Astronomie

Pourquoi le Soleil n'explose-t-il pas ?

Pourquoi le Soleil n'explose-t-il pas ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je sais que les étoiles explosent à cause du carburant provoquant un composé de fusion qui les sépare et le carburant s'épuise et il « rebondit » faute d'un meilleur terme.

Étant donné que les étoiles plus massives sont censées exploser plus rapidement : pourquoi le Soleil n'explose-t-il pas compte tenu de sa taille massive ?


Notre soleil est une étoile de taille particulièrement moyenne sur la séquence principale. Il ne deviendra jamais "supernova" mais gonflera lentement et s'assombrira vers le rouge, avalant finalement Mercure et Vénus.

(de http://www.oswego.edu/)

Très ennuyeux dans le grand schéma des choses. Ce qui est bon pour nous :-)


Notre soleil (je suppose que vous venez de la Terre ou du moins du système solaire) n'est en fait pas si gros que les autres étoiles. L'attraction gravitationnelle de la masse du soleil est contrôlée par la fusion que cette attraction fournit. Ainsi le Soleil est exactement à l'équilibre de ces deux forces.

En d'autres termes, le Soleil n'explose pas parce que ses forces sont équilibrées.

Il n'explosera pas non plus à l'avenir car la masse du Soleil n'est pas suffisante pour déclencher une supernova. Il va plus "gonfler et s'envoler".


Qu'une étoile explose ou non dépend de la rapidité avec laquelle la fusion nucléaire se produit à l'intérieur. Si la fusion a lieu à un rythme soutenu, l'étoile n'explose pas. Si beaucoup de matière fusionnent à la fois, l'étoile explose.

Notre Soleil, comme la plupart des autres étoiles, continue de fusionner de la matière à un rythme lent et régulier.

Il faut un autre type d'étoile pour que l'explosion se produise. Les étoiles qui explosent sont appelées supernovas, et il en existe plusieurs sortes. Ils pourraient simplement être beaucoup plus gros que le Soleil, et les conditions au sein de ces étoiles géantes déclenchent finalement une explosion. Ou il pourrait s'agir d'une naine blanche avec une étoile compagne à proximité qui continue de déposer de la matière sur la naine - lorsque le tas est assez gros, une explosion se produit.

Rien de tout cela ne s'applique à notre Soleil.


Il y a deux choses à discuter ici : (a) pourquoi le Soleil n'explose pas ; et (b) pourquoi le Soleil n'explosera pas.

(a) Une explosion se produit lorsque l'échelle de temps pour la libération d'énergie par un processus est beaucoup plus courte que l'échelle de temps sur laquelle un système peut s'ajuster pour amortir le processus de libération d'énergie. Dans le Soleil d'aujourd'hui, la fusion nucléaire est un processus très lent : il faut en moyenne plusieurs milliards d'années pour qu'un proton fusionne avec un autre. Cette échelle de temps dépend beaucoup de la température, vous avez donc peut-être pensé que le centre du Soleil pourrait se réchauffer rapidement, entraînant une "explosion" incontrôlée. Cependant, une augmentation de la température entraîne une augmentation de la pression qui dilaterait le Soleil, réduisant la densité et la température du noyau et diminuant à nouveau le taux de fusion nucléaire. L'échelle de temps pour que le Soleil réagisse de cette manière n'est que de millions d'années, donc cela agit comme un thermostat qui garde les réactions sous contrôle.

(b) Les étoiles plus massives que le Soleil brûlent à travers leur hydrogène et d'autres combustibles plus lourds, et se retrouvent avec un noyau de fer inerte à partir duquel aucune énergie supplémentaire ne peut être extraite. Le noyau s'effondre par la suite et l'énergie potentielle gravitationnelle libérée par l'effondrement du noyau alimente une explosion de supernova. La raison pour laquelle le noyau ne s'effondre pas tranquillement dans un trou noir (du moins dans les supernovae que nous voyons !) est que le noyau "rebondit" quand neutrons dans le noyau sont serrés très près les uns des autres. Cela fournit un effet mécanique quantique appelé pression de dégénérescence qui résiste à un effondrement complet.

Ironiquement, c'est la pression de dégénérescence dans le noyau solaire qui empêche notre Soleil atteint le stade de la supernova. Après avoir brûlé son hydrogène et son hélium, le noyau du Soleil serait composé de carbone et d'oxygène ; mais il ne deviendra jamais assez chaud pour commencer la fusion de ces éléments, parce que électron la pression de dégénérescence l'empêchera de se contracter et de devenir plus chaude. Seules des étoiles plus massives atteindront jamais les températures centrales requises pour assurer la progression vers un noyau de fer terminal.


Quelqu'un d'autre a posé une question similaire qui était liée ici en tant que doublon. Il semble que cette question ne soit pas tout à fait la même, mais suffisamment similaire pour qu'il soit logique de la poser ici.

Cette personne a demandé :

Je sais que le Soleil est composé d'hydrogène et d'hélium. De plus, l'hydrogène explose lorsqu'il touche une flamme. Mais pourquoi le Soleil n'explose-t-il pas ?

Le type d'explosion qui se produit lorsque l'hydrogène touche la flamme est une réaction chimique exothermique dans laquelle l'hydrogène est rapidement combiné à l'oxygène (oxydation). Lorsque de la chaleur est appliquée (flamme) à l'hydrogène (H2) en présence d'oxygène (O2), une molécule d'O2 se sépare et chaque atome d'oxygène se lie à une molécule de H2. Lorsque cela se produit, cela libère une grande quantité d'énergie (croyez que cela est causé par la rupture des liaisons O2) et vous vous retrouvez avec de l'eau (probablement de la vapeur) et de la chaleur (feu).

