très courte de 10,5" et le poids total est juste inférieur à 4,5 lb. Ce système de télescope peut s'asseoir sur les genoux de votre enfant lorsque vous vous rendez dans un endroit éloigné.

Finition décorative

Le corps du tube arbore une finition décorative pour un télescope qui est sensiblement différente d'une couleur unie typique des télescopes. Il a un fond noir avec des lettres blanches qui englobent l'ensemble du tube dans un dessin en spirale avec les noms des « astronomes et scientifiques les plus remarquables de l'histoire ». La finition élégante n'est qu'une petite façon dont Celestron choisit de rendre hommage à ceux qui nous ont inspirés pour comprendre l'univers au-delà de notre petit espace de vie.

Valeur

Le FirstScope est si bon marché qu'il vaut la peine d'être acheté même sur un coup de tête. Il n'a peut-être pas de miroir parabolique, de chercheur, d'oculaires de qualité ou des revêtements optiques les plus sophistiqués. Mais, il offre une visibilité sur les objets qu'un jeune débutant commencera à voir et la simplicité de montage nécessaire pour ledit utilisateur. Avec le prix bas vient le compromis mais il est justifié lorsque ses limites sont reconnues et qu'il est utilisé comme prévu.

Même si vous achetez des accessoires supplémentaires pour le FirstScope, vous économisez toujours de l'argent. Des accessoires supplémentaires sont presque toujours nécessaires pour tout télescope, et il est préférable d'opter pour des accessoires de qualité pour tirer le meilleur parti de votre configuration.


Votre premier télescope : conseils d'observation des étoiles pour les astronomes amateurs

Le premier télescope d'une personne peut incliner les yeux vers le ciel d'une manière quelque peu permanente, si des preuves anecdotiques sont valables. Au fil des ans, de nombreux autres astronomes amateurs ont déclaré que leur intérêt pour le ciel remonte à la réception de leur premier télescope pendant les vacances.

Avec Noël juste derrière nous, peut-être faites-vous maintenant partie de cette catégorie. Si tel était le cas, vous êtes maintenant à un carrefour très important, celui que je peux vous aider à naviguer.

S'il est vrai que beaucoup sont devenus «accros» pour la vie en observant les merveilles du ciel à travers leur premier télescope, il est également vrai que beaucoup d'autres ont eu leur enthousiasme initial pour l'astronomie sévèrement amorti par leur premier télescope &mdash surtout si le rapport plaisir/frustration devient trop faible. Le moment est donc venu de discuter de la meilleure façon de tirer parti de votre nouvel instrument. [Les meilleurs télescopes pour débutants]

Apprenez votre chemin

Tout d'abord, si vous ne l'avez pas déjà fait, j'investirais également dans quelques bons livres sur les étoiles et les constellations. Comme l'a écrit le regretté George Lovi (1939-1993), chroniqueur de longue date du magazine Sky & Telescope : "Premièrement, passez du temps à apprendre le ciel avec votre propre optique personnelle et écrasez la nature fixe montée dans votre tête."

Si vous n'avez pas encore ouvert la boîte qui contient votre télescope, tant mieux ! Après plus de 45 ans d'observation personnelle et d'enseignement à beaucoup d'autres, je pense que vous ne devriez pas vous précipiter dehors avec un télescope avant de savoir ce qu'il y a dans le ciel ou ce qu'il faut regarder. Ce n'est pas sans rappeler l'achat d'un catamaran si vous n'avez jamais navigué auparavant.

Lorsque vous commencez enfin à installer votre télescope, prenez le temps nécessaire pour apprendre son utilisation et son fonctionnement. Assurez-vous d'avoir tout assemblé avec le plus grand soin. Au début, entraînez-vous à viser et à focaliser votre nouvel instrument sur des objets terrestres diurnes. Non seulement ils sont brillants et faciles à voir, mais contrairement aux objets du ciel nocturne, ils ne dériveront pas hors de votre champ de vision en raison de la rotation de la Terre.

Certains télescopes sont livrés avec un manuel qui promet peut-être des « vues spectaculaires » de la lune ou des anneaux de Saturne à des grossissements de, disons, 500 puissances ou plus. Malheureusement, trop d'amateurs non-initiés sont « heureux de pouvoir » (j'appelle cette maladie « poweritis »). Mais une puissance élevée ne fait que diluer la luminosité d'une image et aggrave toute instabilité des détails. Et si vous avez une monture de télescope instable, une puissance élevée agrandira non seulement l'image de l'objet que vous essayez de voir, mais agrandira également chaque secousse ou oscillation. [Les 10 meilleurs télescopes pour l'observation des étoiles]

Donc, rappelez-vous toujours qu'en règle générale, le grossissement maximal pour tout télescope est de 50 puissance par pouce d'ouverture. Si vous avez, par exemple, un réflecteur de 6 pouces, la puissance de 300 est aussi élevée que vous devriez jamais essayer d'atteindre le maximum pour un réfracteur de 3 pouces devrait être de 150.

"Mais attendez une minute," protestez-vous, "mon télescope est livré avec une lentille de Barlow spéciale, que le fabricant promet de doubler ou même de tripler le grossissement de mon oculaire."

