Astronomie

Orbite terrestre excentrique et cycles jour/nuit

Orbite terrestre excentrique et cycles jour/nuit


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Si l'axe de rotation de la Terre était perpendiculaire au plan orbital, mais que l'orbite était également très excentrique (soleil au centre), comment cela affecterait-il les cycles jour/nuit ?

Ce que je pense, c'est que pendant le temps où la Terre est plus proche du soleil, parce que l'attraction gravitationnelle est plus forte, cela ferait tourner la Terre plus vite que de créer ainsi des jours beaucoup plus courts que si la Terre était près des foyers de l'orbite (sur lesquels le jours/nuits seraient plus longs). Cette ligne de pensée est-elle correcte?


Votre réflexion est incorrecte. Une gravité élevée ou, plus précisément, de fortes forces de marée conduisent à un blocage de la marée et non à une rotation plus rapide. Les lunes en sont un bon exemple. La gravité de la Terre maintient le même côté du Mon face à la Terre à tout moment. La Lune tourne toujours mais sa rotation est synchronisée avec son orbite autour de la Terre, 1:1, donc la même taille de la Lune (le côté le plus lourd/le plus dense) pointe toujours vers la Terre. De nombreuses lunes sont verrouillées par la marée sur leurs planètes en raison de la forte force de marée. Pluton et Charon sont étroitement liés l'un à l'autre.

Cela dit, le verrouillage des marées prend beaucoup de temps. Le simple fait de passer près d'un objet massif n'empêcherait pas une planète de tourner. Il faut de nombreuses orbites pour créer le verrouillage des marées, généralement des millions ou des milliards. Parce que les planètes ont tendance à avoir une densité assez uniforme, la gravité n'affecte pas beaucoup leur rotation.

Orbite très excentrique, le soleil n'est pas non plus proche du centre. Orbite à faible excentricité, le soleil est proche du centre.

Une orbite très excentrique affecterait les saisons. Sans inclinaison axiale, les saisons seraient entièrement régies par la distance au soleil, et non par la position du soleil dans le ciel qui régit les saisons sur Terre telle qu'elle est. Pour clarifier, c'est l'inclinaison axiale qui cause les saisons, pas la distance au soleil. Mais comme vous l'avez spécifié avec une inclinaison axiale nulle, la distance régirait les saisons, mais à l'excentricité actuelle de la Terre, cet effet serait faible. Plus l'excentricité est grande, plus la variation saisonnière dans cette hypothèse est grande et les saisons seraient à l'échelle de la planète, n'alternant pas entre les deux hémisphères.

L'été serait également plus court que l'hiver en raison du déplacement plus rapide de la Terre autour du soleil au point le plus proche,

Les jours eux-mêmes ne seraient pas beaucoup affectés. La durée d'une journée type (synodique) varierait d'une minute ou deux en fonction de la vitesse orbitale de la Terre. Ce ne serait pas très perceptible mais avec une inclinaison axiale parfaite de 0 degré, les 12 heures d'ensoleillement varieraient légèrement en fonction de la vitesse orbitale et de la position sur l'orbite excentrique… et de la taille du soleil dans le ciel et de la réfraction atmosphérique… mais seulement quelques minutes ici ou là avec la vitesse de rotation actuelle de la Terre.


Visionneuse de données orbitales Milankovitch

Les interactions gravitationnelles entre les nombreux corps du système solaire induisent en permanence de petites perturbations dans l'orbite terrestre autour du soleil, qui à leur tour provoquent de subtils changements dans la distribution du rayonnement solaire par latitude et saison au cours du temps géologique. Au début du 20e siècle, le mathématicien serbe Milutin Milankovitch a suggéré que ces variations pourraient être liées au calendrier des périodes glaciaires. Parce que ces changements sont pseudo-cycliques, ils sont connus sous le nom de cycles de Milankovitch. Pour le climat, les variations les plus importantes sont les changements dans l'excentricité de l'ellipse qui décrit l'orbite terrestre, l'inclinaison de l'axe terrestre et la précession des équinoxes) qui affectent la distribution saisonnière du rayonnement.

Ces changements peuvent être prédits (et postulés) par intégration numérique des équations multicorps de la mécanique céleste. Jacques Laskar et ses collègues de l'Observatoire de Paris ont effectué ces calculs pour 250 millions d'années dans le passé et pour 20 millions d'années dans le futur. Les données et les graphiques ici sont dérivés du résultat de leurs calculs, qu'ils ont généreusement mis à disposition sur leur site Web. Le modèle complet, les calculs, les résultats et l'analyse sont décrits dans leur article (Laskar et al, 2011 disponible dans Astronomy and Astrophysics via Open Access ).

Le rayonnement solaire entrant moyen quotidien au sommet de l'atmosphère (insolation) par latitude et saison est déterminé à partir des paramètres orbitaux en utilisant des formules bien connues basées sur la trigonométrie sphérique (voir dérivation sur wikipedia). Pour tous les détails, veuillez consulter l'onglet &ldquowebsite code&rdquo à droite.

Voici d'excellentes ressources éducatives en ligne sur le forçage du climat de Milankovitch :

Comment fonctionne ce site Web (y compris tout le code !)

Ce site Web est contrôlé à l'aide du package R &ldquoshiny.&rdquo Celui-ci a demandé beaucoup de travail !