Le type d'« enfouissement » qui se produit dans les étoiles est la fission thermonucléaire. Lorsque deux atomes d'hydrogène sont réunis par une chaleur et une pression immenses, ils fusionnent en un atome d'hélium. Dans ce processus, d'énormes quantités d'énergie sont libérées. C'est la même réaction nucléaire qui a lieu dans une bombe à fusion thermonucléaire. Il ne s'agit pas d'un changement chimique, mais nucléaire.

Permettez-moi de prendre du recul là-dessus. Un changement ou une réaction chimique se produit lorsque les atomes se réorganisent en molécules. Dans la plupart de ces réactions, l'énergie est soit absorbée (endothermique) soit libérée (exothermique). Parfois, des quantités assez importantes sont libérées. Les explosifs tels que la poudre à canon, le TNT, le C4 et autres sont tous des explosifs chimiques et la plupart du temps leurs réactions impliquent une oxydation très rapide de la substance brûlée. La combustion d'une allumette, d'une bougie ou d'un feu de camp est le même type de réaction d'oxydation chimique, mais à un rythme beaucoup plus lent.

Les réactions nucléaires sont de deux types principaux : la fission et la fusion. La fission est la division d'atomes plus gros en atomes plus petits. L'isotope de l'uranium avec une masse atomique de 235 (92 protons et 143 neutrons) a une demi-vie d'environ 700 millions d'années (ce qui est bien plus court que la demi-vie de 4,5 milliards d'années du plus courant U238). Les atomes se désintègrent naturellement avec le temps, et sur une période de 700 millions d'années, une masse d'U235 se divisera naturellement d'elle-même et le nombre d'atomes sera réduit de moitié (d'où le terme de demi-vie). Lorsqu'un atome d'U235 se divise, il libère un tas d'énergie, produit un atome de krypton et un de baryum, et libère quelques neutrons supplémentaires. Lorsqu'un de ces neutrons rencontre un autre atome d'U235, il rejoint cet atome, ce qui le déstabilise et provoque à nouveau la réaction. Remarque : parce que nous parlons de réactions dans le noyau de l'atome et des changements qui en résultent dans les atomes eux-mêmes, nous parlons de réactions nucléaires, pas de réactions chimiques.

La réaction que j'ai mentionnée ci-dessus a lieu dans U235 naturellement. Si vous n'en avez pas beaucoup et qu'il n'est pas dans un état suffisamment dense, il reste là comme un bloc de roche et semble ne rien faire. La plupart des neutrons qu'il libère ne trouvent pas d'autre atome avec lequel jouer et finissent par s'envoler dans l'espace. Mais si vous le comprimez suffisamment ou si vous en réunissez suffisamment, plus de neutrons rencontrent d'autres atomes qu'ils ne s'envolent vers nulle part. Cela crée une réaction en chaîne, qui est à la base de l'énergie nucléaire et des armes nucléaires.

Un réacteur fonctionne en contrôlant la vitesse de cette réaction, l'empêchant d'aller trop vite. Les morceaux d'uranium sont maintenus juste assez près les uns des autres pour réagir, mais pas rapidement, et des tiges de matériau absorbant les neutrons (généralement du graphite) sont glissées entre les morceaux pour aider à absorber les neutrons et les empêcher de provoquer plus de réactions. Une fusion nucléaire se produit lorsque la réaction devient incontrôlable et s'échauffe tellement qu'elle fait littéralement fondre le cadre qui maintient le tout ensemble.

Cela ne suffit cependant pas pour provoquer une explosion nucléaire. Cela se produit lorsque vous appliquez une pression et comprimez le matériau, augmentant sa densité. L'U235 n'est pas vraiment adapté pour cela, mais l'élément 94, le plutonium, l'est. Lorsque vous comprimez le plutonium à une densité suffisamment élevée, cette réaction se produit extrêmement rapidement. Le premier atome de Pu239 se divise, libérant son énergie sous forme de lumière et de chaleur ainsi que des neutrons supplémentaires. Ensuite, ces neutrons supplémentaires trouvent d'autres atomes de Pu239 et les font se séparer. Chaque scission crée au moins deux fois plus de neutrons supplémentaires que d'atomes de scission. Le premier atome se divise pour provoquer la division de 2, qui se divise et provoque 2 chacun pour quatre, puis huit, seize, 32, 64, 128, 256, 512, 1024, 2048, 4096… chaque "génération" de ces divisions est le double de la précédent. Tout cela se passe à une échelle de temps mesurée en infimes fractions de seconde, le temps qu'il faut à la lumière pour parcourir seulement quelques millimètres. Tout cela génère d'énormes quantités de chaleur et de pression qui, sans contrainte, jaillissent du cœur de la bombe.

Il s'avère que seul un petit pourcentage de la masse d'origine est réellement perdu par fission. La chaleur et la pression s'accumulent si rapidement qu'elles éloignent les atomes les uns des autres lors de l'explosion, mettant ainsi fin à la réaction. En fait, dans une bombe à fission, avant que quoi que ce soit d'autre que des rayons X et gamma à haute énergie ne quitte le boîtier de la bombe, la réaction est terminée, il ne lui reste plus qu'à se dilater vers l'extérieur en raison de l'immense pression.

L'autre type de réaction nucléaire, la fusion, est également utilisé dans les bombes. En fusion, comme je l'ai mentionné ci-dessus, d'énormes quantités de pression sont utilisées pour forcer des atomes d'éléments plus légers, généralement de l'hydrogène, ensemble. Chaque fois que deux atomes d'hydrogène fusionnent en un seul, une énorme quantité de chaleur et d'énergie est libérée (pour être honnête, je n'ai jamais compris pourquoi l'énergie est libérée ici et non absorbée, mais je ne suis pas un physicien nucléaire, juste un gars qui aime beaucoup lire). Dans les bombes, le « déclencheur » de la fusion est en fait une bombe à fission. La bombe à fission crée la chaleur et la pression nécessaires, et lorsque des atomes d'hydrogène sont ajoutés au mélange (généralement sous forme de tritium ou de deutérium), la réaction de fusion commence et commence à ajouter sa chaleur et sa pression au pot, ce qui aide à maintenir la réaction assez longtemps pour émettre une quantité d'énergie plusieurs fois supérieure à celle déclenchée par la bombe à fusion.

