Astronomie

De quel type de télescope ai-je besoin pour voir la plupart des lunes de Jupiter ?

De quel type de télescope ai-je besoin pour voir la plupart des lunes de Jupiter ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai un simple télescope à réflecteur newtonien. En l'utilisant, je suis capable de voir les lunes galiléennes de Jupiter. Cependant, Jupiter a beaucoup plus de lunes que cela (Wikipédia dit que 67 ont été découvertes jusqu'à présent). De quel type de télescope aurais-je besoin pour voir la plupart ou la totalité d'entre eux ?


À moins d'être vraiment riche, vous ne pourrez malheureusement pas tous les voir.

La cinquième plus grande Lune de Jupiter, Amalthée, a une magnitude apparente de $m$ = 14,1. En comparant cela à la magnitude d'Europe, la plus faible des lunes galiléennes, qui est de 5,3, nous dit qu'Amalthée est environ 3000 fois moins brillante. Votre télescope doit donc avoir une surface 3000 (ou rayon ~55) fois plus grande pour qu'Amalthea ait la même luminosité apparente.

En général, sans caméra sur votre télescope, l'objet le plus sombre que vous pouvez voir dépend de votre vision, mais en moyenne, les humains sont capables de voir des objets de magnitude 6. Cela signifie que pour détecter un objet de magnitude $m_mathrm {obj}$, vous avez besoin d'une zone de collecte de lumière qui est plus grande que votre pupille d'un facteur de $$f = 10^{(m_mathrm{obj}-6)/2.5}.$$ Ainsi, afin de pouvoir à peine détecter Amalthée, il vous faut un télescope plus grand que votre pupille (rayon = 6 mm) d'un facteur ~1738, c'est-à-dire d'un rayon de 25 cm.

Il devient vite très difficile de les voir ; par exemple, Elara, qui est la huitième plus grande lune, a une magnitude apparente de 16,3 et nécessite donc un télescope de 70 cm. Et rappelez-vous, c'est juste au seuil de ce que vous pouvez voir.

Bien sûr, si vous montez une caméra sur votre télescope et prenez des images avec de longs temps d'exposition, vous pouvez vous en tirer avec des télescopes plus petits. En fait, toutes les lunes plus petites qu'Amalthea ont été découvertes de cette façon, certaines d'entre elles par les caméras des sondes spatiales Voyager.


Pouvez-vous voir la nébuleuse avec un télescope ? [À quoi pouvez-vous vous attendre]

Si vous envisagez d'acheter un télescope, l'une des premières questions que vous pouvez vous poser est « que pourrai-je observer à travers lui ? ». Lorsque je cherchais mon premier télescope, je me demandais exactement la même chose, en particulier si je pouvais voir des objets du ciel profond comme les nébuleuses et les galaxies. J'ai entrepris de nombreuses recherches pour identifier ce qui était possible et j'aimerais vous fournir cette information aujourd'hui.

Alors, pouvez-vous voir la nébuleuse avec un télescope ? Il est possible d'observer la plupart des nébuleuses avec un télescope, mais vous ne pourrez pas les observer en couleur et avec des détails aussi proches que vous le pouvez avec, par exemple, les planètes. Une nébuleuse apparaît généralement dans des tons de gris à travers une lunette, mais plus l'ouverture de la lunette est élevée, plus la clarté est grande et plus vous pourrez voir. Si vous cherchez à observer les objets du ciel profond, et les nébuleuses en particulier, un télescope Dobson de 6 pouces sera le meilleur.

Pour voir cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisagez de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les nébuleuses, les visualiser à l'aide d'un télescope, lesquelles vous pourrez voir et de plus amples informations, continuez à lire.

Mais d'abord, quels sont-ils exactement ?


Quel type de télescope devrais-je acheter pour voir les planètes ?

En tant qu'astronome, les planètes sont parmi les objets les plus passionnants et les plus variés à observer. Ils sont indépendamment uniques et obscurs, vous offrant des points de vue et des phénomènes différents. Par exemple, les bandes nuageuses de Jupiter, les anneaux de Saturne et les détails obscurs de la surface de Mars sont parmi les vues les plus impressionnantes et les plus fréquemment observées. Les planètes changent fréquemment et régulièrement chaque nuit, vous pouvez vous attendre à obtenir une vue et un aspect différents.

Je vais maintenant passer en revue les spécifications d'un télescope plus en détail, en décrivant les spécifications que vous rechercherez si l'observation des planètes, des galaxies, des étoiles lointaines et des nébuleuses est votre priorité.

Si vous retenez quelque chose de cet article, cela devrait être ceci : l'ouverture et la distance focale sont les éléments essentiels dont vous devez tenir compte lorsque vous obtenez un télescope pour observer les planètes.

Une plus grande ouverture étend la résolution maximale de votre télescope, tandis qu'une plus grande distance focale améliore le grossissement lorsqu'il est utilisé avec un oculaire. Mais il y a une limite à cet effet cumulatif.

En règle générale, chaque centimètre d'ouverture fournit un grossissement d'environ 50x. Ainsi, un télescope à ouverture de 10 pouces vous donnera un grossissement d'environ 500x avant que la qualité de l'image ne commence à se déformer. C'est son potentiel de « voir ».

Grossissement:

Considérez ceci comme l'élément le moins important d'un télescope lorsque vous recherchez un télescope pour observer les planètes. Le grossissement est essentiellement la mesure dans laquelle une lunette effectue un zoom avant, mais gardez à l'esprit que vous pouvez obtenir différents oculaires pour changer votre vue. De plus, le grossissement n'est pas si important au départ.

En effet, en raison des conditions atmosphériques et des limites de résolution, il est peu probable que vous puissiez obtenir une image claire avec un grossissement supérieur à 200x (bien que ce nombre dépende et varie selon les portées).

De plus, les planètes, ainsi que d'autres objets du ciel profond (galaxies, nébuleuses, amas d'étoiles) sont de grande taille et ne nécessitent donc pas autant de grossissement que vous ne le pensez. Par exemple, lorsque j'observe le Double Cluster dans Persée (qui est l'un des objets les plus éloignés que j'observe), je diminue en fait le grossissement avec un oculaire de 56 mm.

En tant que tel, ne vous préoccupez pas tant du grossissement que de la distance focale.