Assez vrai. En fait, cette puissance de 500 mentionnée ci-dessus est probablement atteinte en poussant l'oculaire de puissance la plus élevée de la lunette avec ce même objectif de Barlow, ce qui aboutira finalement à une image sombre et incroyablement floue. Si vous êtes débutant, vous devez comprendre que l'utilisation d'un objectif de Barlow est similaire à l'agrandissement d'une photo. Le &mdash négatif comme l'image d'un télescope &mdash ne contient qu'un certain nombre de détails, qui ne peuvent être agrandis que jusqu'à ce que tout ce que vous puissiez voir soit du flou. Donc, si vous avez acheté un télescope de 3 pouces et même s'il est doté d'une optique parfaite, la puissance de 500 est supérieure à Trois fois la limite du grossissement le plus pratique qu'il puisse fournir.

À vrai dire, vous serez probablement surpris de découvrir que vos vues les plus agréables avec votre nouvel instrument viendront à des puissances beaucoup plus faibles. Une faible puissance, en fait, rend un télescope beaucoup plus pratique à manipuler, et si votre monture de télescope ou votre trépied tremble un peu, au moins des puissances inférieures n'amplifieront pas autant "les secousses". Personnellement, je recommande la moitié du grossissement maximum, donc si vous avez un télescope de 6 pouces, essayez de ne pas dépasser 150 puissance pour un télescope de 3 pouces, 75 puissance.

Une autre chose qui devrait être mentionnée concerne l'observation solaire. Certains télescopes de grands magasins, en particulier les variétés importées, peuvent inclure un verre foncé conçu pour se visser dans l'oculaire de la lunette. Soi-disant, ce filtre doit être utilisé pour voir le soleil. Si votre télescope est livré avec un tel appareil, jetez-le immédiatement. [Comment observer le soleil en toute sécurité (un guide photo)]

Malheureusement, en dirigeant votre télescope vers le soleil, la lumière et la chaleur de notre étoile hôte sont énormément intensifiées lorsqu'elles atteignent votre oculaire. En tant que tel, il existe une menace permanente que le verre noir soit chauffé au point de se fissurer soudainement. Si votre œil regardait à travers l'oculaire si cela se produisait, vous n'auriez probablement pas assez de temps pour vous détourner. Le résultat final peut être cécité partielle ou totale. Ne regardez jamais directement le soleil à aucun moment avec votre télescope. Si vous souhaitez observer le soleil, la seule solution est de projeter son image agrandie sur une carte ou un écran blanc.

Que se passe-t-il ici?

Alors qu'y a-t-il à voir ? Le ciel de cette semaine offre plusieurs belles vues. L'objet le plus gratifiant est probablement la lune. Il est lumineux, facile à localiser et rempli de détails fascinants, même si cette semaine, il sera difficile à voir car il passera une nouvelle phase le jour du Nouvel An.

Essayez-le le 2 janvier environ une demi-heure après le coucher du soleil, lorsqu'il apparaîtra sous la forme d'un éclat de lumière très fin dans le ciel du sud-ouest. Au-dessous et à droite de la lune ce soir-là se trouvera la brillante planète Vénus, maintenant dans ses derniers jours en tant qu'objet du soir. Vénus seule peut voler la vedette, et ces dernières nuits, elle est apparue sous la forme d'un magnifique croissant, même dans des jumelles fermement tenues. [10 faits les plus étranges sur Vénus]

De l'autre côté du ciel se trouve la planète Jupiter, qui passera devant l'opposition (et brillera donc dans le ciel toute la nuit) le 4 janvier. Ses quatre lunes brillantes constituent une cible en constante évolution, même avec des jumelles. Et si vous désirez entraîner votre nouveau télescope sur la merveille aux anneaux, Saturne, il est bien placé dans le ciel sud-est à l'aube.

La brillante scène étoilée dans le ciel oriental au début de la soirée contient d'innombrables friandises telles que les amas d'étoiles des Pléiades et des Hyades, ainsi que la Grande Nébuleuse d'Orion. En effet, il y a tout un univers d'étoiles &mdash doubles, multiples et très belles &mdash ainsi que d'autres nébuleuses et galaxies à explorer. Les choix sont pratiquement inépuisables.

Bienvenue dans un club

Et comme dernier conseil, essayez de contacter un club d'astronomie local. Vous pouvez probablement localiser celui le plus proche de chez vous en consultant le site Internet de la Ligue Astronomique (AL), de loin la plus grande organisation nationale d'astronomes amateurs (http://www.astroleague.com). L'AL est composée de dizaines de clubs et de groupes d'astronomie amateurs locaux, totalisant des milliers d'individus.

En assistant aux réunions du club local, vous rencontrerez un certain nombre d'observateurs du ciel qui pourront vous offrir de précieux conseils. Si vous possédez un télescope, mais que vous rencontrez des problèmes avec celui-ci, il n'y a pas de meilleur endroit où aller qu'un club d'astronomie dont les membres peuvent offrir de l'aide et des suggestions utiles. En outre, il y a aussi la camaraderie de passer du temps avec d'autres personnes de différents horizons qui partagent toutes le même amour pour le ciel nocturne.