Si vous vous souvenez de vos cours de chimie au lycée, la loi de Boyle stipule $P_1V_1 = P_2V_2$. P est la pression, V est le volume. Cette formule montre que la pression et le volume sont inextricablement liés. La loi de Charles stipule que $V_1T_2 = V_2T_1$, montrant l'interrelation entre le volume et la température. la loi de Gay-Lussac, $P_1T_2 = P_2T_1$ montre la relation entre la pression et la température. Tous ces éléments sont réunis dans la loi combinée sur le gaz et la loi d'Avogadro. Ils montrent que si vous augmentez la pression, le volume ou la température d'une masse, les autres sont également affectés. Une augmentation de la pression entraîne une augmentation de la température. Une diminution de volume crée une augmentation de la pression qui crée une augmentation de la température. Si vous augmentez le volume, la température et la pression diminuent. Etc…

Ok, donc, voici maintenant où tout s'applique aux étoiles.

À la suite du Big Bang, la majeure partie de la matière créée était de l'hydrogène. Il y avait un peu d'hélium et un peu de lithium, mais l'écrasante majorité était de l'hydrogène.

Lorsque les molécules d'hydrogène flottant dans l'espace ont commencé à s'agglomérer par gravité, elles ont commencé à se condenser en des volumes de plus en plus petits. Séparément, la gravité d'un seul atome d'hydrogène est minuscule. Mais à mesure que de plus en plus d'entre eux interagissaient, la gravité combinée a commencé à s'accumuler. Les nuages ​​sont devenus de plus en plus compacts - plus denses, et leur gravité a apporté de plus en plus de masse, ce qui a ajouté leur gravité au total. Les choses ont commencé à chauffer, en raison de la pression causée par le volume. La gravité a commencé à devenir suffisante pour continuer à tirer les choses vers le centre de masse, dans le "puits de gravité" causé par le nuage. Au fur et à mesure que la chaleur augmentait en raison de la pression causée par la gravité, elle provoquait une pression vers l'extérieur. Les forces ont continué à s'équilibrer. Au fur et à mesure que la masse tombait, la gravité augmentait, provoquant plus de chaleur, ce qui provoquait plus de pression, qui poussait vers l'extérieur… et ainsi de suite.

À un certain point, la gravité devient si grande qu'elle exerce une pression suffisante sur le centre de la masse pour provoquer la fusion nucléaire. Ceci, à son tour, provoque plus de pression vers l'extérieur, mais la force de gravité de toute la masse est suffisamment grande pour la maintenir ensemble. C'est alors qu'une étoile est née. La pression de la gravité a provoqué un effondrement gravitationnel pour enflammer une étoile. L'équilibre des forces de gravité, de chaleur et de pression est ce qui le maintient. S'il n'y avait pas assez de pression vers l'extérieur, il s'effondrerait davantage dans une singularité (un trou noir), s'il y avait trop de pression vers l'extérieur, il exploserait (supernova de type II) ou au moins s'étendrait vers l'extérieur jusqu'à l'équilibre, ce que nous appelons hydrostatique l'équilibre, est à nouveau atteint.

Au fur et à mesure qu'une étoile vieillit et brûle grâce à son apport d'hydrogène, l'équilibre change et à un moment donné, elle commence à brûler de l'hélium. Après, le carbone. Selon la masse d'origine, il peut fusionner d'autres matériaux jusqu'au fer.

Dans certaines étoiles, la masse est suffisante pour que lorsque la fusion ne peut plus être supportée, il n'y ait plus assez de pression vers l'extérieur, et le noyau s'effondre sur lui-même. La gravité augmente à mesure qu'elle rétrécit, et il n'y a pas assez de chaleur ou de pression pour la surmonter. Il s'effondre jusqu'à un point de densité infinie et devient une singularité gravitationnelle et un trou noir est créé. Dans d'autres étoiles, la masse n'est pas tout à fait suffisante pour continuer à s'effondrer, et la pression la surmonte dans une explosion massive (supernova de type II). Dans d'autres étoiles, l'étoile crache vague après vague de gaz au fur et à mesure qu'elle se dilate et se contracte, pour finalement éructer suffisamment loin pour ne plus avoir assez de masse réactive. Il se rétrécit en une naine blanche - une boule chaude de particules atomiques qui se refroidit lentement sur des milliards et des milliards d'années jusqu'à ce qu'elles ne soient plus lumineuses, devenant une naine noire (le temps pour que cela se produise est si long qu'il y a , pas encore de naines noires dans l'univers… mais il devrait y en avoir un jour, longtemps, longtemps dans le futur).

Donc, pour revenir aux questions initiales… pourquoi le soleil n'explose-t-il pas, et pourquoi l'hydrogène dans le soleil n'explose-t-il pas… la raison principale est la gravité. Il atteint un équilibre. La chaleur et la pression qui poussent sont équilibrées par rapport à l'attraction de la gravité. Il n'y a pas d'oxydation chimique, car les atomes d'hydrogène sont fusionnés en hélium et il y a peu d'oxygène à consommer dans le processus d'oxydation pour commencer. Un jour, nous nous attendons à ce que le soleil manque d'hydrogène pour brûler. Lorsqu'il commencera à brûler de l'hélium, il s'étendra au-delà de l'orbite de Mars, puis à un moment donné, il se débarrassera de ses couches externes plus froides et se contractera en une naine blanche qui se refroidira lentement en une braise mourante dans l'univers de plus en plus sombre.