Ouverture

Au lieu de cela, Aperture est ce que vous recherchez dans un télescope. Pour voir les détails et la clarté lors de l'observation du ciel nocturne, vous devez vous assurer que vous achetez un télescope à grande ouverture. Si vous doublez l'ouverture, vous augmentez en fait la luminosité des objets 4x. Rappelez-vous, ce qui nous permet de voir les objets dans le ciel, c'est la Lumière. (Plus un télescope peut capter de lumière, plus vous pouvez voir et meilleur est le télescope). Une ouverture plus élevée vous fournira également une meilleure résolution, c'est donc vraiment quelque chose sur lequel vous voulez vous concentrer.

Type de Télescope

En ce qui concerne les télescopes, il existe en fait différents types sur lesquels vous avez peut-être trébuché (ou vous le serez lorsque vous commencerez à comparer les modèles). En règle générale, vous verrez souvent trois types différents : Réflecteur, Réfracteur et Cassegrains. Mais que signifient-ils tous ?

Télescopes à réflecteur: utilisent des miroirs et sont généralement moins chers pour une ouverture plus élevée. Cela signifie qu'ils sont un excellent moyen d'observer les planètes, car vous pourrez probablement obtenir plus d'ouverture pour votre argent.

Télescopes réfracteurs : utiliser des lentilles de sorte qu'elles ont tendance à avoir des résolutions plus élevées. Ils sont plus chers par unité d'ouverture mais fonctionnent tout aussi bien, sinon mieux, pour l'observation des planètes.

Télescopes Cassegrain : combiner des éléments des deux technologies. Ils sont généralement plus chers, mais puissants et sont souvent informatisés pour vous permettre d'identifier rapidement les objets spatiaux.

Rapport focal

Le rapport focal d'un télescope dicte son champ de vision, ou en d'autres termes, quelle partie du ciel vous pouvez voir à tout moment. Plus le champ de vision est élevé, plus vous verrez le ciel.

Le rapport focal est donc l'une de ces choses à considérer. C'est essentiellement le rapport entre la distance focale du télescope et son ouverture.

Lorsque la distance focale est divisée par l'ouverture, vous obtenez un nombre. Ce nombre est utilisé pour classer le rapport.

Une valeur plus élevée signifie que le télescope vous donnera un champ de vision plus petit avec un grossissement plus élevé.

En tant que tel, un rapport focal élevé est conseillé pour les objets plus petits, y compris certaines planètes. Considérez que cela signifiera également qu'il sera plus difficile d'isoler et d'identifier les objets dans le ciel (c'est là qu'un télescope informatisé est utile).

Un rapport focal faible est considéré lorsqu'il est dans la plage de 5. Alternativement, élevé est lorsque le rapport correspond ou est supérieur à 10.

Chercheurs

Les chercheurs sont parmi les éléments les plus utiles, sinon essentiels, pour trouver des objets, en particulier des planètes. J'utilise le mien à chaque fois et je ne peux pas penser à un composant plus utile.

Si vous n'êtes pas sûr de ce qu'ils sont, les Finderscopes sont de petits dispositifs de visée qui se montent sur le dessus d'un télescope et sont généralement inclus avec les meilleurs scopes.

Ils ont un grossissement inférieur à celui du viseur central de votre lunette, ce qui vous donne un champ de vision plus large. Cela vous aidera à viser manuellement (« slew ») des objets spécifiques dans le ciel, comme les planètes. Cela vous aide à pointer avec précision votre télescope et à vous assurer que vous êtes tous alignés.

Monter

Un autre facteur à considérer, bien que plus préférentiellement, est le Mont.

Une monture équatoriale : suivra un objet dans le ciel le long de son axe. Son utilisation principale est l'astrophotographie, mais elle peut être utile pour l'observation du ciel typique. En raison de cette fonctionnalité avancée, il s'agit de la monture la plus chère et son apprentissage et sa configuration nécessitent du temps. Cependant, une fois que vous avez identifié votre objet, vous pouvez le suivre en pilote automatique !

Une monture Alt-Azimut : fonctionne sur le mouvement de déplacement manuel haut-bas, gauche-droite, plus traditionnel. Pour observer et suivre un objet, vous devrez donc le déplacer le long des axes.

Une monture Dobson : est une variété de l'Alt-Azimut qui est plus avantageuse pour soutenir les plus grands télescopes.


Celestron – AstroMaster 114EQ

  • Type : réflecteur newtonien
  • Ouverture : 114 mm (4,49 po)
  • Distance focale: 1000mm
  • Rapport focal : f/9
  • Monture : Équatoriale
  • Oculaire : 20 mm, 10 mm
  • Grossissement : 50x, 100x
  • Poids : 17 lb (7,71 kg)
  • Notre note : 8.2/10

Prix ​​tirés de l'API de publicité de produit Amazon sur :

Les prix et la disponibilité des produits sont exacts à la date et à l'heure indiquées et sont susceptibles de changer. Toute information sur le prix et la disponibilité affichée sur [le(s) site(s) Amazon pertinent(s), selon le cas] au moment de l'achat s'appliquera à l'achat de ce produit.

Le télescope réflecteur Celestron AstroMaster 114 EQ est un excellent télescope débutant pour un adulte ou un adolescent. Son miroir de 4,5 pouces fournira des images claires et lumineuses de la Lune, des planètes et de dizaines d'objets du ciel profond comme la nébuleuse d'Orion, la galaxie d'Andromède, le grand amas d'étoiles d'Hercule et bien plus encore.

Il comprend des éléments optiques tout en verre, des supports de trépied en acier à fonctionnement fluide avec des commandes de mouvement manuelles et des optiques revêtues pour une luminosité et une clarté d'image améliorées. La fixation en queue d'aronde à dégagement rapide et sans outil facilite la configuration. Tout est ancré par un trépied robuste et pré-assemblé avec des pieds en tube d'acier de 1,25 pouce, offrant une plate-forme rigide et stable.

La lunette est équipée d'un porte-oculaire à crémaillère de 1,25 et de deux oculaires (20 mm et 10 mm) pour permettre aux nouveaux utilisateurs de démarrer, et d'un chercheur à point rouge non agrandi pour faciliter la configuration, l'alignement et la navigation.

Le télescope à réflecteur Celestron AstroMaster 114 EQ est livré avec un miroir de 4,5 pouces comme source de collecte de lumière, et avec une optique aussi grande, un astronome amateur peut voir des millions d'années-lumière dans l'Univers.

Avec le télescope, vous recevrez également un merveilleux logiciel avec le télescope réflecteur Celestron AstroMaster 114 EQ.

