Astronomie

Quel est le système officiel de classification et de nommage des objets dans l'univers (ou à quoi ressemblerait mon URI) ?

Quel est le système officiel de classification et de nommage des objets dans l'univers (ou à quoi ressemblerait mon URI) ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Approche poétique centrée sur l'humain :

Univers/Laniakea/Vierge/Voie Lactée/Sol/Terre/Humains/AndreasT

Un peu plus technique :

Univers/0/SuperCluster/0/GalaxyCluster/0/Galaxy/0/StarCluster/0/Star/0/Planet/3/… /HomoSapiensSapiens/2834929849289

Plus… multivers ?

Ou y a-t-il quelque chose dans l'esprit du rebasage des unités SI en concepts universels qui nous fait ne pas être l'origine (hah !) du système ?


Les objets ne sont pas nommés comme ça.

Les deux objets reçoivent des "noms" qui n'ont aucune structure. Par exemple, un astéroïde peut être nommé "Vesta".

Ou ils reçoivent des numéros de catalogue essentiellement dénués de sens. Par exemple, une étoile peut être cataloguée sous le nom HD 138987. Il s'agit du numéro 138987 dans le catalogue Henry Draper. Certaines grandes étoiles ont leur constellation dans le nom. Alpha Centauri est l'étoile la plus brillante de la constellation du Centaure.

Les comètes sont souvent simplement nommées en fonction de l'année de découverte

D'autres objets sont nommés par leur position dans le ciel, en utilisant des coordonnées polaires.

Il n'y a pas de système de type URI en cours d'utilisation.

La raison en est qu'il n'y a pas de hiérarchie naturelle. Lorsqu'ils nomment des espèces animales, ils se regroupent naturellement en genre, famille, ordre, classe à la suite de l'évolution. Aucune structure de ce type n'est trouvée parmi les objets astronomiques, donc une approche hiérarchique n'est pas appropriée.


Il y a eu quelques discussions et opinions offertes:

Le planétarium du Collège DeAnza donne son adresse cosmique comme : Planétarium Fujitsu, Anza College, Stevens Creek Boulevard, Cupertino, Californie, États-Unis, Planète Terre, Système Terre-Lune, Système solaire, Voie lactée, Groupe local, Superamas de la Vierge, Univers observable. - C'est un peu couramment utilisé (ou des variantes de celui-ci), et non une référence de localisation récente / précise.

Une prise plus honorable, certainement plus courte, est proposée par Nature.com dans son article : « La nouvelle adresse de la Terre : 'Système Solaire, Voie Lactée, Laniakea'» et leur article « The Laniakea supercluster of galaxies » (4 sept 2014), par Tully, Courtois, Hoffman et Pomarède - Gratuit @ arXiv, 2e source.

Opinion appuyée par ce communiqué de presse de l'Observatoire national de radioastronomie : 3 septembre 2014 à 17 h 00 HAE, « Le superamas galactique nouvellement identifié abrite la Voie lactée ».

La partie « plus technique » de votre question concerne la taxonomie humaine, nous sommes :

$egin{array}{ll} Royaume : & Animalia Embranchement : & Chordata Classe : & Mammalia Ordre : & Primates Sous-ordre : & Haplorhini Infraordre : & Simiiformes Famille : & Hominidae Sous-famille : & Homininae Tribu : & Hominini Genre : & Homo ; (Linné, 1758) end{array}$


Les planètes de Mike Brown

Une chronique complètement sporadique de l'astronome Mike Brown sur l'espace et la science, les planètes et les planètes naines, le soleil, la lune, les étoiles, et les joies et les frustrations de la recherche, de la découverte et de la vie. Avec une famille à la remorque. Ou remorquage. Ou peut-être en orbite mutuelle.

Qu'est-ce qu'il y a dans un nom?

10 commentaires :

Plus vous êtes petit, plus l'intrigue est épaisse,
Votre histoire est assez alambiquée.
Une planète que tu n'es pas, comme patate tu es chaud,
Alors que l'atmosphère ici est polluée
Par le dévers des astronomes et la diatribe des roturiers.
Pendant soixante-dix ans nous avons salué
Toi alors tout à coup tu es celui que personne ne veut,
Du neuf céleste, vous avez été botté !
Oh Pluton, ma chérie, ce sont des rideaux, j'en ai peur,
Tu as été carrément et solidement rétrogradé,
Pour ne pas avoir dégagé votre orbite, j'entends,
Est un péché qui a été récemment promu
Comme moyen d'atteindre une fin que - Dieu pardonne !
Cela signifiait que des millions d'entre nous étaient en minorité.
Et qui aurait rêvé que votre orbite soit négligée ?
Je pense que vous avez été malmené.
Comme tâche ultime, j'ai une question à poser :
Étiez-vous plus près de nous, y aurait-il un tel tapage ?