Pourquoi le Soleil n'explose-t-il pas ? - Astronomie

Les étoiles sont une énorme explosion de fusion. Alors pourquoi le carburant n'est-il pas consommé d'un seul coup comme dans une bombe à fusion ? Le flux de neutrons est certainement suffisamment élevé pour qu'une réaction en chaîne se produise. Premièrement, je pense que vous confondez fission et fusion. Le flux de neutrons ne fait pas grand chose pour votre réaction de fusion standard (bien qu'il fasse quelque chose pour les bombes thermonucléaires: le flux de neutrons d'une explosion de fission est utilisé pour changer 6 Li en 3 H + 4 He le 3 H fusionne alors avec 2 H déjà présent dans l'appareil).

En fait, la partie du Soleil qui subit réellement la fusion explose plus ou moins d'un seul coup. Chaque seconde, 7x10 8 tonnes d'hydrogène sont converties en hélium et en énergie par le Soleil.

Par comparaison, une bombe thermonucléaire de 1 mégatonne pourrait peser cent ou deux cents kilos, dont environ 15 kilos seraient du combustible de fusion 6 Li 2 H (deutérure de lithium). Pour brûler au même rythme que le Soleil, la bombe devrait consommer son carburant en environ 20 pico secondes -- 20x10 -12 secondes ! En fait, ce nombre est à peu près correct, donc la fusion dans une bombe nucléaire et dans le Soleil se déroule à peu près au même rythme.

Alors pourquoi le Soleil n'explose-t-il pas d'un seul coup ? Eh bien, la masse du Soleil est d'environ 2x10 27 tonnes ! De cela, environ 75 % sont de l'hydrogène, soit 1,5 x 10 27 tonnes. Si tout ce qui pouvait être brûlé, le Soleil poursuivrait son "explosion" thermonucléaire pendant quelque 68 milliards (c'est "68 milliards" pour nous les Yankees) d'années. Bien sûr, seule une fraction de l'hydrogène solaire est accessible à la fusion, de sorte que le Soleil ne peut vivre que 10 milliards d'années dérisoires (dont 5 milliards sont passés) avant d'entrer dans son agonie.


Pourquoi le soleil n'explose-t-il pas du tout une fois ?

La réponse courte est la gravité, qui fournit une pression vers l'intérieur contre la pression de fusion dirigée vers l'extérieur. Il ne "brûle" (fusionne) que dans le noyau du Soleil, et le Soleil est maintenu ensemble par la gravité. S'il commençait à se séparer, la pression dans le noyau chuterait, ce qui réduirait le taux de fusion, permettant à la gravité de se réaffirmer et de ramener les choses ensemble. C'est une boucle de rétroaction qui maintient le Soleil dans un endroit stable. La pression de fusion à l'extérieur et la gravité à l'intérieur sont en équilibre, et de petites perturbations de cet équilibre provoquent des changements qui repoussent le Soleil vers l'équilibre.

L'autre réponse fait allusion à cela, mais je tiens à le souligner explicitement : l'hydrogène du soleil ne subit pas de combustion. Il n'y a pas assez d'oxygène dans le soleil pour entretenir la combustion. Quand les gens disent que le soleil "brûle", ils parlent de la réaction de fusion nucléaire.

Il n'y a pas assez d'oxygène dans le soleil pour entretenir la combustion

Il fait aussi beaucoup trop chaud pour les réactions chimiques. Aucune molécule n'est stable à ces températures.

Je suppose qu'une question de suivi est alors la suivante : pourquoi le taux de fusion est-il si lent ? Je lis ça, par mètre cube, le taux de production d'énergie du Soleil est similaire à celui du métabolisme d'un reptile, et seule la taille immense du Soleil produit la quantité totale de chaleur.

Mais pourquoi est-ce si lent ? Les températures dans le noyau du Soleil sont de plusieurs millions de degrés. Pourquoi la zone entière ne subit-elle pas une fusion au même rythme, ou plus élevé, qu'une bombe à hydrogène ?

La gravité pousse tout le soleil vers le centre du soleil. Où les atomes chauds se rapprochent vraiment les uns des autres et certains d'entre eux fusionnent (et se transforment ainsi en atomes différents).

Cette fusion (c'est-à-dire l'explosion) au milieu du soleil produit un rayonnement. Ce rayonnement pousse vers l'extérieur. Il pousse le soleil vers l'extérieur.

Cela fait chuter le taux de fusion, car il y a plus d'espace entre les atomes et ils ne sont pas autant poussés les uns dans les autres.

Lorsque le taux de fusion diminue, la gravité pousse le soleil vers son centre. Ce qui augmente le taux de fusion. Cela conduit à un équilibre où la pression du rayonnement correspond juste à la force de la gravité.


Pourquoi le soleil ne vole-t-il pas la lune ?

Dans l'article, Pourquoi le soleil ne vole-t-il pas la lune ? sur universaltoday.com, l'auteur Brian Koberlein explique en détail les effets du soleil sur la lune et pourquoi la lune continue de tourner autour de la Terre. Nous savons tous que le soleil est tellement plus massif que la Terre. Alors pourquoi la Lune tourne-t-elle autour de la Terre et non du Soleil ? D'une certaine manière, le soleil a déjà capturé la lune. L'orbite de la lune autour du soleil est similaire à l'orbite de la Terre autour du soleil, elle a juste une légère oscillation. Avec la loi gravitationnelle de Newton, non seulement la masse d'un objet a un effet sur l'attraction gravitationnelle, mais aussi la distance entre un objet et un autre. La distance entre le soleil et la lune est environ 400 fois plus éloignée que la lune et la terre. Le soleil étant 330 000 fois plus massif que la Terre, l'attraction gravitationnelle du soleil sur la lune est deux fois plus importante. Pourtant, la Lune continue d'orbiter autour de la Terre parce qu'elle ne se déplace tout simplement pas assez vite pour échapper à l'attraction terrestre.