Le logiciel de planétarium SkyX First Light Edition peut être chargé sur votre ordinateur pour vous aider à établir un plan d'observation. Il dispose d'une base de données de 10 000 objets et d'images améliorées d'objets célestes

Avantages:

  • Facile à configurer et à utiliser
  • Télescope polyvalent
  • Excellente optique pour le prix
  • Trépied robuste et rétractable
  • Portable

Les inconvénients:


COMPARAISON : 4 meilleurs télescopes pour voir clairement les planètes

[Avertissement : AlienPanda est soutenu par des astronomes et des astronomes comme vous. Lorsque vous effectuez un achat en utilisant l'un des liens ici, nous pouvons gagner une somme modique sans frais supplémentaires pour vous !]

4. Télescope réflecteur de table Celestron de 76 mm

Personne ne veut acheter un télescope stupidement cher quand ils débutent. Le plateau de table du Celestron est l'un des télescopes les moins chers en termes de prix pour l'observation planétaire.

Spécification

Conception: Réflecteur Newtonien
Ouverture: 76mm/3 pouces
Max Mag : 150x
Distance focale: 300mm
Type de monture : Dobsonion
Chercheur : Non!
Inclus: Deux oculaires avec grossissement 15x et 75x

C'est l'instrument le plus simple mais très puissant avec plus de 3 pouces d'ouverture réfléchissante, ce qui en fait un partenaire parfait pour les astronomes débutants.

Le télescope a une distance focale de 300 mm et un grossissement utile maximal jusqu'à 150x. Vous obtenez deux oculaires inclus : 10 mm avec un grossissement 15x et 20 mm 75x gratuitement. Donc, que vous rêviez de la lune ou de l'ensemble du système solaire, le dessus de table économique de Cele est fait pour vous.

[joomdev-wpc-pros-cons disable_title=”yes” title=”Title Here” button_text=”Cliquez pour plus de détails” disable_button=”no” button_link=”https://amzn.to/2wpoQj4″ button_link_target=”_BLANK” button_rel_attr="nofollow"][joomdev-wpc-pros]

  • Grande ouverture
  • Conception newtonienne pour une meilleure collecte de la lumière
  • Monture Dobson Lisse
  • Idéal pour les débutants
  • Bon pour les planètes
  • Économique

Modules complémentaires suggérés

Le kit d'oculaires de table est indispensable pour voir clairement les planètes.

Verdict final

C'est un télescope compact, très facile à utiliser, une belle taille d'ouverture et un prix incroyablement abordable, ce qui en fait une offre gagnant-gagnant pour les débutants. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre système solaire, les choses Jupiter et Saturne, alors c'est toujours le spectacle. Pour obtenir une sensation d'espace spéciale, pensez à ajouter un kit d'accessoires Firstscope ou un objectif Barlow qui vaut le coup à long terme !

3. Télescope réflecteur de table Meade de 82 mm

Spécification

Conception: Réflecteur Newtonien
Ouverture: 82mm/3,2 pouces
Max Mag : jusqu'à 180x
Distance focale: 300mm
Type de monture : Dobsonion
Inclus: Deux oculaires - oculaires de 26 mm et 9 mm pour un mag faible et élevé.
+ 2 lentilles de Barlow pour doubler le pouvoir grossissant de vos oculaires

Le Meade Tabletop est un puissant instrument de saga avec une ouverture de 82 mm et un allongement de 300 mm. Il présente un style newtonien avec des revêtements haut de gamme des deux côtés qui offrent des vues lointaines époustouflantes.

Le télescope Meade est livré avec certains des accessoires coûteux indispensables, tels que l'ensemble de lentilles de Barlow. En conséquence, Meade est l'un de mes favoris sur cette liste.

[joomdev-wpc-pros-cons disable_title=”yes” title=”Title Here” button_text=”Cliquez ici pour le prix” disable_button=”no” button_link=”http://www.alienpanda.net/recommends/meade-82mm -day-night-tabletop-telescope/” button_link_target=”_BLANK” button_rel_attr=”nofollow”][joomdev-wpc-pros]

  • Ouverture newtonienne plus grande de 3,2 pouces
  • Fort intégré
  • Monture Dobson facile
  • Parfait pour l'observateur de planètes débutant
  • Aucune configuration d'outil nécessaire
  • Comprend des oculaires et une lentille de Barlow
  • Pas pour l'astronome professionnel
  • Un peu cher
  • La monture est difficile à utiliser pour les débutants.

Verdict final :

Oui, Meade est une sorte de gros problème car peu de télescopes osent correspondre aux caractéristiques comme il le fait. Le dessus de table de 82 mm est le télescope idéal pour voir les planètes. Les kits d'accessoires, fournis gratuitement, vous permettront de réaliser de superbes mises sous tension. Par conséquent, ce que vous n'avez plus qu'à faire maintenant, c'est de l'attraper, de faire un peu de pratique, et voilà, petites planètesBUSTER

2. Télescope réflecteur Astromaster AZ

Spécification

Conception: Réflecteur Newtonien
Ouverture: 130 mm / 5,1 pouces
Max Mag : 307x
Distance focale: 610mm
Type de monture: Altazimut
Chercheur : StarPointer intégré
Le rapport qualité prix
: 100%

Sa grande ouverture de 5 pouces produit des images claires et nettes pour les lunes de Jupiter, les anneaux de Saturne et la distance focale suffisamment grande de 650 mm vous aide avec un grossissement juste suffisant pour regarder de plus près tous ces corps célestes.

Et en prime, vous pouvez également repérer les objets les plus brillants de l'espace lointain comme les galaxies et les nébuleuses, mais seulement si vous savez comment les trouver.

[ EN RELATION: Examen de comparaison – Astromaster 130EQ vs 130AZ] [joomdev-wpc-pros-cons disable_title=”yes” title=”Title Here” button_text=”Cliquez ici pour les prix” disable_button=”no” button_link=”http://www.alienpanda .net/recommends/celestron-130mm-altazimuth/” button_link_target=”_BLANK” button_rel_attr=”nofollow”][joomdev-wpc-pros]

  • Ouverture newtonienne géante de 5,1 pouces pour des images nettes et nettes
  • Meilleur retour sur investissement
  • Fortement recommandé pour l'observation planétaire
  • Jusqu'à 307x du plus grand grossissement utile
  • Convient aussi bien aux débutants qu'aux intermédiaires
  • Utile pour l'astrophotographie
  • Petite monture AZ instable
  • L'oculaire fourni ne fournit pas assez de mag
  • Pas si portable

Verdict final

Allez le voler maintenant ! Si l'espace est votre obsession et que tout ce que vous voulez faire est d'aller au ciel profond. C'est la bonne chose et le moment pour vous. Ce télescope de 130 mm est tout ce dont vous avez besoin pour repérer la lune, les planètes, les systèmes stellaires, etc. Oui, l'altazimut est en effet un petit problème, mais je suis là pour vous aider à résoudre ce problème (demandez dans le commentaire !). Et procurez-vous un objectif Barlow pour profiter au maximum des capacités de votre lunette. Croyez-moi, ça vaut vraiment le coup!