Suite Gazette des Rosettes Des articles

La Semaine internationale du ciel étoilé 2021 se déroule du 5 au 12 avril ! En l'honneur de cet événement annuel, l'IDA a lancé un site Web où vous trouverez un aperçu des personnes et des lieux travaillant pour protéger la nuit dans le mouvement mondial du ciel étoilé. Il y a aussi plus de 70 événements, et la liste s'allonge. Apprenez-en plus sur l'astrophotographie, pourquoi la faune a besoin de l'obscurité ou assistez à une fête des étoiles ! Beaucoup de ces événements sont virtuels, vous permettant de vous connecter de n'importe où.

Merci beaucoup pour l'aide! Ciels sombres!

Aube J. Nilson
Directeur de la préservation du ciel étoilé/Délégué IDA

Enfin! Un joyau non découvert qui intéressera les observateurs et leurs télescopes. C'est la station de terrain de Malheur. Mike McKeag et moi avons eu le privilège de passer du 10 au 12 mars à MFS. Mike est resté quelques jours de plus à prendre des images de tout le ciel à partir de sites d'observation potentiels et des images panoramiques du ciel nocturne. C'est un site que les observateurs, qui demandent toujours "Où puis-je aller observer ?", devraient mettre sur leurs cartes.

Pourquoi? Tout d'abord, le ciel sombre absolument magnifique sans lumière ni phares dans aucune direction. Deuxièmement, les cabines sont chauffées. Chaque installation a des cuisines, des salles de bains, des chambres et de l'eau chaude. Une connexion Wi-Fi est accessible au Malcolm Hall, où les clients s'enregistrent pour leur séjour. Verizon a un bon service chez MFS AT&T n'en a pas. Troisièmement, il existe une variété d'emplacements plats ouverts pour l'installation. Certains des sites d'installation sont sur béton. Il s'agit d'un lit de lac du Pléistocène, il n'y a donc pas de roches. Quatrièmement, la saison creuse de la station de terrain (mi-été) est notre saison d'observation. Cinquièmement, il y a des emplacements pour camping-cars et beaucoup de chalets, de dortoirs, même une maison ou deux à louer, ainsi qu'une cuisine commerciale complète et un réfectoire, adaptés pour des groupes de 100. Malgré le froid glacial, après seulement une nuit de observant, j'ai été vendu sur MFS. Le ciel était à couper le souffle et à quelques pas de mon télescope, j'avais un chocolat chaud et un lit chaud. C'est le lieu d'observation de mes rêves.

Divulgation complète: c'est à distance. Et la patrouille de jour et le remplissage des terriers de blaireaux et de lapins sont recommandés. MFS sert principalement les ornithologues amateurs lorsqu'ils visitent le Malheur National Wildlife Refuge. La distance de conduite depuis OMSI, selon Google Maps, est de 309 miles et 5 ½ heures. Cela m'a pris 7 heures et demie, mais je me suis arrêté pendant une heure pour déjeuner et j'ai perdu une autre heure à m'arrêter pour faire des pauses et me reposer. Je suis arrivé après la tombée de la nuit, mais je recommande de ne pas le faire. Il y a un panneau au dernier virage vers la station de terrain qu'il est facile de manquer dans l'obscurité.

Pendant que nous étions là-bas, un observateur de Bremerton s'est présenté, tout à fait prêt pour quelques nuits d'imagerie et d'observation. Il avait conduit dix heures pour s'y rendre, mais il est resté dans un motel à Madras pour la nuit, interrompant le trajet en deux jours. La prochaine fois, je ferai la même chose pour moi. Vaut vraiment le temps et les dépenses. Notre nouveau compagnon d'observation a découvert MFS sur Clear Dark Sky. Mike et moi avons convenu que si quelqu'un de Bremerton, Washington est prêt à conduire dix heures pour arriver ici, il n'y a aucune raison pour que quelqu'un de Portland n'y aille pas, étant donné la nature des installations et la beauté du ciel. En toute honnêteté, il s'agit d'un voyage d'observation qui nécessite une certaine planification. Vous ne pouvez pas regarder par la fenêtre un mardi soir et dire : « Je pense que je vais passer sur MFS ». Je suggère d'y aller pour pas moins de trois nuits. Cela vous donne une nuit pour être assombri ou épuisé et deux bonnes nuits d'observation.

Nous sommes très heureux de vous annoncer que la première édition de la belle Un guide complet du MBAC ont été complétés par Bhavesh Parekh de RCA et sont maintenant disponibles. Dans les propres mots de Bhavesh :

«Cela a été un travail d'amour pour moi. J'ai enfin terminé mon travail en développant un guide de terrain qui contient des images Deep Sky Survey (DSS) de presque tous les objets NGC.

Cela a commencé, fin 2018, comme un outil agréable à avoir pour moi et quelques membres de notre club (Dave Kasnick et Steve Weiler). Cependant, l'entreprise a pris une vie propre et a abouti à Un guide de terrain complet sur le MBAC, un guide de terrain en quatre volumes avec de nombreux tableaux de référence, un index de dix pages et 7 047 images DSS de grande taille, réparties sur plus de 650 pages au format Folio (11 pouces x 17 pouces).

Mon objectif était d'avoir un outil qui ne se posera pas seulement sur une étagère, mais qui sera utilisé sur le terrain. Comme quelqu'un me l'a mentionné, le meilleur télescope est celui que vous emportez sur le terrain. C'est vrai pour un guide de terrain avec une grande quantité d'informations.

Une recommandation d'un de nos membres pour un excellent site Web astronomique m'a rappelé qu'il existe plusieurs conférences intéressantes et opportunités d'apprentissage sur Internet pour nous tenir occupés et au courant de nos longues et sombres nuits de février. Toutes ces sources publient des vidéos de leurs documents afin que tout reste accessible. Il y en a assez ici pour occuper tout le monde jusqu'à ce que le monde "revienne à la normale". Bonnes journées en salle à tous.