Cela concerne notre sixième objectif conceptuel, « Je peux appliquer les lois du mouvement de Newton et la loi de la gravitation universelle de Newton. La loi de Newton explique qu'entre deux objets, il existe une force d'attraction dont la taille est directionnelle. proportionnelle à la masse de chaque objet et inversement proportionnelle au carré de la distance entre les centres des objets. Comme la lune et le soleil ont une distance plus grande entre eux que la lune et la terre, la force de gravité est plus forte entre la lune et la terre car ils sont plus proches. Avec nos notes et nos questions clicker en classe, nous avons appris que les différentes forces entre deux objets se rapportent à leur masse et à leur distance.

En lisant cet article, je comprends maintenant mieux pourquoi la Terre et la Lune sont restées ensemble sans que le soleil ne les déchire. Je trouve fascinant d'apprendre comment chaque objet se déplace dans notre système solaire sans que tout soit attiré par le soleil en raison de son attraction gravitationnelle massive.


NASA : nous n'avons pas changé votre signe du zodiaque, l'astrologie n'est pas réelle

Il y a en fait 13 signes astrologiques au lieu de 12, ce qui signifie que 86% de toutes les personnes sont nées sous un signe différent. Ce sont de vieilles nouvelles, mais les Capricornes, les Sagittaires et tous les autres se sont retournés la semaine dernière et ont blâmé à tort la NASA. Cependant, l'agence spatiale aimerait que tout le monde sache qu'ils ne l'ont pas fait. En fait. Changer. N'importe quoi.

Le raisonnement de la NASA ? L'astrologie n'est même pas réelle en premier lieu, alors détendez-vous, imbéciles superstitieux.

« Avez-vous récemment entendu dire que la NASA a changé les signes du zodiaque ? Non, nous ne l'avons certainement pas fait », a publié mardi l'agence sur son Tumblr, qui semble être le support approprié.

"Ici à la NASA, nous étudions l'astronomie, pas l'astrologie", poursuit le post – qui est une masterclass sur l'ombre – continue. "Nous n'avons changé aucun signe du zodiaque, nous avons juste fait le calcul." La NASA explique ensuite que la première est une science à laquelle les gens intelligents consacrent leur vie, et la seconde est hooey.

"L'astrologie, c'est autre chose", dit la NASA. « Ce n'est pas scientifique. Personne n'a montré que l'astrologie peut être utilisée pour prédire l'avenir ou décrire à quoi ressemblent les gens en fonction de leurs dates de naissance.

La NASA poursuit en expliquant ce qui s'est passé. Il y a environ 3 000 ans, les anciens Babyloniens divisaient le zodiaque en 12 parties égales. Chaque "tranche" était représentée par une constellation que le soleil semblait traverser à différents moments de l'année alors que la Terre tournait autour du soleil.

Les Babyloniens, selon la NASA, ont un peu triché. Le soleil n'a pas réellement traversé chaque constellation pendant une période cohérente d'un mois. Cela variait énormément. En plus de cela, les Babyloniens savaient qu'il y avait une treizième constellation, Ophiuchus, mais cela n'aurait pas été aligné avec leur calendrier, alors ils ne l'ont tout simplement pas inclus. De plus, le ciel s'est déplacé parce que l'axe de la Terre a un peu changé au cours de 3 000 ans.

Pour résumer, tout ce que la NASA a dit, c'est de montrer à quoi ressemble vraiment le Zodiac. Cela n'a pas changé les signes du zodiaque parce que, honnêtement, la NASA se fout de savoir si vous êtes un Lion ou une Vierge puisque l'astrologie n'est pas réelle.

Mais… vous savez, si c'est ont été réel, voici sous quel signe vous seriez avec la carte du zodiaque actuelle à 13 signes. La NASA a ajouté le treizième signe, Ophiuchus, et a en fait noté les dates auxquelles le soleil passe réellement à travers chaque signe, plutôt que de les diviser de manière égale et arbitraire. Sur son site Internet, la NASA explique comment, depuis que l'axe de la Terre s'est incliné au cours de 3000 ans, les dates sont légèrement différentes de ce qu'elles étaient à l'époque, puisque la trajectoire du soleil à travers les constellations a changé. Il est peu probable qu'il y ait un autre axe d'inclinaison assez grand pour changer les dates de notre vivant, donc le graphique ci-dessous est ce avec quoi vous êtes coincé.


Nous pouvons enfin savoir pourquoi Bételgeuse s'est tant estompée. Bonus : pas de supernova. Encore.

Fin 2019 et début 2020, la star Bételgeuse a commencé à mal se comporter. Normalement l'une des étoiles les plus brillantes du ciel, elle s'est considérablement estompée et pendant quelques semaines, sa luminosité est tombée à moins d'un quart de son éclat normal.

Puis, tout aussi soudainement, il a recommencé à s'éclaircir. Alors qu'il a fallu une deuxième baisse beaucoup plus petite en juin/juillet 2020, il est maintenant de retour à sa lueur rougeâtre habituelle marquant l'aisselle gauche d'Orion * .

Plus de mauvaise astronomie

Parce que c'est une étoile si voyante et facilement observable sur toute la planète - sans parler d'un film populaire basé sur son nom, ainsi que du petit fait qu'un jour (mais pas de sitôt) Bételgeuse explosera en tant que supernova et sera bien plus brillante que Vénus dans notre ciel - les gens l'ont remarqué. Surtout les astronomes, bien sûr, qui ont eu beaucoup d'idées pour expliquer pourquoi l'étoile s'est fanée si rapidement. Des taches stellaires, des nuages ​​de gaz et de poussière, une chute de température et d'autres hypothèses ont été avancées avec plus ou moins de succès, mais un article qui vient d'être publié en combine deux pour expliquer le comportement étrange : l'étoile a éjecté un nuage de gaz, puis une température goutte a provoqué la condensation de la poussière dans le nuage, bloquant la surface de l'étoile de notre vue.