Je l'aime bien. Mais je vais risquer de répondre à la dernière question : si Pluton avait été plus proche de nous, notre première estimation de préjugé à sa taille n'aurait peut-être pas été de 9000 km et aurait pu être plus proche de 3000 km. Les premiers astéroïdes découverts étaient souvent estimés à environ 3000 km de diamètre, ce qui aurait peut-être rendu les astronomes plus lents à appeler Pluton une planète de peur que l'histoire ne se répète. Car lorsque Pluton a été découvert, ce n'était vraiment qu'un astéroïde (un objet semblable à une étoile dans le ciel nocturne.)

À méditer : une planète doit-elle être définie par ce qu'elle est (caractéristiques physiques) ou par où elle se trouve (dominance orbitale) ? Alors je demande : « La lune de la Terre est-elle une planète ?

Je suis d'accord avec vous, nous avons deux systèmes de classification planétaires différents et parfaitement rationnels : l'un basé sur la géologie et l'autre sur la dynamique. J'ai tendance à privilégier le modèle géologique avec ses myriades de "planètes", mais l'autre a aussi du mérite.

Le nœud de la controverse, à mon avis, dans la définition de l'AIU de « planète naine » et de « plutoïde » est l'autre commentaire que vous avez fait : qu'il n'y a pas de scientifique façon de décider qui utilise le terme « planète ».

Intrinsèquement, la question du grand public n'est pas une question de science, mais plutôt une question de culture et de tradition. Je crois que vous avez utilisé les termes "planète culturelle" et "planète historique" dans votre page sur Eris lorsqu'elle a été découverte pour la première fois, et ce sont de bonnes expressions. Comment concilier ces deux systèmes de classification avec ce que le profane considère comme une « planète » ? Les gens aiment leurs listes de noms de planètes faciles à mémoriser, et beaucoup de gens, pour une raison quelconque, sont attachés à Pluton.

(Je suppose que les astrologues n'ont pas ce problème. Ils s'en tiennent à l'ancienne définition de "planète", qui inclut le Soleil et la Lune, et ils n'ont aucun problème à gérer des dizaines voire des centaines de "planètes".)

J'ai toujours pensé que l'AIU devait reconnaître ce besoin public et proposer une catégorie « planète culturelle ». Qu'ils définissent la "planète culturelle" comme nous l'avons toujours fait implicitement avant août 2006 : tout corps qui orbite autour du soleil et est au moins aussi grand que Pluton (ou au moins 2000 KM de diamètre, s'ils préfèrent un joli nombre rond) . Tout objet nouvellement découvert dans cette gamme de taille pourrait alors être nommé planète majeure, d'un point de vue culturel. Étant donné que l'IAU est impliquée dans la désignation de ces objets célestes, ce devraient être eux qui définiraient la « planète culturelle ».

Ce schéma est-il quelque peu arbitraire ? Bien sûr. Mais ce n'est pas non plus "scientifique", donc tant que nous reconnaissons le fait, nous devrions être d'accord avec cela.

Cela résoudrait peut-être une partie de la confusion récente dans les manuels. À titre d'exemple, j'ai remarqué que National Geographic a un livre intitulé "11 Planets", qui numérote les trois nains officiels avec les huit plus grandes planètes. Les manuels d'introduction pourraient s'en tenir à la catégorie « planète culturelle » à des fins de mémorisation, et en temps voulu, les étudiants en astronomie peuvent être initiés aux schémas de classification plus nuancés.

Cela pourrait être utile pour grand-père à Cérès, simplement parce que c'est le plus grand membre de la ceinture d'astéroïdes et aussi important historiquement que Pluton et Éris. Une liste planétaire incluant Cérès donnerait une assez bonne section transversale des principales zones orbitales du système solaire. Mais c'est un argument pour un autre jour.


Fondation SCP



Deux notes rapides avant le début de l'essai :

  • L'essai principal couvre les événements de juin 2007 à avril 2008. Si vous n'êtes pas familier avec cette période de l'histoire de SCP, je vous recommande de lire la première partie de l'histoire de l'univers de Roget.
  • L'essai renvoie à plusieurs articles 4chan archivés, qui sont enregistrés au format HTML et XML. Les publications HTML ressemblent à des publications 4chan réelles, mais seules les publications XML contiennent des dates et des numéros de publication. Si vous souhaitez voir l'autre version d'un article 4chan lié, remplacez toute URL se terminant par .html par .xml (et vice versa).

Seed : Au début, il n'y avait pas de classes d'objets
SCP-173 a été initialement posté sur le tableau /x/ de 4chan le 22 juin 2007 à 1h40 du matin par Moto42 (alors connu sous le nom de S.S. Walrus). Le message original de Moto42 contenait de nombreuses différences par rapport au langage actuel actuellement sur le site Web de Wikidot : il y avait de nombreuses fautes de frappe et exemples de langage non clinique. Plus remarquablement, il n'y a eu aucune classe d'objets de quelque type que ce soit SCP-173 directement de "Item#" aux "Procédures de Confinement Spéciales." 1 Ce serait la norme pour les premiers SCP publiés sur 4chan et le wiki EditThis.