Jim Todd d'OMSI a une liste de lecture Facebook appelée Space Science avec un arriéré de dizaines de vidéos allant de quinze à trente minutes pour les observateurs du ciel nocturne. Ceci étant un produit Facebook, vous pouvez vous inscrire pour suivre cette fonctionnalité et suivre les nouvelles publications.

Les vidéos du Night Sky Network de la NASA sont une bibliothèque de toutes ces présentations que j'ai publiées sur le Forum sous « Discuter Anything Else Astronomy Related » au cours des dernières années. La plupart d'entre eux durent environ une heure.

YouTube a une chaîne d'astro-imagerie avec suffisamment de vidéos pour vous permettre de passer de l'oscilloscope au logiciel à l'imagerie à distance. La plupart d'entre eux durent de soixante à quatre-vingt-dix minutes.

Les conférences d'astronomie de la Silicon Valley sont destinées aux aficionados de la cosmologie parmi nous. Attendez-vous à entendre le plus intelligent des intelligents pendant soixante à quatre-vingt-dix minutes chacun.

Si cela ne remplit pas votre seau, l'Université de Stanford propose une série de conférences sur la cosmologie qui ressemblent davantage à des conférences en classe, sans la chaîne YouTube. Préparez-vous à passer toute une classe.

Et si la Silicon Valley et l'Université de Stanford sont dans le train en marche, le MIT peut-il être loin derrière ? Voici la série de cosomologie du MIT. Pendant que vous y êtes, vérifiez CalTech et Yale.

Ensuite, il y a le Festival mondial de la science, qui rassemble tous les grands orateurs sur tous les sujets auxquels vous voudrez peut-être penser, ainsi que certains dont vous n'avez jamais entendu parler. Utilisez la fonction de liste de lecture pour vous aider à organiser cette énorme quantité de matériel.

Enfin, voici le site Web qui a lancé cette ligne de recherche en premier lieu : le Space Telescope Science Institute. Sa série de conférences publiques est bien vivante et peut être trouvée ici. En fait, il y en a un à venir le 2 février sur le Voie lactée contre la galaxie d'Andromède : quand les galaxies entrent en collision Cela semble intéressant. Les conférences sont à Baltimore, puis publiées sur leur site Web sous forme de vidéo, vous ne pouvez donc pas les manquer.

Cela ressemble à un embarras de richesse. J'espère que tout le monde pourra sortir de toutes ces options un peu élargi et un peu plus sage.

Mon meilleur à tout le monde.
Marguerite

Nous sommes impatients de vous voir à notre Réunions Générales, sur le Forum, à l'Atelier du Télescope, au Groupe d'Intérêt Spécial Astro-imagerie et Déjeuners du Vendredi pour un avenir prévisible.

L'année 2021 offre une variété de possibilités d'observation, y compris des rencontres planétaires rapprochées, une paire d'éclipses lunaires, des pluies de météores, et plus. Marquez votre calendrier 2021 pour ces événements célestes prévus :

11 février : Conjonction Vénus-Jupiter

9 et 10 mars : Quadruple formation de Mercure, Jupiter, Saturne et Lune

9 et 10 mars : Quadruple formation de Mercure, Jupiter, Saturne et Lune

26 mai : éclipse totale de Lune (4h18)

12 juillet : Conjonction Vénus-Mars

12 et 13 août : pics de pluie de météores des Perséides (croissant de lune croissant)

18 août : conjonction Mars-Mercure

18 - 19 novembre : éclipse lunaire partielle (1h08)

Pour les passionnés de l'espace, 2021 a le potentiel pour encore plus de bonnes nouvelles. Voici quelques exemples de ce qui pourrait arriver au cours de la nouvelle année :

18 février : Perseverance Mars Rover Landing de la NASA

Mars : Mission Space X Crew 2

Printemps : Boeing Starliner Test 2

Printemps : vols d'essai de Virgin Galactic

Mi-2021 : essai de la fusée Glenn de Blue Origin

Nous vous souhaitons à tous une bonne santé et bonne fortune!

Nous avons tous été aux prises avec de nombreux défis provoqués par une pandémie. Mais, comme en toute chose, on peut toujours trouver du bon dans une situation difficile. J'ai appelé ces bonnes choses des "avantages Covid". J'ai vu de nombreux musiciens internationaux via des concerts virtuels que je n'aurais peut-être jamais vus autrement. J'ai pu assister à la réunion annuelle 2020 d'ALAN (Artificial Light at Night) qui devait se tenir en Espagne. Un autre « avantage » aura lieu en novembre alors que l'IDA tiendra son assemblée générale annuelle (AGA) 2020 en ligne.

Le fait d'avoir l'AGA en ligne en toute sécurité ouvre la porte à un plus grand nombre de personnes. Les sessions se dérouleront sur 24 heures dans 3 fuseaux horaires mondiaux différents. L'inscription à l'avance est gratuite mais reste obligatoire pour réserver votre place. La conférence de cette année se concentrera sur une conversation mondiale sur la menace environnementale et culturelle que la pollution lumineuse fait peser sur les personnes insuffisamment représentées dans l'effort de protection de la nuit. Écoutez les histoires des voix de diverses communautés qui sont souvent sous-représentées dans la communauté du ciel étoilé.