Cette conclusion est basée sur une série d'images à couper le souffle prises de Bételgeuse à l'aide des caméras SPHERE et GRAVITY connectées au monstre Very Large Telescope de 8,2 mètres au Chili. Ces caméras peuvent être utilisées pour produire des images avec une résolution phénoménale, suffisante pour voir réellement la forme de l'étoile ! Habituellement, les étoiles sont trop petites et trop éloignées pour résoudre leurs surfaces, mais Bételgeuse est à la fois proche (environ 530 années-lumière) et énorme (un milliard de kilomètres de diamètre), ce qui permet de cartographier sa surface en détail.

Quatre images du Very Large Telescope de la supergéante rouge Bételgeuse (de gauche à droite : janvier 2019, décembre 2019, janvier 2020, mars 2020) montrant non seulement qu'elle s'est estompée, mais aussi que seules certaines parties s'estompent. Crédit : ESO/M. Montargès et al.

Les images ont été prises en janvier 2019, décembre 2019, janvier 2020 et mars 2020. Les deux premières ont non seulement montré la gradation de l'étoile, mais aussi que la décoloration était limitée à l'hémisphère sud, dont la luminosité a chuté à environ 1/10e seulement de celle de l'hémisphère nord. Les deux dernières images montrent que la surface de Bételgeuse a continué à changer de structure jusqu'à ce qu'elle recommence à s'éclaircir en avril 2020.

Les astronomes ont utilisé les images pour modéliser le comportement de l'étoile de deux manières. L'une consistait à examiner sa température, qui est généralement d'environ 3 400 ° C (6 200 ° F). Ils constatent que l'étoile serait tombée à environ 3 100°C pour expliquer leurs deux premières images, et une autre à 200° d'ici mars 2020.

La luminosité d'une étoile est directement liée à sa température, mais cette baisse n'est pas suffisante pour expliquer pourquoi Bételgeuse a semblé tomber d'une falaise. Pour cela, ils ont regardé en poussière.

Orion se lève à l'est peu de temps après le coucher du soleil en décembre. Bételgeuse (juste en dessous et à gauche du centre) s'est considérablement estompée récemment, baissant de luminosité pour ressembler davantage à l'étoile Aldebaran en Taureau (en haut au centre). Crédit : Phil Plait

Bételgeuse est une supergéante rouge, une étoile massive en fin de vie. Ces étoiles subissent de nombreux processus physiques qui peuvent les amener à éjecter d'énormes nuages ​​de gaz pollués par des molécules comme la silice (généralement du magnésium ou du fer attaché à une molécule de tétroxyde de silicium) - ce que les astronomes appellent de la poussière. Après l'éruption de l'étoile, le nuage s'éloigne mais reste chauffé par l'étoile.

Les astronomes ont modélisé ce processus avec Bételgeuse et ont découvert qu'un nuage d'environ 600 millions à un milliard de kilomètres de diamètre — assez grand pour s'étendre du Soleil à Saturne ! – et à environ 2 milliards de kilomètres de l'étoile ferait l'affaire. Mais pas seul : il avait besoin d'aide.

Ce qu'ils ont conclu, c'est que le nuage existait déjà à cette distance, mais était principalement du gaz. Cependant, lorsque l'étoile s'est refroidie, la température du nuage a également chuté, suffisamment pour que les silicates qu'il contenait se condensent, formant des touffes de poussière. Ceux-ci sont opaques à la lumière visible (le genre que nous voyons), et c'est ce qui a causé l'obscurcissement catastrophique de l'étoile. Puis, finalement, l'étoile s'est à nouveau réchauffée, les molécules de poussière ont été détruites et Bételgeuse s'est à nouveau éclairée.

Une image infrarouge de Bételgeuse montre qu'elle est entourée d'un vaste nuage de gaz avec de grandes quantités de silicates et d'alumine. L'encart est une image plus ancienne montrant de l'hydrogène gazeux autour de l'étoile. Crédit : ESO/P. Kervella

Cela explique beaucoup de choses et correspond à ce que nous savons. Par exemple, d'énormes nuages ​​de poussière ont déjà été trouvés entourant l'étoile sur de grandes distances, nous savons donc que quelque chose comme cela peut exister. Et d'autres études ont montré que l'étoile s'est également un peu refroidie pendant cette période. En mettant les deux ensemble, la condensation de poussière explique assez bien les choses.

Quelle était la masse de ce nuage ? Ils trouvent que le meilleur ajustement aux données est un nuage avec à peu près un milliardième de la masse du Soleil en poussière et environ 200 fois plus de gaz. Cela peut sembler peu, mais cela équivaut à environ six fois la masse de la Lune. C'est un gros rot.

Animation montrant un survol de Bételgeuse pour mettre en évidence la poussière soufflée de la surface par une région plus froide. Crédit : ESO/L. Calçada

Il est important de noter que toutes ces manigances que Bételgeuse a forgées n'ont probablement rien à voir avec une disparition imminente. Il va exploser, cela ne fait aucun doute, mais il est peu probable qu'il devienne une supernova sur nous avant cent mille ans environ. Les étoiles massives explosent lorsque leurs cœurs sont à court de combustible nucléaire, mais ce qui se passe enfouis à un demi-milliard de kilomètres sous la surface n'affecte pas fortement les couches externes sur des échelles de temps aussi courtes. De plus, les étoiles sur le point d'exploser perdent généralement beaucoup plus de masse que Bételgeuse n'en éjecte actuellement, donc encore une fois, cela indique qu'elle se maintient pour le moment.