Racines : L'essor de la "Classe #Objets dangereux"
Le texte de SCP-173 que nous connaissons tous aujourd'hui provient en grande partie d'une réponse anonyme du 24 juin au message original de Moto42 (recherche du message 142247). Le message a corrigé un certain nombre de fautes de frappe et nettoyé la langue de l'article. Plus important encore, le message a ajouté le langage suivant aux procédures de confinement de SCP-173 :

En cas d'attaque, le personnel doit observer les procédures de confinement des objets dangereux de classe 4

Cet ajout peut sembler trivial, mais l'ensemble du système de classes d'objets peut être retracé jusqu'à ce post.

Au cours des mois suivants, le texte de SCP-173 a été republié plusieurs fois. Le 5 septembre, un membre anonyme de 4chan a posté SCP-246, le deuxième SCP de l'histoire, sur /x/. 246 était une statue qui attaque les gens qui parlent trop fort, sa structure littéraire est identique à SCP-173. Cependant, 246 contient la ligne suivante :

En cas d'attaque, le personnel doit observer Objet dangereux de classe 3 procédures de confinement. 2

Un SCP de suivi, publié dans le même fil de discussion, contient la ligne :

Si le personnel doit être en contact avec l'objet 188, des précautions contre les risques biologiques doivent être suivies et appliquées comme si l'objet était un objet dangereux de classe 9. 3

Du 17 au 19 janvier 2008, il y a eu une augmentation soudaine et massive des publications SCP (cette augmentation a conduit directement à la création du wiki EditThis). Beaucoup d'entre eux contenaient également une référence à la "classe # objets dangereux."

Ces "classes d'objets dangereux" étaient toujours enfouies profondément dans la section de description, elles n'avaient pas encore leur propre section autonome comme dans les SCP modernes. De plus, ils n'avaient pas de définition. Au contraire, les SCP copiaient étroitement la structure de SCP-173 et utilisaient l'objet dangereux # parce que 173 l'avait fait. Tout cela est important, cependant, car il démontre l'idée croissante que les SCP pourraient être regroupés par caractéristiques communes et recevoir une étiquette.

Croissance : des noms créatifs émergent
À partir de janvier 2008, les conventions de nommage pour les étiquettes d'objets sont passées de l'objet dangereux # à des noms plus créatifs souvent basés sur la religion ou la physique. Beaucoup de ces classes d'objets sont encore utilisées aujourd'hui.

La première référence que je peux trouver à la classe sûre provient d'un message du 9 janvier 2008 (post 428962). Le SCP a déclaré dans la partie pertinente que :

L'objet est actuellement sûr, à condition qu'aucun membre du personnel non protégé ne pénètre dans la zone de confinement, de sorte que les instructions de manipulation ne sont fournies que pour la possibilité d'une violation de la sécurité ou s'il est nécessaire de déplacer [l'objet].

Il s'agit essentiellement de la définition actuelle de la classe sûre : un objet qui peut être contenu de manière sûre et fiable.

La classe keter vient également de cette époque, le premier exemple que j'ai pu trouver vient d'un article du 19 janvier 2008 sur un "keter level object" : une statue qui émettait de l'énergie à partir d'une longueur d'onde inconnue (articles 446105, 446107-446109). La statue était incroyablement dangereuse et a considérablement brisé le confinement au cours de la description du SCP. Le texte du SCP notait également que les objets de niveau keter étaient censés être manipulés par la classe D. 4

Toutes les proto-classes de janvier n'ont pas survécu jusqu'à nos jours. Par exemple, un article publié le 19 janvier mentionne des objets de classe Gamma et Epsilon. Le message a reçu peu de fanfare et a été supprimé.

À cette époque, les proto-classes pouvaient être trouvées dans la section des procédures de description et de confinement, les SCP continuaient de passer de leur numéro d'objet aux procédures de confinement. Cependant, à ce stade, les affiches réfléchissaient davantage à leurs étiquettes et des définitions avaient commencé à émerger.

Feuilles et branches : le système de classification moderne émerge
Cette ère a commencé le 20 janvier 2008 (un jour après la création du wiki EditThis) lorsqu'un membre anonyme de 4chan a lancé ce fil SCP général. Le sujet du fil est rapidement passé à la standardisation du format SCP. Alors que le fil se poursuivait, un utilisateur nommé Lofwyr a commencé à publier un certain nombre de guides et de pages de classification sur lui et sur le wiki EditThis. Le 21 janvier, Lofwyr a publié le tout premier guide de classe d'objets sur le wiki EditThis. Le contenu du guide d'origine a malheureusement été perdu, la première version enregistrée contient des modifications apportées en avril. Cependant, les objets keter et safe class étaient fréquemment mentionnés dans le fil de discussion en cours, on peut donc supposer que la liste de Lofwyr incluait ces deux classes d'objets. Il est intéressant de noter qu'il n'y avait aucune référence aux SCP Euclid dans ce fil ou dans aucun fil antérieur. La première référence aux SCP de classe Euclid provient d'un fil du 4 février (post 473447). Euclide semble avoir été la dernière des principales classes créées, il a pu se développer comme un terrain d'entente entre les coffres-forts et les keters. En tant que tel, il n'aurait pas été inclus sur la liste originale de Lofwyr.