La conférencière principale sera la Dre Annette Lee, astrophysicienne, artiste et directrice de l'initiative de recherche et de programmation Native Skywatchers. J'ai eu le privilège de l'entendre parler lors d'une réunion d'interprètes en plein air près de Canby il y a quelques années. Elle présentera une session liminaire intitulée "Wicaŋhpi Oyate (Star People) Under One Sky". La présentation se concentrera sur les visions du monde de l'astronomie autochtone, en particulier Ojibwe et D(L)akota, et comment les gens de toutes les cultures pourraient considérer cette relation avec le ciel comme un rappel de l'importance critique de la nuit et de son ciel étoilé. Actuellement, Annette est professeure agrégée d'astronomie et de physique à la St. Cloud State University (SCSU), directrice du planétarium SCSU et professeure agrégée honoraire/assistante à l'Université de Southern Queensland (USQ) au Center for Astrophysics. De plus, elle est conférencière émérite de l'Institut archéologique d'Amérique (AIA)-Webster Lectureship et conférencière Shapley de l'American Astronomical Society (AAS).

Veuillez profiter de cette excellente occasion pour en savoir plus sur les effets nocifs de la pollution lumineuse, les avantages de la préservation du ciel étoilé et ce que vous pouvez faire pour faire partie de la solution. L'ouverture mondiale est le vendredi 13 novembre à 13h00 PST. La conférence passera ensuite à trois sessions régionales en petits groupes le samedi 14 novembre, chacune d'une durée de deux heures. Ensuite, les participants à la conférence se réuniront pour une session de clôture mondiale à 13 h 00 HNP. J'espère te voir là-bas! Ciels sombres!

Dawn J. Nilson, Directeur de la préservation du ciel étoilé

Rejoignez l'International Dark Sky Association et connectez-vous avec IDA Oregon

Il y a une très grande raison de rejoindre ou de soutenir l'International Darksky Association : sans elle, nous allons perdre nos sites d'observation. En août, j'ai eu le privilège de passer deux nuits à l'observatoire de Pine Mountain avec un ami en astronomie et avec la permission du personnel et de l'administration du PMO. La première nuit était extraordinairement claire et translucide, calme et belle. La deuxième nuit n'était pas aussi bonne. L'humidité s'est installée et à minuit, nos télescopes et nos livres étaient trempés, alors nous avons fait nos bagages. Malgré cela, je n'oublierai jamais la première nuit.

Cependant, mon trajet vers le cabinet du premier ministre m'a alarmé. Il y a vingt ans, lorsque j'ai conduit pour la première fois à PMO, l'Outback de l'Oregon a commencé dès que j'ai tourné vers l'est sur l'autoroute 20. L'autoroute 20 entre Bend et Burns était vide. Maintenant, un flux constant de trafic remplit la route de jour comme de nuit. Je me souviens avoir été heureux lors de l'ouverture de l'autoroute 97. C'était une course claire autour des pièges du centre-ville de Bend, mais aujourd'hui, la ville s'est étendue vers l'est et 97 est profondément ancrée dans la ville de Bend. Même le Worthy Brewery Observatory, qui était autrefois à la périphérie est de la ville, est maintenant enterré dans le développement.

C'est une très mauvaise nouvelle pour l'observatoire de Pine Mountain. Si la ville continue de s'étendre vers l'est comme ça, malgré les lois strictes d'utilisation des terres de l'Oregon, nous allons perdre le PMO. C'est mauvais pour les observateurs, mauvais pour le département de physique de l'État de l'Oregon, mauvais pour la science et mauvais pour certains des derniers sites de ciel étoilé les plus intacts de l'Oregon.

J'en ai parlé avec les gens d'IDA Oregon et ils m'ont dit que tout nos sites préférés sont désormais menacés : Camp Hancock, Goldendale, Maupin, Oregon Star Party, PMO et autres. Je n'écris pas à ce sujet pour ajouter à la morosité de 2020. Au lieu de cela, je conseille de toute urgence et fortement à tous les membres de RCA qui souhaitent continuer à sortir leurs télescopes sous un ciel sombre de mettre notre temps et notre argent là où sont nos intérêts. Rejoignez l'International Dark Sky Association et connectez-vous avec IDA Oregon. Les chasseurs et ceux qui vont à la pêche savent depuis longtemps qu'ils doivent contribuer à payer les coûts du maintien d'un habitat sain par le biais de leurs droits de permis. Nous n'avons pas de droits de licence pour regarder le ciel noir. Notre "tarif" est de sortir toujours plus loin de la bulle lumineuse urbaine, de chercher de plus en plus de bons endroits d'observation, de passer moins de bonnes nuits, ou de se contenter de ciels à moitié noyés. Si nous voulons conserver nos sites préférés, nous devons les protéger. Nous devons « payer », pour ainsi dire, avec du temps et des efforts.

Si vous n'êtes pas déjà membre de l'International Dark Sky Association, veuillez vous inscrire. Lorsque vous le ferez, vous deviendrez automatiquement membre d'IDA Oregon. L'Assemblée générale annuelle (AGA) de l'IDA a lieu en novembre et l'événement de cette année sera en ligne. Il n'y a aucun frais pour assister aux ateliers et aux réunions de cette conférence internationale virtuelle. J'encourage chacun de nos membres de RCA à se connecter à au moins un événement de l'AGA de l'IDA pour s'inspirer et se donner de l'énergie pour aider à préserver notre héritage du ciel nocturne. Au-delà de cela, nous pouvons nous familiariser avec les ordonnances d'éclairage là où nous vivons et travailler pour les améliorer, soutenir l'éducation sur la pollution lumineuse et aider à établir des lieux de ciel étoilé dans l'Oregon. RCA elle-même est membre de l'IDA et donne de l'argent chaque année à l'IDA. Mais cela ne suffit pas. Un plus grand nombre de nos membres doivent s'impliquer directement dans la protection des cieux sombres. Nous ne pouvons pas continuer à tenir pour acquis que nos sites d'observation préférés échapperont à la pollution lumineuse dans un avenir proche.