1. Télescope informatisé Celestron Nexstar 130 SLT

Voici le télescope informatisé le plus high-tech dans le segment des télescopes planétaires.

Spécification

Conception: Réflecteur Newtonien
Ouverture: 130 mm / 5,1 pouces
Max Mag: 307x
Distance focale: 650mm
Type de monture: Altz motorisé
Inclus: oculaires 9 mm (62x) et 25 mm (26x)

Le Celestron NexStar 130 SLT est parfait pour tous ceux qui recherchent l'instrument le plus pratique et le plus facile à utiliser. Il est également très utile pour les voyages en famille pour aider vos proches à profiter des merveilles du ciel.

C'est un télescope léger et durable qui est facile à aligner. En fait, vous n'avez pas besoin de beaucoup d'outils pour le configurer et il faut moins de 5 minutes pour commencer les observations. L'optique haut de gamme (miroir) du Celestron Nexstar 130 SLT capture la lumière plus efficacement et offre des images plus lumineuses et contrastées. Il y a plus de 4000 objets du ciel dans sa base de données, donc tout ce qu'il faut pour alimenter l'un de vos choix et le télescope fera tout le travail.

Si vous voulez avoir la joie de voir de superbes objets cosmiques comme Saturne, Uranus, etc., sans les tracas et le coût d'un télescope « de qualité professionnelle », le Celestron NexStar 130 SLT est un excellent choix !

Points forts

  • Télescope informatisé
  • Plus de 4000 objets spatiaux traçables dans l'ordinateur
  • La technologie SkyAlign vous permet de vous aligner avec 3 objets lumineux dans le ciel nocturne
  • Support altazimutal motorisé pour faciliter la navigation
  • Intégré de qualité supérieure
  • Plus grande ouverture de 5,1 pouces
  • Alignement précis
  • Ciblage automatique d'objets informatisés sans noisette
  • Idéal pour l'astrophotographie
  • Conçu pour les débutants comme pour les professionnels

Verdict final :

Le Celestron Nexstar SLT est une série informatisée haut de gamme de Celestron. Cela signifie qu'il dispose d'un ordinateur intégré pour automatiser la recherche d'objets, ce qui vous permet d'économiser votre énergie en les trouvant manuellement. Donc, tout ce que vous avez à faire est de nourrir la cible et vous êtes prêt à entreprendre ce voyage lointain en un rien de temps.


Que pourrai-je voir avec mon télescope ?

De quelle taille de télescope ai-je besoin ? C'est vraiment la question fondamentale concernant tout ce qui concerne l'astronomie, et a en effet été la force motrice de l'évolution du télescope et de l'exploration des étoiles depuis le Moyen Âge.

Ce que vous voulez vraiment savoir, c'est – Que vais-je pouvoir voir avec mon télescope ?

De toute évidence, la lune et le soleil sont les objets omniprésents dans notre ciel, que nous pouvons voir sans l'aide d'un grossissement visuel. Oui, vous pouvez même profiter d'une meilleure vue avec une paire de jumelles à main, ce qui est intéressant. Mais l'un des sites les plus mémorables qu'un enfant ou un adulte puisse contempler est sûrement la première vue rapprochée de la lune et de sa surface mystérieuse, ses cratères, ses collines et ses vallées. Par une nuit claire, la face changeante de la lune offre un divertissement sans fin - à condition que vous ayez la vue agrandie fournie par un joli télescope. Et votre premier regard sur les détails de la surface profilée de notre voisin céleste le plus proche ne sera probablement pas facilement oublié. Imaginez maintenant ce même sentiment amplifié chaque fois que vous regardez de plus en plus loin dans les cieux et commencez à percer les mystères des autres voisins avec lesquels nous partageons notre système solaire.

Pourquoi s'arrêter là ? Avez-vous déjà été captivé par les étoiles au-delà de notre petit coin de ciel ? Et la Voie Lactée ? Vous êtes-vous déjà interrogé sur notre propre galaxie et sur le fait que nous sommes entourés de milliers d'étoiles, tout comme notre propre Soleil ? Et qu'en est-il des autres objets célestes ? Croyez-le ou non, il existe d'autres galaxies entières, plus ou moins comme la nôtre, des amas globulaires, des nébuleuses en émission, des nébuleuses planétaires, ainsi que des comètes, des météores et des astéroïdes. Tous ces objets composent le paysage dans les cieux, et si vous êtes intéressé, cela pourrait bien valoir la peine d'explorer plus avant.

La belle Lune brillante a toujours attiré l'intérêt des humains, étant l'objet le plus visible dans notre ciel nocturne. Parfois, nous nous habituons à voir la pleine lune comme un orbe attrayant, ou peut-être avons-nous un aperçu à travers des jumelles. Cependant, une fois que vous avez vu les caractéristiques incroyablement détaillées de la surface de la lune, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous émerveiller devant les forces célestes qui ont réuni la Terre et la Lune. En effet, une fois que vous utilisez les pouvoirs télescopiques de grossissement, vous serez stupéfait et impressionné par la clarté et la beauté des images, de sorte que vous voudrez peut-être voir de plus en plus de détails.

Bien sûr, ne négligeons pas le sujet de l'étude du corps céleste le plus évident - notre Soleil, l'étoile la plus proche. Le Soleil est un sujet particulier et il ne peut être observé qu'avec un filtre à pleine ouverture. Par exemple, vous pouvez acheter un filtre dit "lumière du jour" qui peut être monté sur n'importe quel télescope, et il ne coûtera pas très cher. Vous pouvez vraiment obtenir une vue rapprochée intéressante des caractéristiques du Soleil grâce à un simple filtre de lumière du jour monté sur un télescope modeste ou vous pouvez améliorer votre vue avec n'importe quel instrument de meilleure qualité.

Les planètes

Les 8 planètes principales qui sont facilement observables – à condition d'avoir le télescope de la bonne taille. En plus de profiter de la merveille d'explorer d'autres mondes, certaines planètes telles que Mars, Jupiter et Saturne révéleront des détails considérables de leurs surfaces distantes. Vous pouvez même observer des conditions météorologiques sur ces mondes lointains, ce qui est bien plus intéressant que la météo sur Terre. Vous pouvez également voir les lunes de Jupiter, et il y a plusieurs lunes autour de Saturne, qui sont plus difficiles à voir, mais une expérience enrichissante. Non seulement vous pourrez voir Vénus et Mercure, mais vous remarquerez leurs phases changeantes, ce qui est une référence intrigante à la forme changeante du croissant lorsqu'ils tournent autour du Soleil. Neptune et Uranus seront visibles, mais ne vous attendez pas à beaucoup de détails, et ils ne seront que légèrement visibles à moins que vous n'ayez un très grand télescope.