Un autre développement majeur s'est produit pendant le fil lié : le 21 janvier, un anon a publié un nouveau SCP qui a commencé comme suit (post 449426) :

Numéro d'objet : SCP_447
Classe d'objet : Trinity (scientifique)
Menace posée : modérée
Utilité : Modérée (extrême théorisée, voir réf. 451-33N)
Difficulté de contrôle : modérée-complexe
Procédures de Confinement Spéciales : …

C'est le premier exemple que j'ai pu trouver de la classe d'objets répertoriée entre le numéro d'article et les procédures de confinement. Alors qu'aucun des autres descripteurs ne s'est vraiment imposé, de plus en plus de SCP ont placé la classe d'objet entre le numéro d'élément et les procédures de confinement au fil du temps. Le deuxième SCP à utiliser ce format a été publié en février. L'utilisation de ce formatage sur /x/ s'est accélérée en mars. Vers la fin du mois, Aiden (un membre du wiki EditThis) a posté un message sur la page "discussion" de la liste des séries SCP pour discuter du nettoyage des entrées SCP. Le message, dans la partie pertinente, se lit comme suit :

Je constate également que de nombreux rapports s'éloignent du format Item #/Object Class/SCP/Description. Certains manquent juste une classe d'objet (et pendant que j'y suis, certains ont la classe WRONG, IMO) et d'autres sont simplement encombrés d'espaces blancs. Je vais aller de l'avant et mettre les sections (#/Class/SCP/Desc) en gras et ajouter des espaces blancs là où cela est nécessaire pour les rendre plus faciles à lire.

Le message a reçu une seule réponse positive. Aiden semble avoir effectué ces changements suggérés car en avril, pratiquement tous les SCP du wiki EditThis suivaient le modèle S/E/K standard. Il ne semble pas y avoir eu de discussion officielle pour créer le modèle S/E/K en premier lieu sur /x/ ou sur le wiki EditThis. Au contraire, le format semble avoir atteint une masse critique et tout le monde vient de faire la queue. Le rôle d'Aiden était de s'assurer que les anciens SCP et autres retardataires se conformaient à ce nouveau système de classe.

Ainsi est né notre système actuel de classes d'objets.

Addendum : Decay - l'émergence de nouveaux systèmes
En avril 2008, une discussion a éclaté sur le wiki EditThis à propos de l'ajout de classes supplémentaires. Au cours de la discussion, de nombreux membres ont exprimé l'avis que le système S/E/K était trop restrictif et qu'il y avait plusieurs SCP qui n'entraient dans aucune de ces classes. 5 Sur le site Web de Wikidot, il y a eu d'autres discussions en 2008 sur la modification ou même la recréation complète du système de classes d'objets. 6 Ces premières discussions n'ont finalement abouti à aucun changement. En dehors de l'ésotérisme occasionnel dans les propositions de SCP-001, le même système cimenté en avril 2008 était continuellement utilisé.

Quelques fissures ont cependant commencé à émerger entre le milieu et la fin des années 2010. Premièrement, deux nouveaux systèmes de classification ont été proposés : le niveau de menace et le système de classification des anomalies (ACS). Le système de niveau de menace répertorie un niveau de menace codé par couleur (situé au-dessus de la classe d'objets) indiquant à quel point le SCP est dangereux. Le système a été inventé sur le wiki anglais, entièrement mis en œuvre sur le wiki français et plus tard diffusé sur le wiki anglais. Le système ACS a créé un nouveau graphique qui contient des informations sur le niveau de menace (dangerosité) et le niveau de perturbation (danger posé à la normalité) en plus de la classe d'objet standard.

La deuxième fissure concerne les classes ésotériques. Depuis la création du système S/E/K, il y a toujours eu des classes supplémentaires. Pendant la majeure partie de l'histoire de la Fondation SCP, il s'agissait essentiellement de gadgets rarement trouvés en dehors de l'emplacement SCP-001. Cela a commencé à changer après le concours SCP-2000 qui a vu l'entrée gagnante utiliser la classe non standard (mais bientôt canonisée) de Thaumiel. Des classes ésotériques supplémentaires ont commencé à émerger suite à ce concours au début lentement mais avec une vitesse croissante. À la fin des années 2010, leur nombre a grimpé en flèche. Aujourd'hui, il existe de nombreuses classes ésotériques utilisées dans plusieurs articles avec une définition cohérente. 7


Météorites de fer

Lorsque je donne des conférences et des diaporamas sur les météorites aux sociétés rock et minérales, aux musées et aux écoles, j'aime toujours commencer la présentation en faisant circuler une météorite de fer de la taille d'une balle molle.