Alors que la technologie d'imagerie numérique a explosé au cours des 20 dernières années, de nombreux membres de RCA ont investi en temps, en argent et en patience pour se joindre à ce segment de notre passe-temps. Le groupe d'intérêt spécial d'astro-imagerie (ASIG) abrite ce groupe croissant de personnes qui se réunissent désormais tous les mois via Zoom. Les réunions sont organisées le premier mardi du mois à 19 heures. Voir la section ASIG du forum RCA pour plus de détails.

À bien des égards, l'astro-imagerie peut être à l'opposé de l'astronomie visuelle traditionnelle. La plupart utilisent des télescopes "astrographes" qui ne peuvent pas du tout être regardés, du moins tels qu'ils sont actuellement configurés. Plutôt que de sauter dans les étoiles et de voir immédiatement l'objet, les imageurs passent des heures et souvent des jours ou des mois à acquérir des données d'image et ne peuvent vraiment voir leur cible qu'après de nombreuses heures de traitement de données fastidieux.

Pourquoi quelqu'un voudrait-il déployer autant d'efforts pour si peu de retour ? Parce que la vue peut être spectaculaire ! Même avec l'aide de grandes lunettes à godets légers, nos yeux sont désespérés par rapport à ce qu'une plaquette de silicium peut capturer pendant de nombreuses heures. Encore plus surprenantes sont les images urbaines qui peuvent être obtenues en observant les pollutions humaines avec des filtres à bande étroite. Regarder un ciel presque dépourvu d'étoiles, puis regarder un écran affichant une faible nébuleuse peut être impressionnant.

Récemment, un juste milieu entre l'astronomie visuelle et l'astro-imagerie est apparu. Appelée « Astronomie à assistance électronique » (EAA), elle utilise du matériel et des outils un peu plus simples. Une monture de suivi est nécessaire, mais l'oculaire est remplacé par une petite caméra très sensible. Des images d'une durée d'une seconde environ sont prises en continu et le logiciel combine ces données en une image en temps réel à l'écran. Plus cet « empilement en direct » se poursuit, plus l'image devient profonde. Voila ! La gratification quasi instantanée de l'astronomie visuelle avec quelque chose proche de la profondeur de l'astro-imagerie traditionnelle.

Mais ce que les Imageurs aiment le plus, c'est quand les autres regardent leurs photos ! C'est pourquoi la plupart publient leur travail sur divers sites Web. Ici, nous avons rassemblé une liste ci-dessous de certains de nos sites d'images de membres ASIG pour votre (et leur) plaisir.

Si vous vous êtes retrouvé avec peu de choses à faire et nulle part où aller ces derniers temps, vous pourriez être intéressé à utiliser votre temps libre pour en savoir plus sur les développements actuels de la science, en particulier l'astronomie via tous les trésors d'Internet. Voici une très courte liste composée de suggestions des membres de RCA.

Le réseau Night Sky de la NASA propose des webinaires une fois par mois depuis plusieurs années maintenant, et j'y assiste souvent. Je poste généralement le lien d'inscription sur le Forum, si j'ai connaissance de l'événement à temps. Cette série propose des mises à jour de scientifiques travaillant sur des projets de la NASA, avec des opportunités de questions-réponses à la fin. Il y a tout un arriéré de ces webinaires. J'aime leur caractère informel. Ils ressemblent plus à des conversations qu'à des présentations. Ils durent environ une heure chacun.

Le membre de RCA, Bhavesh Parekh, m'a suggéré d'essayer la série d'astronomie de la Silicon Valley, une autre chaîne YouTube. Il s'agit d'une bibliothèque de conférences étonnantes par les meilleurs des meilleurs sur tous les sujets astronomiques possibles. Ils ont tendance à se tourner vers le cosmologique et l'astrophysique, mais il y a suffisamment de choix, je le promets. Celles-ci durent jusqu'à 90 minutes, mais pas toutes.

Il a également montré la voie au Festival mondial de la science, qui fournit une vaste gamme de matériel dans toutes les sciences et prend également du temps pour la philosophie et les arts. Les vidéos de sa chaîne YouTube durent de trois minutes à trois heures, vous pouvez donc certainement gérer votre engagement de temps avec celles-ci.

Et si on ne veut pas regarder, il y a toujours de la lecture. Sky & Télescope et Astronomie les magazines publient leurs articles en ligne, tout comme Cosmos. Plusieurs articles dans Cosmos ont été écrits par l'écrivain basé à Portland, Richard Lovett.

Le mois prochain, je ferai une liste d'astronomie et de science balados sur la base des suggestions et des liens des membres. Envoyez-moi vos favoris et je les vérifierai.


2 réponses 2

TLDR : Les saisons auront des durées différentes selon le "côté" du fer à cheval dans lequel il se trouve (il y a un "côté" lent et un rapide), et le cycle jour/nuit sera inchangé.

Du point de vue d'un repère inertiel en coordonnées héliocentriques, cet astéroïde [qui a une orbite en fer à cheval] est sur une orbite circulaire (topologiquement un cercle) autour du soleil.