Alors, tout cela est-il le dernier mot sur The Great Dimming ? Quelque part j'en doute. Il y a eu beaucoup d'arguments sur ce qui s'est passé, et même si ce scénario général est correct, il y a beaucoup de détails à régler. Pourquoi la température de Bételgeuse a-t-elle baissé ? De combien exactement (les mesures dans le modèle ne sont que de ±50 °, donc assez approximatives) ? Qu'est-ce qui a provoqué l'éruption du nuage de poussière en premier lieu ?

Et bien sûr : cela se reproduira-t-il ?

Pour cela, il faudra que Bételgeuse nous en fasse part. Et si c'est le cas, nous surveillerons.

* Le nom Bételgeuse vient d'une corruption de l'expression arabe « aisselle du géant/Orion », alors voilà.


Pourquoi la Terre ne tombe-t-elle pas vers le Soleil ?

La Terre a reçu de l'énergie sous forme de rayonnement du Soleil. Pour que la Terre reste en équilibre, l'énergie entrant et sortant de la Terre doit être égale. Voir sur la figure ci-dessous.

Nous pouvons l'expliquer d'une autre manière, ce milieu entre le Soleil et la Terre exerce une résistance, c'est pourquoi la Terre ne tombe pas vers le Soleil et ne brûle pas, mais cela provoque la force de côté qui agit sur le milieu.

Je suis un pêcheur en mer

L'existence de la force latérale explique comment la Terre orbite autour du Soleil, et pourquoi la Terre n'est-elle pas simplement tombée sur le Soleil.

Pêcher sur un bateau, quand un poisson sent l'hameçon, il a du mal à se libérer. Cela pourrait nager contre la ligne ou nager autour d'obstacles. Un gros poisson tire plus fort et peut être plus difficile à enrouler. L'eau de mer exécute des obstacles, elle provoque un mouvement droit ou gauche du poisson. The movement of fish to the left or right is a kind of the force of sideways that works on the medium (sea water).

When the fish has been successfully pulled to ship deck, it’s more easily to lift the fish. That is because air medium are looser than sea water.

This is the same as if you have a weight on the end of a string and swing it around. You are constantly pulling it toward you, but the motion sideways keeps it swinging around. Like the string, the Sun’s gravity pulls on the planets, but the planets have enough sideways motion to keep them in their orbits.

The Sun is more than 300,000 times heavier than Earth, distance of the Earth to Sun is about 1.50 x ¹⁰¹¹ m, and the force of attraction between the Sun and Earth is about F = 3.52 x ¹⁰²² N.

Isaac Newton said: “I deduced that the forces which keep the planets in their orbs must be reciprocally as the squares of their distances from the centres about which they revolve, and thereby compared the force requisite to keep the moon in her orb with the force of gravity at the surface of the earth and found them to answer pretty nearly.”

Explanation using Einstein’s gravity.

The most popular example to explains Einstein’s gravity is a rubber sheet and a ball as it shows on YouTube and on many of Websites. Einstein’s gravity contains nothing about force. It describes the behavior of objects in a gravitational field not in terms of ‘attraction ‘but simply in terms of the paths they follow. To Einstein, gravitation is simple part of inertia the movement of the stars and the planets arise from their inherent inertia and the courses they follow are determined by the metric properties of space or a warping of spacetime.

A rubber sheet warped by a heavy stone is an excellent analogy. A rubber sheet as seen on the figure below illustrated a warping of spacetime.

Put and push a ball on the rubber sheet, then the ball will move around the hole. But, within 2–3 seconds the ball will go into the hole. Of course, a ball unable to move again.

Teaching using a rubber sheet actually is misleading. It should be explained that the ball will continue to move circular around a hole -a warping spacetime-because the ball has an orbital velocity. It means, there is a force. Einstein said, the movement of the stars and the planets arise from their inherent inertia.

We know that inertia is one of the primary manifestations of mass, which is a quantitative property of physical systems. Isaac Newton defined inertia as his first law in his Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica, which states:

The vis insita, or innate force of matter, is a power of resisting by which every body, as much as in it lies, endeavours to preserve its present state, whether it be of rest or of moving uniformly forward in a straight line.

Therefore, Einstein’s idea ‘gravity is nothing about force’ is inconsistent, and in fact, Einstein’s theory is very dependent on Newton’s theory. Can not be avoided that Einstein’s theories make modern physics full of incompatibilities. All natural phenomena that is claimed as proof of Einstein’s theory, actually, can be explained without Einstein’s theory. We will find many inconsistent cases in Einstein’s theory, or to be more precisely: Logical fallacies.

I think that all students should get a rudimentary education in logical fallacies, and cognitive and social biases, as well as means to prevent them.( Sabine Hossenfelder)

Medium between the Sun and Planets

The Earth doesn’t fall into the Sun or the Moon doesn’t fall into the Earth, it’s because the existing a medium between them, and arising the force of sideways that causes by gravity.We can not detect the existence of the medium, it does not mean the medium does not exist.

The problem with telescopes on Earth and Space Telescope is, that light being received has to pass through our atmosphere. Moreover, we know that Hubble space telescope and the other space telescopes is not a pure of space telescope but a “thermosphere telescope”. For example, Hubble space telescope orbits at altitude 600 Km above the Earth’s surface. Thermoshere is about 80–640 Km, and above it is Exosphere at 640–9600 Km. Of course, the effects of atmosphere can’t be ignored.

We also know that in the thermosphere and exosphere light can be scattered by atoms and molecules. The atmosphere can blocks certain kinds of light, including X-rays, ultraviolet and infrared light. So, whatever sophisticated equipment made by humans, all has its limitations.