La plupart des gens n'ont jamais tenu une roche spatiale dans leurs mains et quand quelqu'un ramasse une météorite de fer pour la première fois, son visage s'illumine et sa réaction est, presque sans faute, de s'exclamer : « Wow, c'est tellement lourd ! »

Les météorites de fer faisaient autrefois partie du noyau d'une planète disparue depuis longtemps ou d'un grand astéroïde et seraient originaires de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter. Ils font partie des matériaux les plus denses de la planète et adhèrent très fortement à un aimant puissant. Les météorites de fer sont bien plus lourdes que la plupart des roches terrestres. Si vous avez déjà soulevé un boulet de canon ou une plaque de fer ou d'acier, vous en aurez l'idée.

Dans la plupart des spécimens de ce groupe, la teneur en fer est d'environ 90 à 95 %, le reste étant composé de nickel et d'oligo-éléments. Les météorites de fer sont subdivisées en classes à la fois par leur composition chimique et leur structure. Les classes structurales sont déterminées en étudiant leurs deux alliages fer-nickel : la kamacite et la taenite.

Ces alliages se développent en un motif cristallin complexe entrelacé connu sous le nom de motif de Widmanstätten, d'après le comte Alois von Beckh Widmanstätten qui a décrit le phénomène au 19ème siècle.

Cet arrangement remarquable en forme de réseau peut être très beau et n'est normalement visible que lorsque les météorites de fer sont découpées en plaques, polies, puis gravées avec une solution douce d'acide nitrique. Les cristaux de kamacite révélés par ce processus sont mesurés et la bande passante moyenne est utilisée pour subdiviser les météorites de fer en un certain nombre de classes structurelles. Un fer à bandes très étroites, inférieures à 1 mm, serait une « octaédrite fine » et ceux à bandes larges seraient appelés « octaédrites grossières ».

Météorite de pierre : Détail d'une tranche préparée de la chondrite carbonée Allende, qui a été vue tomber à Chihuahua, au Mexique, dans la nuit du 8 février 1969, à la suite d'une énorme boule de feu. Allende contient des composés carbonés ainsi que des inclusions riches en calcium (grand cercle blanc près du centre). Le scientifique de la NASA, le Dr Elbert King, s'est rendu sur le site immédiatement après la chute et a récupéré de nombreux spécimens qui ont été échangés avec des institutions du monde entier, faisant d'Allende l'une des météorites les plus étudiées. La météorite d'Allende contient également des micro-diamants et on pense qu'elle est antérieure à la formation de notre propre système solaire. Photo de Leigh Anne DelRay, copyright Aerolite Meteorites. Cliquez pour agrandir.


Famille Médicis

La Renaissance a commencé à Florence, en Italie, un endroit avec une riche histoire culturelle où les citoyens riches pouvaient se permettre de soutenir des artistes en herbe.

Les membres de la puissante famille Médicis, qui a gouverné Florence pendant plus de 60 ans, étaient des soutiens célèbres du mouvement.

De grands écrivains, artistes, politiciens et autres italiens ont déclaré qu'ils participaient à une révolution intellectuelle et artistique qui serait bien différente de ce qu'ils ont vécu pendant l'âge des ténèbres.

Le mouvement s'est d'abord étendu à d'autres cités-États italiennes, telles que Venise, Milan, Bologne, Ferrare et Rome. Puis, au XVe siècle, les idées de la Renaissance se sont propagées de l'Italie à la France puis dans toute l'Europe occidentale et septentrionale.

Bien que d'autres pays européens aient connu leur Renaissance plus tard que l'Italie, les impacts étaient toujours révolutionnaires.


L'autre extrémité de l'échelle planétaire

La définition d'une « planète » est celle qui a fait l'objet de nombreuses controverses. La redéfinition ad hoc a causé beaucoup de chagrin aux amoureux de Pluton rétrogradé. Pourtant, peu d'attention est accordée à l'autre extrémité de l'échelle planétaire, à savoir, où se trouve la coupure entre une étoile et une planète. Le consensus général est qu'un objet capable de supporter la fusion du deutérium (une forme d'hydrogène qui a un neutron dans le noyau et peut subir une fusion à des températures plus basses) est une naine brune tandis que tout ce qui se trouve en dessous est une planète. Cette limite a été estimée à environ 13 masses de Jupiter, mais alors que cette ligne dans le sable peut sembler claire au départ, un nouvel article explore la difficulté à cerner ce facteur discriminant. Pendant de nombreuses années, les naines brunes étaient des créatures mythiques. Leurs basses températures, même lors de la fusion du deutérium, les rendaient difficiles à détecter. Alors que de nombreux candidats ont été proposés en tant que naines brunes, tous ont échoué au test discriminant de la présence de lithium dans leur spectre (qui est détruit par les températures de la fusion d'hydrogène traditionnelle). Cela a changé en 1995 lorsque le premier objet de masse appropriée a été découvert lorsque la raie du lithium à 670,8 nm a été découverte dans une étoile de masse appropriée.