Cela signifie que les saisons seront les mêmes. Il a un moment où il sera plus près du soleil (été) et un autre où il sera plus loin (hiver). Selon son inclinaison de rotation, il aura probablement aussi des saisons d'automne et de printemps.

Mais la durée des saisons sera différente, et l'ordre peut changer aussi. Plus à ce sujet ci-dessous.

Il y aura probablement une rotation, donc les cycles jour/nuit sont une évidence. Puisqu'elle est habitable, il est crucial que le refroidissement de la surface de la planète ait un cycle jour/nuit. Encore une fois, l'orbite en fer à cheval ne l'affectera pas la plupart du temps.

A l'approche de la planète principale, les choses changent un peu :

Il finira par rattraper la Terre, mais il n'est pas nécessairement attiré par gravitation dans la Terre. Il interagit avec le champ de gravité terrestre dans son cadre avec un potentiel efficace et répulsif (. ). Le potentiel gravitationnel plus ce potentiel effectif pousse l'astéroïde dans un rayon orbital plus élevé. Les points de Lagrange L4 et L5 jouent alors le rôle de points attracteurs dans le référentiel de rotation de l'astéroïde. Sa vitesse orbitale est maintenant plus petite et s'éloigne de la Terre. Finalement, la Terre s'approche de l'astéroïde et le processus se répète. réf.

Les marées deviendront probablement plus fortes en raison de leur interaction gravitationnelle.

Parce qu'il changera sa vitesse orbitale lorsqu'il "tournera" autour de L4 et L5, la longueur des saisons changera également. Il aura un cycle de saison plus rapide et plus lent.

Par rapport au soleil, la planète ne change jamais de direction, seulement de vitesse. Sur le cycle lent, la planète principale rattrape par derrière et accélère la planète en orbite en fer à cheval. Il entre dans le cycle rapide, lorsqu'il fait le tour de l'orbite et se rapproche de la planète principale par derrière, lorsqu'il voit sa vitesse réduite et repasse en phase lente. Tout cela pendant que les deux corps tournent autour du soleil.

Il s'agit d'une orbite de type « chasseur-chasseur ». Plus le fer à cheval est fin, plus le moment angulaire L est petit par rapport à la Terre à l'approche rapprochée. Cela signifie que l'attraction gravitationnelle peut devenir plus grande. réf


Cycle de Milankovitch

Un cycle de Milankovitch est un mouvement cyclique lié à l'orbite de la Terre autour du Soleil. Il y en a trois : l'excentricité, l'inclinaison axiale et la précession. Selon la théorie de Milankovitch, ces trois cycles se combinent pour affecter la quantité de chaleur solaire incidente à la surface de la Terre et influencer par la suite les modèles climatiques.

Excentricité

La trajectoire de l'orbite terrestre autour du soleil n'est pas un cercle parfait, mais une ellipse. Cette forme elliptique passe de moins elliptique (presque un cercle parfait) à plus elliptique et inversement, et est due aux champs gravitationnels des planètes voisines (en particulier les plus grandes - Jupiter et Saturne). La mesure de la déviation de la forme par rapport à un cercle s'appelle son excentricité.

C'est-à-dire que plus l'excentricité est grande, plus sa déviation par rapport à un cercle est grande. Ainsi, en termes d'excentricité, l'orbite de la Terre subit un changement cyclique de moins excentrique à plus excentrique et inversement. Un cycle complet pour ce type de variation dure environ 100 000 ans.

Inclinaison axiale

Nous savons que la terre tourne autour de son propre axe, ce qui explique pourquoi nous avons le jour et la nuit. Cependant, cet axe n'est pas droit. Au contraire, il s'incline à des angles compris entre 22,1 degrés et 24,5 degrés et vers l'arrière. Ces angles sont mesurés entre l'angle de l'axe par rapport à une ligne imaginaire normale (perpendiculaire) au plan de l'orbite de la Terre. Un cycle complet pour l'inclinaison axiale dure environ 41 000 ans.

Des inclinaisons plus importantes signifient que les hémisphères les plus proches du Soleil, c'est-à-dire pendant l'été, subiront une plus grande quantité de chaleur que lorsque l'inclinaison est moindre. En d'autres termes, les régions des hémisphères supérieurs et inférieurs extrêmes connaîtront les étés les plus chauds et les hivers les plus froids lors d'une inclinaison maximale.

Précession

Mis à part l'inclinaison, l'axe vacille également comme une toupie. Un cycle d'oscillation complet dure plus ou moins 26 000 ans. Ce mouvement est causé par les forces de marée du Soleil et de la Lune.

La précession ainsi que l'inclinaison sont les raisons pour lesquelles les régions proches et aux pôles connaissent de très longues nuits et de très longues journées à certaines périodes de l'année. Par exemple, en Norvège, le Soleil ne descend jamais complètement sous l'horizon entre fin mai et fin juillet.

Les cycles de Milankovitch font partie des arguments avancés par les détracteurs du concept de réchauffement climatique. Selon eux, le réchauffement actuel de la Terre n'est qu'une partie d'une série d'événements cycliques qui prennent des milliers d'années et ne peuvent donc pas être évités.

Vous pouvez en savoir plus sur le cycle de milankovitch ici dans Universe Today. Voici les liens :

Il y a plus à ce sujet à l'USGS et à la NASA. Voici quelques sources :

Voici deux épisodes d'Astronomy Cast que vous voudrez peut-être également découvrir:


Commentaires

Merci pour le grand article. En savoir plus sur les subtilités de notre galaxie est très cool. Puisqu'il s'agit d'un événement unique (enfin deux fois) dans une vie, je vais m'assurer d'en être témoin et je peux ajouter plus de plaisir à l'événement en visualisant les détails dans cet article concernant les plans orbitaux respectifs, la vitesse et les nuances orbitales de la Terre et de Vénus. Merci encore!