Le ciel plus profond

Les objets du ciel profond sont le nom collectif des étoiles, des nébuleuses, des amas d'étoiles et même d'autres galaxies - tous les objets stellaires qui se trouvent en dehors de notre propre coin de l'univers. La différence entre regarder les planètes et les étoiles est que les objets du ciel plus profond ne deviennent pas nécessairement plus clairs avec des grossissements plus élevés. Ce que vous voulez vraiment, c'est d'avoir un télescope à grande ouverture, car c'est la méthode par laquelle un télescope recueille la lumière et focalise l'image pour que vous la voyiez. Un autre facteur affectant notre capacité à observer un objet dans le ciel profond est l'obscurité de la nuit et la clarté de l'air. Si vous essayez l'astronomie autour de lampadaires lumineux, vous n'obtiendrez pas une image de haute qualité en raison de la pollution lumineuse. Pour améliorer la qualité de votre visionnage, vous devez trouver une zone éloignée des lumières vives, de sorte que les niveaux de lumière ambiante soient aussi bas que possible et n'interfèrent donc pas avec les signaux lumineux faibles qui atteignent la Terre depuis le ciel.

Et les astéroïdes et les comètes ?

Les astéroïdes sont des objets rocheux qui peuvent être trouvés dans le système solaire interne, et vous pouvez les trouver avec un télescope décent, mais même les plus gros astéroïdes n'apparaissent pas plus gros que de simples étoiles. Ce qui les rend intéressants, c'est leur mouvement par rapport aux étoiles d'arrière-plan, qui peut être remarqué sur une période de temps tant que vous regardez attentivement.

Les comètes sont des corps de conglomérat de glace et de poussière qui se trouvent dans le système solaire externe, qui s'approchent rarement du Soleil sur leur trajectoire orbitale irrégulière à travers les cieux. Au début, nous ne pouvons voir que l'enveloppe nébuleuse et un petit noyau brillant à l'intérieur (qui est le corps réel de la comète). À mesure que les comètes se rapprochent de notre champ de vision, elles deviennent plus grosses, plus lumineuses et peuvent développer une impressionnante queue de poussière et de gaz, qui est éjectée du noyau de la comète par le chauffage solaire à mesure que la comète s'approche du Soleil. Bien que les comètes les plus célèbres deviennent visibles à l'œil nu si elles s'approchent suffisamment du Soleil, l'observation de ces objets incroyables est toujours plus spéciale avec un télescope décent.

La question fondamentale demeure donc : de quelle taille de télescope ai-je besoin ?

Ouvertures de 60 mm à 70 mm

Un télescope avec un diamètre d'ouverture compris entre 60 et 70 mm vous permettra de voir la lune, les lacs et cratères lunaires, et les contours de base des plus grandes planètes. Ne vous attendez pas à pouvoir étudier les caractéristiques de surface de planètes lointaines, car vous aurez évidemment besoin de puissances de grossissement plus élevées. Vous devez également vous rappeler que votre vue peut être entravée par la ville ou l'éclairage urbain, il est donc préférable de trouver une zone sombre par temps clair.

Ouvertures de 90 mm à 130 mm

Si vous souhaitez explorer un peu plus loin, voici quelques-uns des objets célestes que vous pouvez étudier à l'aide d'un télescope d'un diamètre d'ouverture de 90 à 130 mm.

a) Dans le système solaire :

– Recherchez les taches solaires et les éruptions solaires autour du Soleil (assurez-vous d'utiliser un filtre)
– la planète Mercure
Cratères et autres caractéristiques de la surface de la Lune
– Les régions polaires de Mars et d'autres caractéristiques de surface
– plusieurs nuages ​​supplémentaires sur Jupiter,
Les lunes de Jupiter alors qu'elles tournent autour de la super planète
La division de Cassini dans les anneaux de Saturne ainsi que quelques lunes si vous regardez très attentivement !
– Uranus et Neptune ne sont considérés que comme des disques très faibles

b) Étoiles et au-delà : vous pourrez ramasser de nombreuses étoiles, y compris des amas d'étoiles, des nébuleuses en émission, des nébuleuses planétaires et des galaxies. Mais vous devez vous rappeler que la plupart des objets tels que les galaxies et les nébuleuses resteront des taches de lumière très faibles.

Cliquez ici pour une revue des télescopes autour de la gamme 90 à 130 mm (convient aux débutants).

Ouvertures de 130 mm à 200 mm

Un télescope avec un diamètre d'ouverture de 150 mm vous permettra de voir des planètes telles que Jupiter dans les moindres détails, et la plupart des autres planètes sembleront plus claires, et la surface de la lune sera remarquablement détaillée.

Voici quelques autres objets célestes que vous pourrez voir en utilisant une ouverture de 150 mm :

a) Lune et planètes : – cratères, montagnes et autres caractéristiques lunaires
– caractéristiques de surface sur Mars,
– détails fins des nuages ​​de Jupiter’s,
– détails fins des anneaux de Saturne’s
– des comètes et même des astéroïdes.

b) Ciel profond et au-delà : dans le ciel profond, vous pourrez voir des détails incroyables sur les galaxies, les nébuleuses et plus encore. Soyez particulièrement attentif à éviter la pollution lumineuse, pour des résultats encore meilleurs.

Cliquez ici pour une revue des télescopes autour de la gamme 130 à 200 mm.

Ouvertures de 200 mm et plus

Les télescopes avec des ouvertures supérieures à 200 mm offriront une clarté et une luminosité incroyables. L'avantage d'utiliser une ouverture supérieure à 200 mm est la quantité de puissance de collecte de lumière. Vous ne pourrez donc pas nécessairement voir beaucoup plus d'objets ou différents, mais les détails fournis par le plus grand télescope sont le facteur principal. Si vous souhaitez vous concentrer sur les différentes galaxies ou nébuleuses, plus le télescope est grand (c'est-à-dire une ouverture plus grande), plus la zone de vision est grande et donc susceptible de fournir une image claire et lumineuse.