Depuis lors, le nombre de naines brunes identifiées a considérablement augmenté et les astronomes ont découvert que la plage de masse inférieure des prétendues naines brunes semble se chevaucher avec celle des planètes massives. Cela inclut des objets tels que CoRoT-3b, une naine brune avec environ 22 masses joviennes, qui existe dans les limbes terminologiques.

L'article, dirigé par David Speigel de Princeton, a étudié un large éventail de conditions initiales pour des objets proches de la limite de combustion du deutérium. Parmi les variables incluses, l'équipe a pris en compte la fraction initiale d'hélium, de deutérium et de « métaux » (tout ce qui est supérieur à l'hélium dans le tableau périodique). Leurs simulations ont révélé que la quantité de deutérium brûlée et sa vitesse dépendaient fortement des conditions de départ. Les objets commençant avec une concentration d'hélium plus élevée nécessitaient moins de masse pour brûler une quantité donnée de deutérium. De même, plus la fraction initiale de deutérium est élevée, plus il fusionne facilement. Les différences de masse requise n'étaient pas non plus subtiles. Ils variaient jusqu'à deux masses joviennes, s'étendant aussi bas que 11 fois la masse de Jupiter, bien en deçà de la limite généralement acceptée.

Les auteurs suggèrent qu'en raison de la confusion inhérente aux limites de masse, une telle définition n'est peut-être pas la délimitation la plus utile entre les planètes et les naines brunes. qu'une nouvelle définition peut être nécessaire. Une définition possible pourrait impliquer des considérations sur l'histoire de la formation d'objets dans la plage de masse discutable. . En attendant, des objets tels que CoRoT-3b, continueront à avoir leur catégorisation taxonomique débattue.


Conçu pour l'analyse de Big Data d'entreprise

Data Lake Storage Gen2 fait du stockage Azure la base de la création de lacs de données d'entreprise sur Azure. Conçu dès le départ pour gérer plusieurs pétaoctets d'informations tout en maintenant des centaines de gigabits de débit, Data Lake Storage Gen2 vous permet de gérer facilement des quantités massives de données.

Un élément fondamental de Data Lake Storage Gen2 est l'ajout d'un espace de noms hiérarchique au stockage Blob. L'espace de noms hiérarchique organise les objets/fichiers dans une hiérarchie de répertoires pour un accès efficace aux données. Une convention de nommage courante des magasins d'objets utilise des barres obliques dans le nom pour imiter une structure de répertoire hiérarchique. Cette structure devient réelle avec Data Lake Storage Gen2. Les opérations telles que le renommage ou la suppression d'un répertoire deviennent des opérations de métadonnées atomiques uniques sur le répertoire. Il n'est pas nécessaire d'énumérer et de traiter tous les objets qui partagent le préfixe de nom du répertoire.

Data Lake Storage Gen2 s'appuie sur le stockage Blob et améliore les performances, la gestion et la sécurité des manières suivantes :

Performance est optimisé car vous n'avez pas besoin de copier ou de transformer les données comme condition préalable à l'analyse. Par rapport à l'espace de noms plat sur le stockage Blob, l'espace de noms hiérarchique améliore considérablement les performances des opérations de gestion des répertoires, ce qui améliore les performances globales des tâches.

La gestion est plus facile car vous pouvez organiser et manipuler des fichiers via des répertoires et des sous-répertoires.

Sécurité est exécutoire car vous pouvez définir des autorisations POSIX sur des répertoires ou des fichiers individuels.

De plus, Data Lake Storage Gen2 est très rentable car il est construit sur le stockage Azure Blob à faible coût. Les fonctionnalités supplémentaires réduisent encore le coût total de possession pour l'exécution d'analyses de Big Data sur Azure.


Quel est le système officiel de classification et de nommage des objets dans l'univers (ou à quoi ressemblerait mon URI) ? - Astronomie

Je pense acheter une étoile ou un nom pour une étoile. Il existe de nombreux sites qui me permettent de le faire. Lequel est le meilleur? Certains d'entre eux sont-ils légitimes ?

Je suis désolé de dire qu'aucune entreprise n'a la capacité officielle de nommer une star. La seule organisation qui a ce pouvoir est l'Union astronomique internationale (IAU), et ils ne donnent généralement pas au public de nombreuses occasions de suggérer des noms pour les choses. Même s'ils le faisaient, ils ne vous feraient pas payer pour cela ! Ce serait probablement un concours de rédaction ou quelque chose comme ça.

Si vous achetez une étoile auprès d'une entreprise commerciale de dénomination d'étoiles, sachez simplement que le seul endroit où le nom d'étoile que vous avez choisi sera enregistré est dans la base de données de cette entreprise, et c'est juste une "chose amusante à faire" par opposition à tout type enregistrer.