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.

J'aimerais savoir à quelle heure de la journée les 5 et 6 juin Vénus commencera son transit à travers le soleil. J'ai lu quelques articles différents sur le transit de Vénus et il semble qu'aucun d'entre eux n'ait indiqué à quelle heure il commence pour différentes zones de la terre.

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.

De cet article : http://skyandtelescope.org/observing/home/Transit-of-Venus-February-2012-134332798.html "Vu de n'importe où sur Terre, le transit commence quelques minutes après 22:10 Temps Universel (6 :10 h HAE) le 5 juin et se termine dans quelques minutes à 4h45 TU le 6 juin." Il contient également deux tableaux avec des heures spécifiques pour certaines villes et un lien vers une page qui calculera les heures pour n'importe quel endroit.

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.

J'ai essayé d'imprimer l'histoire car c'est très utile mais il manque une page entre 5 et 6 !


Cycles de Milankovitch

Les cycles de Milankovitch sont des variations du climat terrestre qui sont responsables des périodes glaciaires et sont causées par des variations de l'excentricité orbitale de la Terre, de l'inclinaison axiale et de la précession des équinoxes à l'époque actuelle.

Proposée par Milutin Milankovitch et d'autres, cette théorie de la variation climatique est devenue largement acceptée au cours des dernières décennies à mesure que des carottes de glace et d'autres mesures climatiques précises à long terme sont devenues disponibles et ont confirmé la présence de ces cycles.

Les principaux cycles sont :

Précession des équinoxes : L'inclinaison axiale de la Terre tourne dans l'espace sur une période d'environ 25 700 ans. Cette rotation en elle-même n'a aucun effet, mais par rapport à la direction de l'orbite terrestre, elle affecte si les extrêmes de variation annuelle se produisent dans l'hémisphère nord ou sud. L'hémisphère nord est plus sensible en raison des masses continentales plus grandes et de l'océan Arctique presque enclavé. Les cycles résultants ont des périodes dues à l'interaction du cycle de précession avec le cycle d'excentricité avec des composantes d'environ 19 000 à 26 000 ans. La figure montre l'axe de la Terre totalisant lentement dans l'espace. La précession des équinoxes est connue depuis la Grèce antique ou même plus tôt.


Variation d'obliquitéL'obliquité de la terre ou l'inclinaison de l'axe de la terre varie de plusieurs degrés sur un cycle de 41 000 ans bien que ce ne soit pas un cycle parfaitement régulier. Lorsque l'axe est plus incliné, les saisons sont plus fortes et donc les hivers sont plus froids et les périodes glaciaires commencent plus facilement.

The figure shows the range of the obliquity variation, from 22.1 to 24.5 degrees.

Variation in EccentricityThe earth’s orbit is elliptical, and the degree of departure from a circle is known as eccentricity. The diagrams show eccentricity of 0 and 0.5, however the variation in the earth’s orbital eccentricity is much more slight than this. When the orbit is more eccentric, this may cause a greater range of temperatures with the seasons in one hemisphere or the other depending on how the axial tilt is aligned with respect to the earth’s eccentric axis.

The primary eccentricity cycle is close to 100,000 years with a modulation of 400,000 years. The 100,000 year cycle is the main ice age cycle, but it is required that the other two shorter cycles come into sync with this cycle to actually start an ice age. For this reason ice ages happen about every 100,000 years with some variations.

Comparison of Milankovitch Cycles to ClimateThe graph shows the three Milankovitch variables and their component cycles in comparison to the actual climate over the last million years. Note that time runs from right to left in this graph. The calculated solar forcing at 65 degrees north is shown also.

The diagrams on this page have been taken from Wikipedia, the world’s largest encyclopaedia which is also free. Mostly they are from the page on Milankovitch cycles. For many more cycles links to Wikipedia see Index of Cycles in Wikipedia.


Le Kronos Orbit

One of the unique features of the Kronos mission is the orbit, which is chosen to give long on-target observation times with minimal interruptions, to avoid both the Earth's radiation belts and rapid day/night cycles (which cause thermal/mechanical stresses), and still allow large the mass-to-orbit and keep communication costs low. No previous satellite has utilized this particular type of orbit, although the Microwave Anisotropy Probe used a similar phasing-loop/lunar swing-by trajectory to reach the L2 Lagrangian point orbit.

The Delta 2925 launch vehicle launch Kronos into a series of “phasing loops,” in which the apogee of the orbit is gradually increased through repeated engine burns at perigee, to ascend to a close encounter with the Moon. The final phasing loop will take Kronos to within about 6000 km of the lunar surface. The satellite will perform a lunar swing-by, thereby picking up the Moon's orbital speed (about 1 km/s), and thus increasing the satellite's perigee to around 7-18 RE and apogee to 60-70 RE, and rotating the orbital plane to an inclination of 25 - 70°. It also introduces a 90° phase shift between the major axis of the satellite orbit and the Earth-Moon line. A propulsion burn at first perigee establishes the final orbit, which, for stability, needs to have a period nearly equal to half the lunar orbital period. The final orbit is an “open” (i.e., non-repeating) orbit with perigee, apogee, and inclination varying over the mission lifetime. Analysis has shown that this orbit remains stable for at least six years. Eventually Kronos will collide with the Earth (where it will burn up on re-entry through the atmosphere) or the Moon, or will be ejected into a solar orbit.


le Kronos orbit. The Earth is at the center. The yellow lines show the initial ascent and phasing loops that lead to the lunar swing-by, shown in blue. The lunar swing-by increases the inclination of the final orbit, shown in purple. The phasing loops allow for adjustments that increase the launch windows (which are several days in duration and about twice per month) and correct for launch errors.