Ces télescopes de cette taille seront plus chers que les instruments plus petits, mais la vue est spectaculaire. Voici quelques autres objets célestes que vous pouvez voir avec une ouverture de 200 mm :

– Vous pourrez découvrir tous les secrets de la lune !
– les détails de la surface de Mars, et les lunes pourraient être un régal tant que vous avez des conditions d'observation parfaites
– détails supplémentaires dans les nuages ​​de Jupiter’s
– vues sur le Triton (lune de Neptune) si vous faites attention
– Pluton si vous avez d'excellentes conditions d'observation.

b) Les étoiles et au-delà : si vous disposez de conditions d'observation parfaites, vous pourrez voir une large gamme de nébuleuses, de galaxies et d'amas d'étoiles avec des détails qui ne sont tout simplement pas visibles par les petits télescopes.

Loin d'être un passe-temps réservé aux riches investisseurs ou aux seuls astronomes professionnels dévoués, nous vivons une époque chanceuse où chacun peut partager les merveilles du ciel. Vous pouvez très facilement profiter de la technologie à notre disposition et créer votre propre installation de visualisation dans votre propre maison. Pour un coût relativement modeste, vous pouvez installer un magnifique télescope dans votre propre jardin pour explorer en profondeur le système solaire et les étoiles au-delà. Les enfants en particulier seront étonnés de voir les planètes et les étoiles à l'aide de télescopes modestes et facilement abordables.


Repérer la grande tache rouge

La fameuse Grande Tache Rouge (ou GRS) sur Jupiter est une tempête cyclonique qui fait rage sur Jupiter depuis au moins 185 ans. Une tache persistante sur Jupiter a été signalée encore plus tôt, par Giovanni Cassini, de 1665 à 1713 - mais personne ne sait si c'était la même tempête que nous voyons aujourd'hui. L'ovale de la Grande Tache Rouge est assez grand pour en contenir deux à trois, et il est visible dans les télescopes d'arrière-cour. Jupiter tourne assez rapidement — une fois sur son axe toutes les 10 heures — et le spot met environ 3 heures pour traverser le disque de la planète. Ainsi, le spot n'est pas visible tous les soirs. Une application d'astronomie mobile est un moyen idéal pour savoir quand le voir.

De nombreuses applications de cartographie du ciel montrent Jupiter comme une image photographique avec le point rouge visible, ce qui pourrait vous faire croire qu'il est toujours là. Cependant, les meilleures applications telles que SkySafari 5 présentent Jupiter comme un globe complet qui tourne à la bonne vitesse. Si votre application est réglée sur l'heure actuelle, elle affichera Jupiter telle qu'elle apparaît dans votre télescope en ce moment. Mais il y a un hic. Jupiter est suffisamment éloigné (plus de 424 millions de miles, ou 682 millions de kilomètres) pour que nous n'y voyions pas d'événements en temps réel. La lumière a besoin de temps pour voyager jusqu'à la Terre. Cela varie au cours de l'année, mais à l'heure actuelle, il est retardé d'environ 37 minutes. L'application SkySafari a un algorithme qui corrige cela, mais certaines des autres applications de cartographie du ciel que j'ai testées ne l'ont pas fait.

Une autre option consiste à choisir une application qui se concentre exclusivement sur Jupiter. Sky & Telescope Magazine propose une très bonne application pour les utilisateurs iOS appelée JupiterMoons (développée par l'équipe de l'application SkySafari). Il vous permet de visualiser l'apparence actuelle de la planète et d'avancer et de reculer dans le temps, par incréments allant de quelques secondes à plusieurs années. Une page séparée fournit une liste des prochains transits GRS en heure locale, et une autre offre de nombreux faits et chiffres sur Jupiter. Le site Web CalSKY génère des tableaux de transits GRS visibles à votre emplacement, ainsi que de nombreuses informations supplémentaires pour Jupiter et les autres planètes.


Que voir sur le visage de Jupiter

Jupiter est la plus grande planète et, de loin, le plus gros objet du système solaire, à l'exception du Soleil. La planète est 2,5 fois plus massive que toutes les autres planètes réunies. Like Saturn, Jupiter is a “gas giant”, a massive planet made up almost entirely of cold hydrogen and helium gas along with traces of other gases like ammonia and methane. (Uranus and Neptune are also sometimes called gas giants, or, because they are much colder, “ice giants”). Gas and ice giants do not have well defined rocky surfaces like the Earth. Their outer layers are made entirely of clouds further down the gas turns to compressed liquid, and at the very center of these planets may be a rocky carbon core.

Layout of the belts and zones of Jupiter (University of Wisconsin)

As backyard observational astronomers, we are most interested in the part of Jupiter we can see: the outer layers of the atmosphere. To see any detail on the face of Jupiter, a telescope is required. But even with the smallest telescope, you can see structure in the atmosphere, usually two dark bands surrounded by lighter regions. The dark bands on the face of Jupiter are called belts and the lighter bands between them are called zones. The two prominent belts you see in the image at top are the north equatorial belt (NEB) and the south equatorial belt (SEB) since they each lie just north and south of the equator, respectively. These are the most prominent belts, and they are visible in nearly any small telescope, but there are many more visible in steady sky with larger telescopes at higher magnification.

The belts and zones are caused by churning layers of gas in the atmosphere. The rotating atmosphere has segmented itself into layers that are confined to certain latitudes on Jupiter, much like the trade winds on Earth blow in the same place and same direction throughout the year. The zones are caused by convection regions wherein warm gas rises, cools, and sinks repeatedly in the upper atmosphere. The belts are regions of cooler gas that have sunk lower in the atmosphere. The belts are dark and colorful, with tones of red, salmon, tan and brown. The color comes from phosphorus compounds that are ionized by radiation and lightning in the fast-moving winds. The zones, which are regions of warmer rising gas, are usually pale-yellow or white caused by ammonia gas crystallizing and blocking the view of the more colorful gases below.

The interplay between the planet’s rotation, high winds, and convective rise and fall of gases have resulted in a complex structure of belts and zones, the structure of which is more or less permanent, at least over decades and perhaps centuries. The structure of the observable atmosphere of Jupiter along with the names of the major belts and zones are shown below.

Names and positions of the belts and zones of Jupiter.

Not all the belts and zones in the images above are easily distinguished, but the most prominent regions visible in small telescopes are the equatorial belts and zones, the temperate belts and zones, and the darker polar regions.

Jet streams of opposite direction on each edge of the belts and zones confine each structure, and as the gases whirl across the face of the planet at speeds exceeding 300 km/h, turbulence occurs at the boundaries. This turbulence leads to intricate and exceedingly beautiful structures called garlands et festoons between and within each belt and zone (again, see image at the top of this page). On nights of steady seeing, you can get glimpses of these structures in a small telescope.