Enfin, je suggérerais une alternative à essayer de donner à une étoile le nom d'un être cher ou d'un ami : trouvez-lui l'étoile de son anniversaire ! Une étoile d'anniversaire est une étoile qui est exactement suffisamment éloignée pour que la lumière émise lorsque cette personne est née vienne d'atteindre la Terre lors de son jour spécial. Vous pouvez trouver plus d'informations ici, et ce site Web ne vous demandera pas votre argent : http://freeant.net/birthdaystar/

A propos de l'auteur

Christophe Rooney

Christopher Rooney est un étudiant de quatrième année à Cornell et a été rédacteur en chef de Curious de 2018 à 2020 (ce qui signifie que tout ce qui ne va pas sur le site Web pourrait très probablement être de sa faute). Christopher étudie les galaxies très, très loin en essayant de trouver la galaxie où Star Wars a eu lieu en essayant de caractériser la formation des étoiles à un moment de l'histoire de l'Univers où les étoiles se formaient extrêmement rapidement. Il travaille également sur les détecteurs utilisés pour mesurer la lumière de ces galaxies.


Quel est le système officiel de classification et de nommage des objets dans l'univers (ou à quoi ressemblerait mon URI) ? - Astronomie

J'ai toujours eu l'impression que pour qu'un objet soit une planète, il devait avoir un satellite en orbite autour de lui, une lune, c'est pourquoi Pluton peut être appelé une planète même si elle est si petite. Ma question est donc de savoir pourquoi Mercure et Vénus sont des planètes et quels sont les paramètres requis pour l'état de la planète.

Depuis la soumission initiale de cette question (en 1999), Pluton a été rétrogradé à une planète naine, au lieu d'une simple planète.

Toutes les planètes n'ont pas de lunes (vous avez souligné que Vénus et Mercure n'en ont pas), et ce n'est pas une exigence.

En 2006, l'Union astronomique internationale (UAI), qui a le dernier mot sur les questions de nomenclature astronomique, a voté une définition formelle de ce qui fait une planète. (Le communiqué de presse officiel est ici.) Selon leur décision, une planète doit satisfaire aux trois critères suivants :

  • Ce doit être un objet qui orbite indépendamment autour du Soleil (cela signifie que les lunes ne peuvent pas être considérées comme des planètes, car elles orbitent autour des planètes)
  • Il doit avoir une masse suffisante pour que sa propre gravité le tire dans une forme à peu près sphéroïdale
  • Il doit être assez grand pour « dominer » son orbite (c'est-à-dire que sa masse doit être beaucoup plus grande que tout ce qui traverse son orbite)

Parce que Pluton n'est pas assez grand pour « dominer » son orbite, ce n'est pas une planète. (Neptune est environ 8000 fois plus massive que Pluton, donc Neptune est une planète et Pluton est une planète naine.)

Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le 24 juillet 2015.

A propos de l'auteur

Dave Kornreich

Dave était le fondateur de Ask an Astronomer. Il a obtenu son doctorat à Cornell en 2001 et est maintenant professeur adjoint au Département de physique et de sciences physiques de l'Université d'État de Humboldt en Californie. Là, il dirige sa propre version de Ask the Astronomer. Il nous aide également avec l'étrange question de cosmologie.


MERS-CoV

Le virus qui cause le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou MERS, a déclenché une épidémie en Arabie saoudite en 2012 et une autre en Corée du Sud en 2015. Le virus MERS appartient à la même famille de virus que le SARS-CoV et le SARS-CoV-2, et probablement aussi provenir des chauves-souris. La maladie a infecté les chameaux avant de passer chez l'homme et déclenche de la fièvre, de la toux et un essoufflement chez les personnes infectées.

Le MERS évolue souvent vers une pneumonie grave et a un taux de mortalité estimé entre 30% et 40%, ce qui en fait le plus meurtrier des coronavirus connus qui sont passés des animaux aux humains. Comme pour le SARS-CoV et le SARS-CoV-2, le MERS n'a aucun traitement ou vaccin approuvé.