Advantages of the Kronos orbit:

(1) Relative to other high-Earth orbits, low cost to orbit, low communications costs

(2) Excellent power/thermal and ambient radiation environment

(3) Outside Earth’s geosphere and radiation belts

(4) Excellent observational duty-cycle (continuous sampling with only short interruptions due to perigee passage)


Excentricité

Assorted References

< 1 is called the eccentricity. Thus, e = 0 corresponds to a circle. If the Sun is at the focus S of the ellipse, the point P at which the planet is closest to the Sun is called the perihelion, and the most distant point in the orbit UNE

…have cyclic frequencies: (1) the eccentricity of the Earth’s orbit (i.e., its departure from a circular orbit), with a frequency of about 100,000 years, (2) the obliquity, or tilt, of the Earth’s axis away from a vertical drawn to the plane of the planet’s orbit, with a frequency of 41,000…

The eccentricity of an elliptical orbit is a measure of the amount by which it deviates from a circle it is found by dividing the distance between the focal points of the ellipse by the length of the major axis. To predict the position of the…

…defined in terms of its eccentricity. For a perfectly circular orbit, the eccentricity is 0 with increasing elongation of the orbit’s shape, the eccentricity increases toward a value of 1, the eccentricity of a parabola. Of the eight major planets, Venus and Neptune have the most circular orbits around the…

Orbit of

…it is also the most eccentric, or elongated planetary orbit. As a result of the elongated orbit, the Sun appears more than twice as bright in Mercury’s sky when the planet is closest to the Sun (at perihelion), at 46 million km (29 million miles), than when it is farthest…

Its orbital eccentricity of 0.0086 is the second lowest of the planets only Venus’s orbit is more circular. Neptune’s rotation axis is tipped toward its orbital plane by 29.6°, somewhat larger than Earth’s 23.4°. As on Earth, the axial tilt gives rise to seasons on Neptune, and,…

It is more elongated, or eccentric, than any of the planetary orbits and more inclined (at 17.1°) to the ecliptic, the plane of Earth’s orbit, near which the orbits of most of the planets lie. In traveling its eccentric path around the Sun, Pluto varies in distance from 29.7 AU,…

…of moons can force orbital eccentricities to relatively large values, they are potentially important in the geologic evolution of the bodies concerned. Ordinarily, tidal interactions between Saturn and its nearer moons—the cyclic deformations in each body caused by the gravitational attraction of the other—tend to reduce the eccentricity of the…

Work of

…of the planets, Ptolemy combined eccentricity with an epicyclic model. In the Ptolemaic system each planet revolves uniformly along a circular path (epicycle), the centre of which revolves around Earth along a larger circular path (deferent). Because one half of an epicycle runs counter to the general motion of the…


Tag: orbital eccentricity Earth

Ever wonder? I have. And aside from some hand-wavy explanations, I’ve never been able to explain this very well. Here’s the best explanation I have seen yet, provided in the December 2007 issue of Sky & Telescope, p. 55:

You’d think the earliest sunset would come on the shortest day (or longest night) of the year, at the winter solstice. But in fact, the day-night cycle shifts back and forth a little with the seasons, due to the tilt of Earth’s axis and the ellipticity of Earth’s orbit. At the beginning of December, sunrise, midday, and sunset all happen a little earlier than they “should”, and in January they run a little late. So the earliest sunset ends up being two or three weeks before the solstice, and the latest sunrise is two or three weeks afterward. The exact dates depend on your latitude.

Continuing along that same line of thought…

At the beginning of June, sunrise, midday, and sunset all happen a little later than they “should” and in July they run a little earlier. So the earliest sunrise ends up being about a week before the solstice, and the latest sunset is about a week afterwards. The exact dates depend on your latitude.

I know, I know. You still have a question. “Why are the dates of earliest sunrise and latest sunset closer to the summer solstice than the dates of earliest sunset and latest sunrise to the winter solstice?” Good question. I think it has everything to do with the fact that the Earth is near aphelion at the time of the summer solstice, and thus moving most slowly in its orbit around the Sun (the Earth’s orbit is slightly elliptical and not circular). That means that the Sun is moving slowest against the background stars and thus the accumulated difference between the sidereal day and solar day is the smallest at that time of year. That means the spread of days between earliest sunrise and latest sunset is less. Conversely, at the winter solstice, Earth is near perihelion, and therefore it is moving most quickly in its orbit around the Sun. That means that the Sun is moving fastest against the background stars and thus the accumulated difference between the sidereal day and solar day is largest at that time of year. That means the spread of days between earliest sunset and latest sunrise is more.

Here in Dodgeville, Wisconsin, where the latitude is just shy of 43˚ N and the longitude is just a tad over 90˚ W, the earliest sunset this year is today, Tuesday, December 8, 2020, at 4:25:49 p.m.

Latest sunrise in 2021 will be on both Saturday, January 2 and Sunday, January 3 at 7:31:51 a.m.

Pause to consider that if we were on year-round daylight saving time, latest sunrise wouldn’t be until 8:31:51 a.m.

My preference would be to stay on standard time year-round, as Arizona does.


Voir la vidéo: 3 Minutes pour Comprendre #3-La rotation de la Terre (Octobre 2022).