As on Earth, the dynamic atmosphere of Jupiter and the so-called Coriolis force lead to circulating cells of gas that result in cyclonic storms. On Earth, these churning cells are about as high as these are tall, but Jupiter’s faster rotation flattens its cells and stretches the cells longitudinally into flattened ovals. Some of these oval cells coalesce into visible and long-lasting vortices, the most famous of which is the Great Red Spot (GRS). This spot straddles the south equatorial belt and the lighter south tropical zone, impinging on each. The GRS, which is larger than Earth, has been observed for centuries and may be a permanent feature in the Jovian atmosphere. Which is not to say it never changes. The GRS and the SEB both change color at unpredictable intervals. When the SEB turns lighter, the GRS darkens and vice versa. During the past several decades, the GRS was darkest in the periods 1961–66, 1968–75, 1989–90, and 1992–93. No one knows why it changes, or indeed what causes its red color.

The Great Red Spot is visible in amateur telescopes when it transits the meridian of the planet, the line connecting the north and south poles. The GRS transits the meridian once every 9.8 hour revolution of Jupiter, but not every transit occurs at night. You can find out upcoming meridian crossings using many astronomy apps, or with this handy tool from Sky and Telescope magazine.


How many moons can you see around Jupiter?

I was observing Jupiter last night in my big telescope and finally counted all the ones I believe are moons. I counted 12 total objects that seems to move with the planet. Thats including the 4 Galilean moons. Using wikipedia as my reference that coincides with the number of moons discovered up to 1951 all in the 11 mag range and lower. That seems reasonable for my telescope too see.

How many do you guys see? Thoughts?

#2 Jim Davis

I have only seen the four biggest ones. Amalthea is visible, but very close to the planet and hard to pick up above the glare. The rest are 14th magnitude and dimmer. I don't think any of them would be visible in a 10" scope. They were discovered photographically.

#3 ButterFly

You can also catch Himalia from a dark site near opposition with a 10". All the other ones are too dim or too close to resolve with a 10". Those eight other objects were likely stars.

With a 15" and a night vision monocular, I was able to catch a few more: Himalia, Elara, Pasiphae on the first try, then Sinope and Lysithea on the second try. They are all far from Jupiter and very very dim.

By all means, hunt down those faint moons, but you need something at the scope to confirm that it is the object you are after. I suggest SkySafari and Saturn.

#4 jim kuhns

#5 JustAnotherScott

You can also catch Himalia from a dark site near opposition with a 10". All the other ones are too dim or too close to resolve with a 10". Those eight other objects were likely stars.

With a 15" and a night vision monocular, I was able to catch a few more: Himalia, Elara, Pasiphae on the first try, then Sinope and Lysithea on the second try. They are all far from Jupiter and very very dim.

By all means, hunt down those faint moons, but you need something at the scope to confirm that it is the object you are after. I suggest SkySafari and Saturn.

Oh I see you are correct! I should have checked my app first. For some reason I thought Jupiter moved faster than it actually does.

#6 Papillon

Jupiter is in a star rich part of the sky.

That's actually a good thing. There are many more references to know where you are. Also, if you can't see the plotted 14th mag stars, you will not see 15th mag Himalia.

#7 Allan Wade

I’ve seen 12 moons of Jupiter in the 32”. That was some of the most extreme and challenging observing I’ve ever done, and obviously some of the most rewarding. There was a lot of planning and persistence required over a three year period to get some of the toughest ones.

ButterFly, I ran a thread about the faint group of Carme, Sinope, Lysithea and Ananke. You must have missed it. I have not seen any visual reports of seeing these moons until you mentioned Sinope and Lysithea now. They were tough in the 32”. Night vision would help a lot.

#8 ButterFly

I’ve seen 12 moons of Jupiter in the 32”. That was some of the most extreme and challenging observing I’ve ever done, and obviously some of the most rewarding. There was a lot of planning and persistence required over a three year period to get some of the toughest ones.

ButterFly, I ran a thread about the faint group of Carme, Sinope, Lysithea and Ananke. You must have missed it. I have not seen any visual reports of seeing these moons until you mentioned Sinope and Lysithea now. They were tough in the 32”. Night vision would help a lot.

Oh goodness, NV is fun! I've certainly seen your posts. Miranda was lost in the halo, even though Ariel and Umbriel popped right through it. It is the further away ones that will have more success without some block before the eyepiece (for afocal). You really should find someone with NV down under. It is the best kind of cheating.

Carme was too close to the noise floor yesterday for me to add it just yet. It was where it was predicted, but I want some clearer evidence like actual motion. It is LOW for us here now. Perhaps by next opposition.

#9 Dobserver

I was observing Jupiter last night in my big telescope and finally counted all the ones I believe are moons. I counted 12 total objects that seems to move with the planet. Thats including the 4 Galilean moons. Using wikipedia as my reference that coincides with the number of moons discovered up to 1951 all in the 11 mag range and lower. That seems reasonable for my telescope too see.

How many do you guys see? Thoughts?

Now that I have an 18", I'd like to try for some fainter moons. Unfortunately, the wikipedia chart you refer to lists the moons' absolute magnitude, meaning their brightness from a certain distance (1 AU under ideal circumstances). Their apparent magnitude is many times fainter from Earth. So you need dark, transparent skies and a big scope to catch those others, I believe.


Free Shipping on Orders Over $75 & Installment Billing on Orders over $350 (Exclusions Apply)

<"closeOnBackgroundClick":true,"bindings":<"bind0":<"fn":"function()<$.fnProxy(arguments,'#headerOverlay',OverlayWidget.show,'OverlayWidget.show')>","type":"quicklookselected","element":".ql-thumbnail .Quicklook .trigger">>,"effectOnShowSpeed":"1200","dragByBody":false,"dragByHandle":true,"effectOnHide":"fade","effectOnShow":"fade","cssSelector":"ql-thumbnail","effectOnHideSpeed":"1200","allowOffScreenOverlay":false,"effectOnShowOptions":"<>","effectOnHideOptions":"<>","widgetClass":"OverlayWidget","captureClicks":true,"onScreenPadding":10>

Planetary photography can be very interesting and rewarding. We are lucky to have several planets in our solar system that are bright enough at various times of the year to see and photograph. Our solar systems most massive planet, Jupiter, is one of those, providing some breathtaking views and images. The planet features colorful bands, a Giant Red Spot, and four bright moons that are easy to see and capture in images.

The first thing you will need to photograph Jupiter effectively is a telescope with a relatively long focal length. I have an Orion APO refractor with 480mm of focal length, but that simply isn't enough to capture any noticeable detail on Jupiter's surface. That is more of a wide-field scope for things like galaxies, star clusters, and nebulae. My other telescope is an Orion Maksutov-Cassegrain model with 2700mm of focal length. Now we're talking! I would say that a focal length of around 1500mm would be the minimum that I would recommend for planetary work.