Commentaire sur le taux de mortalité due à la rage. La terminologie classique exposition/infection/terminologie est difficile à utiliser pour parler de la rage. Bien que tous les animaux à sang chaud soient considérés comme sensibles à la rage, certaines souches du virus de la rage (taches multiples de chauve-souris) sont maintenues dans des hôtes réservoirs particuliers, avec quelques croisements, en particulier aux États-Unis, entre les ratons laveurs et les mouffettes. Bien qu'une souche puisse provoquer la rage chez d'autres espèces, le virus s'éteint généralement lors de passages en série chez des espèces auxquelles il n'est pas adapté, et les non carnivores (vaches, chevaux, cerfs, marmottes, castors) ET CHATS, comme les petits rongeurs, sont hôtes sans issue. Le CDC estime qu'aux États-Unis, 1 million de dollars par vie potentielle sauvée est dépensé par la prophylaxie post-exposition en cas d'exposition à des animaux autres que les chauves-souris, les canidés, le renard, le raton laveur, les mouffettes. À un moment donné, l'incapacité de PROUVER cela peut être éclipsée par les statistiques lorsque je suis devenu vétérinaire en 1975, la PEP était toujours recommandée pour les morsures d'écureuil et de gerbille. Des centaines de chats (non vaccinés) sont infectés et meurent (ou sont euthanasiés) de la rage chaque année. Certes, de nombreux agriculteurs et éleveurs sont exposés sans le savoir. Pourtant, presque toutes les 6 à 9 personnes diagnostiquées aux États-Unis chaque année savaient qu'elles avaient été mordues par un chien (en dehors des États-Unis) ou manipulées une chauve-souris. Et il y a eu plusieurs cas depuis 2000, où des personnes ont contracté la rage à la suite de greffes d'organes solides. Cela n'avait été pensé qu'un risque lors de la transplantation de tissu «nerf» (cornées), je me demande si cela reflète mieux et/ou différents médicaments immunosuppresseurs chez les receveurs.

Species vary in susceptibility to various strains, humans are 'most' susceptible to canine rabies and, in the US, the silver-haired bat strain. This is a solitary bat with infrequent human interaction, whereas we have much more exposure to big and little brown bats and Mexican free-tailed bats. (Only a small percentage of any of these have rabies, -it kills them too!)

The virus needs to get to a nerve, so if a bite is not deep enough, or a small viral load is deposited, or the 'victim' immune system responds - an infection will never be established. If the virus is able to get to a nerve, it attempts to travel up an axon, to the brain- again, the immune system may eliminate. As rabies is a slow virus, it can self -immunize, explaining the presence of rabies neutralizing antibodies in Amazonian Indians and others who have never been vaccinated? (The reason why a mature dog is considered immunized 28 days after its first rabies vaccination, is if it has been exposed or is 'incubating' rabies virus but the virus is more than 28 days away the vaccine will prevent infection. Although antiglobulin is given, PEP - a killed vaccine, is basically, rapid immunization. I am pulling this from memory but I believe in cases where multiple people were bitten by a rabid dog, in 15% infection was established. Once the the virus is in the brain and /or clinical signs are seen, then it is almost always, fatal. Since definitive diagnosis is made on brain biopsy, the apparent spontaneous cures or response to treatment remain unproven.

Not to diminish the threat or the misery of this disease. I don't understand why the WHO estimate of deaths has been quoted as 35,000 to 55,000 for the last 40 years - while the world population went from approximately 4 billion to 8 billion, mostly in Africa and Asia where few dogs are vaccinated and most cases are seen.

Humans have been fighting viruses throughout history. Here are the 12 viruses that are the world's worst killers, based on their mortality rates, or the sheer numbers of people they have killed.

"The virus likely originated in bats, like SARS-CoV, and passed through an intermediate animal before infecting people. "
.
dear admin, i don't see solid evidence and facts that this new strain of virus originated from Bats, passing thru animals, then to human. Should we sample and study the Bats or animal carcasses for more evidence? Even the latest chinese scientists from Wuhan flip to suggest that other sources is potential. Indonesia market for example has high appetite for Bats as food.

It seems that humans are passing the virus to dogs and cats now. also, it is well known there is a P4 virus lab located nearby the Wuhan market. my question - is there any regulations that governs the building of such dangerous lab so close to the mass human neighbourhood?

And in any case, the World Health Organization (WHO) is not the naming authority for novel viruses — this is the job of the International Committee on Taxonomy of Viruses (ICTV) and in this case specifically the Coronaviridae Study Group (CSG, or ICTV-CSG) which concluded that the virus that causes COVID-19 should be named SARS-CoV-2

The WHO on the other hand is the naming authority for novel diseases, and the name 2019-nCoV for the virus causing COVID-19 was only of a provisional nature, signifying a novel coronavirus discovered in 2019. Official classification of viruses is a scientific process, where the degree of relatedness (of novel viruses to those previously identified) is considered. By actually comparing the genome of the novel coronavirus to the genomes of related viruses, looking at certain replicative proteins, it was clear that SARS-CoV (causing SARS) and SARS-CoV-2 (causing COVID-19) are quite close to each other genetically, even though nothing indicates that the latter is a direct descendent of the former. Both are also much more closely related to other coronaviruses, known to infect Asian and African bats respectively. In contrast, none of them are as closely related to MERS-CoV as they are to each other. On the other hand, these three are more closely related to each other, than any of them are to the other coronaviruses known to infect humans. The three previously discussed (causing major epidemics in recent decades) are zoonotic viruses, meaning they are believed to momentarily “spill over” from animals to humans. The other four coronaviruses infecting humans are common respiratory viruses that circulate continually among us, with symptoms ranging from the common cold (which can be caused by more than 200 virus strains) to more high-morbidity outcomes


Watch the video: Planètes étranges et vie possible sur dautres planètes Nouveaux mystères de lunivers 12 (Octobre 2022).