Proof that a photo from Hubble space telescope is the same as a photo from a telescope on Earth-exactly the same.

You look at the Sun during the day, and the Sun moves relative to the Earth, in this case you have observed the Earth orbits around the Sun. This is direct observation. Then you know that orbiting planets cause by gravity, and then you have observed gravity. This is indirect observation.

In the same way we may say that indirect observation has given proof, that there is a medium between the Earth and the Sun.

Here you’ll find my thoughts on writing and links to my published works: The navigators around the world will be easily to understanding the fatal mistakes of these hypotheses and test. Actually, general relativity can not be proven or tested in any way.


Velocity distribution of the nuclei

The interior of a star is a hot ionized gas at high pressure and temperature.

High temperature means a high average kinetic energy per particle, so all the nuclei of the atoms are whizzing around very fast (though for relatively short distance between collisions because the gas is so dense).

The thing is that they are not all whizzing around at the same speed, by random chance some are going fast and some are going slow. It's like the normal curve for grades of IQ or whatnot. The vast bulk of the atoms have very average speeds and just a very few are going either much faster or much slower than average.

What it means for a star to be "hot enough" is that if two of the very, very fast nuclei ram into each other head on, then there can be a fusion event.


What Prevents The Sun From Burning Out All At Once?

If the sun is made mostly of inflammable hydrogen, how come the sun doesn't burn out all at once? originally appeared on Quora: the place to gain and share knowledge, empowering people to learn from others and better understand the world.

Answer by C Stuart Hardwick, Award-Winning Scifi Author, on Quora:

If the sun is made mostly of inflammable hydrogen, how come the sun doesn't burn out all at once?

Because the sun doesn’t burn at all. When people say that, they are being metaphorical.

Burning — fire or chemical combustion — is the chemical combination of oxygen with other elements, many of which combine with oxygen and release a good deal of energy in the process. That’s why camp fires and auto exhaust are hot. It’s not why the sun is.

The sun, like the rest of the universe, is made mostly of hydrogen. There isn’t enough oxygen in the entire solar system to keep the surface of the sun burning through chemical combustion for more than a very short time—probably hours.

Instead, the sun’s heat and light comes from thermonuclear fusion.

All matter in the universe “wants” to be iron. For any element heavier than iron (like the uranium used in an atom bomb), energy is released if you can get it to break into two smaller atoms, closer to the masses of iron. For any element lighter than iron, energy is released if you can get two to stick together making a heavier element, closer to the mass of iron.

On Earth, we can build an atomic bomb, a fission device, by exploiting the instability of certain heavy elements (mostly uranium) to induce a brief flurry of nuclear fission. This type of bomb produces energy from nuclear fission and can release hundreds or thousands of times the energy of a truckload of TNT, and is the type dropped on Hiroshima and Nagasaki at the end of WWII.

We can build a fusion bomb by using the energy of a fission bomb to compress and heat certain light elements (typically certain isotopes of hydrogen or lithium) enough to cause a brief pulse of thermonuclear fusion, releasing thousands of times more energy than the fission device that started the reaction.

Stars form when enough hydrogen collects in one place that the sheer gravitational attraction of the mass to itself causes thermonuclear fusion to commence. Unlike a nuclear bomb, the reaction doesn’t last for milliseconds, but for billions of years, as convection currents carry fresh supplies of unfused hydrogen into the reaction zone, and as heavier, already fused material undergoes fusion again, starting a stepladder of elemental construction, building the table of elements from hydrogen up toward iron as far as conditions will allow.

So, the sun doesn’t “burn” all at once for the same reason a candle doesn’t: It relies on convective processes to freshen its fuel supply.

This question originally appeared on Quora - the place to gain and share knowledge, empowering people to learn from others and better understand the world. You can follow Quora on Twitter, Facebook, and Google+. More questions:


Earth&rsquos axial tilt

We all know that Earth rotates on its axis, but many might not know that Earth does this while leaning a bit to one side, just as the leaning tower of Pisa leans to one side. This picture will help to better visualize the situation on our planet:

The Earth is a little tilted to its side this way.

This is known as Earth&rsquos axial tilt, and it is equal to 23.5 degrees. Basically, if you were to draw a line through the north and south poles, passing through Earth&rsquos center, the angle between this line, and a line drawn perpendicular to the plane of Earth&rsquos orbit would be 23.5 degrees.

Have you ever noticed that globes are tilted? This is not done for aesthetic appeal, nor it is a manufacturing defect globes are designed this way to genuinely illustrate Earth&rsquos axial tilt.

Earth&rsquos axial tilt causes the seasons. As our planet moves around the sun, the seasons are determined by where the poles are pointed with respect to our nearby star!


2 réponses 2

The moon was just over 1/2 lit even though it was obvious that the earth was not casting any kind of shadow on the moon and the position of the sun on the opposite end of the sky should have lit the moon at around 90%.

That the Earth's shadow is responsible for the phases of the Moon apparently is a widely held misconception, enough so that multiple sites spend some time addressing this concept. The Earth's shadow is responsible for lunar eclipses, but not the phases of the Moon. The Moon's orbit about the Earth is what is responsible for the phases of the Moon. This is depicted below.

Except for lunar eclipses, the Sun always illuminates about half of the Moon, but that illuminated half typically is not the same half we see from the Earth. Today is one day before the Moon will be half full (waning), which is position 7 in the above diagram. We only see half of the Moon being lit in that position because the other half of the Moon we see is shadowed by the Moon itself.

Lunar eclipses occur when the Moon's orbit takes the Moon into the Earth's shadow. From the diagram, it should be obvious that this can only happen when the Moon would otherwise be full. We do not see an eclipse every month as the above diagram would suggest. This is because the Moon's orbit about the Earth is tilted with respect to the Earth's orbit about the Sun. Instead, total lunar eclipses occur only about once per year.