Now what kind of camera should you use? Some prefer to connect a DSLR or Micro Four Thirds camera to the telescope and shoot in what we call prime focus. I have done that a few times myself, but the general consensus is that a CCD camera is a better option. I use an Orion Planetary Imaging Camera and I have had excellent results with it. A CCD camera is rather small and you will need to connect it to a laptop during your imaging session. The camera displays your target on the laptop, and you will use special image-acquisition software on the laptop to shoot videos of your target. Why shoot video? The idea is that you want to capture a lot of detail, and video offers hundreds (or thousands) of frames. You then use a stacking program such as AutoStakkert, AviStack, or RegiStax to align and stack your video frames. This will (hopefully) produce a nicely detailed composite of your video frames. You can then take that composite image and edit it in Photoshop, Lightroom, or any other image-editing program you prefer.

Another consideration for shooting a planet is how high it is above the horizon. When an object has just come up over the horizon, you will be observing it through a lot more of Earth's atmosphere than if it were up higher in the sky. So don't try to image Jupiter just after it has cleared the trees. Wait until it's at least about 45 degrees or higher if possible so you will be dealing with less atmospheric interference. Here is an example of a shot of Jupiter when it was just coming up.

You can make out the bands, but they are pretty blurry.

Now here is a better shot that was taken when Jupiter was much higher in the sky.

Here you can see much better detail and you can even see three of the Galilean Moons. Two are on the left and one is on the right.

Once you've set up your scope, connected the camera, and pointed at Jupiter you will now want to make sure that your focus is as accurate as possible. Poor focus will mean you get a blurry image and that is incredibly frustrating. You might want to consider a dual-speed focuser if you don't have one. I have a dual-speed Crayford focuser and it lets me do very fine adjustments to the focus and that has really helped with the quality of my images.

After you've gotten focused, it's now time to start shooting some video. Check to see how many frames per second your camera can shoot, and start with a video that will capture 500 frames. If your camera shoots at 15 frames per seconds, that's about 33 seconds of video. You might be surprised at how good of an image you can get from a video of that length.

Now that you've got a video file, you will have one of those stacking programs align the video frames and then stack them into one composite image for you. Consult the documentation for the program that you are using. I have found that I get the best results from AutoStakkert, but others prefer RegiStax or AviStacker. It couldn't hurt to process the same video file with multiple programs and see which one comes out best. I often do that myself.

When you finally get a composite image, feel free to use Photoshop, Lightroom, or whatever your favorite image-editing program is to do some processing. I often use the sharpen and levels adjustments to refine the image and try to bring out as much detail as possible. If your image isn't that great, try shooting 1,000 frames next time. If your focus is good and Jupiter is high enough in the sky you should be able to get some pretty good images.

After you've gotten some practice with Jupiter, try your hand at the other bright planets. Saturn and Mars will being coming into the night sky this spring, and they make excellent targets as well.

Happy shooting and clear skies!

Do you have any questions or experiences to share about imaging Jupiter? Share them in the 'review' section of this article.


Saturn Observing Tips

Saturn delights most stargazers, but it can be frustrating to observe, especially this year when the planet is low on the horizon for northern observers. The visual image of the planet in a telescope is often small. And if the atmosphere is not steady, the image tends to ripple and blur the delicate details in the clouds and the rings, so it’s never as clear as you see in professional images taken with big scopes.

Binoculars of 10-12x will show Saturn as a tiny, slightly non-circular disk, and they show Titan as a tiny point. But that’s about it. To clearly see the rings of Saturn, you will need a telescope.

Which telescope? Really, any telescope will give you a good view of the planet. Refractors of longer focal length tend to give larger high-contrast images of planets. Reflectors have a little less contrast because of the central obstruction of the secondary mirror. But if they are well collimated, reflectors do a fine job with planets. Most of the best amateur planet imagers, for example, use SCT’s and Newtonians because these telescopes are available in higher apertures, and higher apertures enable higher resolution.

First, before you get started observing Saturn, make sure your telescope is aligned and cooled down to ambient temperature. If you just take it from a warm house into the cool night air, there will be eddies of air in the telescope tube and movement of the mirror surface that will badly degrade the view until the temperature of the scope equlibriates with the rest of its surroundings. It will take between 20-60 minutes for the scope to settle down, depending on the size of the mirror and lenses and so on.

Also, it helps to wait until Saturn is as high in the sky as possible before you observe. As mentioned, this year and for the next several apparitions, Saturn is south of the ecliptic and will never rise very high for northern-hemisphere observers. It is extremely well-placed for southern-hemisphere observers this year, however.

Don’t expect a Hubble-like image. Despite its beauty, Saturn appears quite small in a telescope. The disk is only 18″ across at this opposition, about 1/3 the apparent size of Jupiter at its closest and about the same size as Mars at its opposition this year. The rings extend farther, about 42” this year, which makes the planet appear larger but even with the rings it’s never larger than Jupiter at opposition. You can never see Saturn through a telescope quite as well as you would like to.

Once you get the planet in view, pop a low-power eyepiece in your scope. At 25x, you’ll see Saturn as non-circular, and 50-60x should reveal the rings and the planet’s disk.

Saturn in a small telescope on a night of average seeing (credit: DeepSkyWatch.com)

Now move to at least 100x and take in the view. The image will appear larger but a little fainter and possibly a little fuzzier. But keep moving to higher magnification until the image gets too fuzzy or faint. The optimum magnification depends on your telescope and seeing conditions. In steady sky with a high-quality scope, you can get up to 50x to 60x your telescope aperture in inches, and if you can make it up to 300x or more in steady sky, you will get an excellent view. But it’s not often you can use that much magnification. You need to experiment each night to determine the optimum magnification that will give you the best trade-off between image size, sharpness, and brightness. And yet if you’re patient, you can see a lot of detail on Saturn, even though it may be frustratingly small. Even nights when the air isn’t so steady, wait for moments of good seeing when the image will suddenly sharpen and jump out at you like a tiny hologram. It’s darned impressive.

A colored filter, especially a #80A blue filter, can help you see fine detail near the poles and in the cloud bands of the planet.

From Earth, the view of Saturn and its rings changes slowly as the big planet revolves around the sun every 30 years. Most of us, with a little luck, will get to see Saturn’s full range of faces just once or twice in our adult lives. So don’t waste this opposition… head out when skies are clear to see the ringed planet for yourself.